Archives du blog

34 ème journée de L1 : La revue de Tweet


OM 3-5 Lorient

La belle victoire au panache de Lorient fut une surprise pour ouvrir cette 34 ème journée. En quête de points pour le maintien les Merlus ont été efficace au Vélodrome face à une triste équipe Marseillaise qui voit la Ligue des Champions s’éloigner au fil des rencontres. Comme @CharlesCHT le souligne, c’est la 4ème défaite de rang pour l’OM de Bielsa

Paris 6-1 Lille

Le PSG se devait de gagner samedi après midi, ce fut une partie de plaisir pour les hommes de Laurent Blanc qui ont écrasés le LOSC. A noter le premier triplé avec le PSG de Lavezzi qui a surement fêté cela Samedi soir …

Bordeaux 1-1 Metz

Bordeaux pour son avant-dernière à Lescure n’a pu s’imposer face à Metz. Les Bordelais se sont vu injustement refusé un but. Malgré cette erreur d’arbitrage, les hommes de Sagnol n’ont pu renverser la vapeur face à un FC Metz qui avait ouvert le score rapidement !

Lire la suite

Publicités

Top and the Flop (épisode 16)


19-top-and-flop
Tu le sais, tu l’attendais… On est lundi et le lundi c’est ton « Top and the Flop » où encense ou défonce les différentes performances ou actualités de la semaine passée. Coupe ton téléphone, bouche-toi les oreilles, enferme-toi dans un bunker et c’est parti !

20-top
Falcao puissance 5

Auteur d’un quintuplé hier lors de la victoire de son équipe l’Athlético Madrid sur son terrain face au Deportivo 6-1. Ramadel Falcao a crevé l’écran. Il comptabilise en fait ou à vrai dire. »>actuellement 16 buts en 14 matchs de liga ce qui est une véritable performance. Il pousse son équipe à bout de bras ce qui explique l’actuel 2ème place de l’Athletico. Il ne devrait d’ailleurs ne pas rester encore très longtemps chez ces derniers. Car ce n’est plus le club de l’Athletico qui décidera d’accepter ou non une offre de transfert du joueur. Mais plutôt l’organisme d’emprunt qui avait aidé à son achat. Une affaire qui ne manquera pas de nous tenir en haleine durant le mercato d’hiver.

Le PSG enfin relancé en 4-2-2-2 ?
Enfin une bonne semaine pour le PSG après un mois de novembre compliqué (3 défaites en championnats et l’élimination en quart de coupe de ligue). Une victoire de rang au Parc contre Porto 2-1 en Champion’s League et le carton de samedi contre Evian 4-0 toujours au parc. Mais outre le score de ces deux rencontres, c’est surtout la manière qu’il faut retenir.  Sur le terrain on a vu un collectif, des buts non pas sur des actions individuelles, mais encore une fois avec un collectif. Une envie dans découdre et un nouveau schéma tactique (4-2-2-2) qui ont permis aux Parisiens de montrer ce qu’ils valaient. Et donc peut-être de lancer définitivement leur saison.

Une Roma retrouvée.
4 victoires de suites pour la Roma et une 4ème place au classement, montre que l’équipe de Znedek ZEMAN a de la ressource et un potentiel offensif. Potentiel offensif composé encore et toujours de l’éternel Francesco Totti qui à 36 ans dispose toujours d’un ratio de 0,4 but par match (6 buts en 15 matchs cette saison). En tout cas, la Roma est actuellement la meilleure attaque de série A avec 38 buts en 16 matchs. Mais la Roma c’est aussi une défense laborieuse et si elle arrive à régler son secteur défensif ce qu’elle a réussi à faire c’est 4 derniers matchs. Si les Romains continus sur cette lancée la course au podium de série A ne sera pas inenvisageable.

21-flop
LOSC, entre mauvaise performance et querelle interne.

Que dire de la performance du LOSC à mi-saison… Une 11ème place en ligue 1 une 4ème en phase de poule des champions (avec à la clé quelques humiliations), un gardien qui résilie son contrat suite à des conflits en interne, une attaque défaillante, un mercato qui n’est pas franchement une réussite.  Franchement les dirigeants Lillois devraient se remettre en question après un début de saison aussi raté. Sans une remontée fantastique du LOSC dans la 2ème partie du championnat, la fin de saison du LOSC s’annonce compliquée et un grand ménage va sans doute devoir être effectué en fin de saison. Encore une fois force est de constater que la malédiction des nouveaux stades est toujours d’actualité.

L’OM se fait fesser.
Les Marseillais sont toujours 3ème de ligue 1 mais franchement leur semaine dernière valait largement sa place dans notre Top and the Flop. Encaisser 6 buts en deux matchs contre Limassol et Lorient est vraiment une grosse contre-performance de la part des Olympiens. Un match manqué en championnat peut-être excusable. Mais une fessée contre une équipe chypriote est SCANDALEUSE. Chaque année nous nous plaignons de la place de la place de la France qui baisse au niveau du coefficient UEFA. Mais avec ce genre de performance, le problème ne risque de résoudre de sitôt.

Mancini vers la sortie ?
Hier City c’est incliné dans le choc de Manchester  3-2 face à United malgré une très bonne 2ème mi-temps.  Mardi dernier City c’est incliné 1-0 contre Dortmund en champion’s league et est donc éliminé de toute compétition européenne après sa 4ème place en phase de poule. Avec 6 points de retard sur Manchester United et une élimination prématurée (encore une fois) de la ligue des champions. L’avenir du technicien italien à la tête de la formation Mancuniens devient plutôt incertain. Et ils ne seraient pas surprenants de voir ce dernier partir en fin de saison.

22-bonus
Pour finir branche ton PC sur ton home cinéma. Pose toi dans ton canapé, parce que maintenant tu es parti pour 3 minutes de bonheur.
http://www.dailymotion.com/video/xvn7nz_2012-12-02_sport?start=3#from=embediframe

Ligue 1 : les stats marquantes de la 15e journée


32078

Encore une fois, la moyenne de buts par match est en baisse à l’issue de cette 15e journée du championnat 2012-2013 de Ligue 1. En effet, les rencontres du week-end dernier ont, à nouveau, été peu prolifiques avec une moyenne de 2 pions par opposition seulement. Les attaquants des clubs français semblent entrer en hibernation.

Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Puisque dans ce contexte de marasme offensif, certains avant-centres parviennent à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas notamment de Bafetimbi Gomis. Auteur de 10 buts en 15 matchs de Ligue 1 cette saison, la Panthère est parvenue à atteindre ce total minimum tous les ans depuis l’exercice 2006-2007.

Mais il n’a jamais réussi à passer le cap aussi rapidement. C’est dire s’il a sorti les griffes en ce début de championnat ! Surtout qu’à la suite de son premier triplé face à l’Olympique de Marseille (OM) et d’un nouveau pion planté contre le Montpellier Hérault Sporting Club (MHSC) lors de la victoire lyonnaise (1-0) du samedi 1er décembre 2012, le buteur de l’Olympique Lyonnais (OL) porte son total de réalisations en Ligue 1 à 82. Il devient ainsi le 3e meilleur buteur évoluant encore en Ligue 1 cette saison derrière Peguy Luyindula (86) et Ludovic Giuly (85).

Nice, équipe en forme du moment

Du côté des performances collectives, notons en premier lieu, le 5e match consécutif de l’OGC Nice (OGCN) sans défaite. En s’imposant (2-1) contre le Paris-Saint Germain (PSG), samedi, les Aiglons enregistrent même leur 3e succès consécutif. C’est la plus longue série de victoires pour l’équipe en forme du moment depuis plus de 3 ans et 4 victoires de rang glanées entre le 24 octobre et le 22 novembre 2012.

Le Stade Rennais Football Club (SRFC) obtient, quant à lui, son 4e succès en déplacement cette saison en venant à bout (2-3), non sans difficulté, de l’ES Troyes Aube Champagne (ESTAC) dimanche. C’est la 3e victoire consécutive pour les Bretons à l’extérieur. Une performance inédite pour les Rennais depuis les 4 succès de rang enregistrés entre le 29 août et le 28 octobre 2007.

A l’inverses, l’OL cartonne à domicile cette année. Les Rhodaniens ont remporté leur 7e victoire au Stade Gerland en 8 matchs joués au cours de cet exercice 2012-2013. Ils sont ainsi leaders du classement à domicile avec 21 points pris sur 24 possibles. Meilleure attaque de Ligue 1 (28 buts) avec le Valenciennes Football Club (VAFC), l’OL est également la meilleure attaque à domicile cette saison (19 buts).

Les milieux se font remarquer

Passons aux performances individuelles avec la belle prestation de Joey Barton. Pour le victoire de l’Olympique de Marseille sur le terrain du Stade Brestois 29 (1-2), le milieu anglais a réalisé 2 passes décisives. Avec 4 tirs, il est le joueur qui a le plus tenté sa change pendant la rencontre à égalité avec son coéquipier Morgan Amalfitano.

Autre milieu de terrain à s’être distingué lors de cette 15e journée, Romain Alessandrini. Le jeune joueur du SRFC a planté son 5e but en Ligue 1 dimanche après-midi. C’est le 3e au cours des 4 derniers matchs de son club en championnat. Parmi les 22 acteurs, il est celui qui a tenté le plus de frappes au cours de la partie (4).

Enfin, un petit tour du côté de VAFC pour qui Foued Kadir a marqué le 6e but de sa saison lors de la victoire contre Reims (1-0). Il en a inscrit 4 lors des 5 dernières journées. Il devient ainsi le meilleur buteur parmi les milieux de Ligue 1. La moitié de ses pions a été plantée pendant le premier quart d’heure de la première mi-temps.

Ligue 1 : les stats marquantes de la 13e journée


A l’issue de cette 13e journée de Ligue 1 2012/2013, on aurait pu tourner les projecteurs vers la défaite surprenante du Paris-Saint Germain (PSG) face au Stade Rennais FC (2-1) à 11 contre 9 sur la pelouse du Parc des Princes. Ou de l’OPA lancée par l’Olympique Lyonnais (OL) et le FC Girondins de Bordeaux (FCGB) sur la tête du classement. Mais non. Du point de vue des chiffres, c’est l’OGC Nice (OGCN) qui a marqué ce week-end de football.

Grâce à leur victoire (1-0) obtenue dimanche 18 novembre 2012 contre le Toulouse Football Club (TFC), les Aiglons enregistrent le 700e succès de l’histoire du club parmi l’élite du championnat de France de football. L’équipe y joue sa 54e saison et y a été sacrée 4 fois Champion. Elle devient la 10e formation française a atteindre ce nombre de victoires en Ligue 1. Un performance obtenue grâce à un but de Dario Cvitanich. Le 5e en Ligue 1 pour l’attaquant. Tous ont été marqués au cours des 7 dernières journées.

Brest maître en sa demeure

Parmi les autres performances collectives remarquables et, n’en doutons point, remarquées, la 1e victoire depuis la 5e journée pour le FC Lorient qui est venu à bout de Lille vendredi (2-0). Les Bretons ont ainsi mis un terme à une série de 7 matchs consécutifs sans prendre les 3 points (4 nuls et 3 défaites). Les joueurs de Christian Gourcuff en ont également profité pour en finir avec une autre série : 8 journées de rang en prenant au moins un but.

Autre formation bretonne victorieuse ce week-end : le Stade Brestois 29. Les footballeurs de Brest engrangent leur 5e succès en 6 rencontres jouées à domicile depuis le début de la saison. Ils sont invaincus dans leur stade Francis Le Blé cette année (5 victoires et un nul). Vainqueurs samedi face au SC Bastia (3-0), les ouailles de Landry Chauvin n’avaient pas remporté un match par 3 buts d’écart depuis le 30 novembre 2010 (4-1 à domicile contre Lens). Soit près de 2 ans.

On reste à l’Ouest, mais on descend un peu vers le Sud. Direction Bordeaux, où le FCGB a enchaîné un 28e match consécutif sans défaite à domicile contre l’Olympique de Marseille (OM). Les Girondins comptent 19 victoires et 9 nuls face à leurs rivaux marseillais. Depuis qu’ils jouent en Ligue 1, les Bordelais ont battu les Olympiens 31 fois en 50 oppositions sur leurs terres (31 victoires, 15 nuls et 4 défaites).

Quand Costil n’est pas là, Ndiaye danse dans les buts rennais

En ce qui concerne les performances individuelles, il faut noter le 1e doublé en Ligue 1 de Larsen Touré. L’attaquant brestois a tiré à 4 reprises face à Bastia – total le plus élevé de la rencontre – et a donc fait mouche pour la moitié de ses tentatives. Sur les deux seules qu’il a cadrées en fait.

Un autre joueur évoluant dans un club breton a fait parler de lui ce week-end. Cheick Tidiane Ndiaye, entré en jeu pour remplacer Benoît Costil expulsé, a largement contribué à la victoire rennaise contre le PSG. Le gardien a réalisé 13 interventions décisives au cours de la rencontre. C’est le total le plus élevé cette saison en Ligue 1. Parmi elles, le portier a réussi 4 arrêts et 9 détournements. Une performance exceptionnel à ce poste.

Et on termine ce tour des stats marquantes de la 13e journée avec un passage à Saint-Étienne. Lors du match nul (2-2) de l’AS Saint-Étienne (ASSE) dans l’antre d’Evian-Thonon-Gaillard (ETG), Max-Alain Gradel a marqué le 1e doublé de sa carrière en Ligue 1. L’attaquant international ivoirien en est à 3 réalisations cette saison dont 2 à la suite de passes décisives de son compère Pierre-Emerick Aubameyang. Pas égoïste, il a lui-même délivré 2 offrandes pour permettre à son compère d’attaque chez les Verts d’inscrire 2 de ses 8 buts cette année.

Ligue 1 : Les joueurs formés au club


Bonjour à tous , le retour des chiffres et des graphiques sur Football Anatomy. Une nouvelle étude  et aujourd’hui on s’intéresse aux joueurs formés au club en Ligue 1. La première stat qui se dégage est la moyenne générale. En moyenne, il y a 30% de joueurs formés au club dans un club de Ligue 1.  Je vous propose donc une étude en profondeur. Commençons par les clubs pour qui le pourcentage de joueurs formés au club est faible.

Brest , zéro pointé ! Le made in PSG vers la disparition ?

C’est étonnant ! Brest ne compte aucun joueur formé au club dans ses rangs ce qui est tout de même rare. Le club breton souhaite en effet construire un centre de formation, mais celui ci est actuellement barré par des opposants. ( Le projet de centre de formation de Brest ). Pour le PSG , seulement 16% de l’effectif pro a été formé à Paris. Une stat inquiétante , mais qui est compréhensible, car depuis l’arrivée des Qataris, Paris recrute à l’internationale et ne pense pas forcément à la formation. Même si le jeune Adrien Rabiot est la bonne surprise de ces dernières semaines. Le Made in PSG pourrait tout de même disparaitre pendant plusieurs années.  Les petits clubs comme Ajaccio et Troyes ont également un pourcentage de joueurs formés au club en dessous de la moyenne. Les clubs manquent surement de moyens et préfèrent s’appuyer sur des joueurs d’expériences pour acquérir le maintien le plus vite possible. Quant à Lorient , la politique de recrutement est souvent axée vers des joueurs prometteurs de Ligue 2. On comprends donc le 17% de joueurs formés au club.

Bordeaux, Rennes, Saint Étienne , Marseille , la tradition 

La France est tout de même réputé pour former de nombreux joueurs. A Bordeaux comme à Rennes et Saint Étienne, depuis plusieurs années on forme des bons joueurs et surtout on compte sur eux en équipe première. Une tradition qui se perpétue au fil des saisons et qui va encore continuer ! Quant à Marseille, le club à aussi également souvent compté sur les jeunes , mais peut être encore plus aujourd’hui avec une situation économique difficile. Le club n’a pu le choix et doit s’appuyer sur son centre de Formation. Les frères Ayew en sont le parfait exemple. De nombreux jeunes tapent à la porte de l’équipe première. Élie Baup leur donnera surement leur chance !  Toulouse a également un bon nombres de joueurs formés au club dans son effectif. Enfin le promu Bastia a aussi un pourcentage de joueurs formés au club qui représente la philosophie du club. Allier la jeunesse et l’expérience.

Lyon , Montpellier, Sochaux, l’élite !

Ce sont les trois gagnants ! Lyon , Sochaux et Montpellier font confiance aux jeunes, les stats le prouvent, 50% des joueurs de l’effectif sont formé aux clubs. Pour Sochaux, c’est une tradition, l’un des meilleurs centres de formations du pays. Une bonne génération mais qui peine à sortir des résultats. C’est pour cela que certains vont voir ailleurs comme Marvin Martin. Pour Montpellier, le club s’appuie sur la génération qui lui a permis de remporter le titre la saison passée. Belhanda, Yanga Mbiwa , Cabella, Stambouli & co, une jolie génération, qui malheureusement manque d’expérience dans les compétitions européenes et qui peine cette saison en Ligue 1. Dur dur de renouveler des exploits ! Enfin Lyon fait également parti des leaders. Comme Marseille, le club a une situation économique difficile. Même si le club a fait confiance à ses jeunes par le passé. Aujourd’hui encore plus ! Pourquoi ? Le club n’a pas les moyens de recruter et souhaite également s’appuyer sur ses jeunes, qui sont souvent parti ailleurs ( Rémy, Mounier, etc … ).

Les clubs de Ligue 1  aiment faire confiance aux jeunes issus du centre de formation. Les joueurs formés aux clubs ont de l’avenir en France !

Ligue 1 : les stats marquantes de la 8e journée


A l’image du « Classico », la 8e journée de Ligue 1 de cette saison 2012/2013 a été plutôt prolifique. Avec une moyenne de 3,30 buts par rencontre (33 buts au total), elle se situe bien au-dessus des 2,59 pions par match comptés jusqu’alors. Ce total représente, pour le moment, le record de la saison.

Retour à la confrontation entre l’Olympique de Marseille (OM) et le Paris Saint-Germain (PSG) au cours de laquelle 2 joueurs ont inscrit un doublé. Pour Zlatan Ibrahimovic, il s’agit du 4e en 7 matchs de Ligue 1. L’attaquant suédois conforte ainsi sa place de leader du classement des buteurs avec 9 réalisations. Autre doublé, celui de son homologue marseillais André-Pierre Gignac. C’est la première fois qu’un joueur de l’OM plante 2 fois dans un même match contre le PSG depuis le doublé de Patrick Cubaynes le 26 novembre 1986 (victoire de l’OM 4-0).

Pour les autres performances collectives, allons jeter un œil au Stade de Reims. Le club enregistre sa 4e victoire consécutive à domicile cette saison et son 6e match de rang sans défaite (4 victoires et 2 nuls). Mieux : sur cette période, le promu a réussi à inscrire 9 buts au stade Auguste Delaune. Ce qui en fait la meilleure attaque de Ligue 1 à domicile cette année. A égalité avec l’Olympique Lyonnais (OL) et l’AS Saint-Étienne (ASSE).

Grâce à son succès face au Montpellier Hérault SC (MHSC), Evian-Thonon-Gaillard (ETG) enchaîne une 3e opposition face au club héraultais sans perdre (2 victoire et un nul). Au cours de ces 3 confrontations l’équipe savoyarde a marqué 9 buts. A noter également que lorsque ces 2 équipes s’affrontent, 5 buts sont inscrits, en moyenne, lors de chaque match (15 buts au total).

Voyage express vers le Nord de la France. Destination Lille où le LOSC est parvenu à obtenir sa première victoire depuis la 1e journée de la saison. C’est même le premier succès pour le club depuis qu’il joue dans son Grand Stade Lille Métropole. Par ailleurs, pour la 7e fois en 8 journées, l’équipe de Rudi Garcia a réussi plus de 80% de ses passes.

Multiplication des buts

Du côté des performances individuelles, il faut avant tout noter les 3 buts de Saber Khlifa. L’avant-centre tunisien de l’ETG a marqué le premier « coup du chapeau » de cette saison 2012/2013 en Ligue 1. Après seulement 8 journées, il bat son record, de 4 buts, établi en 2011/2012.

On descend d’un niveau avec le doublé de Brandao qui a permis à l’ASSE de s’imposer largement contre l’AS Nancy Lorraine (4-0). C’est la première fois que l’avant-centre brésilien inscrit 2 buts dans un même match en Ligue 1. Avec Wissam Ben Yedder et Alain Traore, il fait partie des 3 seuls joueurs à avoir tenté leur chance à 6 reprises au cours de cette 8e journée.

Enfin, un petit tour en Bretagne. A Lorient plus précisément. Lors du match nul (1-1) du FC Lorient contre l’OL, Jérémie Aliadière a inscrit son 3e but de la saison. Si on y ajoute ses 2 passes décisives de l’année, on remarque qu’il est impliqué dans 36% des réalisations de son club cette saison. Il a participé à 6 rencontres et a été décisif au cours de 5 d’entre elles. Dont 4 fois en 2e mi-temps (2 buts et 2 passes décisives).

Ligue 1 : les stats marquantes de la 7e journée


Avec une moyenne de 2,20 buts par match, cette 7e journée du championnat 2012/2013 de Ligue 1 s’est révélée peu prolifique (2,49 buts par match pour la moyenne de la saison) et, il faut bien l’avouer, assez soporifique pour certaines rencontres. Les défenses ont pris le pas sur les attaques.

Malgré tout, les rencontres de vendredi 28, samedi 29 et dimanche 30 septembre 2012, ont permis de réduire les effectifs du cercle des équipes invaincues cette saison. Après les défaites de l’Olympique de Marseille (OM) à Valenciennes (4-1) et celle de l’Olympique Lyonnais (OL) face au FC Girondins de Bordeaux (0-2), il ne reste plus que 3 clubs qui n’ont pas encore perdu cette année : Paris Saint-Germain (PSG) avec 4 victoires et 3 nuls, FC Lorient et FCGB avec 3 victoires et 4 nuls. Il faut remonter à 2011/2002 pour trouver autant de formations qui sont parvenues à préserver leur invincibilité après 7 journées. Il y en avait même 4, à l’époque (Lens, Auxerre, Lille et Paris). Elles avaient toutes terminé la saison entre la 2e et la 5e position au classement.

Et dans ce cercle fermé des clubs qui n’ont pas encore connu la défaite, le FCGB fait figure de leader. En effet, les Girondins n’ont plus perdu en Ligue 1 depuis la 31e journée de la saison 2011/2012, le 8 avril 2012 (0-1 à Caen). Les Bordelais restent donc sur une série de 14 matchs sans perdre en championnat de France.

On reste sur les séries avec la 5e rencontre consécutive sans défaite pour Valenciennes face à l’OM. Au cours des 9 dernières oppositions entre les deux clubs en terres valenciennoises, les Nordistes affichent un bilan de 5 victoires, 3 matchs nuls et une seule défaite.

Autre série en cours : celle du Toulouse FC (TFC) face à l’ES Troyes Aube Champagne (ESTAC). Cela fait 13 fois, en 13 confrontations, que les Haut-Garonnais inscrivent au moins 1 but contre l’ESTAC. Grâce à leur victoire de samedi (0-2) les Toulousains engrangent leur 3e succès de la saison. A chaque fois qu’ils ont gagné, ils ont ouvert le score. Ils ont encaissé le 1er but à 4 reprises et ces matchs se sont soldés sur 3 nuls et 1 défaite.

Les attaquants renouent avec les doublés

Du côté des performances individuelles, Kevin Gameiro a réussi le tour de force d’inscrire son premier doublé de la saison à l’occasion de sa première titularisation contre le FC Sochaux Montbéliard (FCSM). Le PSG s’est imposé (2-0) et l’attaquant est le joueur qui a le plus tiré (4 fois) et le plus cadré (3 fois) au cours de cette rencontre. Il est également le joueur offensif du PSG qui affiche le pourcentage le plus élevé de passes réussies (81%).

Autre doublé : celui d’Anthony Le Tallec face à l’OM (victoire 4-1 de Valenciennes). Le premier pour lui en Ligue 1 depuis le 16 mai 2009. Pendant cette opposition, l’attaquant du VAFC a tenté sa chance à 5 reprises et a cadré 4 fois. Ce qui fait de lui, le joueur qui a le plus cadré de frappes au cours de cette 7e journée.

Et, pour trouver, le joueur qui a touché le plus de ballons au cours de la journée, il faut allé voir du côté du TFC. Etienne Capoue en a joué 106 lors de la victoire de son club à Troyes (0-2). C’est sa meilleure de la saison. Elle lui permet notamment de conforter sa place sur le podium des mecs qui jouent le plus de ballons cette saison en Ligue 1 avec un total de 534. Il est devancé par Maxime Gonalons (575) et se positionne juste devant Fabrice Nsakala (506).

Ligue 1 : quelques stats marquantes de la 6e journée


• 16 ans. C’est ce qu’il aura fallu patienter pour qu’Ali Ahamada, gardien de but du Toulouse Football Club (TFC), prenne la suite de Grégory Wimbée et entre dans le cercle très fermé, plutôt inutile mais néanmoins prestigieux des gardiens buteurs en Ligue 1. Le portier haut-garonnais a permis à son club d’égaliser à la 96e minute d’une opposition que le Stade Rennais FC (SRFC) menait jusqu’alors 2-1. La rencontre de cette 6e journée s’est finalement terminée sur un score nul (2-2).

• La 6e journée de Ligue 1 2012-2013 a vu le club de Montpellier Hérault Sporting Club (MHSC) disputer le 750e match de son histoire parmi l’élite du football français. L’équipe en a remportés 253, perdus 275 et obtenu 222 matchs nuls. Un bilan mitigé auquel il faut ajouter le 875e but du club en Ligue 1 inscrit ce vendredi 21 septembre 2012 face à l’AS Saint-Etienne (ASSE). La aussi, l’opposition s’est terminée sur un score nul (1-1).

• Ils sont imbattables à domicile, les Brestois, cette saison. Les ouailles de Landry Chauvin ont obtenu leur 3e victoire en 3 matchs cette saison sur leur pelouse face à Valenciennes (2-1). En fait, les joueurs bretons sont invaincus au stade Francis-Le Blé depuis avril 2012. Soit 5 rencontres, dont 4 victoires et un nul.

• Autre équipe irrésistible en ce début de saison : l’Olympique de Marseille (OM). Le club de la cité phocéenne a enregistré, dimanche 23 septembre 2012, sa 6e victoire en autant de journées face à Evian-Thonon-Gaillard (1-0). C’est une performance que le club de la cité phocéenne n’avait encore jamais réalisée. Pour voir un club remporter ses 6 premières rencontres de la saison, il faut remonter 52 ans en arrière et le départ tonitruant de l’AS Monaco lors de la saison 1960-1961.

La Zlatan-dépendance se creuse pour Paris

• Du côté des performances individuelles, on retrouve l’inévitable Zlatan Ibrahimovic qui, lors de la victoire du Paris-Saint Germain (PSG) sur la pelouse du Sporting Club de Bastia (0-4) a inscrit son 7e but depuis le début de la saison. L’international suédois a participé à 5 rencontres et affiche une fréquence d’une réalisation toutes les 64 minutes. Il est en tête du classement des buteurs de la Ligue 1 et a marqué 70% des buts du PSG depuis le début de la saison. Qui a dit « dépendance » ?

• Enfin, faisons un tour en Bretagne où Mevlut Erding, attaquant du SRFC, a inscrit, samedi 22 septembre 2012, son 6e but en 11 confrontations face au TFC. Le club du Sud-Ouest réussit bien au buteur turc qui, en plus, de ses pions a délivré 2 passes décisives contre l’équipe de la ville rose.

Marseille, les raisons d’une crise.


Presque deux ans après son doublé coupe de la ligue-championnat, L’Olympique de Marseille vie l’une de ses plus grosses crises de son histoire.

Explication sur les raisons d’une série de 11 matchs sans victoires, historique pour l’OM.

Un manque d’investissement

Après la mort de Robert Louis Dreyfus, sa veuve, Margarita avait prévenue. Elle poursuivrait l’œuvre de son mari, dès la première saison, son OM réalise le doublé championnat-coupe de la ligue . Mais Margarita en financière avertie, se rend très vite compte que Marseille vie au-dessus de ses moyens, après un recadrage tactique, elle évince le président Dassier au profit de sont conseiller historique Vincent Labrune, l’actionnaire de l’OM étant désireuse de réduire la voilure d’un club qui perd plus d’argent qu’il n’en gagne et ceux malgré les trophées gagner la saison d’avant.

Première victime collatérale du plan d’austérité, le recrutement, fini les « grands noms » qui coûtent de l’argent comme Lucho, Ben arfa, Morientes, Niang de l’année du titre…place aux Morel, Amalfitano, Brandao… Cohérent pour viser une place entre la 4ème et la 10ème du classement, plus difficile quand tu envisages les trois premières.

Du bricolage dans chaque ligne

Hormis Steve Mandanda quasi irréprochable cette saison et en qui le coach a une véritable confiance,  chaque joueur, du jour au lendemain peut ce retrouver sur le banc.

Didier Deschamps donne parfois le sentiment de bricoler, surtout en défense et au milieu de terrain , il changent régulièrement de système, faisant passer Valbuena dans la même saison, du statut de remplaçant à celui de capitaine, offrant un coup la confiance à un tel ou un tel et la reprenant plus tard.

On a donc vu Rod Fanni occuper le couloir droit ou l’axe en défense, Jordan , André Ayew et Brandao un coup en pointe un coup côté gauche de l’attaque, Valbuena en numéro 10 et sur l’aile…. Bref, on peut continuer longtemps l’inventaire, une chose est claire, les automatismes dans ses conditions…

Autre point est non des moindres, cette équipe se cherche encore et toujours un tueur devant le but, Loïc Rémy aurait le profil, mais des blessures l’éloigne régulièrement des terrains, les frères Ayew sont plus des milieux offensifs que de véritables attaquants ; enfin, Gignac qui fut recruté pour occuper ce rôle, enchaîne les blessures et les caprices de divas, dommage pour un joueur qui coûta la modique somme de seize millions d’euros et qui émarge à environ 300 000 € mensuel.

Reste Brandao véritable guerrier sur un terrain, mais qui reste limité techniquement, même si son travail de sape des défenses et un plus pour l’OM.

Un public parfois hostile.

En France, aucune autre ville n’est aussi démonstrative quand il s’agit de football que Marseille.

Le public du vélodrome est l’un de plus festif et bouillonnant capable de montrer tous l’amour qu’il porte à son club, pratique pour pousser l’équipe quand elle en a besoin et mettre la pression sur l’adversaire, mais aussi d’accueillir son équipe chérie avec sifflets et banderoles du type « deschamps et tes joueurs, cassez vous !!! » lorsque le jeu développé ne convient pas aux puissantes associations de supporters.

Difficile à gérer pour des joueurs qui arrivent de club plus modeste où la pression, les médias et les supporters ne sont plus aussi présents.

Un groupe qui éclate

A la sortie du match contre le Bayern, Steve Mandanda , capitaine de l’équipe a fait cette déclaration énigmatique, à propos de ses coéquipiers « on sent pas forcément, un groupe solidaire », ce qui entre les lignes peut ce décrypter par, chacun joue pour sa pomme.

Pas forcément une révélation dans le foot pro, mais preuve d’un profond malaise quand des phrases comme celle-là sortent en public.

Au niveau encadrement aussi les tensions sont là ; DD se voyait en manager général à l’anglaise, mais l’appareil Marseillais est complexe et les ficelles se tirent en coulisse, l’omnipotent Anigo, étant de son propre aveu un expert, est ouvertement en guerre avec Deschamps.

Malgré le recadrage de leur président et une redistribution des rôles, de petits piques se distillent encore dans la presse, dernier en dates, la déclaration de Deschamps à propos des places invendues dans les virages du vélodrome, et la supposée entente d’anigo avec les ultras en charge de la billetterie: « Pourquoi les places ne sont pas vendues? Trouvez les bonnes explications », bon pour la cohésion tout ça ….

Trois matchs, une saison.

La semaine qui arrive est probablement celle de tous les dangers, celle qui peut « redorer le blason », ou accentuer définitivement la fracture entre l’équipe et les supporters, mais aussi au sein du groupe lui-même.

En effet l’OM va jouer successivement le classico contre le PSG dimanche, recevoir mercredi Montpellier, et se déplacer samedi au stade de France pour la finale de la coupe de la ligue contre l’olympique lyonnais, leur quasi unique chance d’être Européen la saison prochaine.

Comme disait le président Olympien Vincent Labrune en interview cette semaine après la défaite contre le bayern de Munich, « c’est dans l’adversité qu’on voit les hommes », donc acte, à voir maintenant si ce groupe est vraiment celui d’un grand club du Championnat de France , quart de finaliste de champions league ou juste un « bon » club de ligue 1.

Marseille gâche la fête !


Bonjour à tous, initialement prévu le 8 février à Saint Etienne, le match Bourg-Péronnas – Marseille avait été reporté à aujourd’hui. Mais l’état du terrain ne s’étant pas amélioré depuis une semaine, lundi matin, au terme d’une réunion , la FFF a décidé d’inverser le match ! Le match se disputera donc ce soir à 17h au stade Vélodrome !

Une décision qui gâche un peu la fête ! Le président du club de CFA avait déclaré quelques jours avant la proposition de l’OM  » C’est impossible, . Nous devrions rembourser les 5200 places que nous avons déjà vendues, demander à nos joueurs de prendre trois jours de congés, prévenir nos supporters, organiser un déplacement à Marseille. Nous sommes un petit club dans une grande compétition. Nous voulons que ce match soit une fête, pas une contrainte « 

Pour éviter de jouer au Vélodrome , les dirigeants bressans avaient demandé de jouer à Louhans Cuisaux , situé à moins de 100 kilomètres de Bourg-Péronnas. Une proposition refusé par les dirigeants Marseillais, qui ont mis pressions sur les dirigeants bressans, en disant que si le match ne se jouait pas aujourd’hui au Vélodrome, il ne laisserait pas la part de la recette comme le veut la tradition !

Les joueurs de CFA vont donc devoir faire sans un public qui les a aider lors des précédents matchs notamment contre Ajaccio lors du dernier match, où les amateurs avaient battu les corses 3-2 après prolongations !

Les dirigeants bressans sont bien sur déçu de ne pas pouvoir compter sur leurs supporters, Gilles Garnier a déclaré  » Cette inversion gâche un peu la fête. «  Ce soir au Vélodrome, la fête sera moins belle. Même si les joueurs bressans auront à cœur de créer l’exploit à nouveau , la tâche sera encore plus difficile sans le soutien de leur public. Mais si exploit il y a , on pourra dire que la fête sera encore plus belle !

Pour la petite histoire, Marseille vendra les places du match de ce soir entre 5€ et 10€ alors que Bourg Péronnas avait fixé les prix des places à Geoffroy Guichard entre 10 € et 20 €, la recette du match pour le petit poucet sera plus basse que prévu !

Après tant de rebondissement, je suis sur que les amateurs de Bourg Péronnas, donneront tout ce soir sur la pelouse du Vélodrome, pour montrer qui ils sont ! Mais Marseille tentera bien sur de gâcher la fête à nouveau !

Le parcours de Bourg Péronnas

  • 16es de finale : Bourg-Péronnas – Ajaccio (L1) 3-2 a.p.
  • 32es de finale : Bourg-Péronnas – Montceau (CFA2) 2-1 a.p.
  • 8e tour : Saint-Vit (DH) – Bourg-Péronnas 0-3
  • 7e tour : US Montélimar (DH) – Bourg-Péronnas 1-4

Marseille-Bourg Péronnas , ce soir 17h.