Archives du blog

Ligue 1 : les stats marquantes de la 15e journée


32078

Encore une fois, la moyenne de buts par match est en baisse à l’issue de cette 15e journée du championnat 2012-2013 de Ligue 1. En effet, les rencontres du week-end dernier ont, à nouveau, été peu prolifiques avec une moyenne de 2 pions par opposition seulement. Les attaquants des clubs français semblent entrer en hibernation.

Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Puisque dans ce contexte de marasme offensif, certains avant-centres parviennent à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas notamment de Bafetimbi Gomis. Auteur de 10 buts en 15 matchs de Ligue 1 cette saison, la Panthère est parvenue à atteindre ce total minimum tous les ans depuis l’exercice 2006-2007.

Mais il n’a jamais réussi à passer le cap aussi rapidement. C’est dire s’il a sorti les griffes en ce début de championnat ! Surtout qu’à la suite de son premier triplé face à l’Olympique de Marseille (OM) et d’un nouveau pion planté contre le Montpellier Hérault Sporting Club (MHSC) lors de la victoire lyonnaise (1-0) du samedi 1er décembre 2012, le buteur de l’Olympique Lyonnais (OL) porte son total de réalisations en Ligue 1 à 82. Il devient ainsi le 3e meilleur buteur évoluant encore en Ligue 1 cette saison derrière Peguy Luyindula (86) et Ludovic Giuly (85).

Nice, équipe en forme du moment

Du côté des performances collectives, notons en premier lieu, le 5e match consécutif de l’OGC Nice (OGCN) sans défaite. En s’imposant (2-1) contre le Paris-Saint Germain (PSG), samedi, les Aiglons enregistrent même leur 3e succès consécutif. C’est la plus longue série de victoires pour l’équipe en forme du moment depuis plus de 3 ans et 4 victoires de rang glanées entre le 24 octobre et le 22 novembre 2012.

Le Stade Rennais Football Club (SRFC) obtient, quant à lui, son 4e succès en déplacement cette saison en venant à bout (2-3), non sans difficulté, de l’ES Troyes Aube Champagne (ESTAC) dimanche. C’est la 3e victoire consécutive pour les Bretons à l’extérieur. Une performance inédite pour les Rennais depuis les 4 succès de rang enregistrés entre le 29 août et le 28 octobre 2007.

A l’inverses, l’OL cartonne à domicile cette année. Les Rhodaniens ont remporté leur 7e victoire au Stade Gerland en 8 matchs joués au cours de cet exercice 2012-2013. Ils sont ainsi leaders du classement à domicile avec 21 points pris sur 24 possibles. Meilleure attaque de Ligue 1 (28 buts) avec le Valenciennes Football Club (VAFC), l’OL est également la meilleure attaque à domicile cette saison (19 buts).

Les milieux se font remarquer

Passons aux performances individuelles avec la belle prestation de Joey Barton. Pour le victoire de l’Olympique de Marseille sur le terrain du Stade Brestois 29 (1-2), le milieu anglais a réalisé 2 passes décisives. Avec 4 tirs, il est le joueur qui a le plus tenté sa change pendant la rencontre à égalité avec son coéquipier Morgan Amalfitano.

Autre milieu de terrain à s’être distingué lors de cette 15e journée, Romain Alessandrini. Le jeune joueur du SRFC a planté son 5e but en Ligue 1 dimanche après-midi. C’est le 3e au cours des 4 derniers matchs de son club en championnat. Parmi les 22 acteurs, il est celui qui a tenté le plus de frappes au cours de la partie (4).

Enfin, un petit tour du côté de VAFC pour qui Foued Kadir a marqué le 6e but de sa saison lors de la victoire contre Reims (1-0). Il en a inscrit 4 lors des 5 dernières journées. Il devient ainsi le meilleur buteur parmi les milieux de Ligue 1. La moitié de ses pions a été plantée pendant le premier quart d’heure de la première mi-temps.

Publicités

Typologie des buteurs de la Ligue 1


Après huit journées de championnat de Ligue 1, une hiérarchie commence à se dessiner en tête du classement. Et pour la compétition entre buteurs également. Les débuts en fanfare de l’attaquant d’Auxerre, Alain Traoré, lui ont rapidement permis de prendre la tête du classement.
Mais depuis la troisième journée, le Franco-Burkinabé a un peu plus de mal à conclure. S’il reste en première position, son total de perles enfilées plafonne à 6 et il est désormais à égalité avec l’attaquant lyonnais Bafétimbi Gomis. Sur la troisième marche du podium, on retrouve l’inépuisable Kévin Gameiro avec un total de 5 réalisations.

Ces joueurs marquent beaucoup de buts. S’ils sont épargnés par les blessures et continuent sur leur lancée, ils devraient terminer la saison avec plus de 15 buts à leur actif. Un total non négligeable pour leurs clubs respectifs.

Mais pour autant, sont-ils les buteurs les plus efficaces du championnat ? Sont-ils de véritables snippers qui font mouche à chaque tentative ? Ou alors, en sont-ils là seulement car ce sont eux qui tentent leur chance le plus souvent ?

Nous avons tenté de répondre à ces questions en nous penchant sur les statistiques du site de la LFP. Nous avons relevé le nombre de buts (seuls les joueurs ayant marqué au moins deux fois ont été pris en compte), le temps de jeu, le nombre de frappes et la fréquence de leurs buts.

A partir de là, nous avons sorti nos calculettes afin de déterminer le taux d’efficacité de chacun d’entre eux. Ce résultat correspond au nombre de buts marqués par rapport au nombre de frappes d’un joueur.

Cette observation nous a permis d’établir une certaine « typologie » des buteurs de ces huit premières journées du championnat 2011/2012. Ils sont répartis en trois catégories : les buteurs efficaces, les buteurs « haute fréquence » et les milieux buteurs.

Les buteurs efficaces

La première catégorie regroupe les buteurs qu’on appellera « efficaces ». Ce sont ceux qui n’ont pas besoin de beaucoup tenter leur chance avant de marquer. Nous y avons classé les joueurs dont le taux d’efficacité (ratio entre le nombre de frappes et le nombre de buts) dépasse 25 %. Ce qui équivaut à une frappe sur 4 au fond des filets.

Et le plus efficace d’entre tous se trouve être Innocent Emeghara. L’attaquant du FC Lorient peut se targuer d’un taux de réussite de 40% ! Le buteur suisse a pris part à 4 rencontres depuis le début de la saison, dont trois en tant que titulaire. Il a marqué deux buts. Mais il n’a tenté sa chance que cinq fois. Ce qui lui permet de se hisser au sommet de la pyramide des buteurs efficaces. C’est ce qu’on appelle « avoir le compas dans l’oeil ».

Il est talonné de près par Ilan. Pour le Brésilien de l’AC Ajaccio, pas besoin de tenter souvent sa chance pour la mettre au fond. En effet, en huit rencontres, l’ancien joueur de Saint-Etienne n’a frappé au but que six fois. C’est très peu… Et pourtant, il a réussi à concrétiser à deux reprises. Ce qui lui permet d’obtenir un taux de réussite de 33,33%. Soit un ratio de 1 sur 3.

Vient ensuite Victor Hugo Montaño. L’attaquant rennais affiche, lui, un taux de réussite de 30,77%. Le Colombien a mis quatre fois le ballon au fond des filets en huit rencontres en ne frappant au but qu’à 13 reprises. C’est presque un tir sur trois qui fait mouche jusqu’à présent pour l’homonyme de l’auteur de La Bataille d’Hernani.

Parmi ces snippers du ballon rond, se classe également l’avant-centre de Montpellier, Souleymane Camara. Ce dernier a inscrit trois buts en huit apparitions. Mais il n’a tiré que dix fois. Ce qui lui vaut un très honorable taux de réussite de 30%.

Et Lorient semble avoir le potentiel pour devenir un véritable vivier de « buteurs efficaces » puisqu’en cinquième position de cette catégorie, se trouve Jérémie Aliadière. L’avant-centre, de retour de son exil anglais, obtient un taux d’efficacité de 28,57%. Il a marqué deux buts en ayant tenté sa chance seulement sept fois.

En sixième position de ce classement des buteurs les plus efficaces de ce début de championnat de L1, c’est Ryad Boudebouz. Le goleador sochalien, toujours très bon, obtient un taux de 27,27%. Il a frappé 11 fois au but et a réussi à concrétiser trois tentatives.

Ils y sont presque : Kevin Gameiro avec 21,74% de frappes au fond des filets, Benjamin Corgnet, le milieu de Dijon, qui lui affiche un taux de réussite de 25%, Abdoulrazak Boukari, Kévin Monnet-Paquet et Dennis Olliech avec 18,18%.

Les buteurs « haute-fréquence »

Il existe des attaquants qui ont véritablement le sens du but et à qui il ne faut pas longtemps pour scorer. Ce sont les « buteurs haute-fréquence ». Ils affichent un ratio buts/temps de jeu très faible. Dans cette catégorie, nous avons décidé de classer tous les buteurs qui ont mis au moins un but toutes les 120 minutes.

Le meilleur d’entre eux s’appelle Jires Kembo-Ekoko. L’attaquant du Stade Rennais a participé à 6 rencontres depuis le début de la saison pour un temps de jeu total de 249 minutes. Ce qui lui a suffit pour marquer pas moins de trois buts. Il a donc planté, en moyenne, une fois toutes les 83 minutes. Soit plus d’un but par match complet. Ce qui lui permet d’être en tête des buteurs « haute-fréquence ».

La deuxième position est occupée par un joueur en grande forme : Bafétimbi Gomis. La Panthère lyonnaise qui a participé aux 8 rencontres de son club en L1 totalise 605 minutes de temps de jeu. Et avec 6 buts à son compteur, son ratio buts/temps de jeu se monte à 1/101 minutes. Une statistique impressionnante pour l’ancien attaquant des Verts qui est l’auteur de 43% des pions plantés par l’OL cette saison.

Si Bordeaux patauge lourdement dans la semoule en ce début d’exercice, un joueur du club semble tirer, malgré tout, son épingle du jeu. Il s’agit de Cheik Diabaté. L’avant-centre bordelais monte sur le podium des « buteurs à haute-fréquence » avec une réalisation toutes les 116 minutes. Il en a mis trois pour un temps effectif de jeu de 349 minutes. S’il avait réussi à concrétiser son pénalty manqué face au LOSC, le Malien figurerait certainement un cran au-dessus. Malheureusement pour lui, les montants en ont décidé autrement…

L’attaquant de Dijon, Brice Jovial, rafle, lui, la quatrième place. Il a joué 358 minutes et inscrits trois pions. Ce qui lui permet d’obtenir un ratio de 1 but toutes les 119 minutes. Pas mal pour un joueur qui découvre la Ligue 1 cette saison.

Il est talonné par l’Auxerrois Alain Traoré. Le meilleur buteur du championnat en est à 6 buts pour un temps de jeu total de 719 minutes. Ce qui équivaut donc, pour lui, a une réalisation toutes les 120 minutes. Espérons pour l’AJA que son jeune attaquant poursuivra sur sa lancée cette saison. Il pourrait mener le club vers les sommets.

Innocent Emeghara (1 but / 115 min) et Souleymane Camara (1 but / 114 min) auraient pu figurer dans ce classement. Mais nous avons choisi (arbitrairement) de ne pas classer un même joueur dans plusieurs catégories.

Ils y sont presque : Cédric Barbosa (1 but / 122 min) et Dennis Olliech (1 but / 153 min).

Les milieux buteurs

Dans certaines équipes, quand les attaquants ne font pas le job, il faut bien que d’autres joueurs prennent le relai. Ce sont alors bien souvent les milieux de terrain qui se chargent de la mettre au fond.

Et le meilleur à ce jeu-là, c’est Javier Pastore. Le jeune prodige du PSG a déjà inscrit 4 buts en 6 apparitions. Son taux d’efficacité est de 25 % et il a mis, en moyenne, un but toutes les 119 minutes. Il aurait donc pu figurer dans le classement des buteurs « hautes-fréquence » mais nous avons choisi de le classer parmi les milieux buteurs.

Il est suivi de très près par Frédéric Sammaritano. Le lutin métronome de l’AC Ajaccio a lui aussi mis quatre fois le ballon au fond des filets cette saison. Il est d’ailleurs l’auteur de la moitié des buts de son club. Avec un taux de réussite de 28,57%, il n’y a que son ratio buts/temps de jeu (1 but / 176 min) qui le distingue vraiment de l’Argentin du PSG.

Avec lui aussi 4 buts à son actif, c’est Eden Hazard qui complète le podium. Le meneur de jeu lillois fait un excellent début de saison. Il n’est devancé par ses « confrères » qu’à cause d’une taux de réussite plus faible (16%). Le milieu offensif belge a, en moyenne, marqué toutes les 179 minutes cette saison. Heureusement qu’il est là pour porter le LOSC à bout de bras lors de ce début de saison poussif du champion.

Vient ensuite Etienne Capoue avec 3 buts marqués cette saison. Le milieu du TFC semble bien décider à prendre les choses en main et à maintenir son club dans les hauteurs du classement. Il affiche un taux de réussite quasi-insolent de 33,33% qui aurait pu lui permettre d’apparaître dans le classement des buteurs les plus efficaces.

La cinquième place est occupée par le milieu caennais, Benjamin Nivet. L’ancien joueur de l’ESTAC et de l’AJA a déjà inscrit trois buts. Il est le meilleur buteur de son club dont il est l’auteur de 38% des buts.

Et c’est un de ses collègue, Grégory Proment, qui vient juste derrière. Avec deux buts à son actif, l’autre milieu caennais peut se targuer d’un taux de réussite de 33,33%. il est l’auteur de 17% des buts de son équipe.

Le dernier milieu buteur de ce début de championnat 2011/2012 est Benoit Pédretti. Celui qui a été surnommé « Petite Tapette » par Louis Nicollin a marqué 2 buts pour le LOSC. Un score honorable renforcé par un taux de réussite de 28,57%. De quoi compenser le manque d’efficacité actuel du buteur lillois, Moussa Sow.

Notons enfin que le défenseur niçois, Fabian Monzon, aurait pu figurer parmi les buteurs les plus efficaces. Il est l’auteur de trois réalisations (47% du total des buts de Nice cette saison) pour un taux de réussite de 27,27%. Des performances offensives exceptionnelles pour un défenseur qui font que nous avons choisi de ne pas l’intégrer aux divers classements présentés précédemment.

Cette typologie des meilleurs buteurs permet d’obtenir un panorama plus complet des forces offensives présentes en Ligue 1 en ce début de saison.

Il permet également de tirer des enseignements sur le style de jeu de certains attaquants ou milieux offensifs. Certains ont tendance à redoubler d’activité à prendre leur chance le plus souvent possible. Du coup, malgré un taux de réussite plutôt bas, ils parviennent tout de même à se situer en haut du classement des buteurs.

Pour d’autres, en revanche, patience et précision sont les maîtres mots. Ils n’ont pas besoin de beaucoup d’occasions pour la mettre au fond. Et c’est peut-être aussi cela qui distingue un bon attaquant d’un grand attaquant…

Affaire à suivre.

Ligue 1 : récapitulatif de la 5e journée


A l’issue de cette cinquième journée de Ligue 1, on peut commencer à apercevoir certaines tendances se dessiner. Certains, comme Lyon, Paris ou Montpellier, affichent une belle forme et s’imposent déjà comme les patrons du championnat.

De l’autre côté du classement, des clubs comme Marseille, Valencienne et Nancy sont en difficulté et voient la crise poindre.

D’autres, comme Bordeaux et Caen, peinent à confirmer et continuent de végéter dans le ventre mou du classement.

Retour sur les rencontres de cette cinquième journée de Ligue 1 avec, au programme, cette semaine : des surprises, des doublés, deux 0-0 très chiants et 17 buts au total.

Caen 0 – 1 Toulouse : Le TFC jusqu’à quand ?

Avant cette rencontre, les deux équipes n’étaient séparées que d’un seul point au classement. On s’attendait donc à un match disputé, équilibré. Une rencontre qui pouvait faire beaucoup de bien au vainqueur.

Ça sentait donc fort le match nul. Et ce fût le cas pendant 92 minutes. Jusqu’à l’ouverture du score, dans les arrêts de jeu d’Étienne Capoue. Le milieu haut-garonnais reprend un tir relâché par le gardien de Caen et offre la victoire à ses coéquipiers.

Un succès important pour les Toulousains qui, avec 10 points pointent désormais à la 5e place du classement. Mais la rencontre fût assez triste. Les Caennais ont déjoué et leurs adversaires ont eu du mal à trouver la faille.

Le match fût fermé avec beaucoup de duel au milieu du terrain. Les deux équipes furent d’ailleurs sifflées à la mi-temps.

Caen continue donc de faire du surplace après ses deux victoires lors de deux premières journées. L’équipe plafonne à 6 points, à la treizième place.

Sochaux 1 – 1 Lorient : Lorient arrache le nul

Marvin Martin était suspendu. Et ses coéquipiers ont su montrer qu’ils savaient bien jouer au foot même en l’absence de leur meneur de jeu. En effet, les Lionceaux ont largement dominé les débats et ont longtemps cru tenir la victoire.

Boudebouz trouvait d’abord le montant Breton à la 17e. Mais c’est Butin qui ouvrait le score à la 49e minute, en reprenant au second poteau un centre de Corchia. Le buteur manquait de doubler la mise, dans la foulée. Mais il voyait sa frappe échouer sur la transversale.

Au retour de la pause, les Merlus se réveillaient mais ils étaient bien contenus par de vaillants sochaliens. Ces derniers cédaient finalement dans les dernières minutes.

C’est Emeghara qui égalisait, à la 88e, après avoir éliminé Corchia et fixé Richert. Un nul logique entre deux équipes à 8 points qui pointe à la 7e (Sochaux) et la huitième place (Lorient) du classement.

Dijon 1 – 2 Lyon : Gomis en patron

Les Lyonnais sont en forme en ce début de saison. Et même sans faire un grand match, les Gones d’e Rémi Garde parviennent à prendre les trois points à l’extérieur face à une courageuse équipe dijonnaise.

Privés de Lisandro, les Rhodaniens ont rapidement ouvert le score. A la sixième minute, Gonalons coupait, au premier poteau, un corner tiré par Källström de la droite vers la gauche. A la fin du match, le milieu lyonnais avouera finalement qu’il n’est pas le buteur mais que le ballon a en fait été dévié par un défenseur bourguignon.

Les Olympiens imposaient ensuite leur domination en confisquant le ballon à leurs adversaires. Mais ces derniers, courageux et efficaces défensivement, laissaient passer l’orage et profitaient d’un moment de déconcentration des Lyonnais pour revenir dans le match.

C’est Corgnet qui égalisait à la 43e d’une frappe puissante des 20 mètres. Pas très bien placée mais assez sèche pour surprendre Lloris.

Le début de la seconde mi-temps étaient plus délicat pour les septuples champions de France. Ils ne parvenaient plus vraiment à faire le jeu. Mais ils reprenaient finalement l’avantage à la 53e grâce à Gomis.

L’attaquant prenait ses responsabilités en l’absence de son compère Lisandro et reprenait victorieusement de la tête un centre de Bastos. Suite à quoi les Gones géraient leur avance jusqu’à la fin de la rencontre.

Très bonne opération pour l’OL qui, avec 11 points, confirme sa place de dauphin de Ligue 1 et continue sur sa belle lancée. Pour les dijonnais, la situation est plus délicate. Ils ont six points et stagnent à la quatorzième position.

ASSE 1 – 3 LOSC : Hazard fait bien les choses

Les Lillois signent leur grand retour dans les premières places du classement. Mais ce ne fût pas simple. Les Stéphanois ouvraient le score à dès la septième minute. Sur un coup du sort : un but contre son camp du Lillois Rozenhal.

Ensuite, les Nordistes ont eu du mal à revenir dans le match. Ils se sont heurté à une équipe de Saint-Etienne plus que prudente. D’autant plus que ces derniers se sont vus rapidement réduits à onze suite à l’expulsion de Néry à la 32e minute pour un tacle assassin sur Béria.

Mais après la mi-temps, Eden Hazard entrait en scène et changeait le cours de la rencontre. D’abord à la 54e minute. Il s’offrait un magnifique slalom dans la défense des Verts et venait tromper Ruffier pour égaliser.

Et le milieu offensif belge enfonçait le clou à la 73e. Il s’appuyait sur Saw et battait le portier stéphanois une seconde fois. Difficile ensuite de revenir pour ces derniers. Pourtant, à la 82e, Sakho touchait le poteau sur coup-franc.

Mais c’est finalement Obraniak qui clora les débats à la 86e grâce à une passe décisive de Joe Cole. Le milieu anglais était entré à la 65e à la place d’une Payet décevant.

Grâce à cette victoire, les Lillois remontent sur le podium à la troisième place, avec 10 points. Quant aux Stéphanois, ils restent à 7 points et pointent à la neuvième position.

AC Ajaccio 3 – 1 Valenciennes : première victoire pour les Corses

Remontés, les Valenciennois affichaient leurs ambitions dès le début de la rencontre. Ils prenaient le jeu à leur compte et dominaient assez largement leurs adversaires. Mais Ochoa parvenait valeureusement à préserver ses buts.

Mais le portier Mexicain céda finalement à la 36e face à Danic qui reprenait un centre de Ducourtioux. La première mi-temps se terminait sur ce score de 1 – 0 pour les Nordites.

Mais à la reprise, les Corses ne tardaient pas à revenir dans le match. Sammaritano égalisait sur un beau coup-franc à la 47e. Et le lutin remettait ça, sept minutes plus tard sur un enchainement contrôle de la poitrine, frappe de l’extérieur du droit.

La partie finissait de basculer, à la 58e suite au troisième but marqué par Ilan. Profitant d’un bon travail de Cavalli, le Brésiliens battait le gardien ajaccien d’un ballon piqué.

Une victoire qui donne un peu d’air aux Corses. Ils sortent de la zone des relégables et, avec 5 points, remontent à la quinzième place. Pour les Valenciennois, en revanche, la situation se complique lourdement. Ils n’ont toujours qu’un seul point et restent lanterne rouge.

Bordeaux 0 – 0 Evian TG : nouvelle purge à Chaban

En ce début de saison, les Girondins ne font vraiment pas le bonheur de leurs supporters. Encore un match nul qui doit donner des envies de meurtres aux abonnés du stade Chaban Delmas.

Pas grand chose à dire sur cette rencontre à part que Bordeaux a imposé une domination stérile à des Savoyards très prudents. Les Girondins ont peu inquiété le gardien d’Evian à part par l’intermédiaire de Modeste, de la tête, à la 19e et de Diabaté, lui aussi, de la tête, qui frappait la transversale à la 75e.

Le FCGB continue de végéter dans le ventre mou, à la onzième position, avec 6 points. La saison s’annonce longue à nouveau, sur les bords de la Garonne… Evian est douzième avec le même nombre de points.

Marseille 0 – 1 Rennes : l’OM tremble

Lors des deux dernières saisons, ils ont remporté le championnat et terminé second. Mais cette année, la tache s’annonce beaucoup plus compliquée pour les Marseillais. En effet, après 5 journées, les Olympiens pointent à une triste seizième place avec seulement trois unités acquises lors de trois matchs nuls.

Et samedi, c’est le FC Rennes qui a crucifié les joueurs phocéens. Ou plutôt Costil, le jeune gardien breton. Il a dégouté les attaquants marseillais à plusieurs reprises. D’abord face à Remy, de près à la 15e. Puis de toute beauté sur une tête de Diarra sur corner au retour de la pause.

Le portier Rennais, aidé par une solide défense, parvenait à préserver son but vierge. Et, à la 76e, c’est un de ses dégagements mal négocié par les arrières marseillais qui permettait à Kembo de tromper Mandanda d’une belle frappe de 20 mètres.

Douche froide dans les Bouches-du-Rhône où la crise pointe le bout de son nez. Par contre, à Rennes tout va bien. Les Bretons sont sixièmes avec 10 points.

Nancy 0 – 0 AJ Auxerre : Nancy au point mort

Toujours pas de victoire pour Nancy jusqu’à présent. Les Lorrains recevaient l’AJ Auxerre diamanche après-midi et le match fût triste à voir.

Le jeu fût haché avec de nombreuses fautes et des duels très physiques au milieu du terrain. Beaucoup de lacunes techniques. On plein les spectateurs du stade Marcel Picot…

Rien à ajouter à part que Nancy est 18e, avec deux points et qu’Auxerre est dixième avec seulement six points.

Montpellier 1 – 0 Nice : Montpellier, héros !

Les Héraultais, en tête avant le début de cette cinquième journée, avaient été doublé par Lyon qui s’était imposé samedi soir. Mais les joueurs de René Girard ont su se mobiliser pour s’imposer dimanche après-midi et reprendre leur dû.

En première mi-temps les débats étaient assez équilibré. Mouniet et Meriem inquiétaient Jourden à la 18e et à la 30e. Mais c’est, en deuxième mi-temps, après l’entrée en jeu de Camara que la rencontre va basculer.

Sur un ballon mal repoussé par la défense niçoise, l’attaquant montpellierain ouvrait le score grâce à une frappe magnifique du gauche, dans la lucarne d’Ospina, à la 74e.

Montpellier reprend donc la tête avec 12 points. Pour Nice, c’est toujours la 19e position avec deux petits points.

PSG 1 – O Brest : Pastore régale les spectateurs

L’Argentin Pastore jouait, dimanche soir, son première match en tant que titulaire sous ses nouvelles couleurs du PSG, en championnat. Et ce qu’on peut dire, c’est qu’il n’a pas déçu les spectateurs du Parc des Prince.

Si les Parisiens ont dominé la rencontre, leurs adversaires brestois étaient dangereux à plusieurs reprises en contre. A la 20e, un tir rasant de Poyet obligeait Sirigu à se détendre pour préserver le score.

Et Pastrore, très en jambe et techniquement à l’aise, sollicitait le portier breton, de la même manière, à la 24e. Par la suite, il régalait à plusieurs reprises les fans du PSG par ses gestes techniques. Mais ce n’est qu’à la 68e que lesPparisiens parvinrent à trouver la faille.

Ménez accélérait comme il sait si bien le faire et servait Pastore, à l’entrée de la surface. Ce dernier reprenait, trompait Elana et libérait ses supporters.

Bonne opération pour les Parisiens qui remontent à la quatrième place avec 10 points. Les Brestois sont, eux, seizième avec 4 points.