Archives Mensuelles: novembre 2012

Ligue 1 : les stats marquantes de la 14e journée


Si jusqu’alors les clubs de Ligue 1 s’étaient montrés plutôt prolifiques, cette 14e journée de l’édition 2012-2013 du championnat affiche une toute petite moyenne de 1,70 but par rencontre. A titre de comparaison, elle est de 2,62 ballons au fond des filets par match depuis le début de la saison.

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté. Les attaquants ont frappé 25 fois au but par opposition, en moyenne, au cours de cette journée alors que depuis le début de la saison, cet indicateur est fixé à 24 tirs par rencontre. L’efficacité n’était donc pas au rendez-vous. La faute à la maladresse des buteurs mais aussi – et surtout – à l’agilité des gardiens de buts de Ligue 1.

Toulouse chat noir de l’OL

Du côté des performances collectives à retenir pour ces statistiques de la 14e journée, c’est le Toulouse Football Club (TFC) qui figure en haut de l’affiche. Le club haut-garonnais est parvenu, dimanche 25 novembre 2012, a préserver une impressionnante série d’invincibilité à domicile face à l’Olympique Lyonnais (OL). En s’imposant (3-0), les Toulousains renforce leur statut de chat noir des Lyonnais puisque ces derniers ne sont pas parvenus à les vaincre au Stadium depuis le 5 novembre 2005 (5 victoires pour le TFC et 2 nuls).

Depuis cette date (victoire 1-0 de l’OL), les protégés d’Alain Casanova n’ont pas encaissé le moindre but chez eux contre l’équipe de Jean-Michel Aulas. Le TFC obtient son 3e succès de rang sur ses terres face aux Rhodaniens. Ces derniers ne s’étaient plus inclinés en déplacement depuis le 18 avril 2012 et une défaite 3-0… à Toulouse !

Autre formation en pleine bourre en ce moment : l’AS Saint-Étienne (ASSE). Les Verts qui se sont imposés, vendredi, contre Valenciennes (1-0), enchaînent sur un 9e match consécutif sans perdre. Il s’agit de leur plus longue série d’invincibilité depuis 2008. Cette dernière victoire est la 4e de suite pour le club à domicile. Une série à laquelle les spectateurs de Geoffroy-Guichard n’avait pas eu le plaisir d’assister depuis 2006.

Un petit tour à Paris où, en s’imposant samedi contre Troyes (4-0), le Paris-Saint Germain (PSG) a préservé sa série de 11 rencontres consécutives sans perdre à domicile en Ligue 1. C’est même la 5e victoire de rang pour les Parisiens sur leurs terres. La 5e par au moins 2 buts d’écart. En 11 matchs à domicile face à l’ES Troyes Aube Champagne (ESTAC), le PSG a gagné 9 fois et obtenu 2 nuls.

L’Olympique de Marseille (OM) a ouvert le score pour la 10e fois cette saison contre le Lille Olympique Sporting Club (LOSC), dimanche 25 novembre 2012 (victoire 1-0 de l’OM). C’est le total le plus élevé en Ligue 1 cette année. Et, en général, ce 1e but est un bon signe pour les Marseillais car ils ne se sont encore jamais inclinés en le marquant (8 victoires et 2 nuls).

Ibrahimovic sur les traces de… Stéphane Guivarc’h

Du côté des performances individuels, il faut noter le 1er doublé en ligue 1 de la jeune carrière de Wissam Ben Yedder. L’attaquant français du TFC a inscrit dimanche ses 8e et 9e buts de la saison lors de la victoire de son club contre l’OL. Sur ces 9 pions, 7 ont été marqués à domicile. Au total, depuis ses débuts professionnels, l’avant-centre des Bleuets compte 10 buts en Ligue 1.

Quant à Zlatan Ibrahimovic, avec ses 2 nouveaux buts plantés (ses 11e et 12e) contre l’ESTAC samedi, il hausse sa fréquence à 1 réalisation toutes les 81 minutes en championnat. L’avant-centre du PSG réalise ainsi son 5e doublé de la saison en 11 matchs disputés. Seul Stéphane Guivarc’h avait auparavant réussi la performance de totaliser 12 buts après seulement 14 journées en Ligue 1. C’était lors de la saison 1996-1997.

Un mot sur Dario Cvitanich pour terminer. L’attaquant argentin de l’OGC Nice (OGCN) a marqué son 6e but en Ligue 1 de la saison à l’occasion de la victoire (0-1) de son équipe sur le terrain du FC Sochaux Montbéliard (FCSM). Tous ont été inscrits au cours des 8 dernières journées de championnat. Et il a même planté 4 fois lors des 4 dernières rencontres de son club à l’extérieur.

Publicités

Top and the Flop (épisode 14)



On est lundi et comme après chaque journée de championnat on a pensé à toi en te concoctant ton petit résumé du week-end avec tes traditionnels tops et flops.

Au menu cette semaine: un Attaquant déchainé, des filles au sommet, une équipe où l’argent ne fait pas forcément le bonheur et bien d’autres choses encore …

Malaga is back.
Après une baisse de forme qui les avaient vus passer de la seconde place de la liga à la 5ème en trois journées, les Andalous ont su redresser la barre et d’une bien belle manière. D’abord en allant chercher le point qu’ils leur manquaient pour terminer premier de leur groupe en ligue des champions sur la pelouse du Zénith Saint Petersbourg mercredi (2-2), puis en allant étrillant Valence (4-0) cette fois à la Maison avec des buts signés, Portillo Soler, Saviola, Santa Cruz et Isco.

L’OL sur le sommet du monde.
Une fois n’est pas coutume, on va vous parler football féminin, et oui les Lyonnaises double vainqueur de champion’s league ont disputées cette semaine la première édition de la « Mobcast cup » l’officieux mondial des clubs féminin. Opposé en final face au club Japonais de Kobe, les Française menées dès la 39e minute ont su inverser la tendance à la 80ème sur un tir de Franco et allez chercher la victoire lors des prolongations avec un pénalty signé de la capitaine Lyonnaise Sonia Bompastor.

Lewandowski affiche ses ambitions.
Le Borussia Dortmund peut lui dire encore une fois merci. Grand artisan du titre la saison passée, le jeune Polonais est reparti sur les mêmes bases que la saison dernière avec déjà neuf buts en douze matchs de championnat. Auteur d’un doublé mercredi en C1 contre l’Ajax d’Amsterdam, Robert à réitéré ce week-end face Mayence (2-1). Une prestation qui permet à son club de devenir le nouveau dauphin du Bayern et à L’attaquant prodige de continuer son petit bonhomme de chemin vers le titre de meilleur buteur de Bundesliga.

Madrid n’échappe pas à la crise.
Ont les avaient quittés en fin de saison dernière, champion d’Espagne avec de grandes ambitions pour la saison prochaine et au vu de leur effectif galactique le minimum pour eux était de confirmer. Mais c’est loin d’être le cas, Ronaldo commence à agacer plus d’un de ses coéquipiers avec ses soucis d’enfant gâté, le vestiaire se divise de plus en plus face aux méthodes du « Mou » et le Real n’arrive toujours pas à suivre le rythme imposé dans la course aux titres. Désormais à onze points des Barcelonais après leur défaite ce week-end sur la pelouse du Bétis Séville (1-0), les Merengues ont du pain sur la planche s’ils veulent sauver rapidement les meubles.

La chute, mais jusqu’où ?
On parle d’un club qui, il y a encore deux saisons, jouait la ligue des champions, un club qui pendant des années a eu une gestion saine, sans esbroufe avec comme seul mot d’ordre le maintien. Mais la saison dernière la machine s’est enrayée, les luttes de pouvoirs ont rongé le club de l’intérieur et en fin de saison ce qui devait arriver arriva. L’AJ Auxerre, club historique de ligue 1, retrouvait la ligue 2 trente-deux ans après l’avoir quitté, et au vu des récents résultats, défaite 2-0 face à Nantes ce week-end et de leur position au classement, actuellement 16ème, une réaction et un sursaut d’orgueil de certains joueurs serait les biens venus, à moins qu’ils rêvent d’un futur à la Strasbourg, Toulon, Metz et bien d’autres illustres anciens.

Benitez le pompier mal aimé.
Quatre jours après la déroute de Chelsea face à la Juventus et le limogeage du coach Londonien Di Matteo, son remplaçant, L’Espagnol Rafaël Benitez devait redresser la barre et apporter une touche offensive à un effectif bien endormi. Opposé au Champion en titre Manchester City, le néo coach des « blues » a été accueillis très froidement pas les supporters de ça propre équipe scandant des « Benitez out » et autres « there’s only one is Di Matteo ». Une victoire aurait peut être redorer son blason, mais ce Chelsea- City s’étant soldé par un platonique 0-0 sûr que le bizutage du côté de Standford Bridge va encore durer quelque temps.


Alessandrini a-t-il encore marqué la semaine dernière? Et bien c’est en regardant les plus beaux buts de cette dernière que tu le seras.
http://www.dailymotion.com/video/xvbv92_2012-11-04_sport#from=embediframe

Nice : le bilan, après un trimestre de Claude Puel


Claude Puel (entraineur de l'OGC Nice)

Après trois longues années passées à l’Olympique Lyonnais suivie d’une année sabbatique, Claude Puel a fait un choix qui a du en surprendre plus d’un en signant à l’OGC Nice pour bâtir un nouveau projet. Loin de moi l’envie de revenir sur le bilan du castrais dans le club de Jean-Michel Aulas, sanctuaire sacré où Claude Puel est l’objet de tous les rites vaudous comme s’il était l’incarnation de Lucifer sur la planète Terre. Non rien de tout ça, cet article a pour but de revenir sur les premiers mois de Claude Puel à Nice et de la mise en place du projet.

Après sa victoire au Stade de Gerland à l’issu de la 38ème journée de Ligue 1 2011/2012 (Lyon 3-4 Nice), l’OGC Nice termine la saison à la treizième place avec quarante-deux points soit quatre petits points de plus que le premier relégable c’est-à-dire le Stade Malherbe de Caen.
Malgré un bon intérim de René Marsiglia (moyenne de 1,24 points/match) qui avait remplacé Eric Roy en novembre 2011, Jean-Pierre Rivère (président de l’OGC Nice) a décidé de ne pas renouveler le contrat de l’ancien arrière gauche et capitaine de l’OGC Nice du début des années 90. Le président niçois croit au potentiel niçois et a besoin d’un homme compétant et capable de mener à bien ce projet, pour reprendre ses mots : « On a un gros chantier. On a un gros potentiel à Nice. Les infrastructures arrivent, le grand stade c’est juin 2013, précise le président niçois. On a besoin de plus de rigueur, de professionnalisme. On a besoin de structurer ce club. Il faut des fondations, des gens capables, il faut aller chercher les bonnes personnes.»
Qui pour mener à bien ce projet ? Libre de tout contrat depuis un an, lui aussi a joué en côte d’Azur, lui aussi était arrière gauche dans les années 90 et lui aussi était capitaine de son équipe mais de l’éternel rival à l’AS Monaco : c’est officiel, Claude Puel est nommé entraineur de l’OGC Nice le 23 mai 2012.
Choix surprenant quand on regarde le palmarès de Claude Puel (Champion de France, Demi-finaliste de la Ligue des champions mais aussi joueur emblématique du voisin monégasque) mais pas tant que ça quand on connait le bonhomme. En effet, Claude Puel est un entraineur qui exerce son métier avec le plus grand professionnalisme possible. C’est un amoureux du football qui aime les défis, être le bâtisseur et le meneur d’un projet ambitieux ne lui fait pas peur surtout quand lui montre qu’on lui fait confiance comme cela à pu être le cas au Lille OSC. C’est pour ces raisons qu’il a accepté la proposition de Jean-Pierre Rivère. Et sa première mission fut la gestion (délicate) du mercato.

Claude Puel : « je suis satisfait de ce marché ».

Nice - Mercato d'été 2012

Tableau des transferts de l’OGC Nice (source : LFP.fr)

Lors de ce mercato d’été, Claude Puel s’est attaché à renouveler son effectif malgré le peu de moyens dont il disposait. En effet le Gym accusait un déficit d’environ neuf millions d’euros et le club faisait l’objet d’une mesure d’encadre de se masse salariale et des indemnités de transfert de la part de la DNCG (Direction Nationale de Contrôle et de Gestion). Il a donc fallu la jouer finement et le club a enregistré cet été neuf arrivées (dont un retour de prêt) et treize départs pour une balance positive d’environ 6M€. Cet été l’OGC Nice a perdu notamment trois joueurs cadres : Fabian Monzon (jugé pas assez performant défensivement), Anthony Mounier et Eric Mouloungui. Mais Claude Puel a su être malin en recrutant de nombreux joueurs libres (Joris Delle, Romain Genevois, Timothy Kolodziejczak, Eric Bautheac, Kevin Diaz), en relançant Mahamane Traoré de retour de prêt ou en se faisant prêter Valentin Eysseric. Au final l’OGCN Nice n’a déboursé « que » 3,4M€ pour Dario Cvitanich (en provenance de l’Ajax Amsterdam) et Jérémy Pied (en provenance de l’Olympique Lyonnais).

Globalement, Claude Puel est satisfait de son mercato d’été même s’il aurait surement apprécié de se séparer de David Ospina (car il avait déjà anticipé son remplacement en la personne de Joris Delle) et recruter Clément Grenier de l’Olympique Lyonnais. Même si dans la transaction Pied-Monzon, les supporters niçois se sentent lésés au niveau des indemnités de transfert, Claude Puel a tout de même réussi à remplir l’objectif qui était fixé c’est à dire diminuer la masse salariale tout en renouvelant l’effectif avec des jeunes joueurs à potentiel et pouvant s’inscrire dans le projet niçois avec une balance nettement positive pour combler le déficit.

Nice - Debut de saison difficile

Claude Puel remobilise ses troupes

Un début de saison difficile

Que vous possédiez 100M€ ou 5M€, construire une équipe en renouvelant une grande partie de l’effectif reste toujours une tâche très complexe à effectuer. La première mission de Claude Puel a donc été de créer un collectif, une équipe. Les premiers matchs de l’OGC Nice n’ont pas été mauvais dans le contenu mais l’équipe azuréenne a peiné au début de ce premier trimestre. En effet, si on exclu les cas désespérés de ce premier trimestre (l’AS Nancy et l’ESTAC), le seul club azuréen de l’élite fait parti des équipes qui ont remporté le moins de victoires cette saison (seulement 3 victoires en 13 matchs). Alors certes la dernière très belle victoire niçoise face au Toulouse FC permet au club de pointer à la 11ème place mais on sent que cette équipe peut faire mieux et qu’elle va mieux faire car on entrevoit petit à petit une équipe qui prend forme. En effet, si l’OGC Nice a du mal à remporter des victoires c’est aussi une équipe qui est très difficile à battre : seulement trois défaites. Seules les équipes du trio de tête (respectivement l’Olympique Lyonnais, les Girondins de Bordeaux et le Paris Saint-Germain) font mieux. C’est donc cette capacité de pouvoir arracher ou à conserver le point du match nul (l’OGC Nice est l’équipe qui réalise le plus de matchs nuls, sept au total) qui fait de cette équipe un adversaire coriace pour ses opposants.

De plus si on regarde les statistiques, malgré la réputation de bétonneur qu’on aime bien accorder à Claude Puel, on remarque qu’en terme de possession de balle l’OGC Nice se place comme la 4ème meilleure équipe de L1 avec une moyenne de 53% de possession de balle soit une meilleure moyenne que le Paris SG, l’Olympique de Marseille, l’AS Saint-Etienne, le Valenciennes FC ou le FC Lorient. De plus, l’OGC Nice dispose de la 8ème meilleure attaque de L1. Et ceci, elle le doit en grande partie à l’argentin Dario Cvitanich qui a marqué 5 buts lors de ses 10 titularisations en L1. Avec un but toutes les 154 minutes, il possède un ratio supérieur à des joueurs tels que son compatriote Lisandro Lopez , le turc Mevlüt Erdinç ou encore le bordelais Yoan Gouffran. La réussite de l’OGC Nice va grandement dépendre de l’argentin cette saison et il a les cartes en main pour réussir car il ne risque pas cette fois d’avoir un Luis Suarez dans les pattes pour lui prendre sa place.
Mais si offensivement Claude Puel ne peut pas compter sur Xavier Pantecote, qui n’a plus joué une minute depuis décembre 2011, il peut compter sur l’ancien dijonnais Eric Bautheac qui réalise un bon début de saison (4 buts et 3 passes décisives en Ligue 1) et qui n’hésite pas à centrer pour apporter le danger. Si l’OGC Nice est la 4ème équipe de L1 qui centre le plus avec 311 centres, c’est bien grâce à Eric Bautheac et ses 95 centres (Deuxième meilleur total de L1).

Malheureusement Nice est aussi la 6ème plus mauvaise défense de L1. Cela est en grande partie dû au fait que l’effectif est jeune et a commis trop d’erreurs de concentration en ce début de saison pour permettre à Nice d’être plus haut dans le classement. Si la charnière centrale titulaire reste la même avec Renato Civelli et Nemanja Pejcinovic , les latéraux sont très inexpérimentés avec Kolodziejczak à gauche et Palun ou Genevois à droite.
De plus il y a cette alternance au niveau des gardiens qui peut être perturbante pour la défense, Joris Delle ayant joué les dix premiers matchs de L1 avant de laisser sa place à David Ospina pour les trois derniers.

Une fin de trimestre encourageante

La joie de Valentin Eysseric, buteur en Coupe de la Ligue (OGC Nice 3-1 O.Lyonnais)

Une fin de trimestre encourageante

Concernant la Coupe de la Ligue, l’OGC Nice continu son petit bonhomme de chemin et a réussi à accéder aux ¼ de finale. Tout d’abord après avoir éliminé le Stade Brestois 4 buts à 2 à Francis-Le Blé grâce notamment aux deux premiers buts de Dario Cvitanich sous le maillot rouge et noir. Puis en réalisant un petit exploit en éliminant l’Olympique Lyonnais, ancien club de Claude Puel. La jeune garde composée de Genevois, Mahamane Traoré, Valentin Eysseric, Kévin Diaz, Kolodziejczak et surtout le jeune Maupay en attaque du haut de ses seize ans ont réussi à sortir l’ancien finalise de la compétition sur le score de 3 buts à 1 sur une pelouse détrempée.

Par ailleurs ce match a peut-être été un déclic pour les niçois car depuis cette rencontre l’OGC Nice a enchainé 4 matchs sans défaite (3V, 1N) dont un nul au Vélodrome suivi d’une victoire face à Toulouse.
Après s’être rendu à Sochaux pour le dernier match de L1 en ce mois de novembre, l’OGC Nice qui est actuellement en milieu de tableau aura à cœur de prouver à des équipes comme le Paris Saint-Germain ou le Stade Rennais qu’il est très difficile de se déplacer au Stade du Ray en cette fin d’année 2012.
L’OGC Nice est donc plutôt bien placé en Ligue 1 malgré un début de saison difficile et montre un contenu intéressant. Si beaucoup se sont moqués de Claude Puel car ce dernier souhaite « retrouver la Ligue des Champions », il serait intéressant de se souvenir du travail qu’il a accompli au LOSC jusqu’à les amener en Champion’s League. Si cela ressemble à un doux rêve utopiste, Claude Puel a les capacités de faire de l’OGC Nice un candidat crédible à la course à l’Europa League à moyen terme. De plus, on ne va pas reprocher à un entraineur d’être ambitieux quand la langue de bois est ce qui se pratique de mieux dans le football professionnel à l’heure actuelle. Sans ambition, il est impossible de progresser, pour reprendre une célèbre citation d’Oscar Wilde : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles. ».

Enfin, en cette saison de construction, l’avenir du Gym s’annonce sous de bons auspices avant l’arrivée du nouveau stade. Attention de tout de même car si un nouveau stade arrive avec plein de promesses, il a souvent été livré avec un chat noir pour une certaine quantité de clubs dans ce championnat de France : Grenoble, Le Mans, Le Havre, Amiens ou même le LOSC peuvent en témoigner (Valenciennes semble être une exception). Mais malgré l’incapacité du club à terminer dans la première partie de tableau depuis quatre saisons, le projet se veut rassurant tant dans ses perspectives que dans sa réalisation actuelle. Ainsi, pour conclure, je me livrerais à un petit pronostique en disant que Claude Puel arrivera à placer l’OGC Nice dans les 10ères places cette saison. Mais attention, rien n’est écrit d’avance…

Ligue 1 - Classement à l'issu de la 13ème journée

Ligue 1 – Classement à l’issu de la 13ème journée

Ligue 1 : les stats marquantes de la 13e journée


A l’issue de cette 13e journée de Ligue 1 2012/2013, on aurait pu tourner les projecteurs vers la défaite surprenante du Paris-Saint Germain (PSG) face au Stade Rennais FC (2-1) à 11 contre 9 sur la pelouse du Parc des Princes. Ou de l’OPA lancée par l’Olympique Lyonnais (OL) et le FC Girondins de Bordeaux (FCGB) sur la tête du classement. Mais non. Du point de vue des chiffres, c’est l’OGC Nice (OGCN) qui a marqué ce week-end de football.

Grâce à leur victoire (1-0) obtenue dimanche 18 novembre 2012 contre le Toulouse Football Club (TFC), les Aiglons enregistrent le 700e succès de l’histoire du club parmi l’élite du championnat de France de football. L’équipe y joue sa 54e saison et y a été sacrée 4 fois Champion. Elle devient la 10e formation française a atteindre ce nombre de victoires en Ligue 1. Un performance obtenue grâce à un but de Dario Cvitanich. Le 5e en Ligue 1 pour l’attaquant. Tous ont été marqués au cours des 7 dernières journées.

Brest maître en sa demeure

Parmi les autres performances collectives remarquables et, n’en doutons point, remarquées, la 1e victoire depuis la 5e journée pour le FC Lorient qui est venu à bout de Lille vendredi (2-0). Les Bretons ont ainsi mis un terme à une série de 7 matchs consécutifs sans prendre les 3 points (4 nuls et 3 défaites). Les joueurs de Christian Gourcuff en ont également profité pour en finir avec une autre série : 8 journées de rang en prenant au moins un but.

Autre formation bretonne victorieuse ce week-end : le Stade Brestois 29. Les footballeurs de Brest engrangent leur 5e succès en 6 rencontres jouées à domicile depuis le début de la saison. Ils sont invaincus dans leur stade Francis Le Blé cette année (5 victoires et un nul). Vainqueurs samedi face au SC Bastia (3-0), les ouailles de Landry Chauvin n’avaient pas remporté un match par 3 buts d’écart depuis le 30 novembre 2010 (4-1 à domicile contre Lens). Soit près de 2 ans.

On reste à l’Ouest, mais on descend un peu vers le Sud. Direction Bordeaux, où le FCGB a enchaîné un 28e match consécutif sans défaite à domicile contre l’Olympique de Marseille (OM). Les Girondins comptent 19 victoires et 9 nuls face à leurs rivaux marseillais. Depuis qu’ils jouent en Ligue 1, les Bordelais ont battu les Olympiens 31 fois en 50 oppositions sur leurs terres (31 victoires, 15 nuls et 4 défaites).

Quand Costil n’est pas là, Ndiaye danse dans les buts rennais

En ce qui concerne les performances individuelles, il faut noter le 1e doublé en Ligue 1 de Larsen Touré. L’attaquant brestois a tiré à 4 reprises face à Bastia – total le plus élevé de la rencontre – et a donc fait mouche pour la moitié de ses tentatives. Sur les deux seules qu’il a cadrées en fait.

Un autre joueur évoluant dans un club breton a fait parler de lui ce week-end. Cheick Tidiane Ndiaye, entré en jeu pour remplacer Benoît Costil expulsé, a largement contribué à la victoire rennaise contre le PSG. Le gardien a réalisé 13 interventions décisives au cours de la rencontre. C’est le total le plus élevé cette saison en Ligue 1. Parmi elles, le portier a réussi 4 arrêts et 9 détournements. Une performance exceptionnel à ce poste.

Et on termine ce tour des stats marquantes de la 13e journée avec un passage à Saint-Étienne. Lors du match nul (2-2) de l’AS Saint-Étienne (ASSE) dans l’antre d’Evian-Thonon-Gaillard (ETG), Max-Alain Gradel a marqué le 1e doublé de sa carrière en Ligue 1. L’attaquant international ivoirien en est à 3 réalisations cette saison dont 2 à la suite de passes décisives de son compère Pierre-Emerick Aubameyang. Pas égoïste, il a lui-même délivré 2 offrandes pour permettre à son compère d’attaque chez les Verts d’inscrire 2 de ses 8 buts cette année.

Top and the Flop (Episode 13)



C’est le début de semaine, tu déprimes après une journée de galère? Et bien ton Top and the Flop est là pour toi !
C’est parti !


Manchester City le rescapé du weekend?

Manchester City a pris seul ce weekend la tête du classement, puisque seule équipe du trio de tête comprenant entre autres Manchester United et Chelsea a gagné ce weekend. C’est avec surprise qu’ils passent en tête puisque depuis le début de saison City est plutôt décevant enchaînant le bon et le moins bon, en plus des résultats plutôt mitigé en Champions League. Mais au final, les Citizens sont toujours là !

La Fiorentina en embuscade

Dans son antre de Artemio Franchi l’équipe de Florence est intraitable cette année. La preuve encore hier avec leur victoire 4-1 contre l’Atalanta Bergame. La formation de Vincenzo Montella devient au fur et à mesure de plus en plus séduisante. Un football offensif, un bon mercato enregistrant l’arrivée de bons joueurs de ballon comme Aquilani, Borja Valero, Matias Fernandez et David Pizarro. La Viola après un départ poussif semble bien partie pour jouer les fortes têtes tout au long de la saison.

Lyon ça pétille !
Vainqueur de Reims, hier sur le score de 3-0 , les Lyonnais ont donc pris place sur le podium de la Ligue 1. Les Lyonnais confirment leur bon début de saison et peuvent maintenant afficher leur ambition. Malgré le budget serré et les départs de certains cadres, les Gones jouent sans complexe et pourraient même être titrés champions d’Automne avant de peut-être pouvoir rêver de titre de champion de France !


Paris entame sa traditionnelle crise de novembre

Certes Rennes a été héroïque samedi soir au parc en l’emportant 2-1 à 9 contre 11 après l’expulsion du gardien Costil et de Makoun. Mais le PSG n’a pas su trouver la faille pour l’emporter, privé de Zlatan, les hommes de Carlo Ancelotti ont semblé perdus. Avec 1 point en 3 matchs la traditionnelle crise de novembre bien connue au PSG se profile à l’horizon.

Jeunechamp, la zone mixte comme un ring
Samedi soir, à Valenciennes le défenseur Montpellier a pété les plombs puisqu’il a agressé un journaliste de l’Equipe qui avait publié dans la semaine un article sur le champion de France. Un article qui n’était visiblement pas du goût de Cyril Jeunechamp, qui a sorti les poings en zone mixte. Connaissant le style d’article de nos collègues Anglais, Allemand, Italien ou Espagnol, on se dit que si Jeunechamp avait joué à l’étranger il purgerait déjà une peine de prison pour meurtre. Encore une fois un membre de l’équipe de Montpellier nous montre toute l’étendue de son intelligence.

QPR s’enfonce encore
Après une nouvelle défaite 3-1 ce weekend à domicile contre Southampton, QPR 20 ème de Premier League avec 4 points en 12 matchs est l’équipe qui totalise le moins de points sur les 5 gros championnats européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, France, Italie). Restons objectif la formation de Mark Hughes est bien parti pour descendre en Championship à la fin de la saison. Chaque saison il faut un épouvantail à chaque championnat et cette année c’est tombé sur les Queens Park Rangers.


Allez pour finir ce TATF comme d’habitude 3, 4 minutes de bonheur avec les plus beaux buts de la semaine dernière.

Top and the Flop (épisode 12)


On aurait pu vous parler de la démonstration du Bayern face aux Lillois, de l’élimination de Montpellier de la champions league, du Zlatan-festival face à Zabreb, de la déroute du Barça à Glasgow, oui, mais non. On se contentera de revenir sur la dernière journée des principaux championnats européens et y a déjà assez à faire.

Retour donc sur les tops et les flops de votre week-end, let’s go !!!!

Valenciennes comme on l’aime.
S’imposer à Furiani n’est jamais partie de plaisir, surtout lorsque vous êtes menés deux buts à un à la 77ème. Mais lorsque la meilleure attaque du championnat décide de passer la seconde, il ne faut pas plus de deux minutes pour planter deux buts et repartir avec les 3 points de la victoire.
Score final 2-3 Bastia : Modeste 39éme sp/ palmieri 63ème VAFC : Kadir 32 et 78ème/ Dossevi 80ème
Et au final et bien Valenciennes continue ça marche en avant et en plus commence à gagner à l’extérieur! Et si le VAFC créait la surprise ?

3 à la suite pour Bordeaux
Il y a 2 semaines après ses deux défaites de suite contre Bastia et Montpellier on pouvait douter de l’envie du groupe Bordelais de jouer au football. Mais depuis dimanche dernier on peut dire que Bordeaux a trouvé son levier de vitesse pour passer la seconde. En une semaine victoire dans le derby de la Garonne contre Toulouse, victoire contre les Portugais du Maritimo et victoire en Bretagne contrent Lorient. Alors certes Bordeaux n’est pas forcément l’équipe la plus séduisante à voir jouer, mais par contre elle est sans doute une des équipes les plus efficaces devant le but. Après tout sur le court terme l’important c’est le résultat peut importe la manière.

Spider Auba
C’est actuellement le Monsieur + des verts. Buteur décisif au Parc des Princes la semaine dernière, l’attaquant Gabonnais a réitéré encore cette semaine contre Troyes. Le Stéphanois qui est en pleine bourre affiche désormais 8 buts à son compteur personnel  à seulement deux petites longueurs du « roi » Ibra, de quoi donner une sacrée motivation à un joueur qui n’en demander surement pas autant.

Oh Toulouseuh
Il y a tout juste deux semaines, les joueurs du TFC avaient l’occasion de monter sur la plus haute marche de la ligue 1. Deux semaines plus tards ses mêmes Toulousains sont 8ème au classement et viennent de perdre 4-1 sur leur pelouse face à une flamboyante équipe d’Ajaccio. Cette équipe de Toulouse montre ses limites. Quand on vous dit que dans le football tout peut, allez très vite…

Arsenal cale, encore…
Il y a de ça quelques années Arsenal se tirait la bourre avec son meilleure ennemie, Manchester United, pour le titre. C’était l’époque du « big four » d’Highbury stadium, du roi Henry, bref c’était avant. En cette fin d’année 2012, Les Gunners ont perdu de leur superbe, luttent pour accrocher une place européenne (ils sont actuellement 8ème) en ne faisant pas mieux qu’un match nul (3-3) face à la modeste équipe de Fulham.

ASNL club fight…
Ok être bon dernier du championnat est dur à digérer pour tout supporter, ok Nancy c’est pris une valise face à Rennes (défaite 1-3), ok leurs joueurs ne donnent peut-être pas tous sur le terrain. Mais rien ne peut justifier le comportement de la cinquantaine de « pseudo supporters » qui pour montrer leur tristesse ont décidé d’en venir aux mains avec les joueurs en voulant envahir le vestiaire. Un acte malheureux, bien loin de l’esprit du football.

Et pour te mettre du baume au coeur en ce début de semaine, voici deux beaux bonus !
On commence avec la célébration de but de Valbuena hier contre Nice.

Et voici comme d’habitude ta petite vidéo résumant les plus beaux buts de la semaine dernière.

Interview de Alexandre Coeff [Lens]


Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous avons le plaisir de vous proposer une interview de Alexandre Coeff joueur du RC Lens et international Français des moins de 20 ans !

Bonjour Alexandre, peux-tu revenir sur ton parcours de footballeur jusqu’à aujourd’hui ?
J’ai démarré tout jeune dans des clubs de banlieue de Brest, où j’ai joué dans trois petits clubs, avant de pouvoir signer au Stade Brestois et en même temps en préformation à Ploufragan (pôle Espoir). Là où j’ai joué deux saisons, par la suite Brest m’a laissé partir pour aller à Lens qui m’avait repéré et c’est là-bas où j’ai effectué toute ma formation.

Tu es passé par un centre de formation, on sait que ce n’est pas forcément une étape facile à vivre pour les jeunes joueurs, comment as-tu vécu cette expérience?
Les premiers mois ont été assez difficiles, même si auparavant j’étais déjà en centre de préformation et je rentrais chez moi le weekend j’étais déjà un peu habitué. Mais les 2 premiers mois sont assez difficiles, ensuite grâce à l’école et les entraînements le temps passe un peu plus vite.

Jusqu’à présent tu as connu différent encadrement, staff, entraineur, qui t’a laissé un très bon souvenir ou a pu te pousser pour t’aider à devenir ce que tu es aujourd’hui ?
Le premier coach qui m’a donné m’a chance en Ligue 1 c’est László Bölöni. J’en garde à la fois un souvenir positif et négatif parce que cette année-là on descend de ligue 1 en ligue 2, mais il m’a permis de me remettre pas mal en question. Il a été le premier à cibler mes points faibles sur lesquels je devais travailler pour franchir un cap et devenir professionnel.

De saison en saison, tu joues beaucoup plus (13 matchs cette saison dont 11 titulaires), comment évalues-tu ton début de saison ?
J’essaie de prendre mes marques à un poste qui n’est pas le mien à la base (défenseur central), le club envisage de me faire jouer à ce poste toute la saison. Je pense que jusqu’à présent tout c’est plutôt bien passé personnellement. J’ai essayé de m’accrocher et de montrer ce que je savais faire à l’ensemble du staff qui me fait confiance jusqu’à présent. Même si les résultats n’ont pas été vraiment présents en début de saison, j’essaie toujours dans un souci de progression de donner le maximum aux matchs et aux entraînements.

Il y a quelques semaines ton ex-entraineur Jean-Louis Garcia a été licencié par la direction du club. Y’avait-il des tensions avec lui au sein du groupe ?
Très sincèrement entre nous ça se passait très bien, honnêtement il ne manquait plus que les résultats. Beaucoup de travail avait été fourni par l’équipe, tous les joueurs étaient concernés, nous savions très bien que le poste du coach et même de certains joueurs étaient menacé. Mais on a vraiment manqué de chance, je ne vais pas dire que c’était la seule cause de nos problèmes. Il a fallu un électrochoc, c’est-à-dire le changement de coach pour que la chance nous sourit un peu. Pourtant, il y a eu beaucoup de travail pendant 1 an et demi, ensuite forcément c’est plus facile de taper sur la tête d’un seul homme plutôt que sur celle de 20 personnes. Après la décision je ne sais pas de quelle manière elle a été prise au sein du club, mais en tout cas le coach n’a pas été lâché ou quoi que ce soit, ça c’est clair.

Toi tu n’as rien à lui reproché ? Dans sa gestion il a toujours été réglo ?
Peut-être qu’il a manqué un peu d’objectivité et de méchanceté, il était peut-être un peu trop gentil. Je pense que c’est ça qui a fait pencher la balance en sa défaveur un moment donné.

Pour toi ce limogeage a été logique ?
A partir du moment où un club qui envisage de remonter et se trouve dans les dernières positions du classement (c’est arrivé à Lens, mais aussi à Arles-Avignon où l’entraineur a été licencié le weekend dernier) cela semblait logique qu’il y ait un changement. Après le club à licencié le coach parce que l’on ne pouvait virer le majeur parti des joueurs.

Depuis Éric Sikora a pris le relais, qu’est-ce qui a changé dans la vie du groupe ?
Il connait mieux les joueurs et les joueurs le connaissent mieux. Je pense que certains joueurs se lâchent beaucoup plus, tente énormément. De plus, l’électrochoc du changement de coach a fait qu’en plus on a enchaîné avec une belle série donc la confiance est revenue et la chance a changé de côté.

Au final Jean-Louis Garcia ou Éric Sikora ?
Moi je ne peux que dire Sikora, car je l’ai déjà côtoyé, chez les -19 il était associé à Éric Assadourian et cette année-là nous gagnons le championnat en ne perdant aucun match, je suis resté sur cette image. Cette année il prône le jeu, le jeu, c’est une tactique qui me convient donc avantage à Sikora.

Lens a entamé une belle remontée est actuellement 6ème au classement, quel est l’objectif actuel du club ?
L’objectif est clair pour tout le monde, il faut avant tout atteindre la barrière des 42, 45 points synonymes de maintien. Ensuite plus cet objectif sera atteint tôt dans la saison, plus nous pourrons savoir si nous pouvons jouer la montée ou non. Mais il faut d’abord allez accrocher ces 45 points qui nous permettraient de jouer plus « relax » et donc sans pression.

Sur toutes les équipes que tu as pu rencontrer ou voir jouer jusque présent laquelle t’a fait la meilleure impression ?
Je dirais Nantes et Monaco, ces deux équipes ont démontré qu’elles avaient du métier et de l’expérience. La ligue 2 est un championnat ou tout le monde peut battre tout le monde et ces deux équipes par leur expérience même quand elles ne font pas un bon match arrive à gagner. Elles provoquent la chance et ont des individualités à l’intérieur de leur groupe qui vont leur permettre de faire la différence. Ces deux équipes sont de grosse prétendante à la montée.

Comment vois-tu ton avenir à Lens ?
À moyen terme je me vois jouer à Lens, mais avec le club en ligue 1, pour pouvoir réellement faire mes premières armes avec Lens. C’est l’objectif le plus concret que j’ai actuellement. Après si ce n’est pas avec Lens j’espère que ce sera avec un autre club. Mais j’aimerais quand même pouvoir rendre à Lens, tout ce que Lens m’a déjà donné.

Tu es international Français dans la catégorie des -20 ans, tu as participé au Festival international Espoirs de Toulon, quel souvenir cette expérience t’a laissé ?
Le tournois de Toulon est un tournoi d’équipe espoir, nous nous y sommes présentés avec une équipe de moins de 20 ans. On s’est d’ailleurs bien débrouillé (4ème place), mais en tout cas j’ai pris ça comme une récompense de la fin de saison que j’ai fait avec Lens où j’ai enchaîné les matchs. Après c’est du bonus. Moi je pense que pour progresser il faut jouer, donc cela passe par ce genre de tournois, ça fait des matchs en plus pour pouvoir progresser encore surtout à un tel niveau. Donc pour moi ce n’est que du bonus.

Pour toi qu’est-ce que ça représente une sélection en équipe nationale ?
C’est une fierté de pouvoir représenter l’élite de sa catégorie. Ça reste un honneur parce que l’on porte le maillot de notre pays, mais il est vrai aussi que c’est gratifiant de sentir que l’on fait partie d’un petit groupe qui représente l’élite de notre génération.

Il y a quelques semaines la sortie de certains membres de l’équipe de France espoir en boite de nuit quelques jours avant le match retour du barrage de l’euro espoir a fait polémique, qu’en as-tu pensés toi ?
Je connais un peu la mentalité des joueurs de foot, je trouve ça dommage qu’ils l’aient fait pendant une période si importante. Je ne sais pas comment ils ont abordé cette double confrontation, ils avaient eu tout le temps pour le faire lorsqu’ils étaient dans leur club. Mais pourquoi avoir choisi ce moment-là ? C’est vraiment là-dessus que je n’ai pas compris, ils avaient pris une belle avance en gagnant le premier match à domicile et ils sortent entre les deux matchs, c’est un manque de professionnalisme.

Ça te choque ?
Non, car connaissant les personnages (les joueurs de foot en général) je ne trouve pas ça, étonnant, mais je suis déçu pour le reste du groupe c’est un manque de respect vis-à-vis d’eux.

Quel est le club que tu supportes ?
Je supporte bien évidemment Lens, mais je reste attentif aux résultats du Stade Brestois, car c’est vraiment le club qui étant jeune allant les voir jouer m’a donné envie de jouer au football à un niveau professionnel. Et comme Brest reste ma ville natale, j’espère peut-être un jour allez rejouer là-bas.

Quel est ton joueur préféré ?
J’ai toujours aimé le jeu à Yoann Gourcuff.

Yoan Gourcuff ! Comment tu analyses son début de carrière qui fut très encourageante et que depuis 2010 le fait qu’il soit beaucoup moins bon et qu’il enchaîne les blessures ?
Il n’a pas été épargné par les blessures… Il est revenu le weekend dernier il a joué encore cette semaine et il a fait deux bons matchs. Mais malheureusement, j’ai aussi été dans cette situation à 16 ans où j’ai subi une rupture des ligaments croisés. Il faut toujours un long moment pour revenir. Après il est arrivé dans un groupe de Lyon déjà assez étoffé

Que penses-tu du changement d’horaire à 18h45 des de ligue 2 du vendredi soir ?
Personnellement en tant que joueur ça ne me dérange pas plus que ça. Après je me mets dans la peau de certain supporter c’est que c’est difficile pour eux par rapport au travail, aux enfants, etc… Mais ce que les gens ne savent peut-être pas c’est qu’avec le nouveau diffuseur (BeInSport) qui a racheté les droits télés ligue 1, ligue 2, il y a de l’argent derrière qui permettent aux clubs de vivre. Et à cause de la crise, certains clubs de ligue 2 ne s’en sortent que grâce à ça.


Que penses-tu des investisseurs Qataris au PSG ? Penses-tu que les sommes injectés sont choquants ?
Oui c’est clair que c’est choquant, mais en même temps je trouve ça bien. La seule chose que je pourrais leur rapprocher c’est qu’ils mettent de l’argent, mais ils ne le mettent pas dans le Championnat de France. J’aurais préféré qu’ils recrutent dans les clubs Français, pour que l’argent circule dans les clubs, parce que malheureusement tous les clubs en ont besoin. Cet argent part dans les pays étrangers je trouve ça dommage. Maintenant pour le spectacle cela fait du bien au championnat de France d’avoir des grands joueurs.

Est-ce que le footballeur professionnel lambda à cause de l’argent est au-dessus des réalités ?
C’est propre à chacun, pour ma part je sais d’où je viens, je reste très terre-à-terre. Je suis entouré par ma famille qui m’empêche de « prendre le cigare ». Après certains joueurs non plus aucune notion des réalités et ils sont dans ce qu’ils pensent être leur réalité. Ensuite c’est propre à chacun, cela dépend de son éducation, de la personne…

Dernière question, Platini ou Zidane ?
Zidane sans hésitation, il est plus de ma génération. Je suis plus à même de juger des qualités de Zidane que de celle de Platini. Pour moi c’est le meilleur joueur du monde et je ne suis pas convaincu qu’il y en aura des meilleurs. C’est un joueur complet qui est capable de tout.

Et bien merci d’avoir bien voulu répondre à nos questions Alexandre nous te souhaitons une bonne continuation ainsi qu’une bonne saison avec Lens.

[Concours] Gagnez un jeu Football Manager 2013


Football Manager est la série de gestion footballistique la plus vendue au monde et la plus réaliste ! Football Manager 2013 fête les 20 ans de la société interactive avec plus de 900 nouveautés ! Vous avez toujours rêver de devenir entraineur ! C’est votre tour ! Vous pourrez diriger les clubs de plus de 50 nations de par le monde. Vous disposerez notamment de toutes les plus grandes ligues européennes, ainsi que d’une base de données de plus de 500 000 joueurs et entraîneurs existants.

Pour cela Football Anatomy et SEGA s’associent pour vous faire remporter le nouvel opus ( Compatible PC et MAC).

Pour participer , il suffit juste de laisser un commentaire ci dessous. Un gagnant sera tiré au sort le Vendredi 16 Novembre à 18h

LE GAGNANT EST SYL19

( Il va être contacté par mail pour recevoir le jeu)

© Sports Interactive Limited 2012. Publié par Sega Publishing Europe Limited. Développé par Sports Interactive Limited. SEGA et logo SEGA sont des marques déposées ou commerciales de SEGA Corporation. Football Manager, Sports Interactive et les logos de Sports Interactive sont des marques déposées ou commerciales de Sports Interactive Limited.  

Ligue 1 : les stats marquantes de la 11e journée


Encore une journée de championnat plus prolifique que la moyenne en cette saison de Ligue 1 2012-2013. Avec 2,70 buts inscrits par match, les clubs français ont réussi à dépasser de peu la moyenne enregistrée depuis le début de l’année parmi l’élite française (2,64 buts par rencontre).

Et le fait le plus marquant de cette 11e journée de Ligue 1 est, bien entendu, le succès des Stéphanois au Parc des Princes face au Paris Saint-Germain (1-2). L’AS Saint-Etienne met ainsi fin à une série de 7 oppositions sans victoire face aux Parisiens. Et, de plus, c’est la première fois depuis le 4 février 1979 (victoire 4-1 à domicile) que les Verts parviennent à s’imposer face aux joueurs de la capitale en ayant concédé au moins un but.

Marseille joue la défense et VAFC l’attaque

Autre performance collective remarquable – et remarquée – de ce week-end, la victoire de l’Olympique Lyonnais (OL) contre le Sporting Club de Bastia (5-2). C’est la première fois depuis le 6 mars 2011 que l’OL inscrit 5 buts dans la même rencontre (succès 5-0 face à l’AC Arles-Avignon). De plus, avec 10 frappes cadrées sur 16 tentées, les Lyonnais enregistrent leur meilleure performance depuis le début de la saison.

Une édition dans laquelle l’Olympique de Marseille (OM) commence à faire figure d’épouvantail pour les clubs qui le reçoivent. En s’imposant sur la pelouse de l’AC Ajaccio (0-2), les Marseillais obtiennent leur 4e succès en 6 déplacements cette année. Et, à chaque fois, les joueurs d’Élie Baup n’ont pas encaissé le moindre but. Avec 12 points pris sur 18 possibles, l’OM est la meilleure équipe à l’extérieur cette saison.

C’est l’équipe surprise de ce début de championnat mais c’est également la meilleure attaque de la Ligue 1 jusqu’à présent. Le Valenciennes Football Club (VAFC) a marqué 23 fois cette saison. Et les supporters du club doivent être heureux puisqu’au cours de 3 dernières rencontres à domicile, VAFC a planté à 13 reprises !

Steed Malbranque signe son retour à Gerland

On entame le point sur les performances individuelles avec un revenant. Steed Malbranque a minscrit son premier but en Ligue 1 depuis le 27 janvier 2001. Le milieu de terrain de l’OL n’a marqué que 5 fois dans le championnat de France au cours de sa carrière, dont 4 fois au stade Gerland. Lors de la victoire de son club face à Bastia, il a également délivré la 3e passe décisive de sa saison. La 3e à domicile.

Au cours de la victoire du Stade Brestois contre Lorient (2-0), vendredi 2 novembre 2012, Eden Ben Basat a marqué le 4e but de sa saison. Tous ont été inscrits à domicile. Depuis qu’il est arrivé en Bretagne, l’attaquant a planté 75% de ses pions au stade Francis Le Blé. L’air marin lui réussit bien visiblement….

Enfin, du côté de Valenciennes, Grégory Pujol a réalisé son 1e doublé en Ligue 1 depuis le 17 septembre 2011 (face au Dijon FCO). Il s’agit de la 8e fois qu’il parvient à une telle performance depuis ses débuts dans le championnat de France. Avec un total de 62 réalisations dans le championnat de France, il est le 6e meilleur buteur encore en activité en Ligue 1.

Top and the Flop (épisode 11)


Encore un week-end avec son lot de victoires, de défaites et de surprises. Un week-end où les classements se sont chamboulés, où des outsiders que l’on n’attendait pas ont pointé leur nez et où des gros sont tombés.

Tout ça, c’était ce week-end et on te le résume dans ton « Top and the Flop ».

Lyon montre les dents.
En début de saison, l’olympique Lyonnais ne faisait plus peur à grand monde, les anciens poussaient vers la sortie (Cris,Lloris..), les jeunes ambitieux quittant le navire (Pied, Grenier), on imaginait plus les Gones courir après une place européenne que lorgner sur le titre.
Mais ce dimanche après un match passionnant face à Bastia où l’OL s’imposa 5-2, un score qui parait lourd, mais où les Bastiais ont vendu chèrement leur peau, les hommes de Remi Garde revenus à seulement un point du leader ne peuvent maintenant plus se cacher et doivent afficher leurs ambitions.

Saint-Étienne prince du Parc.
C’était un match qui avait tout d’un sommet une équipe de Saint-Étienne solide qui venait pour casser la série d’invincibilitée Parisienne au Parc.
Mais les Parisiens trop sûrs d’eux après leur victoire face à l’OM, inconstant et souvent nonchalant n’ont pas pris les verts au sérieux. Aubameyang qui revenait de blessure, rentra en seconde période pour dynamiser le côté gauche de l’attaque verte, un pari gagnant, car le Gabonais inscrit deux buts le premier bien malgré lui un centre tir contré par Sahko qui finira dans les filets, le second lors d’un face à face avec Sirigu. La réduction du score par Hoarau (eh oui !!) ne changera rien, c’est bien Sainté qui avait le plus envie de gagner ce samedi.

L’Inter redistribue les cartes.
On pensait la Juve imbattable, qui plus est chez elle. Invaincue en série A depuis 49 matchs, la vielle dame devait bien rendre les armes un jour où l’autre, mais personne ne l’imaginait pas tomber d’aussi haut dans un match à tels enjeux. Malgré une ouverture du score supersonique après seulement 27 secondes de jeu, les Bianconeri n’ont pu que subir les attaques Milanaise lors de la seconde période, une vague Nerazzurri qui déferla, encore et encore pour repartir avec une belle victoire 3-1, et trois points de plus qui permettent à l’inter de n’être qu’à un point de cette même Juventus.

Pour Sochaux, c’est chaud…
Après leur match reporté, pour cause de neige on pensait, que les Sochaliens allaient revenir requinqués, bien dans leur têtes et plus motivé que jamais pour ne pas s’enfoncer vers la zone rouge. Eh bien non c’est le même Sochaux, celui qui a oublié son bleu de chauffe dans les ateliers Peugeot qui était sur la pelouse pour subir sa huitième défaite de la saison (3-1) alors d’accord c’était Valenciennes en face une équipe portée vers l’avant à qui tout réussi cette année, mais le problème des lionceaux est bien que plus rien ne leur réussit …

L’Atlético, fin de série.
Ils avaient jusqu’alors suivi la cadence infernale imposée par le Barça dans la course à la ligua, on les regardait jouer leur jeu porté vers l’attaque, euh pardon Falcao, mais ce week-end l’Atlético Madrid et resté muet face au FC Valence. Une défaite 2-0 , d’autant plus gênante que leur voisin du Real reviennent sur eux comme un boulet de canon…

Comme un air de déjà vu.
Mon premier est une claque monumentale reçu la saison dernière ( victoire de Manchester 8-2)
Mon second est leur ancien buteur passé chez l’ennemie et qui leur a mis un but aujourd’hui (Robin Van Persie)
Mon troisième est un grand méchant joueur, oouuuhhhh !!!!, qui a priori n’aiment pas jouer contre des enfants et leurs faits savoir en leur mettant un but (Patrice Evra)
Mon tout forme une défaite 2-1 qui vous place à la sixième place du classement.
Bravo Arsenal !!!!!

Et pour finir en beauté, vous avez le droit comme chaque semaine au récapitulatif des plus beau de la semaine passée.