Archives Mensuelles: décembre 2011

PSG +1er de ligue 1 = Kombouaré Viré


On s’y attendait tôt ou tard l’entraineur du PSG Antoine Kombouaré allait être évincé de son poste d’entraineur par l’actuel directeur sportif Leonardo. Et bien ce fut aujourd’hui ! En ce 22 décembre 2011 qu’Antoine Kombouaré a été démis de ses fonctions. Aujourd’hui 22 décembre 2011 où le PSG est champion d’automne de ligue 1 et va la veille s’imposer à Saint-Etienne ce qui n’est pas toujours une mince affaire. Donc analysons cette décision.

Kombouaré pas assez prestigieux ?
Et oui,maintenant à Paris on a du pognon on veut du luxe ! Pastore, Beckham, à qui le tour ? C’est sur Kombouaré ce n’est pas aussi ronflant que Ancellotti ! Mais mon cher Leonardo ce n’est pas qu’avec du pognon qu’on fait une équipe, si tu as 11 nouveaux joueurs sur le terrain qui n’ont aucun automatisme ton équipe elle va droit dans le mur ! Manchester City depuis combien de saison ont-il investis ? Et depuis combien de temps ont-il des résultats ? Tout ceci n’est qu’une gestion à l’emporte-pièce juste pour vendre des maillots et faire de l’oseille. Si tu veux du résultat faut réfléchir et agir…

Viré à cause de l’europa league ?
C’est vrai que le PSG a été éliminé de l’europa league en faisant des matchs à l’extérieur très moyen. Mais comment voulez-vous travaillez dans la sérénité quand vous avez une guillotine prête à tomber au-dessus de votre tête, ce n’est pas possible ! Donc ton entraineur soit tu le vires au début de saison soit tu le laisses, mais sinon c’est une connerie comme avait pu le faire Kita à Nantes en hésitant à virer Der Zakarian et qui la finalement licencié au bout de 4 journées. C’est une gestion de débutant de Léonardo, digne d’un mec qui n’a jamais eu aucun résultat en tant qu’entraineur et qui à ce rythme n’en aura que par la force financière 3 fois supérieur à ses concurrents direct .

Les valeurs du club
En virant Kombouaré qui lui a eu des résultats, on vire un mec qui a marqué l’histoire du club. Tout d’abord, grâce à son coup de tête gagnant en coupe d’europe face au Real Madrid en 1993, qui reste un des plus grands exploits du club de la capitale. Donc si on suit la logique « Leonardienne » tu t’es donné cœur et âme pour ton club avec réussite ça n’est pas assez ? Encore tout pour le pognon encore une fois une leçon du football biseness qui me dégoute au plus haut point. Mais que fait Leonardo ? A-t-il un plan en tête ? Le PSG va-t-il rester le PSG ? Quand j’entends il y a quelques jours que Leonardo n’aimait pas le Parc des Princes et voulait le Stade de France, mais mon coco, la coupe des coupes de 1996 elle s’est construite ici, pareil pour les différents championnats et coupe gagné, le club s’est construit dans ce stade! Mais bon au final cette attitude n’est guère surprenante de la part d’un mec qui est capable de passer du Milan AC à l’Inter Milan sans aucun scrupule…

Footballistiquement une connerie
Changer d’entraineur en cour de saison quand tout va mal c’est courant mais quand tout va bien c’est rare sauf pour le PSG qui l’avait déjà avec Laurent Fournier saison 2005/2006 viré en décembre 2005 pour résultat insuffisant (l’équipe était 6e à seulement 1 point du deuxième). On avait vu les résultats du PSG avec son successeur Guy Lacombe… Et ici cela va être la même chose ! L’équipe va devoir s’adapter à un nouveau coach qui selon toute vraisemblance n’aurait aucune expérience (rumeur Makélélé) ou avec un coach ne parlant pas Français (rumeur Ancellotti ou Rikjaard). Messieurs résultat garantie si vous voulez foirer votre fin de saison !

Conclusion
C’est une immensurable connerie de virer Kombouaré à ce moment de l’année, Leonardo touche aux valeurs du club et ne montre aucun respect mis à part pour le pognon. Vive le football buiseness et bonne soirée…

Publicités

19e journée de Ligue 1 : des buts, du suspense et un champion d’automne


Quelle journée ! Avant de prendre quelques jours d’un repos bien mérité, les joueurs de Ligue 1 nous ont offert un dernier round de la phase aller complètement fou et imprévisible… Qui a certainement fait criser les parieurs mais qui a dû ravir les amateurs.

Avec 27 buts dont 22 inscrits en 4 rencontres (Auxerre-Dijon, Lille-Nice, Evian-Montpellier et Nancy-Marseille), cette 19e journée du championnat de Ligue 1 aura été l’une des plus prolifiques depuis le début de saison.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le principal enjeu de cette soirée, le titre de champion d’automne, a été âprement disputé par les 4 prétendants : Montpellier, Lille, Lyon et Paris.

Nancy-Marseille : « Petit Vélo » deviendra grand

Les Lorrains et les Marseillais avaient l’honneur d’ouvrir cette 19e journée de Ligue 1 au stade Marcel-Picot.

Nancy, dont le parcours jusqu’à mardi soir était plutôt chaotique, recevait une équipe de l’OM en grande forme.

Et les Marseillais n’ont pas mis longtemps à prouver leur motivation face à une défense nancéienne à 5 joueurs. C’est Mathieu Valbuena, l’homme fort de l’OM depuis quelques rencontres, qui débloque la situation à la 18e minute.

L’ancien joueur de Libourne s’appuie sur Rémy au 20 mètres qui lui remet en profondeur. Le milieu de poche se retrouve seul face à Ndy Assembe et ouvre la marque d’un tir à raz de terre au premier poteau (0-1).

Mais Nancy parvient à revenir à la 37e grâce à une belle tête de Lemaitre suite à un centre de Calvé de la droite vers la gauche. Le buteur était hors-jeu, mais l’arbitre assistant ne l’a pas vu (1-1).

Une égalisation qui ne décourage pas les Marseillais puisqu’ils parviennent à reprendre l’avantage quatre minutes plus tard sur une tête plongeante magnifique de Stéphane MBia (2-1).

Les Olympiens achèvent leurs adversaires à la 91e grâce à Lucho, entré en cours de match, qui conclue une belle action de Valbuena, du plat du pied (3-1).

Une très bonne opération pour les Marseillais qui pointent désormais à la 6e place avec 31 points au compteur. Ils restent sur 5 matchs sans défaite en championnat.

En revanche, pour Nancy, la situation est plus inquiétante. Les Lorrains, avec 18 points, retrouvent la zone de relégation.

 

Evian TG-Montpellier : Y’a comme un « hic » dans l’Herault…

Leaders après 18 journées, les Montpelliérains pouvaient, en cas de victoire, s’adjuger le titre honorifique de champions d’automne. Malheureusement pour eux, une valeureuse équipe d’Evian TG leur a barré la route lors d’un match complètement fou.

La première période est plutôt terne et stérile. Mais juste après la pause, les Héraultais ouvrent la marque grâce à Belhanda, entré en jeu à la mi-temps. Le meneur de jeu marque dans le but vide après une intervention d’Andersen sur Utaka (0-1).

Mais Barbossa ne laisse pas les joueurs du MHSC profiter de leur avantage et égalise d’un petit ballon piqué au-dessus de Jourdren à la 52e (1-1).

Suite à quoi, la partie s’emballe et, deux minutes plus tard, Giroud marque le deuxième but pour son club, grâce à sa 13e réalisation de la saison (1-2).

Mais il en faut plus pour anéantir les Savoyards qui se remettent immédiatement en marche et égalisent 15 minutes plus tard grâce à Khlifa, bien servi par Rippert (2-2).

Et, dans la foulée, c’est Cambon qui donne l’avantage aux joueurs d’Evian d’un but de la tête sous la barre de Jourdren (3-2).

Finalement, Dja Djedje clôture le score à la 75e sur coup-franc (4-2).

Grâce à cette cinquième victoire, Evian TG confirme son bon début de saison et prend un peu le large avec les relégables.

Par contre, à Montpellier, cette fin de première partie du championnat s’est avérée plus que laborieuse et les Héraultais partent en vacances en perdant leur place de leaders et restent sur une série de 3 matchs sans victoire.

Lille – Nice : coup de chaud sur le Stadium Nord

Le LOSC pouvait espérer briguer la première place en cas de victoire hier soir. Mais, les Lillois se sont heurtés à une bonne équipe niçoise et n’ont pu prendre qu’un point lors d’une opposition folle et extrêmement prolifique. C’est au Stadium Nord qu’il fallait être hier soir !

Les Dogues ouvrent rapidement le score, à la 9e minute par Chedjou qui reprend un ballon repoussé par Ospina sous la pression de Moussa Sow (1-0). On se dit alors que les Lillois ont fait le plus dur et qu’il ne leur reste plus qu’à dérouler pour s’adjuger une victoire.

Mais c’est sans compter sur le courage des Niçois qui parviennent à revenir à la 16e grâce à Civelli qui marque de la tête sur corner (1-1).

10 minutes plus tard, Joe Cole sonne la charge pour les Nordistes et leur permet de reprendre l’avantage d’une belle frappe à raz de terre depuis l’entrée de la surface de réparation (2-1).

Pas suffisant pour achever les Aiglons qui recollent à la 34e sur une réalisation de Dja Djedje qui pique son ballon face à Landreau après un numéro de Mouloungui (2-2).

Dans la foulée, Ospina sauve plusieurs fois son camp et permet de maintenir le suspense. Si bien qu’à quelques secondes de la pause, les joueurs de Marsiglia parviennent à prendre l’avantage grâce au deuxième but de la soirée de Dja Djedje, encore une fois à la conclusion d’un festival de Mouloungui (2-3).

Après la mi-temps, les joueurs de Rudi Garcia sont motivés. Ils ont dû se faire souffler dans les bronches par leur coach. Mais ils se heurtent à de courageux Niçois qui parviennent à préserver leur avantage.

Malheureusement pour ces derniers, leur meilleur joueur, Mouloungui, se fait expulser après un second carton jaune.
En supériorité numérique, les Nordistes égalisent sur une frappe en pivot de Hazard à la 76e (3-3) et pensent s’adjuger un nouveau succès sur un magnifique enchaînement de Florent Balmont, très en vue hier soir, contrôle poitrine – reprise de volée à la 87e (4-3).

Mais dans le temps additionnel, sur un cafouillage suite à un corner, François Clerc égalise et offre un précieux point à son club (4-4).

Dommage pour Lille qui, à quelques secondes près, aurait pu passer devant Montpellier. Les Dogues restent troisièmes avec 36 points.

Pour Nice, l’opération n’est pas mauvaise puisque l’équipe parvient à s’extirper de la zone de relégation et pointe à la 17e position avec 18 points pris.

Auxerre – Dijon : la Bourgogne a vu des buts

La réception de Dijon par l’AJ Auxerre était une grande première pour tout le peuple bourguignon. Il s’agit du premier derby de la région dans l’histoire de la Ligue 1. Une soirée de fête qui a vu un total de 4 buts inscrit.

Et c’est les promus dijonnais qui frappent les premiers par Corgnet à la 7e minute (0-1). Le milieu reprend une frappe contrée de Jovial dans le but vide.

Et à la 32e, les Dijonnaises creusent l’écart grâce à Jovial, oublié par la défense d’Auxerre (0-2).

Une avance qui ne suffit malheureusement pas au DFCO qui, comme cela lui est arrivé plusieurs fois cette saison, va se faire reprendre par d’opportunistes auxerrois.

À la 80e, c’est d’abord Le Tallec qui réduit l’écart de la tête (1-2). Puis, dans les arrêts de jeu, Jemaâ égalise (2-2).

Les deux équipes se retrouvent à la 15e et à la 16e place avec un total de 19 points. Elles vont devoir cravacher dur à la reprise si elles veulent assurer leur maintien.

Rennes – Bordeaux : les Bretons reprennent les rênes en main

Les oppositions entre Rennes et Bordeaux sont rarement spectaculaires. Et ça a une nouvelle fois été le cas lors de cette 19e journée de Ligue 1.

Les Bordelais arrivent en Bretagne avec une belle série derrière eux et les Rennais restent sur un nul et deux défaites lors des trois dernières rencontres.

Et pourtant, c’est bien les Bretons qui vont s’imposer. En première période, les deux équipes se neutralisent.

Mais c’est en deuxième période que la différence va se faire. Kembo marque le seul but de la partie à la 53e minute, sur un beau coup franc qui mystifie Carrasso (1-0).

Cette défaite signifie la fin d’une belle série pour Bordeaux qui, du coup, se retrouve 10e avec 23 points. Un classement pas si mauvais que ça à la vue du début de championnat réalisé par l’équipe de Francis Gillot.

Les trois points font par contre beaucoup de bien aux Rennais et leur permettent de recoller avec la tête du classement. Ils sont 5e avec 32 points. À trois points du 4e, Lyon.

Sochaux – Ajaccio : les Doubistes touchent le fond avant les fêtes

La réception d’Ajaccio, dernier du classement, était une bonne occasion pour Sochaux de renouer avec la victoire après une très mauvaise série. Mais bon, les joueurs de Mehmet Bazdarevic l’ont laissée passer et sont au plus mal à l’aube de la trêve hivernale.

Les Sochaliens dominent en première mi-temps, mais ne parviennent pas à ouvrir le score. Alors, du coup, les Corses laissent passer l’orage et profitent de la pause pour se remotiver et reprendre sur de nouvelles bases.

Ce sont donc les Ajacciens qui marquent les premiers à la 65e sur une tête piquée d’André (0-1). Et 13 minutes plus tard, Mostefa enfonce le clou, lui aussi de la tête (0-2).

Une victoire intéressante pour Ajaccio en vue du maintien. L’équipe corse reste dernière, mais revient à trois points de son adversaire du soir qui, lui, recule à la 19e position avec 18 points.

Valenciennes – Lyon : le roi de la jungle chute dans le Nord

L’Olympique Lyonnais faisait partie des clubs qui pouvaient prétendre au titre de champion d’automne avant le début de cette 19e journée.

Malheureusement pour les joueurs de Rémi Garde, ils se sont fait bousculer dans le Nord et se sont inclinés face à Valenciennes.

Et, comble de la tristesse, c’est Ali Cissokho qui offre les trois points à VA en marquant contre son camp à la 28e minute (1-0).

Les Rhodaniens ne parviendront jamais à revenir au score avec un Gourcuff transparent et des attaquants stériles.

Une victoire qui donne un peu d’air aux Nordistes et leur permet de pointer à la 13e place avec 20 points. Les Lyonnais passent, eux, à côté d’une bonne opération en haut du classement et restent 4e avec 35 points au compteur.

Saint-Etienne – PSG : Paris se fait un cadeau de Noël

Ce sont donc finalement les Parisiens qui s’adjugent le titre de « champions d’automne 2011 », en profitant des faux-pas de Lille, Montpellier et Lyon et en réussissant à s’imposer à Geoffroy-Guichard.

Bien qu’inquiétés par une équipe stéphanoise en forme, les joueurs d’Antoine Kombouaré parviennent tout de même à ouvrir le score par Bodmer suite à un corner tiré par Néné à la 32e (0-1).

Fatigués en deuxième période, les hommes de la capitale peuvent remercier un Sirigu impérial qui leur permet de préserver leur avance.

Grâce à cette victoire, Paris reprend la tête de la Ligue 1 et termine les matchs aller avec 40 points, un total qu’il n’avait pas atteint depuis la saison 1995-1996.

Saint-Etienne compte désormais dis points de retard sur leurs adversaires du soir et sont 8e avec 30 points.

Toulouse – Brest : Merci Elana !

Toutes les rencontres de la soirée n’ont pas été riches en buts. C’est le cas de ce Toulouse – Brest qui n’a pas dû ravir les spectateurs du Stadium.

Pourtant les joueurs de Casanova ont beaucoup tenté, mais ils se sont cassé les dents sur un grand Elana qui a véritablement conquis le point du match nul à lui tout seul.

Les deux équipes partent en vacances plutôt tranquilles. Toulouse est 7e avec 31 points et les Bretons sont, eux, 12e avec 21 points.

Lorient – Caen : le match chiant de la soirée…

Il en faut une pour quasiment chaque journée… Eh bien, la purge de la soirée se sera déroulée au stade du Moustoir, à Lorient !

Les deux équipes ont eu quelques occasions mais ni l’une ni l’autre n’est parvenue à faire la différence.

Ce match nul permet aux Caennais de « stopper l’hémorragie » après quatre défaites consécutives.

Les Normands sont 14e avec 20 points et les Bretons sont, 9e avec 24 points.

Le top 5 des articles en 2011


Bonjour à tous, c’est la fin d’année , le traditionnel Best-Of de fin d’année, non on a pas fait de DVD , on a rien à vous vendre ! Comme on est sympathique , on va vous dévoiler les 5 articles qui ont le mieux marché cette année. Grâce à vous. Pour cette première année ( l’aventure à commencé en Avril ) , nous sommes satisfait de l’évolution du blog.

1-  Sous les Projecteurs – Rachid Alioui

L’article numéro un cette année, l’interview du jeune Guingampais , Rachid Alioui , également sélectionné avec le Maroc Olympique. Un jeune joueur qu’il faudra suivre également en 2012. Vous le retrouverez sans doute dans une nouvelle interview pour prendre de ses nouvelles !

2- Les équipementiers ou l’art de bafouer l’histoire d’un club !

Quand nos rédacteurs sortent leur meilleure plume , ça fait mal , même si il est deuxième sur le podium, surement le meilleur article écrit cette année. Il dénonce les équipementiers qui s’amusent à faire des maillots fluos & co. Si j’avais un conseil à vous faire, lisez le !

3- Top 10 des pires pseudos et surnoms de footballeurs brésiliens

Un article un peu détente qui vous a plus ! On y apprendre pas mal de choses sur des pseudos et surnoms insolites de footballeurs venus du Brésil.

4 – Javi Poves – Footballeur Indomptable

C’est la belle histoire de l’année, Javi Poves , l’homme qui a arrêté le foot à cause du fric, si Beckham lisait ça ! On le salue d’ailleurs le nouveau joueur du PSG  ! Un article qui a été réalise pendant une semaine à thème  » Et si le vrai foot c’était ça « . Qui a plutôt bien marché puisque un autre article sortie durant cette semaine est numéro 2 !

5 – Le classement des clubs de Ligue 2

Quand on parle de stats , vous aimez, d’ailleurs il y aura une nouvelle version au cours de l’année , on a beaucoup parlez stats durant cette année 2011 . En tout cas si vous aimez les chiffres vous aimerez ce tableau statistique !

Joyeuses Fêtes !

Ligue des Champions : les clubs français doivent mieux faire !


Alors qu’à l’aube de la dernière journée de la phase de poule, aucun des trois clubs français engagés en Ligue des Champions cette année n’était encore qualifié pour les huitièmes de finale, un exploit et un miracle ont permis aux représentants hexagonaux de la compétition de faire un « deux sur trois ». Inespéré !

L’exploit est venu de Dortmund où l’Olympique de Marseille, rapidement mené 2-0 par une équipe allemande en grande forme, est parvenu à se mobiliser pour finalement l’emporter 3-2. Un résultat scellé par une frappe magnifique de Mathieu Valbuena en pleine lucarne de Roman Weidenfeller et qui permet aux Marseillais de poursuivre la compétition pour au moins un tour supplémentaire.

Mais la plus grosse surprise tricolore de cette dernière journée est clairement à mettre au compte de l’Olympique Lyonnais. Les protégés de Rémi Garde sont parvenus à s’imposer 7-1 sur le terrain de Zagreb. Avec, en prime, un quadruplé de Bafé Gomis. Grâce à ce carton – et à la défaite de l’Ajax face à Madrid – les Rhodaniens parviennent à combler leur retard au goalaverage de 7 buts sur leurs concurrents néerlandais.

C’est finalement à Lille que s’est produit la principale désillusion de la journée. Les joueurs de Rudy Garcia avaient pourtant leur destin en main : il leur suffisait de batte Trabzonspor pour assurer la qualification. Malheureusement, après avoir tenté pendant 90 minutes, les Lillois ne sont jamais parvenus à ouvrir le score. La rencontre se termine sur un triste 0-0 qui ne permet même pas aux Nordistes d’être reversés en Europa League puisque, dans un même temps, le CSKA Moscou s’est imposé face à l’Inter.

C’est clair que, du point de vue du nombre de clubs qualifiés, les Français peuvent s’estimer plutôt heureux à l’issue de ce premier tour. Seuls les clubs italiens font mieux à ce niveau avec un total de trois qualifiés sur trois pour les huitièmes de finale.

Mais penchons-nous un peu plus sur les statistiques afin de déterminer si nos représentants en C1 sont réellement parvenus à rivaliser avec leurs concurrents européens et si les clubs français encore en lice peuvent espérer prolonger un peu plus l’expérience.

Point positif : la défense

On l’a dit : le premier tour de cette édition de la Ligue des Champions a été compliqué pour les Français. Outre ces deux qualifications in extremis, la défense des clubs français lors de ce premier tour apparaît comme un des principaux points de satisfaction.

Avec une moyenne de 5,67 buts encaissés pour les trois équipes tricolores engagées, les clubs français se situent à la deuxième position des meilleures défenses. Ils sont dépassés, de très peu, par les équipes portugaises. Celles-ci peuvent se targuer d’une moyenne de 5,5 buts pris pour leurs deux clubs engagés : Benfica et le FC Porto.

Dans ce domaine, les mauvais élèves sont les clubs allemands avec 8,67 buts contre. C’est principalement la défense de Dortmund – qui a encaissé 12 buts en 6 matchs – qui contribue à ce résultat. Le FC Bâle étant le seul club suisse de ce premier tour, on peut considérer que nos amis helvètes ont officiellement la pire défense puisque l’équipe a pris 10 buts.

Point négatif : l’attaque

Si les clubs français se sont distingués en défense lors de cette phase de poule, on ne peut pas en dire autant de leur attaque. En effet, avec une moyenne de 7,33 buts inscrits, ils sont les moins prolifiques, en moyenne, de ce premier tour.

Loin derrière les espagnols et leur score moyen de 13,25 buts marqués par club. Un score qui aurait pu être beaucoup plus important sans les six contre-performances de Villareal qui n’a réussi à inscrire que deux buts.

Les seconds de ce classement (si on ne tient pas compte du FC Bâle toujours qui a marqué 11 buts) sont les Anglais. Ils peuvent se targuer d’avoir mis, en moyenne, 10 buts par club engagé.

Il va falloir gagner plus !

Il est maintenant temps de compter les points. En faisant la moyenne des 18 rencontres auxquelles ont pris part les clubs de l’Hexagone lors de ce premier tour de la Ligue des Champions, on obtient un total de 8 points par club.

Avec une moyenne de 2 victoires, 1,67 nuls et 2 défaites, les équipes françaises sont celles qui ont marqué le moins de points parmi les nations qui ont des clubs qualifiés pour les huitièmes de finale.

Voici le classement en détail :

1 – Suisse (1 équipe). 11 points. 3 victoires, 2 nuls, 1 défaite

2 – Espagne (4 équipes). 10,5 points. 3,25 victoires, 0,75 nuls, 2 défaites.

3 – Angleterre (3 équipes). 10,25 points. 2,75 victoires, 2 nuls, 1,25 défaite.

4 – Italie (3 équipes). 10 points. 2,67 victoires, 2 nuls, 1,33 défaite.

5 – Portugal (2 équipes). 10 points. 2,5 victoires, 2,5 nuls, 1 défaite.

6 – Allemagne (3 équipes). 9 points. 2,67 victoires, 1 nul, 2,33 défaites.

7 – Chypre (1 équipe). 9 points. 2 victoires, 3 nuls, 1 défaite.

8 – Russie (2 équipes). 8,5 points. 2 victoires, 2,5 nuls, 1,5 défaite.

9 – France (3 équipes). 8 points. 2 victoires, 1,67 nuls, 2 défaites.

Ce classement affiche des moyennes par clubs de chaque pays. Il est à pondéré par le nombre d’équipes engagées selon les nations et par les mauvais résultats de Villareal qui fait fortement baisser la moyenne des clubs espagnols.

À la vue de ce bilan, on peut estimer que les clubs français vont devoir mettre les bouchées doubles dès les huitièmes de finale s’ils souhaitent poursuivre l’aventure en Ligue des Champions. Il va leur falloir être plus efficaces, tout en essayant de préserver leurs bonnes performances défensives.

Tous les amateurs de foot français espèrent voir une équipe française atteindre au mois l’étape des quarts de finale et, pourquoi pas, réaliser la même performance que Lyon qui était parvenu à se hisser dans le carré final la saison dernière.

Affaire à suivre !

Pourquoi le match de Lyon pourrait être douteux ?


Bonjour à tous, si vous avez lu un peu les médias du foot, entre ce matin et maintenant, vous avez sans doute entendu parler de la qualification de Lyon qui serait douteuse selon certains. Et nous on en pense quoi ? Pas vraiment d’avis, mais dans cet article, nous allons évoquer les éléments qui feraient que Lyon aurait pu gagner grâce à un match truqué. Certains points seront ironiques et l’article se fera au conditionnel. Vous l’aurez compris.

Vida & Gomis , l’élément déclencheur !

Tout se passe après le cinquième but de Lyon. Après ce but de Gomis, on voit que le joueur du Dinamo Zagreb fait un clin d’œil à l’attaquant français. Et on remarque également que Vida lève son pouce en direction de Gomis. Simple félicitation ? Ou geste pour dire à Gomis de ne pas se presser et que tout va bien ? Ou alors un but suspect, un match suspect où on peut imaginer des choses qui ne seraient pas très réglementées !

Un quadruplé de Gomis !

Gomis a inscrit un quadruplé, plus qu’historique. Il entre ainsi dans un cercle très fermé de 7 joueurs – dont lui – à avoir mis 4 buts dans un match de Ligue des Champions. L’attaquant lyonnais rejoint Marco Van Basten (AC Milan), Simone Inzaghi (Lazio Rome), Dado Prso (Monaco), Ruud Van Nistelrooy (Manchester United), Andreï Chevtchenko (AC Milan) et Lionel Messi (FC Barcelone).  Il inscrit également le triplé le plus rapide de l’histoire de la LDC. Vous y croyez vraiment vous ? Un Gomis qui met 4 buts dans un match, c’est difficile à y croire… Peut être que le Red Bull donne des ailes ! Qui sait ?

Zagreb, un passé plus que douteux !

Le club croate possède un passé plus que douteux. En 2009, un des joueurs du club adverse avait été soupçonné d’avoir été acheté par le club croate. De plus ce soir là Zagreb l’avait facilement emporté 3-0 mais l’UEFA n’avait pas donné suite à l’affaire. Le président du club et son frère ont été également impliqués dans une affaire de match acheté, la même année. On n’oublie pas le passé des clubs !  Des accusations trop faciles à porter sur ce club ?

Les deux buts refusés de l’Ajax

Même si on est un peu hors sujet, car ce n’est peut être pas en lien avec un éventuel match truqué et que Lyon n’a peut être pas volé son match, on ne le sait pas, et nous sommes neutres sur la question. L’Ajax s’est vu injustement refusé deux buts hier soir face au Réal. Deux buts qui auraient changé complètement le match et qui aurait changé le destin, Lyon ne se serait pas qualifié pour les huitièmes de finale ?

La presse espagnole se venge-t-elle ?

Pour finir, nous allons presque défendre notre club français, l’olympique lyonnais. Cette histoire de doute sur ce match a été lancée ce matin par les grands quotidiens sportifs espagnols comme As. Ce sont eux qui ont lancé ces rumeurs, un acte de vengeance envers les Français après les déclarations de Yannick Noah envers les Espagnols ?

Quel avenir pour la Ligue 1 et le foot français


Comme vous le savez, la Ligue 1 est en train de changer. Peut être pas au niveau du jeu, mais de ce qu’il l’entoure. Nous allons prendre plusieurs cas et étudier l’avenir du football français à travers ses changements. Tout d’abord la L1 est considéré comme le 5ème championnat européen. C’est le classement des indices UEFA qui l’indique, même si la France pourrait chuter d’une place ou deux à l’avenir, si les mauvaises performances en coupe d’Europe continuent. La Ligue 1 change et prend l’exemple des pays voisins, que ce soit dans la diffusion de ses matchs ou la direction de ses clubs.

Des nouveaux investisseurs pour une nouvelle façon de penser ?

Tout le monde le sait : Paris a été racheté cet été par les Qataris et depuis Paris est devenu très médiatique bien que le club était jusqu’alors habitué a joué des rôles secondaires dans la course au titre. Cette année les investisseurs venus du pays du pétrole ont mis leur ambition sur la table et investissent dans un nouveau marché : le foot français. Pourquoi nous ? Le seul championnat a encore être pas totalement sous la patte des Qataris, qui sont déjà présent dans le championnat espagnol après avoir la totalité de Malaga et avoir investi dans le Barca, au niveau du sponsoring. Mais aussi en Angleterre, à Manchester City, même si c’est une personne qui vient des Emirats-Arabes-Unis, les investisseurs étrangers sont très présents dans les autres championnats. Alors qu’en France, non ! Une nouvelle façon de penser pour la France. Peut être que, dans quelques mois, Marseille cèdera des parts à un riche fortuné. Un jour Jean Michel Aulas qui aura fait le tour avec son affaire, se retirera peut être ? A court et moyen terme, beaucoup d’investisseurs devraient débarquer en France. Des fortunes qui devraient être mieux gérées que dans les autres pays où de nombreux clubs ont d’énormes dettes. En France, le système est mieux géré, on salut la DNCG, même si la saison prochaine, il y aura la création d’une DNCG européenne.

Les droits TV, changement totale !

Les droits TV vont bouleverser la saison prochaine, des nouvelles grilles horaires, les matchs seront éclatés sur tout le week end, du vendredi au dimanche soir, ce qui ravit le président de la LFP bien sur ! Nous avions déjà évoqué ce sujet des Droits TV dans un article cet été (https://footballanatomy.wordpress.com/2011/06/03/69/ ). On peut noter l’arrivée d’Al Jazeera, une chaine Qatari. Eh oui encore eux ! Hier une autre nouvelle est tombée, cette même chaine Qatari, diffusera la saison prochaine la Ligues des Champions en France. Au revoir Canal + ! Et oui puisqu’il reste un lot à distribuer, mais qui devrait sans doute revenir à la chaine TF1. Des habitudes qui vont donc changer. Canal perd ici un gros coup mais se rachètera certainement ailleurs. Le football français prend donc exemple sur ses voisins anglais, espagnols, italiens et allemand, en diffusant du foot tout le monde pendant le week end. Un Evian-Nancy le dimanche midi ça va vous plaire !

Et les supporters ?

Les supporters ils font quoi eux ? La LFP et la FFF tentent de faire oublier et de dissoudre le maximum de groupe de supporters considérés comme dangereux. En vue de l’Euro 2016 bien sur. Certains tentent de résister, mais d’autres ne disent rien. Et dans quelques années l’âme de nos stades n’existera plus. Malheureusement sur 1 000 supporters, il y aura peut être un «  con », et on met tout le monde dans le même paquet ! Que faire contre cette répression ? En Suède des supporters ont protesté à leur manière. Je vous laisse visionner cette vidéo qui montre une belle action pour montrer qu’ils sont là et luttent !

Avis aux supporters !

Conclusion

Le foot français vit un changement jour après jour, qui s’est accéléré depuis cette saison. Inspiré des modèles des grands championnats, des grands clubs, la France veut vendre son championnat, essayer de vendre son spectacle ! Mais y a-t-il assez de contenus pour venter les mérites de la Ligue 1. Certes les Qataris arrivent pour faire de notre championnat un championnat encore plus reconnu en Europe. C’est un pari à quitte ou double. Une réponse sera possible dans quelques années. Les mentalités changent, les tribunes changent, le foot se modernise, nous perdons des valeurs, tout ça en se dirigeant vers l’Euro 2016. Aujourd’hui nous ne savons pas si ses changements seront payants. Des avantages existent mais il y a toujours un mais !