Archives du blog

Mais qu’a donc de plus le foot Allemand?


f5f4d

C’est officiel, le 25 mai ce sera bien deux équipes allemandes, le Bayern Munich et le Borussia Dortmund qui iront ce défier à Wembley en finale de ligue des champions pour savoir qui des deux poids lourds du foot Teuton règne sur l’europe. Mais depuis quelques jours tout le monde nous gonfle en nous expliquant que ceci était vu d’avance et que le foot allemand prépare son coup depuis bien longtemps. Nous on vous explique pourquoi ils n’ont pas tout à fait tord.
Lire la suite

Publicités

Top 5 matchs de légendes: Paris Saint-Germain


psg
Le football regorge de matchs légendaires, de moments hors du temps, de retournements de situations exceptionnels, bref d’instants magiques qui font que le football est le sport numéro un dans le monde. Aujourd’hui nous avons décidé de vous faire un top 5 des matchs de légende du Paris Saint-Germain, un club qui malgré son jeune âge a déjà une histoire dignes des plus grands clubs et nombres de matchs déjà gravés dans nos mémoires.

Lire la suite

Faut-il supprimer l’Europa League ?


europa-league-parier

La League Europa ou Europa league (ex coupe de l’UEFA) si souvent considérée comme une coupe sans intérêt dans notre pays. Reste tout de même une coupe Europe avec un beau palmarès sur lequel figure des prestigieux clubs tel que le FC Porto, la Juventus, l’Inter,  le Real Madrid, Naples et j’en passe. Mais selon certains cette coupe n’a pas lieu d’exister. Rappelons que ce sont les mêmes qui sont supporter du Real Madrid et de Barcelone en même temps. Et donc à travers cet article je vais vous rappeler les différentes utilités de cette coupe.

Nous sommes d’accord une coupe d’Europe peu importe laquelle, est prestigieuse dans un palmarès. Mais quand chaque année en Champion’s League les mêmes clubs (6 ou 7) rivalises pour la victoire finale, il est bien difficile pour un club au budget plus « modeste » de pouvoir lutter et de réaliser une bonne performance dans cette compétition. C’est donc  dans ce contexte que l’existence de la League Europa se justifie, cette coupe permet à nombres de bon clubs d’exister sur la scène européenne. Prenons l’exemple des deux finalistes de l’édition précédente, l’Athlético Madrid et l’Athletic Bilbao. Deux bons clubs de Liga Espagnol mais qui en Ligue des champions l’an passé n’aurait que difficilement passé le stade des 8ème ou  quart de finale.  Deuxième exemple de club encore plus modeste qui est Braga en 2011, ils avaient réussi à se hisser elle aussi jusqu’en finale avec seulement 17 millions d’euros de budget à sa disposition. Mais cette coupe permet aussi de révéler des équipes de championnat mineur dont le coefficient UEFA ne permet que difficilement l’accès à la Champion’s League ou sinon à travers de multiple tour préliminaire.  Dans la dernière édition de la League Europa des clubs comme le Legia Varsovie (Pologne), Red Bull Salzbourg (Autriche) ou Wisła Cracovie (Pologne) ont réussi à se hisser jusqu’en 16ème de finale. Certains vont m’opposer à tort l’argument du niveau très faible des clubs qui y participent et donc d’une coupe dénué d’intérêt. Pour simple argument le Red Bull Salzbourg était dans la poule du PSG l’an dernier et n’avait pas absolument pas démérité sa présence à l’étape supérieure de cette compétition.

europa 2

Si on devait établir un niveau de hiérarchie entre les différentes compétitions auquel peut participer un club l’ordre serait le suivant : Championnat, Europa League,  Champion’s League. En suivant cet ordre une équipe sera en phase de progression, un parcourt en Europa League est un très bon moyen d’aguerrir de jeune joueur, de les faire progresser plus rapidement, pour tous les autres d’engranger une expérience européenne et pour l’ensemble de forger un véritable groupe. Mais aussi d’ajouter peut-être une ligne à leur palmarès. Cette compétition est un excellent tremplin pour progresser et ainsi atteindre les hautes sphères européennes c’est l’instar de Porto en 2003 qui remporta la coupe de l’UEFA à l’époque sous la houlette de José Mourinho et qui sous la même houlette l’année suivante remporte la Champion’s League. Pareil pour le Chakhtar Donetsk qui remporte la compétition en 2009 et qui les années suivantes réalise de bons parcours en Champion’s League. Mais actuellement l’élément de progression le plus frappant dans cette compétition est sans doute le Colombien Ramadel Falcao qui possède en deux participations 2 victoires. Une avec Porto en 2011 et une avec l’Athletico Madrid cette année, ce joueur d’édition en édition progresse, ce façonne, prend de l’expérience. Et en l’espace de 2 saisons et demie est devenu un phénomène mondial et un attaquant bon dans tous les domaines. L’Europa League a fait naitre des équipes, a éclos d’entraineurs phénoménaux ou pleins d’avenir (Mourinho, Diego Simeone,…) et joueur qui maintenant sont de l’élite du football mondial.

fc_porto_v_u_leiria_liga_zon_sagres_j18_2011_2012

 Mais après avoir détaillé son utilité, il faut expliquer pourquoi la France est le seul pays à se poser cette question. En France l’Europa League n’est considérée que comme une sous coupe Europe qui ne vaut même pas la peine d’être joué. Je prends pour exemple les équipes de ligue 1 qui chaque année aligne l’équipe B en poule et se font sortir piteusement comme Toulouse, Rennes, Montpellier, Bordeaux (hormis cette saison). Quel est l’intérêt de battre pour se qualifier en coupe Europe toute la saison et laisser filer derrière pour pouvoir ce requalifié l’année d’après ? Cette mentalité est inutile et dénuée de toute logique, car en plus de faire baisser le coefficient UEFA Français (contrairement au club Portugais, Allemand, Espagnol qui joue à fond cette compétition et qui font grimper leur coefficient)  tu ne touches presque pas d’argent à part si tu essaies de jouer les phases finales ce qui est l’objectif principal des clubs Français qui joue là Champion’s League donc autant jouer l’Europa League. Mais paradoxalement plus les clubs Français délaisserons cette compétition pour espérer jouer les places qualificatives à la ligue des champions et ce feront fessé l’année d’après plus le coefficient UEFA baissera et donc par conséquent le nombre de places qualificatives pour la ligue des champions aussi. Ce qui aura pour conséquence un nombre encore plus important de places en Europa League distribuée. Le plus drôle dans tout ça c’est qu’aucune équipe Française mise à part le PSG n’aurait le niveau pour gagner une Champion’s League. Alors que pour une League Europa le challenge n’en serait que d’autant plus jouable. Si toutes ses équipes avaient joué auparavant cette compétition à fond à l’heure d’aujourd’hui des équipes comme Lille ou Rennes aurait pu réaliser de bon voir d’excellent parcours. Mais non l’Europa League ce n’est pas assez prestigieux pour le football Français qui préfère passer pour des peintres en Champion’s League à ce prendre des fessés (cf Marseille, Lille, Montpellier…). Je rappellerais tout simplement que la League Europa n’a jamais été remportée par un club Français. Espérons que cette au moins Lyon et Bordeaux nous gratifie d’un beau parcourt dans cette compétition puisqu’ils ont indiqué qu’il la jouerait à fond.

Au final, la League Europa est une compétition de rang qui vaut le coup d’être joué par les clubs qui n’ont pas les moyens de rivaliser en Champion’s League. Il est donc hors de question de supprimer cette coupe d’europe. Supprimé la League Europa est d’ailleurs une idée complètement saugrenue et bien Française. Qui devrait d’abord regarder l’état du football Français en coupe Europe plutôt que de proposer de telles énormités.

Top and the Flop (épisode 16)


19-top-and-flop
Tu le sais, tu l’attendais… On est lundi et le lundi c’est ton « Top and the Flop » où encense ou défonce les différentes performances ou actualités de la semaine passée. Coupe ton téléphone, bouche-toi les oreilles, enferme-toi dans un bunker et c’est parti !

20-top
Falcao puissance 5

Auteur d’un quintuplé hier lors de la victoire de son équipe l’Athlético Madrid sur son terrain face au Deportivo 6-1. Ramadel Falcao a crevé l’écran. Il comptabilise en fait ou à vrai dire. »>actuellement 16 buts en 14 matchs de liga ce qui est une véritable performance. Il pousse son équipe à bout de bras ce qui explique l’actuel 2ème place de l’Athletico. Il ne devrait d’ailleurs ne pas rester encore très longtemps chez ces derniers. Car ce n’est plus le club de l’Athletico qui décidera d’accepter ou non une offre de transfert du joueur. Mais plutôt l’organisme d’emprunt qui avait aidé à son achat. Une affaire qui ne manquera pas de nous tenir en haleine durant le mercato d’hiver.

Le PSG enfin relancé en 4-2-2-2 ?
Enfin une bonne semaine pour le PSG après un mois de novembre compliqué (3 défaites en championnats et l’élimination en quart de coupe de ligue). Une victoire de rang au Parc contre Porto 2-1 en Champion’s League et le carton de samedi contre Evian 4-0 toujours au parc. Mais outre le score de ces deux rencontres, c’est surtout la manière qu’il faut retenir.  Sur le terrain on a vu un collectif, des buts non pas sur des actions individuelles, mais encore une fois avec un collectif. Une envie dans découdre et un nouveau schéma tactique (4-2-2-2) qui ont permis aux Parisiens de montrer ce qu’ils valaient. Et donc peut-être de lancer définitivement leur saison.

Une Roma retrouvée.
4 victoires de suites pour la Roma et une 4ème place au classement, montre que l’équipe de Znedek ZEMAN a de la ressource et un potentiel offensif. Potentiel offensif composé encore et toujours de l’éternel Francesco Totti qui à 36 ans dispose toujours d’un ratio de 0,4 but par match (6 buts en 15 matchs cette saison). En tout cas, la Roma est actuellement la meilleure attaque de série A avec 38 buts en 16 matchs. Mais la Roma c’est aussi une défense laborieuse et si elle arrive à régler son secteur défensif ce qu’elle a réussi à faire c’est 4 derniers matchs. Si les Romains continus sur cette lancée la course au podium de série A ne sera pas inenvisageable.

21-flop
LOSC, entre mauvaise performance et querelle interne.

Que dire de la performance du LOSC à mi-saison… Une 11ème place en ligue 1 une 4ème en phase de poule des champions (avec à la clé quelques humiliations), un gardien qui résilie son contrat suite à des conflits en interne, une attaque défaillante, un mercato qui n’est pas franchement une réussite.  Franchement les dirigeants Lillois devraient se remettre en question après un début de saison aussi raté. Sans une remontée fantastique du LOSC dans la 2ème partie du championnat, la fin de saison du LOSC s’annonce compliquée et un grand ménage va sans doute devoir être effectué en fin de saison. Encore une fois force est de constater que la malédiction des nouveaux stades est toujours d’actualité.

L’OM se fait fesser.
Les Marseillais sont toujours 3ème de ligue 1 mais franchement leur semaine dernière valait largement sa place dans notre Top and the Flop. Encaisser 6 buts en deux matchs contre Limassol et Lorient est vraiment une grosse contre-performance de la part des Olympiens. Un match manqué en championnat peut-être excusable. Mais une fessée contre une équipe chypriote est SCANDALEUSE. Chaque année nous nous plaignons de la place de la place de la France qui baisse au niveau du coefficient UEFA. Mais avec ce genre de performance, le problème ne risque de résoudre de sitôt.

Mancini vers la sortie ?
Hier City c’est incliné dans le choc de Manchester  3-2 face à United malgré une très bonne 2ème mi-temps.  Mardi dernier City c’est incliné 1-0 contre Dortmund en champion’s league et est donc éliminé de toute compétition européenne après sa 4ème place en phase de poule. Avec 6 points de retard sur Manchester United et une élimination prématurée (encore une fois) de la ligue des champions. L’avenir du technicien italien à la tête de la formation Mancuniens devient plutôt incertain. Et ils ne seraient pas surprenants de voir ce dernier partir en fin de saison.

22-bonus
Pour finir branche ton PC sur ton home cinéma. Pose toi dans ton canapé, parce que maintenant tu es parti pour 3 minutes de bonheur.
http://www.dailymotion.com/video/xvn7nz_2012-12-02_sport?start=3#from=embediframe

Top and the Flop (épisode 8)



On est lundi tu rentres du boulot et il pleut dehors ? Et bien ton « Top and the Flop » est là pour remplacer ton bon gros chocolat chaud bien réconfortant !

Allez let’s go !!


Maison Klose
Du romantisme, le sens du but, de la classe telle est le portrait de Miroslav Klose. Le joueur de la Lazio joui d’une aura populaire en Italie depuis la saison dernière où il réalisa une saison correcte avec 12 buts en 27 matchs de championnat. Mais cette saison le buteur Allemand nous a démontré une fois de plus toutes ses qualités. Tout d’abord en faisant annuler il y a 2 semaines contre Naples son propre but marqué de la main (geste d’autant plus honorable que la Lazio perd au final 3-0), mais en plus il réalise un très beau début de saison avec un total de 5 buts en 7 matchs, avec en plus un doublé hier après-midi contre Pescara. Miroslav Klose what else ?

Bayern force 7
Et de 7 pour le Bayern cette saison. 7 quoi ? 7 victoires sur 7 matchs de championnat de quoi faire du Bayern encore un candidat à la victoire en Champion’s League cette année. De plus, le mercato du Bayern ne fait pas rêver, mais est pour le moment très efficace. Je prends pour exemple le buteur Croate Mario Mandzukic qui a déjà marqué 6 buts en 7 apparitions. En même temps en Bavière la potion magique c’est la bière !

Messi-Ronaldo vs Ibrahimovic-Gignac
Hier soir nous avons pu assister à un classique du championnat Français et Espagnol, je parle bien évidemment de OM-PSG et de Barça-Real. Et bien dans c’est deux matchs nous avons pu assister à un duel de buteur. Tout d’abord Messi, Ronaldo auteur tous les deux de 2 buts. Mais ensuite à Ibrahimovic, Gignac eux aussi auteur de 2 buts. Une comparaison possible? Bien évidemment que non! Mais remarquez tout de même que le nom de Gignac à côté de Ibrahimovic, Messi ou Ronaldo ceci peut prêter à sourire et à nous montrer que même un joueur moyen peut avoir le droit à des comparaisons flatteuses.

AS Nançy Lorraine « Qui s’y frotte l’écrase »
Depuis la reprise du championnat le 11 août et une victoire 1-0 contre Brest, Nançy enchaîne les défaites. Avec la fessée de ce weekend contre Saint-Etienne les Nancéiens sont à 7 défaites consécutives (coupes comprises). Pour une équipe qui blinde sa défense chaque weekend c’est plutôt inquiétant. Mais Nançy nous a habitué à ce genre de début, l’année dernière le scénario était un peu prêt le même. Avant de réaliser une très bonne deuxième partie de saison. Mais Nançy est bien parti reformer le derby lorrain  la saison prochaine en L2 et rejoindre Metz (actuel 2ème du championnat de national).

Et Troyes s’enfonce
Ce weekend l’équipe de Troyes promu de L2 a encore perdu. Cette fois ci-contre Bastia, malgré l’envie, dont les joueurs Troyens on fait preuve. L’équipe est faible, mais quand en plus tu finis comme ce weekend ton match à 9 un bon résultat est quasiment impossible. Avec seulement 2 petits points, le club de l’Aube est dernier de ligue 1 et à ce rythme bientôt en ligue 2.

Le mur de l’atlantique
Jeudi dernier Didier Deschamps donnait la sélection de l’équipe de France pour les matchs opposants les bleus au Japon en amical et à l’Espagne pour le compte des éliminatoires de la coupe du monde 2014. Et dans cette sélection pas moins de 5 milieux de terrain récupérateur sont comptabilisés (Capoue, Chantôme, Gonalons, Matuidi, Moussa Sissoko). Pas le mieux pour créer du jeu, de plus jouer défensif face à l’Espagne d’autres équipes on déjà pu voir ce que cela donnait. Dans tous les cas ont peu tenté d’espérer ne pas avoir à assister à une corrida…


Cette semaine je vous propose la compilation des plus beaux buts de la semaine dernière!

Top and the Flop (épisode 6)


Que cette semaine footballistique fut belle, il y eut le retour de la ligue des champions, de belles journées de championnats à travers toute l’Europe et des buts à la pelle.
T’as pas pu tous suivre, no stress, la rédaction F.A n’a rien raté et te fais le condensé de la semaine comme tous les lundi dans ton « Top and the Flop ».

Air Ahamada
90ème +4, Toulouse est menée deux buts à un, coup franc de la dernière chance pour le TFC, Ben Yedder pour le tirer, le stadium retiens son souffle, Ahamada le gardien Toulousain est monté.
90+5 Toulouse est revenue à deux partout on vous laisse imaginer grâce à qui du jamais vue en championnat depuis 1996 et un joli bain de foule pour le portier du TFC.

Bayern pied au plancher
Le Bayern avait terminé la saison dernière à toute vitesse malgré une deuxième place en championnat et la finale de ligue des Champions perdus face à Chelsea. Le club Bavarois n’a décidément pas levé le pied à l’inter saison. Quatrièmes victoires consécutives en championnat et victoire en Champion’s League face à Valence.
Leurs concurrents et le Borrusia en particulier, vont devoir très vite accélérer s’ils veulent suivre la cadence.

Quand Zlatan, Zlatanise Bastia
On s’imaginait un match compliqué pour les Parisiens du côté de Furiani, que le contexte et la grinta Corse feraient déjouer des Parisiens trop sûrs d’eux. C’était sans compter un grand Zlatan en démonstration qui signe son deuxième doublé de la saison malgré une défense à 5 élaboré par le coach bastiais.
Et voilà qui fait donc 7 réalisations en six journées, des stats assez rares pour être souligné, le dernier à suivre une telle cadence était Djibril Cissé lors de la saison 2001/2002, il avait d’ailleurs terminé meilleur buteur avec 22 buts.

Écran noir sur l’Europe.
Foot business encore et toujours, la redistribution cet été des droits de la Champion’s League pèse une fois de plus lourd dans le porte-monnaie des passionnés. Exit le match de ligue des champions en clair sur TF1, dorénavant il faudra s’abonner à canal + ou Be in sport pour suivre la plus prestigieuse des compétitions.
Football, vous avez dit sport populaire ???

À quoi joue le Milan AC
Vendre deux de ses meilleurs joueurs pour équilibrer ses comptes et atteindre le fair-play financier, pour un club qui a tant flambé par le passé c’est louable. Mais si c’est pour rater ses débuts en ligue des champions face à Anderlecht et occuper une 15 ème place en série A, le plus mauvais départ pour le club rossoneri depuis 82 ans, on imagine que derrière le discours officiel, beaucoup doivent penser que c’était mieux avant.

Et la lumière fut! Ou pas…
Hier soir devait se dérouler un match opposant le Rayo Vallecano au Real Madrid. Mais une panne d’éclairage à l’Estadio de Vallecas à donc empêcher au match de se dérouler. D’après le président du Rayo cette panne est due à des vandales qui auraient saboté des câbles. La LFP à donc décaler le match aujourd’hui à 18h45.Espérons que pour les deux équipes on retrouve la lumière au bout du tunnel.


Cette semaine on commence avec une action qui fait le tour du web Français depuis samedi soir c’est bien sûr le but de Ahamada le gardien Toulousain!

Et on fini ce Top and the Flop avec un bien beau du Brésilien Oscar cette semaine en Ligue des Champions contre la Juventus.

Le paradoxe Malaga


Avant de Malaga on connaissait la Costa del Sol, les plages, les arènes et bien d’autres plaisir qu’offre la ville Andalouse. Mais peu de personnes s’intéressaient au modeste club de football local.

En mai 2010, le Cheick Qatari Abdullah Ben Nasser al-Thani rachète le « Malaga club de Futbol » pour 36 millions d’euro, les supporters se prennent déjà à rêver, des pétro dollars pleins les yeux à l’image de Manchester city.

Ambitions, transferts et blingbling.
Et c’est vrai que les habitués de la Rosaleda avaient de quoi avoir les yeux qui brilles.
A son arrivée, la nouvelle direction Boquerones affiche clairement ses ambitions, casser l’hégémonie du Barça et du Real, créer un nouveau centre d’entrainement, jouer la ligue des champions chaque saison et intégrer très vite le top 10 Européen.

Le recrutement est d’ailleurs digne des grands d’Europe, en deux saisons arrivent les Cazorla, Baptista, Van Nistelrooy, Joaquin, Toulalan, Demichelis, Saviola et pour encadrer tout ce beau, monde, le Chilien, Manuel Pellegrini un habitué de la Liga qui a déjà entrainé Villareal et le grand Real Madrid. Bref que du lourd et la progression est là.

La première saison, les ciels et blancs terminent le championnat à une modeste 11ème place. Le temps de mettre en place les automatismes et Malaga termine ça deuxième saison à une très belle quatrième place, juste derrière les trois tôliers de la Liga que sont les Merengues, le Barça et Valence.

Un réveil dur à encaisser.
Une quatrième place, un barrage de ligue des champions le tableau pourrait être idyllique, mais il y a , un mais. Près de la moitié des joueurs et plusieurs employés du club accusent des retards de paiements, des primes non versées. Avant de quitter définitivement le navire, Van Nistelrooy et Cazorla ont d’ailleurs porté plainte auprès de l’Association des Joueurs Espagnol contre leur ancien club.

Le club accuse un déficit de 20 millions d’euro que le Cheick ne veut pas payer, plusieurs joueurs ainsi que le coach on était « invité » à se trouver un nouveau point de chute pour alléger la masse salariale, curieux quand on connait la fortune personnelle du personnage qui à tout de même acheté un cheval qui lui a couté l’équivalent du transfert d’un Ronaldo.

Il se murmure d’ailleurs que le club serait à vendre et qu’il aurait été acheté dans le seul but de prendre de solides contacts dans la région afin d’acquérir la concession d’une marina du côté de Marbella, des supputations bien entendu invérifiables, mais qui attise la colère des ultras.

Une équipe qui fait bloc
Dans ce contexte morose, on pourrait alors facilement imaginer un groupe à la dérive. La réalité est tout autre, les joueurs, staff et supporters soudés comme jamais jouent l’union sacrée derrière leur club qu’ils ne veulent pas voir déposer le bilan. L’équipe étonne, après avoir brillamment passé le tour préliminaire de la Champion’s League, elle est invaincue après quatre journées de championnat et occupe la deuxième place derrière les blaugranas. Ajouter à cela une belle victoire mercredi en coupe d’Europe 3-0 face au Zénith Saint Pertersboug, voilà une belle bouffée d’oxygène pour un club qui découvre le gratin européen.
Une compétition qui pourrait d’ailleurs être le salue de ce club, la manne financière découlant de la plus prestigieuse des compétitions lui permettant d’avoir déjà résorbé une partie des dettes du club et permis de payer la plupart des salaires.

Après un été gâché par l’extra sportif, c’est peut être bien dans l’adversité que le club pourrait réaliser ça plus belle saison, pour leurs supporters c’est bien tout ce que l’on peut leur souhaiter.

Reims, back to the future?


Ton grand-père t’a toujours dit qu’il n’y a que deux équipes en France, les verts et le stade de Reims. Retour sur l’histoire bientôt centenaire d’un club qui a tout connu de la dh aux sommets européens.

La belle époque

Fondé en 1931, le club débarque en division 1 par la petite porte, grâce à une promotion administrative, la d1 de l’époque passant de seize à dix-huit clubs. Le Reims de l’époque c’est le Barça d’aujourd’hui, d’ailleurs dans toute l’Europe, on ne parle pas du jeu à la Barcelonaise, mais bien à la Rémoise. Car dans les années 50, cette équipe, c’est un rouleau compresseur, avec une dream team où se côtoie Kopa, Hidalgo, Fontaine, tout au sommet de leur art. Entre 1949 et 1952 Les Rémois s’octroient 6 championnats, 2 coupes de France, 4 trophées des champions et participe à 2 final de league des champions. En 51 la France tout entière est derrière son poste de radio pour soutenir cette équipe qui gagne la coupe latine, sorte de tournoi qui regroupe les champions en titre des grands championnats Européen, en étrillant le grand Milan AC 3-0. bref, une vraie domination où la plupart des clubs rencontrés finissent le genou à terre, seul le grand Real leur tiendra tête, et ce dès la création en 1955  de l’actuel ligue des champions, où le stade de Reims se hissera dès la première édition jusqu’en final mais ne parviendra pas à battre les merengues, et s’inclinera sur le score de 2-0.

Les années galères

Loin du prestige des années 50, début 90 le stade est rentré depuis bien longtemps dans le rang, virevoltant entre la D1, la D2 et le national. Octobre 91, le club accumule cinquante millions de francs de dettes, colossale à l’époque.  Une première liquidation pousse le club à changer de train de vie et de nom, devenant au passage « le Stade de Reims Champagne FC», mais le 11 mai 1992, coup de tonnerre sur le club, le tribunal prononce la cessation d’activité, et la vente aux enchères de tous les biens du club, les 230 coupes comprises. Retour à la case DH, la sixième division, un long cheminement s’annonce pour les Rémois entre les montées, le rachat des trophées pour « un franc » symbolique à Afflelou, le décès tragique de leur président, et le retour en 99 en national, antichambre du monde professionnel.

Tourné vers le futur

Depuis maintenant dix ans et son retour en ligue 2, le club s’est structuré, modernisé, dans un seul but, retrouver la ligue1. Un nouveau stade inauguré en 2008 et l’arrivée aux commandes d’Hubert Fournier en 2010, a permis au club de franchir un palier qui pourrait bien être le bon. S’appuyant sur un effectif de qualité où l’alchimie a bien pris entre des « vieux » briscards habitués aux joutes de la ligue 2 comme Cédric Fauré, de jeunes pousses, mais aussi quelques prêts intelligents à l’image de Kamel Ghilas, arrivés de Hull City cet été, voilà ce qu’on appelle une bonne pioche avec 12 buts en 26 matchs.

À maintenant neuf journées de la fin du championnat, le stade de Reims actuellement deuxième du championnat  n’a jamais été aussi près de son but, renouer avec son riche passé et redevenir une place forte du foot français.

Réponse dans un petit mois…