Archives Mensuelles: août 2012

La polémique Lucas/Lucas Ocampos


Lucas(PSG) et Lucas Ocampos(AS Monaco)

Lucas(PSG) et Lucas Ocampos(AS Monaco)

En cette époque de chamboulement au Paris SG mais aussi à l’AS Monaco tant sur le plan sportif que médiatique les polémiques se multiplient autour de ces clubs. Vous n’avez surement pas dû (pu ?) échapper à l’une des dernières polémiques en date concernant le feuilleton Lucas et son accord pour rejoindre le Paris Saint-Germain en Janvier 2013 pour une quarantaine de millions d’euros (bonus compris). Mais le PSG n’est pas le seul à avoir soulevé les critiques même si le transfert d’un autre Lucas (Lucas Ocampos) pour dix-huit millions d’euros du côté d’un autre club détenu par un richissime actionnaire, l’AS Monaco en Ligue 2, passe un peu plus inaperçu. Ces deux transferts suscitent de la joie, de la jalousie ou tout simplement des critiques en France mais aussi à l’étranger par le biais d’une grande figure du football en la personne de Sir Alex Ferguson concernant le transfert de Lucas au Paris SG.

« Ces joueurs n’ont aucune expérience européenne »

Tout d’abord, balayons vite cette critique dans le cadre du Paris Saint-Germain ou de l’AS Monaco. En effet, dans le cas des transferts de Lucas Moura et de Lucas Ocampos il faut bien comprendre que ces joueurs-là n’ont pas été recruté pour leur expérience (mais ça je pense que vous l’aviez deviné) ou même leur niveau actuel mais surtout sur la marge de progression qu’ils possèdent. Il semble en effet plutôt normal pour des sud-américains de n’avoir aucune expérience de l’étranger à 18-20 ans. Par contre, ce qu’il faut comprendre c’est que les deux joueurs sont considérés comme des petites perles que les deux entraineurs italiens Carlo Ancelotti et Claudio Ranieri devront polir et vernir. Ces deux joueurs ne sont surement pas au niveau européen tant sur le plan physique que sur le plan tactique mais ils apporteront cette dose de folie que recherche leurs deux futurs clubs. En outre, il faut donc bien distinguer les joueurs capables de faire passer un palier immédiatement au club (Thiago Silva, Thiago Motta, Zlatan Ibrahimovic…) et ceux qui sont là pour l’avenir (Lucas, Lucas Ocampos…).

« Ils ont coutés trop chers »

Voilà on arrive au vrai fond du problème : les montants des transferts. A ce niveau-là il faut distinguer deux choses.
Dans un premier temps plaçons-nous au niveau des clubs, que ce soit pour l’AS Monaco ou le Paris Saint-Germain, il faut bien comprendre que ce n’est pas le club qui paye mais l’actionnaire. En somme, c’est un pari de l’actionnaire : s’il est payant le club est gagnant et s’il est perdant c’est l’actionnaire qui en paiera les conséquences. Et je ne vous cache pas que cela ne leur engendrera pas des fins de mois difficiles.
Enfin je ne vous mentirais pas si je vous dis que les actionnaires préfèreraient quand même avoir recruté des Ronaldinho en puissance plutôt que des Denílson.
Maintenant c’est au niveau de la dérive du marché des transferts que cela devient inquiétant. Pour cela revenons sur les déclarations d’un des meilleurs entraineurs de ces quarante dernières années Sir Alex Ferguson, entraineur de Manchester United : « Je trouve ça incroyable qu’un club puisse payer 45 millions d’euros pour un joueur qui n’a que 19 ans, a déclaré le technicien écossais. [..] La seule organisation qui peut empêcher ça, c’est l’UEFA. Quand un club paye 45 millions pour un joueur de 19 ans, le jeu perd de sa valeur ».
Tout d’abord avant de revenir sur ses déclarations j’aimerais juste envoyer un petit tacle (réglementaire) à Sir Alex Ferguson qui est un peu hypocrite dans son discours car ce dernier a quand même proposé 38M€ pour s’attacher les services de l’ailier brésilien ce qui est tout autant indécent que les 45M€ si on se base sur son argumentation. Par ailleurs, l’entraineur écossais n’est pas le dernier à sortir le chéquier quand on repense à Rio Ferdinand, Juan Sebastián Verón ou le brésilien Anderson.
Quant à son discours, je le partage. En effet depuis des décennies le marché des transferts part à la dérive mais ce ne sont pas les richissimes actionnaires les premiers responsables, par contre ils participent au phénomène. D’ailleurs Sir Alex Ferguson ne les cible pas explicitement dans sa déclaration mais ils sont assez souvent visés dans cette dérive du marché. Effectivement, si on jette un petit coup d’œil aux trois plus gros transferts de l’histoire on y retrouve Cristiano Ronaldo, Zinedine Zidane et Kaká qui ont tous les trois signés au Real Madrid pour un montant cumulé de 237M€. Pourtant le Real Madrid n’est pas dirigé par un richissime actionnaire, cheikh ou prince qatari. Mais le marché a pris un chemin très sinueux et finalement les arrivées d’actionnaires richissimes soulèvent des interrogations qui malheureusement s’amalgament souvent au sentiment de jalousie provoquée par leurs venues. Pourtant il y a un véritable problème auquel personne n’a, malheureusement, de solution. Si Sir Alex Ferguson pense comme la majorité des supporteurs de football que la fair-play financier changera quelque chose, permettez-moi l’expression « ils se mettent le doigt dans l’œil jusqu’au coude ». Comme je l’ai dit, actionnaires richissimes ou non, le marché des transferts dérive  depuis des années et des années et ceux qui injectent de l’argent ne font qu’amplifier ou participer à ce phénomène et rien n’a été trouvé pour contrer cette dérive.
Pour conclure, si les montants sont de plus en plus élevés c’est également en raison d’un apport d’argent de plus en plus important dans les clubs. Les clubs cherchent donc à trouver de plus en plus de fonds notamment via des actionnaires ou des prêts à la banque. Mais de l’autre côté les clubs cherchent aussi à augmenter de plus en plus leurs fonds propres et ceux qui en pâtissent le plus souvent sont les supporteurs de football à travers les droits télé qui tuent petit à petit les divisions inférieurs car délaissées pour raisons économiques (Cf : « BeIN Sport , un horaire qui tuerait la L2 ! ») , le prix des places dans les stades, le prix des produits dérivés (notamment les maillots de football) etc. Pour résumer, il y a un vrai problème à ne pas ignorer mais il ne faut pas se tromper de cible car ce n’est pas comme ça que l’on pourra trouver une (bonne) solution : le problème est, à l’origine, la dérive du marché et non les « nouveaux riches ». Ne pas confondre cause et acteur…

Publicités

Top and Flop (épisode 3)


Troisième épisode de votre nouveau rendez-vous hebdomadaire, « Top and the Flop ».

On change pas une formule qui marche alors comme chaque lundi, on vous fait part de ce qu’on a aimer et ce qu’il serait bon d’oublier.

Michel , et ça « Bastos ».
Une semaine après sa magnifique bicyclette, le Lyonnais qui souhaite rester malgré le bon de sortie de ses dirigeants récidive.
Un coup franc qui file directement dans le but mesuré à… 113kmh, rien que ça.

Gignac décisif
On l’avait quitté sur la liste des transferts sous l’aire Deschamps, on le retrouve en pleine forme, affutée et surtout décisive sous les ordres d’Eli Baup. Face à un champion de France en titre poussif, Amalfitano profite des faiblesses de la défense montpelliéraine pour récupérer la balle et décaler Gignac sur la gauche qui ajuste Mandanda, du Dédé comme on l’aimait à la grande époque.

Super Landreau
Le LOSC n’a pas gagné, mais s’il n’a pas perdu et c’est en grande partie grâce à Mickaël Landreau.
Des arrêts de classe internationale que Didier deschamps, présent dans les tribunes n’a pas manqué d’apprécier. Alors un retour dans le groupe France ? On le sera très bientôt avec la liste de l’équipe de France dévoilée mercredi par le sélectionneur.

 L’arbitrage voit rouge.
Trois journées de championnat et déjà quinze cartons rouges, c’est beaucoup, surtout si l’on compare avec la saison dernière où les hommes en noir avaient sorti seulement sept cartons. Une sévérité assez déroutante de la part de l’arbitrage qui depuis cette saison a pour consigne de la part de la direction technique de ne plus donner d’interview et qui n’a pas donné des réunions de près saisons avec les joueurs comme c’était le cas les saisons précédentes.

Sochaux, ça sent déjà le chaud !!!
Il y a des clubs pour lesquels on sait que la saison va être longue, le FC Sochaux Montbéliard fait partie de ses équipes. Trois matchs, trois défaites, Martin , Perquis, Maïga , et bientôt Boudebouze transféré c’est toute la colonne vertébrale de l’équipe qu’il faut remplacer et vite. On ne voudrait pas être médisant, mais ça sent la Ligue 2 tout ça.

Les stades se vident…
Après cinq journées en Ligue 2, l’affluence totale connait déjà une baisse d’environ 100 000 spectateurs. 30 % en moins par rapport à la saison dernière. Il serait peut-être temps pour la LFP et BeInSport de se remettre en cause avant de continuer à détruire ce championnat.

Cette semaine 2 bonus!

-1-
Notre nouvelle mascotte ce nomme Yaya Banana joueur du FC Sochaux et qui ce week-end lors du match Reims-Sochaux a perdu un duel contre un adversaire plutôt particulier.

-2-
Un très beau but de Osvaldo joueur de l’AS Roma ce week-end contre Catane. On vous laisse apprécier.

Top and Flop (Episode 2)


Retour de « Top and the Flop », le rattrapage du Lundi à la sauce F.A, pour tous ceux qui on préférer faire un barbeuc, allez bronzer sur les plages, ou tous simplement bosser.
Allez c’est parti !!!

TOP

-L’inauguration du grand Stade de Lille.
La classe, la très grande classe. Le nouveau stade multifonction du LOSC est un pur bijou de technologie.
50 000 places pour ce nouvel écrin, l’un des plus beaux d’Europe, nous à Football Anatomy on adore, veut bien y faire un tour si on nous y invite.

-Joris Delle
Le jeune gardien en provenance de Metz est arrivé cet été à Nice avec le statut de « numéro 1 bis » dixit Claude Puel.
Samedi soir, face à Valencienne, le gardien nous a sorti une très grosse prestation, présent sur tous les ballons et rappelant aux supporters Niçois leur ancien chouchou un certain Hugo Lloris.

-David contre Goliath
Décidément, les Merlus aiment les gros poissons. Après être allé chercher le nul sur la pelouse du PSG la semaine dernière, ce week-end, c’est le champion de France qui est tombée dans leurs filets.
Mené 1-0 jusqu’à la 90 dixième minutes, les Lorientais ont renversé la tendance en deux minutes, rageant pour les Montpelliérains.

FLOP

-Le genou de Gourcuff
Le Lyonnais avait bien débuté, une préparation estivale de qualité, un but pour le premier match de la saison face à Rennes, tout était réuni pour un joli début de saison.
Mais comme le sort s’acharne sur lui, un banal contact avec Benjamin Nivet lui vaut une torsion du genou et trois semaines d’arrêt minimum, maudit, on vous dit…

-La défaite du Stade de Reims
Une ouverture du score dès les premières minutes pouvaient laisser penser à une belle soirée en terre Corse pour les Rémois.
Quatre-vingt-dix minutes plus tard ; le scénario est totalement inversé, Bastia a marqué deux buts dont celui de la victoire, au-delà du temps additionnel, et Reims termine le match à neuf contre onze, cauchemardesque pour eux .

-The Reds hell
Première journée de Premier League le week-end dernier et la saison de Liverpool s’annonce aussi galère que la précédente pour un club avec autant de prestige que Liverpool, avec pour commencer une défaite 3-0 de West Bromwich Albion et l’expulsion de Daniel Agger à la 58ème n’a pas aidé. Affaire a suivre…

LE BONUS…

À quelques centimètres prêts c’était le ciseau d’Anthony Modeste qu’on vous montrait, malheureusement pour lui ce fût à côté, mais celui de Michel Bastos n’est pas mal non plus, allez régaler vous…
(http://www.youtube.com/watch?v=o66UjtTlGPI&feature=player_embedded)

Top and Flop (Episode 1)


C’est la rentrée !!!
Football Anatomy revient avec une nouvelle rubrique « Top and the Flop » .
Dès aujourd’hui et chaque lundi, on vous sort le top 3 de ce qu’on a aimés dans le week-end footballistique, mais aussi ce que l’on veut surtout oublier, tout ça passé au mixer version F.A avec en plus le bonus.

Top

Les deux buts de Zlatan
C’est maintenant un classique, lorsque le Suédois débarque dans un club, son péché mignon à lui c’est de scorer.
Cette fois, c’est plutôt deux fois qu’une, le premier, d’un magnifique amorti de la poitrine au-dessus de la tête de Bourillon enchaîné d’une frappe « aléatoire », mais efficace, le deuxième sur penalty.

– Le retour de Reims en Ligue 1
Depuis le temps que le football Français attendait ça, c’est fait, le Stade de Reims est de retour parmi l’élite, 33 ans après.
Un monument qui a tout de même raté son grand retour un s’inclinant 1 à 0 face à Marseille, mais l’essentiel est ailleurs.

– La victoire de Bastia
Alors certes l’opposition face à Sochaux ne faisait pas rêver, mais quand t’as frôlé le CFA, trois saisons plus tôt que t’es est passé du National à la Ligue 1 en deux saisons, que pour le premier match de la saison t’es obligé de changer au dernier moment d’avion, que ton bus se perd sur la route du stade et qu’en plus tu gagnes 3-2 à l’extérieur forcément….

Flop

– L’expulsion d’Alex Dupont
Le nouveau coach d’Ajaccio a vécu une drôle de soirée.
Un but du Brésilien Eduardo dès la onzième minute, l’expulsion de Mostepha a la 51 éme, s’en suis des contestions du coach Corse qui finira le match dans les tribunes.
Mais comme tout fini bien, victoire d’Ajaccio sur la pelouse de Nice 1-0.

– La Ligue 2 à l’heure de l’apéro
18h45, vous le savez c’est la nouvelle heure du coup d’envoi des matchs de Ligue 2 décidés conjointement par la LFP et son diffuseur BeInSport.
Conclusion, une pétition nationale, une affluence moindre et une grève des ultras membres du collectif « sos Ligue 2 ».

– Maxwell contre son camp.
Les supporters parisiens s’attendaient à voir des buts, ils ont été servis et ceux,dès la 5ème minute.
Monnet–Paquet qui centre fort Maxwell qui est masqué par Sakho, et il n’en fallait pas plus pour qui le malheureux pousse le ballon au fond des filets.

Le bonus…
Alors, voilà un bonus qui va faire débat, l’ancien Marseillais Brandao serait selon France football sûr le point de signer à Saint-Étienne.
Ça va faire rire certains, plaisir à d’autres, sur que ça va chambrer. Dans tous les cas , ça va faire jaser devant les machines à café.

LFP, quand l’ambition est freinée par la réalité.


Nous sommes quelques heures avant le véritable début du championnat de France de ligue 1 et chacun dans son coin tire une conclusion sur les décisions et évènements décidé et organisé par les instances dirigeants qui se sont passés durant la trêve. Pour ma part, certaines décisions m’ont plutôt choqué et d’autres m’ont semblé ridicules. Aujourd’hui, je vais vous parler du lot de casserole au cul, que tire la ligue de football professionnel et de ce cher président Frédéric Thiriez. Décrié depuis tant d’années, mais toujours en place…

Un club Français champion d’europe ?

Tel était l’objectif du président de la LFP en 2007 quand il présenta son projet FootPro 2012. Champion d’europe qu’il disait aujourd’hui nos clubs sont plus proches de la léthargie lors d’un match de coupe d’europe que de réelles performances sur le terrain. Pour preuve ce cher président voulait gagner une place au coefficient UEFA et au final nous en perdons 2 (l’Allemagne et l’Italie nous sont passées devant). Mais ensuite nous devons nous demander quel pouvoir Frédéric Thiriez à réellement sur ses objectifs ?

La LFP a-t-elle un pouvoir ?

Et bien elle n’en a aucun, son président est plus une forme de gourou spirituel seulement capable de faire gober n’importe quoi au français lambda…
Restons objectif, son pouvoir ne concerne seulement que l’aspect financier sur les droits télé et faire chier les clubs avec des règles stupides pour avoir l’argent des droits télé.
Exemple la ligue a instauré la licence club qui est basée sur 10 000 points découpés de la façon suivante :
1. Les infrastructures du stade – la zone joueurs et la zone spectateurs (3500 points)
2. Les infrastructures du stade – la zone médias (1500 points)
3. La sécurité (2000 points)
4. Les centres de formation agréés (2000 points)
5. La structuration salariée (1000 points)

Si vous ne totalisez pas un minimum de 5000 points, vous avez un malus sur les droits télés que vous touchez. Vous vous dites ça ne peut que améliorer l’état des stades, en effet, mais quand il y a des trucs stupides qui comptent dans le barème, comme installer le wifi dans le stade ou des sièges style siège baquet sur les bancs de touches on se dit qu’on atteint les sommets de la crétinerie. Depuis quand du wifi et des sièges plus confortables pour des remplaçants donnent de meilleurs résultats.
La ligue veut bien faire, mais handicape les clubs qui au lieu d’investir sur certains joueurs pour améliorer leurs effectifs et donc le niveau général du championnat ne peuvent pas, car ils ont des dépenses à faire pour ne pas perdre d’argent, cocasse non ?

Des décisions plus que critiquables

La LFP prend des décisions qui en matière de gestion ou de logique n’ont aucun sens exemple avec le Trophée des Champions qui cette année se déroulait à New York pour faire la promotion de la ligue 1 à l’étranger. Mais pour attirer du monde à l’étranger il faudrait déjà que la ligue 1 soit un championnat fort, or pour le moment il ne l’est pas, la lfp brûle les étapes. Surtout quand on voit le résultat sur une capacité de 25 000 personnes seulement 15 000 personnes ont assisté à Montpellier-Lyon autant dire un pari raté. 15000 personnes c’est l’affluence moyenne d’un club de L1, si le match avait été joué à Lyon ou Montpellier le stade aurait été plein. La ligue montre une fois de plus qu’elle prend des décisions illogiques et ce contrefeu des supporters.
Comme avec les nouveaux horaires de la L2 à cause des droits télés 18h45 le vendredi vous trouvez que c’est un horaire correct pour que le Français moyen puisse aller au stade ? La France à la meilleure 2e division d’Europe attirant quand même pas mal de monde, mais quand quelque chose marche en France il faut y toucher et la rendre moins attrayante ou efficace. Car là nous allons assister tout simplement à une désertion des stades de L2.

Mais plus important encore la LFP s’est tout simplement prostituée devant la chaîne à notre grand copain Biétry en acceptant l’inacceptable ! Mais qui est le grand fautif dans l’affaire des droits télés ? Et bien c’est la LFP ! Qui a mis en jeu les lots avec des jours de match bien défini ? La LFP ! Je soupçonne d’ailleurs la LFP d’être de mèche depuis le début avec BeInSport pour rendre la L1 plus « attractive » en essayant quelque peu d’étouffer la L2. Il fallait franchement être con pour penser qu’avec un match de L1 à 21h Beinsport ne décalerait pas la L2 plus tôt. D’ailleurs pour le moment je tape seulement sur BeinSport mais France Télévision c’est la même chose. Ils ont placé le match Caen-Lens à 18h45 mardi soir dernier ce qui montre que les autres chaînes emboitent le pas.

Mais dans tout cela qui est encore le perdant dans l’histoire ? Les supporters et les clubs au budget modeste et puis rappelons qu’au bureau de la ligue si tu n’y ai pas ton club sera souvent sujet à des injustices. Prenons un exemple simple : râler auprès des arbitres, Deschamps le fait à chaque match et pourtant jamais d’expulsion et donc de suspension. Prenons le cas de Kombuaré ou d’autres entraineurs qui ne possédaient pas de représentants à la LFP et bien dès que le ton montait une expulsion et une suspension de 4 matchs.

Conclusion

Bref que peut-on en conclure et bien qu’a la LFP on oscille entre incompétence et justice à deux vitesses. Il est clair que la LFP avantage nettement le fait de vouloir faire de l’argent au dépend des vraies valeurs du foot (droits télé, licence club, trophée des champions). Et pour la justice à deux vitesses, on ne me dira pas que quand des dirigeants de clubs qui sont à la ligue mangent ensemble, que des affinités ne se crée pas.  Au final à la LFP les décisions se transforment en petit dîner entre amis.