Archives de Catégorie: Ligue 2

Fair-Play financier : la crise guette les clubs professionnels français


A l’heure où la notion de « fair-play financier », chère à Michel Platini, est au centre de toutes les attentions et constitue une expression tellement à la mode qu’elle en brûle les lèvres de tous les commentateurs et journalistes sportifs spécialisés sur le football, la Ligue de Football Professionnel (LFP) dévoile des chiffres inquiétants.

Au cours de la saison 2011-2012, les comptes des clubs professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2 ont poursuivi leur dégradation. Ainsi, selon la LFP, le déficit net cumulé des 40 clubs qui évoluent parmi l’élite du championnat a atteint 107 millions d’euros la saison dernière. A titre de comparaison, il était de 65 millions d’euros en 2010-2011.

Alors que, dans un même temps, leur chiffre d’affaires enregistre une hausse de 8,5% et s’établit à 1,349 milliard d’euros.

Inquiétudes pour la Ligue 2

La Ligue, par l’intermédiaire de son conseil d’administration qui a étudié de près les comptes annuels des équipes, ajoute que 25 clubs sont « dans le rouge » en France. Parmi eux, 9 sont en Ligue 1 et 16 en Ligue 2.

Dans le détail, la Ligue 1 affiche une perte cumulée de 60 millions d’euros, contre 46 millions d’euros en 2010-2011, pour un chiffre d’affaires de 1,135 milliard d’euros. Du côté de la Ligue 2, le résultat net est déficitaire de 47 millions d’euros. Il l’était de seulement 19 millions d’euros la saison précédente.

Pour autant, si, à la vue de ces chiffres, la situation de la Ligue 1 ne semble pas confortable, c’est bien celle de la Ligue 2 qui inquiète vraiment les instances professionnelles. En effet, les équipes de la division inférieure auront certainement beaucoup plus de mal que leurs homologues de première division à générer de nouvelles recettes. Ces clubs n’ont, par exemple, pas la possibilité de modifier leur modèle économique à l’instar de ceux de Ligue 1 qui construisent de nouveaux stades.

Et, en se penchant un peu plus sur la situation de la Ligue 1, on constate bien que tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne en la matière.

Cure d’austérité vs budget illimité

Ainsi, si le budget du Paris-Saint Germain (PSG) semble illimité à l’heure actuelle, permettant au club de dépenser sans compter, grâce aux apports en provenance du Qatar, d’autres pensionnaires de Ligue 1 ont recours à une gestion beaucoup plus rigoureuse de leurs dépenses.

C’est le cas notamment de l’Olympique Lyonnais (OL) qui, depuis deux ans, a dû se séparer de quelques uns de ses meilleurs éléments. Parmi les noms qui ont fait la gloire de l’OL et ont notamment permis aux Rhodaniens de conquérir leur 7 titres consécutifs de champion de France, très peu figurent encore au sein de l’effectif lyonnais.

Mais malgré tout, cette politique d’austérité comme la qualifieraient les journalistes politiques, n’a pas forcément engendré des conséquences désastreuses sur le plan sportif puisque les ouailles de Rémi Garde sont bien installées sur la plus haute marche du podium de la Ligue 1 actuellement.

Mais, la direction d’OL Groupe espère que ses effets sur ses finances seront plus visibles. En effet, pour l’exercice 2011-2012, il fait état d’une perte de 28 millions d’euros, à peu près la même qu’en 2010-2011. Grâce à la compression de la masse salariale évoquée précédemment, le groupe espère renouer avec l’équilibre d’exploitation en 2013-2014.

Des informations qui démontrent que les ténors du championnat de France ne sont pas à l’abri des difficultés financières et que l’ombre de la banqueroute plane même sur les clubs de l’Hexagone. Mais, malgré tout, par rapport au centaines de millions d’euros de dettes cumulés par les équipes anglaises et espagnoles, la LFP précise que l’endettement du football professionnel français « demeure très raisonnable ».

Alors, faute de résultats vraiment excitants au niveau européen, les formations françaises peuvent au moins se féliciter de figurer en tête du classement des gestionnaires du football. Et rien que ça, c’est déjà pas mal !

LFP, quand l’ambition est freinée par la réalité.


Nous sommes quelques heures avant le véritable début du championnat de France de ligue 1 et chacun dans son coin tire une conclusion sur les décisions et évènements décidé et organisé par les instances dirigeants qui se sont passés durant la trêve. Pour ma part, certaines décisions m’ont plutôt choqué et d’autres m’ont semblé ridicules. Aujourd’hui, je vais vous parler du lot de casserole au cul, que tire la ligue de football professionnel et de ce cher président Frédéric Thiriez. Décrié depuis tant d’années, mais toujours en place…

Un club Français champion d’europe ?

Tel était l’objectif du président de la LFP en 2007 quand il présenta son projet FootPro 2012. Champion d’europe qu’il disait aujourd’hui nos clubs sont plus proches de la léthargie lors d’un match de coupe d’europe que de réelles performances sur le terrain. Pour preuve ce cher président voulait gagner une place au coefficient UEFA et au final nous en perdons 2 (l’Allemagne et l’Italie nous sont passées devant). Mais ensuite nous devons nous demander quel pouvoir Frédéric Thiriez à réellement sur ses objectifs ?

La LFP a-t-elle un pouvoir ?

Et bien elle n’en a aucun, son président est plus une forme de gourou spirituel seulement capable de faire gober n’importe quoi au français lambda…
Restons objectif, son pouvoir ne concerne seulement que l’aspect financier sur les droits télé et faire chier les clubs avec des règles stupides pour avoir l’argent des droits télé.
Exemple la ligue a instauré la licence club qui est basée sur 10 000 points découpés de la façon suivante :
1. Les infrastructures du stade – la zone joueurs et la zone spectateurs (3500 points)
2. Les infrastructures du stade – la zone médias (1500 points)
3. La sécurité (2000 points)
4. Les centres de formation agréés (2000 points)
5. La structuration salariée (1000 points)

Si vous ne totalisez pas un minimum de 5000 points, vous avez un malus sur les droits télés que vous touchez. Vous vous dites ça ne peut que améliorer l’état des stades, en effet, mais quand il y a des trucs stupides qui comptent dans le barème, comme installer le wifi dans le stade ou des sièges style siège baquet sur les bancs de touches on se dit qu’on atteint les sommets de la crétinerie. Depuis quand du wifi et des sièges plus confortables pour des remplaçants donnent de meilleurs résultats.
La ligue veut bien faire, mais handicape les clubs qui au lieu d’investir sur certains joueurs pour améliorer leurs effectifs et donc le niveau général du championnat ne peuvent pas, car ils ont des dépenses à faire pour ne pas perdre d’argent, cocasse non ?

Des décisions plus que critiquables

La LFP prend des décisions qui en matière de gestion ou de logique n’ont aucun sens exemple avec le Trophée des Champions qui cette année se déroulait à New York pour faire la promotion de la ligue 1 à l’étranger. Mais pour attirer du monde à l’étranger il faudrait déjà que la ligue 1 soit un championnat fort, or pour le moment il ne l’est pas, la lfp brûle les étapes. Surtout quand on voit le résultat sur une capacité de 25 000 personnes seulement 15 000 personnes ont assisté à Montpellier-Lyon autant dire un pari raté. 15000 personnes c’est l’affluence moyenne d’un club de L1, si le match avait été joué à Lyon ou Montpellier le stade aurait été plein. La ligue montre une fois de plus qu’elle prend des décisions illogiques et ce contrefeu des supporters.
Comme avec les nouveaux horaires de la L2 à cause des droits télés 18h45 le vendredi vous trouvez que c’est un horaire correct pour que le Français moyen puisse aller au stade ? La France à la meilleure 2e division d’Europe attirant quand même pas mal de monde, mais quand quelque chose marche en France il faut y toucher et la rendre moins attrayante ou efficace. Car là nous allons assister tout simplement à une désertion des stades de L2.

Mais plus important encore la LFP s’est tout simplement prostituée devant la chaîne à notre grand copain Biétry en acceptant l’inacceptable ! Mais qui est le grand fautif dans l’affaire des droits télés ? Et bien c’est la LFP ! Qui a mis en jeu les lots avec des jours de match bien défini ? La LFP ! Je soupçonne d’ailleurs la LFP d’être de mèche depuis le début avec BeInSport pour rendre la L1 plus « attractive » en essayant quelque peu d’étouffer la L2. Il fallait franchement être con pour penser qu’avec un match de L1 à 21h Beinsport ne décalerait pas la L2 plus tôt. D’ailleurs pour le moment je tape seulement sur BeinSport mais France Télévision c’est la même chose. Ils ont placé le match Caen-Lens à 18h45 mardi soir dernier ce qui montre que les autres chaînes emboitent le pas.

Mais dans tout cela qui est encore le perdant dans l’histoire ? Les supporters et les clubs au budget modeste et puis rappelons qu’au bureau de la ligue si tu n’y ai pas ton club sera souvent sujet à des injustices. Prenons un exemple simple : râler auprès des arbitres, Deschamps le fait à chaque match et pourtant jamais d’expulsion et donc de suspension. Prenons le cas de Kombuaré ou d’autres entraineurs qui ne possédaient pas de représentants à la LFP et bien dès que le ton montait une expulsion et une suspension de 4 matchs.

Conclusion

Bref que peut-on en conclure et bien qu’a la LFP on oscille entre incompétence et justice à deux vitesses. Il est clair que la LFP avantage nettement le fait de vouloir faire de l’argent au dépend des vraies valeurs du foot (droits télé, licence club, trophée des champions). Et pour la justice à deux vitesses, on ne me dira pas que quand des dirigeants de clubs qui sont à la ligue mangent ensemble, que des affinités ne se crée pas.  Au final à la LFP les décisions se transforment en petit dîner entre amis.

Le classement des clubs de ligue 2 sur facebook.


( Cliquez pour agrandir )

Bonjour à tous , voici la seconde édition du classement des clubs de Ligue 2 sur Facebook. Ce classement avait été réalisé l’année dernière ( Voir ici ) . Et il est donc réalisé pour la deuxième année. C’est à nouveau Lens qui termine premier de ce classement. ( + 8000 fans en un an ). Les clubs de Ligue 1 , relégué en L2 , sont également présent dans le haut de tableau.  A noter la belle progression de Tours ( + 15 000 fans en un an ). On peut aussi noter la belle performances du club Nîmois qui se classe 10 ème pour un club promu. Comme l’année passée , c’est Sedan qui ferme la marche, avec une page fan , pas animé  !

On peut voir que les clubs de Ligue 2 , on engagé pour la plupart des Community Manager ( Personnes qui gèrent une entreprise sur les réseaux sociaux ). De plus en plus de fans donc pour nos clubs de Ligue 2 ! Des fans qui seront malheureusement privé d’aller voir et de supporter leur équipe la saison prochaine, à cause des nouveaux horaires. (18h45 …). Un chiffre qui ne trompe pas, sur 15 000 abonnées à Lens la saison passée, seulement 3 800 se sont ré-abonnés !

BeIN Sport , un horaire qui tuerait la L2 !


Bonjour à tous, heureux de vous retrouvé sur le blog, ça faisait longtemps. En ce début d’euro, une nouvelle chaine à vu le jour, BeIN SPORT, la chaine qatari d’Al Jazeera  Sport. Une chaine qui dispose aussi des droits TV de la ligue 1 mais aussi de la ligue 2. C’est de la ligue 2 que je voudrais parler aujourd’hui.  La Ligue 2 qui risque d’être tué par BeIN SPORT.

BeIN SPORT  et les matchs à 18h

La nouvelle chaine détenteur des droits TV souhaite mettre les matchs de Ligue 2, le vendredi certes mais à 18h. Pourquoi ? La chaine ne veut pas concurrencer le match de L1 le vendredi à 21h diffusé sur la même chaine.  18h, une horaire qui bien sur ne convient ni aux supporters mais également aux président de clubs. Même si les présidents se font plus discrets.

Des présidents de clubs, prêt à accepter  19h

L’horaire 18h tuerait les stades de Ligue 2 c’est sur, mais les présidents semblent prêt à accepter  19h. Un horaire qui ne conviendrait toujours pas aux supporters.  Pourquoi les présidents se font si discrets dans cette lutte. Il y a une raison, les droits TV pèsent lourd dans le budget des revenus. Pour un club moyen environ 40% des revenus proviennent des droits TV. Alors que moins de 5% proviennent de la billetterie. Le choix est vite fait malheureusement.  L’argent tuera le football à court terme.

Les supporters se mobilisent

Vous en avez peut être entendu parler, les différents groupes de supporters se mobilisent pour obtenir le match le vendredi soir pas avant 20h. Une chose qui semble logique. Beaucoup de monde travaille encore à 18h. Le nouvel horaire envisagé par BeIN SPORT tuerait les stades de Ligue 2, qui sont déjà  peu rempli dans certains clubs. Mais cet horaire toucherait tous les clubs, même les plus fervents comme le RC Lens.

Pour cela, un collectif a vu le jour (déjà présent il y a quelques années pour défendre la ligue 2 le samedi). Le collectif SOS ligue 2. Une pétition a vu le jour soutenue par de nombreux clubs de supporters français que ce soit de L1 ou de L2. A ce jour près de 5000 personnes ont signé la pétition. Si vous ne l’avez pas encore fait, rejoignez le mouvement !  Les stades de L2 ne doivent pas mourir. Le football n’est pas une marchandise.

http://www.sos-ligue2.com/

 

Reims, back to the future?


Ton grand-père t’a toujours dit qu’il n’y a que deux équipes en France, les verts et le stade de Reims. Retour sur l’histoire bientôt centenaire d’un club qui a tout connu de la dh aux sommets européens.

La belle époque

Fondé en 1931, le club débarque en division 1 par la petite porte, grâce à une promotion administrative, la d1 de l’époque passant de seize à dix-huit clubs. Le Reims de l’époque c’est le Barça d’aujourd’hui, d’ailleurs dans toute l’Europe, on ne parle pas du jeu à la Barcelonaise, mais bien à la Rémoise. Car dans les années 50, cette équipe, c’est un rouleau compresseur, avec une dream team où se côtoie Kopa, Hidalgo, Fontaine, tout au sommet de leur art. Entre 1949 et 1952 Les Rémois s’octroient 6 championnats, 2 coupes de France, 4 trophées des champions et participe à 2 final de league des champions. En 51 la France tout entière est derrière son poste de radio pour soutenir cette équipe qui gagne la coupe latine, sorte de tournoi qui regroupe les champions en titre des grands championnats Européen, en étrillant le grand Milan AC 3-0. bref, une vraie domination où la plupart des clubs rencontrés finissent le genou à terre, seul le grand Real leur tiendra tête, et ce dès la création en 1955  de l’actuel ligue des champions, où le stade de Reims se hissera dès la première édition jusqu’en final mais ne parviendra pas à battre les merengues, et s’inclinera sur le score de 2-0.

Les années galères

Loin du prestige des années 50, début 90 le stade est rentré depuis bien longtemps dans le rang, virevoltant entre la D1, la D2 et le national. Octobre 91, le club accumule cinquante millions de francs de dettes, colossale à l’époque.  Une première liquidation pousse le club à changer de train de vie et de nom, devenant au passage « le Stade de Reims Champagne FC», mais le 11 mai 1992, coup de tonnerre sur le club, le tribunal prononce la cessation d’activité, et la vente aux enchères de tous les biens du club, les 230 coupes comprises. Retour à la case DH, la sixième division, un long cheminement s’annonce pour les Rémois entre les montées, le rachat des trophées pour « un franc » symbolique à Afflelou, le décès tragique de leur président, et le retour en 99 en national, antichambre du monde professionnel.

Tourné vers le futur

Depuis maintenant dix ans et son retour en ligue 2, le club s’est structuré, modernisé, dans un seul but, retrouver la ligue1. Un nouveau stade inauguré en 2008 et l’arrivée aux commandes d’Hubert Fournier en 2010, a permis au club de franchir un palier qui pourrait bien être le bon. S’appuyant sur un effectif de qualité où l’alchimie a bien pris entre des « vieux » briscards habitués aux joutes de la ligue 2 comme Cédric Fauré, de jeunes pousses, mais aussi quelques prêts intelligents à l’image de Kamel Ghilas, arrivés de Hull City cet été, voilà ce qu’on appelle une bonne pioche avec 12 buts en 26 matchs.

À maintenant neuf journées de la fin du championnat, le stade de Reims actuellement deuxième du championnat  n’a jamais été aussi près de son but, renouer avec son riche passé et redevenir une place forte du foot français.

Réponse dans un petit mois…