Archives du blog

34 ème journée de L1 : La revue de Tweet


OM 3-5 Lorient

La belle victoire au panache de Lorient fut une surprise pour ouvrir cette 34 ème journée. En quête de points pour le maintien les Merlus ont été efficace au Vélodrome face à une triste équipe Marseillaise qui voit la Ligue des Champions s’éloigner au fil des rencontres. Comme @CharlesCHT le souligne, c’est la 4ème défaite de rang pour l’OM de Bielsa

Paris 6-1 Lille

Le PSG se devait de gagner samedi après midi, ce fut une partie de plaisir pour les hommes de Laurent Blanc qui ont écrasés le LOSC. A noter le premier triplé avec le PSG de Lavezzi qui a surement fêté cela Samedi soir …

Bordeaux 1-1 Metz

Bordeaux pour son avant-dernière à Lescure n’a pu s’imposer face à Metz. Les Bordelais se sont vu injustement refusé un but. Malgré cette erreur d’arbitrage, les hommes de Sagnol n’ont pu renverser la vapeur face à un FC Metz qui avait ouvert le score rapidement !

Lire la suite

Ligue 1 : Nos pronostics pour la descente


FA

La fin de saison approche et comme toujours la lutte s’intensifie dans chaque championnat. Pour le titre, les places européennes mais aussi pour sauver sa peau parmi l’élite. Aujourd’hui on vous donne nos pronostics pour la lutte pour le maintien en Ligue 1. Cap de poser vos PEL avec nous sur nos pronostics ?

Lire la suite

Top and the Flop (épisode 17)


19-top-and-flop

Qu’est-ce qu’il y a, t’es ronchon ? Il fait froid dehors ? Tu as du mal à récupérer de ta soirée du week-end ? Bref’, tu n’avais pas envie d’aller au boulot aujourd’hui.
Allez détends-toi, prends ta tisane et grâce à Football Anatomy tu auras une raison d’aller te la raconter demain devant tes collègues autour de la machine à café.

20-top
OGC Nice, la remontée fantastique

Mené rapidement deux buts à zéro à domicile, l’OGC Nice ne s’est pas laissé abattre et a su revenir dans la rencontre grâce à son meneur de jeu Valentin Eysseric très en forme sur ce match, notamment sur le but de l’égalisation mais aussi grâce à son buteur argentin Dario Citanich auteur de deux buts dont un sublime lob sur Bertrand Laquait. Ainsi, « Cvitanice » porte son total à dix réalisations en Ligue 1 pour quinze apparitions et en profite pour monter sur la troisième marche du podium au classement des buteurs. Mais si l’ancien attaquant de Boca et l’ancien monégasque se sont illustrés, un autre fait est venu éclipsé sa performance. En effet dans ce match très largement dominé par les niçois, ces derniers ne doivent leur victoire qu’au petit Neal Maupay, 16 ans et quatre mois, qui marque son premier but dans le championnat de France et rentre dans l’histoire comme le deuxième plus jeune meilleur buteur de Ligue 1. En tout cas, l’OGC Nice reste dans la continuité de son premier trimestre (Voir article : Nice : le bilan, après un trimestre de Claude Puel).

La vieille dame réalise la bonne opération
Après la défaite de l’Inter Milan sur le terrain de la Lazio Rome, la Juventus Turin avait l’occasion de creuser l’écart sur son dauphin. Et les bianconeri se sont pas privés de le faire ce dimanche à 15h – les clubs de Ligue 1 peuvent en prendre de la graine – avec une large victoire face à l’Atalanta Bergame. Trente minutes auront suffit au club entraîné par Antonio Conte pour plier la rencontre : une ouverture du score rapide de Mirko Vucinic (2ème minute), un bijou sur coup-franc de la part du mestro Andrea Pirlo et une frappe lointaine de Claudio Marchisio. Fort d’une belle victoire, les tifosi de la Juventus ont regardé le SSC Napoli raté l’occasion de prendre la deuxième place de Serie A et ainsi rester au contact de la Juventus. Rapidement mené au score, les joueurs du SSC Napoli ont cru avoir fait le plus dur en ayant pris l’avantage à la 70ème minute par l’intermédiaire d’ Edinson « El Matador » Cavani. Mais les napolitains vont craquer en fin de match en concédant deux buts en l’espace de trois minutes (Napoli 2-3 Bologna). La Juventus, qui n’en demandait pas tant, possède sept points d’avance sur son dauphin l’Inter Milan.

Le FC Nantes, quoi de neuf ?
Après le faux pas à domicile de la part de l’AS Monaco face au Nîmes Olympique, le FC Nantes était co-leader de Ligue 2 ex-aequo avec le club azuréen et avait donc un bon coup à jouer dans ce choc de la 18ème journée face au 3ème le SM Caen. Les canaris emmené par un grand Lucas Deaux n’ont pas tremblé. Rapidement mené au score, le FC Nantes a su trouver les ressources pour s’imposer devant son public en prenant l’avantage juste avant la mi-temps par l’intermédiaire de ses défenseurs Issa Cissokho et Gabrien Cichero. Ainsi le FC Nantes récolte le fruit de ses performances affichés depuis quelques semaines en affichant une série d’invincibilité de neuf matchs consécutifs en Ligue 2.

21-flop
Le Real Madrid et Mourinho abdiquent
Seize. C’est le nombre de points qui sépare le Real Madrid au leader de la Liga c’est-à-dire le FC Barcelone, son rival. À vingt-deux journées de la fin, José Mourinho semble avoir mis une croix sur la course victoire finale en championnat: « Le titre me parait impossible ». Le Real Madrid et son entraineur portugais souffrent cette saison : 2ème de sa poule en Champion’s League, 3ème en Liga. Le match d’aujourd’hui face à l’Espanyol Barcelone n’en a été que le reflet. Après avoir été surpris à la demi-heure de jeu par Sergio Garcia, le Real Madrid a su réagir juste avant la mi-temps puis au retour des vestiaires par l’intermédiaire de son côté gauche lusitain Ronaldo-Coentrao. Malheureusement pour les Merengue, un cafouillage en fin de match a permis à Juan Albin et son équipe d’arracher le point du match nul à Santiago Bernabeu. Un bien triste week-end pour le Real Madrid,, ce n’est pas de cette manière qu’ils vont réussir à faire taire les rumeurs de transferts qui circulent depuis quelques semaines.

Rémi Garde a été Jean Fernandizé
Loué pour sa philosophie de jeu portée sur l’offensive, l’Olympique Lyonnais est malheureusement apparu sur la pelouse du Parc des Princes telle une victime face à son bourreau. En effet, privé de plusieurs de ses titulaires habituels (Dabo, Grenier, Gourcuff, Lacazette) c’est avec un 5-3-2 inédit que Rémi Garde s’est présenté face au 4-4-2 de Carlo Ancelotti, surement le contrecoup du match de mercredi face à Jean Fernandez. Véritables aveux de faiblesse, le changement tactique n’est si ubuesque aux premiers abords. L’Olympique Lyonnais n’est pas et ne sera pas la seule équipe à venir avec son bunker du côté de la Porte d’Auteuil. Mais éloigner Michel Bastos de la zone de vérité et mettre Anthony Reveillère – diminué et toujours incertain à une petite heure du coup d’envoi – seul sur son côté droit ne s’est pas avéré judicieux. Si l’Olympique Lyonnais a bien su faire circuler le ballon en début de rencontre avec un poteau de Lisandro Lopez à la clé, petit à petit le Paris SG a pris l’ascendant jusqu’à avoir un contrôle quasi parfait de la rencontre face à des Lyonnais amorphes après l’ouverture du score de l’ancien Stéphanois Blaise Matuidi. Et c’est le moins que l’on puisse dire avec six occasions du côté parisien contre une seule côté Lyonnais (le poteau de Lisandro Lopez). Au final, l’Olympique Lyonnais perd sa place de leader sans avoir donné l’impression de se battre. Regrets…

Le blues de Chelsea
Défait lors du Community Shield, humilié lors de la Supercoupe d’Europe, distancé en championnat, éliminé de la Champion’s League, l’équipe de Roman Abramovitch poursuit son calvaire. Ce dimanche, au Nissan Stadium, c’est face à un Chelsea apathique que les Corinthians remportent leur deuxième Coupe du monde des Clubs sur le score d’un but à zéro (Guerrero 69e). Jamais, ou presque, les coéquipiers de Fernando Torres ne se sont montrés à leur avantage offensivement et défensivement les blues ont multiplié les erreurs et les approximations. L’unique but du match résume presque à lui seul les difficultés défensives de Chelsea. La situation de Rafael Benitez, déjà en mauvaise posture, se complique de plus en plus après cette contre-performance.

22-bonus
Et maintenant, pendant 3 minutes de légèreté.
http://www.dailymotion.com/video/xvn7nz_2012-12-02_sport?&syndication=117181#from=embediframe

Fair-Play financier : la crise guette les clubs professionnels français


A l’heure où la notion de « fair-play financier », chère à Michel Platini, est au centre de toutes les attentions et constitue une expression tellement à la mode qu’elle en brûle les lèvres de tous les commentateurs et journalistes sportifs spécialisés sur le football, la Ligue de Football Professionnel (LFP) dévoile des chiffres inquiétants.

Au cours de la saison 2011-2012, les comptes des clubs professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2 ont poursuivi leur dégradation. Ainsi, selon la LFP, le déficit net cumulé des 40 clubs qui évoluent parmi l’élite du championnat a atteint 107 millions d’euros la saison dernière. A titre de comparaison, il était de 65 millions d’euros en 2010-2011.

Alors que, dans un même temps, leur chiffre d’affaires enregistre une hausse de 8,5% et s’établit à 1,349 milliard d’euros.

Inquiétudes pour la Ligue 2

La Ligue, par l’intermédiaire de son conseil d’administration qui a étudié de près les comptes annuels des équipes, ajoute que 25 clubs sont « dans le rouge » en France. Parmi eux, 9 sont en Ligue 1 et 16 en Ligue 2.

Dans le détail, la Ligue 1 affiche une perte cumulée de 60 millions d’euros, contre 46 millions d’euros en 2010-2011, pour un chiffre d’affaires de 1,135 milliard d’euros. Du côté de la Ligue 2, le résultat net est déficitaire de 47 millions d’euros. Il l’était de seulement 19 millions d’euros la saison précédente.

Pour autant, si, à la vue de ces chiffres, la situation de la Ligue 1 ne semble pas confortable, c’est bien celle de la Ligue 2 qui inquiète vraiment les instances professionnelles. En effet, les équipes de la division inférieure auront certainement beaucoup plus de mal que leurs homologues de première division à générer de nouvelles recettes. Ces clubs n’ont, par exemple, pas la possibilité de modifier leur modèle économique à l’instar de ceux de Ligue 1 qui construisent de nouveaux stades.

Et, en se penchant un peu plus sur la situation de la Ligue 1, on constate bien que tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne en la matière.

Cure d’austérité vs budget illimité

Ainsi, si le budget du Paris-Saint Germain (PSG) semble illimité à l’heure actuelle, permettant au club de dépenser sans compter, grâce aux apports en provenance du Qatar, d’autres pensionnaires de Ligue 1 ont recours à une gestion beaucoup plus rigoureuse de leurs dépenses.

C’est le cas notamment de l’Olympique Lyonnais (OL) qui, depuis deux ans, a dû se séparer de quelques uns de ses meilleurs éléments. Parmi les noms qui ont fait la gloire de l’OL et ont notamment permis aux Rhodaniens de conquérir leur 7 titres consécutifs de champion de France, très peu figurent encore au sein de l’effectif lyonnais.

Mais malgré tout, cette politique d’austérité comme la qualifieraient les journalistes politiques, n’a pas forcément engendré des conséquences désastreuses sur le plan sportif puisque les ouailles de Rémi Garde sont bien installées sur la plus haute marche du podium de la Ligue 1 actuellement.

Mais, la direction d’OL Groupe espère que ses effets sur ses finances seront plus visibles. En effet, pour l’exercice 2011-2012, il fait état d’une perte de 28 millions d’euros, à peu près la même qu’en 2010-2011. Grâce à la compression de la masse salariale évoquée précédemment, le groupe espère renouer avec l’équilibre d’exploitation en 2013-2014.

Des informations qui démontrent que les ténors du championnat de France ne sont pas à l’abri des difficultés financières et que l’ombre de la banqueroute plane même sur les clubs de l’Hexagone. Mais, malgré tout, par rapport au centaines de millions d’euros de dettes cumulés par les équipes anglaises et espagnoles, la LFP précise que l’endettement du football professionnel français « demeure très raisonnable ».

Alors, faute de résultats vraiment excitants au niveau européen, les formations françaises peuvent au moins se féliciter de figurer en tête du classement des gestionnaires du football. Et rien que ça, c’est déjà pas mal !

The F.A Tour [FC Nantes / Chamois Niortais]


football-fans-sing-getty2

Le FC Nantes au coude à coude pour la montée avec le super favori de la ligue 2 Monégasques. Niort dix-septième mais qui joue sa survie à chaque match, une rencontre qui résonnait comme un match des extrêmes entre voisins. Les Nantais qui depuis le début de saison marquent au moins un but par matchs et un Djordjevic qui joue les premiers rôles au classement des buteurs. Les Niortais qui généralement contre des équipes huppées arrivent à créer la surprise. C’est en connaissance de cause que nous nous sommes motivés à allez faire un tour du côté de La Beaujoire pour cette affiche, FC Nantes-Chamois Niortais du championnat de Ligue 2.

Passer les traditionnels bouchons Nantais du vendredi soir et après s’être garé difficilement dans les parkings alentour, direction la billetterie en compagnie de Fab. Place prise en tribune Océane bas, à tout de même vingt et un euros la place. Pour un match de Ligue 2 face à un club qui joue le maintien cela peut paraitre quelque peu onéreux surtout pour une famille voulant allez voir jouer les canaris, mais passons.

Une fois la traditionnelle fouille exécutée et à vingt minutes du coup d’envoi direction notre place et force est de constater que les horaires en ligue 2 (coup d’envoi 18h45) font mal, les joueurs s’échauffent devant un stade désert et glacial, le thermomètre affichant seulement 1°. Les ultras locaux de la brigade Loire n’ont pas encore mis les pieds en tribune et seule une petite vingtaine de Niortais patiente dans le parcage visiteur.

photo2

À cinq minutes du coup d’envoi retentit l’hymne des jaunes et verts, mélange de binious et de paroles encourageantes qui a l’air de bien plaire au public nantais.

Les tribunes maintenant garnies, loin d’être remplies donne de la voix, côté Niortais c’est maintenant une cinquantaine de visiteurs qui a pris place avec leurs supporters, les « unicamox » venues pour encourager les bleus. Côté terrain une première période que Nantes maitrise plutôt bien jouant clairement sur son impact physique pour garder la possession du ballon, malgré deux frappes de l’attaquant Niortais Jérôme Lafourcade à la 29ème et 43 ème et surtout une frappe de l’attaquant bleu Simon Hébras qui partait tout droit en lucarne sans une splendide envolée du gardien Nantais Rémy Riou.

À la mi-temps on assiste comme dans tout bon stade qui se respecte au traditionnel challenge du « touché de barre transversale » exécutée cette fois par les féminines d’un club local, alors qu’à la buvette les supporters nantais commencent déjà à se demander comment une équipe qui vise la montée n’arrive t-elle pas à inquiéter les visiteurs ?

photo 1

Et leurs interrogations vont se poursuivre, car malgré un bon début de seconde période où Rodolphe Roche le gardien niortais sera mis à contribution, c’est bien les chamois qui vont prendre le jeu à leur compte. Une domination stérile des visiteurs, car bien que faisant le jeu dans le camp nantais notamment grâce à de nombreux débordements de Konaté à droite et Diaw à gauche n’arriveront pas à conclure leurs occasions face à une équipe Nantaise tactiquement bien au point. C’est d’ailleurs les joueurs de Michel Der Zakarian qui se produiront la plus belle occasion sur une tête à bout portant de Filip Djordjevic (80ème) repoussait par un arrêt reflex du portier adverse, l’attaquant Serbe qui s’illustrera en toute fin de match (93ème) par son exclusion pour a priori des propos déplacés envers l’arbitre.

Au coup de sifflet de Monsieur Moreira, les deux équipes se séparent sur un score nul et vierge (0-0)et c’est sous un concert de sifflets que les Nantais regagnent leur vestiaire, alors que le sourire s’affiche sur le visage des Niortais, heureux d’avoir tenu tête à une équipe pleine d’ambitions. Et c’est dans le froid d’une fin de mois novembre tout en débattant sur le match que nous sortons du stade et nous dirigeons vers nos habitations.

Interview de Alexandre Coeff [Lens]


Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous avons le plaisir de vous proposer une interview de Alexandre Coeff joueur du RC Lens et international Français des moins de 20 ans !

Bonjour Alexandre, peux-tu revenir sur ton parcours de footballeur jusqu’à aujourd’hui ?
J’ai démarré tout jeune dans des clubs de banlieue de Brest, où j’ai joué dans trois petits clubs, avant de pouvoir signer au Stade Brestois et en même temps en préformation à Ploufragan (pôle Espoir). Là où j’ai joué deux saisons, par la suite Brest m’a laissé partir pour aller à Lens qui m’avait repéré et c’est là-bas où j’ai effectué toute ma formation.

Tu es passé par un centre de formation, on sait que ce n’est pas forcément une étape facile à vivre pour les jeunes joueurs, comment as-tu vécu cette expérience?
Les premiers mois ont été assez difficiles, même si auparavant j’étais déjà en centre de préformation et je rentrais chez moi le weekend j’étais déjà un peu habitué. Mais les 2 premiers mois sont assez difficiles, ensuite grâce à l’école et les entraînements le temps passe un peu plus vite.

Jusqu’à présent tu as connu différent encadrement, staff, entraineur, qui t’a laissé un très bon souvenir ou a pu te pousser pour t’aider à devenir ce que tu es aujourd’hui ?
Le premier coach qui m’a donné m’a chance en Ligue 1 c’est László Bölöni. J’en garde à la fois un souvenir positif et négatif parce que cette année-là on descend de ligue 1 en ligue 2, mais il m’a permis de me remettre pas mal en question. Il a été le premier à cibler mes points faibles sur lesquels je devais travailler pour franchir un cap et devenir professionnel.

De saison en saison, tu joues beaucoup plus (13 matchs cette saison dont 11 titulaires), comment évalues-tu ton début de saison ?
J’essaie de prendre mes marques à un poste qui n’est pas le mien à la base (défenseur central), le club envisage de me faire jouer à ce poste toute la saison. Je pense que jusqu’à présent tout c’est plutôt bien passé personnellement. J’ai essayé de m’accrocher et de montrer ce que je savais faire à l’ensemble du staff qui me fait confiance jusqu’à présent. Même si les résultats n’ont pas été vraiment présents en début de saison, j’essaie toujours dans un souci de progression de donner le maximum aux matchs et aux entraînements.

Il y a quelques semaines ton ex-entraineur Jean-Louis Garcia a été licencié par la direction du club. Y’avait-il des tensions avec lui au sein du groupe ?
Très sincèrement entre nous ça se passait très bien, honnêtement il ne manquait plus que les résultats. Beaucoup de travail avait été fourni par l’équipe, tous les joueurs étaient concernés, nous savions très bien que le poste du coach et même de certains joueurs étaient menacé. Mais on a vraiment manqué de chance, je ne vais pas dire que c’était la seule cause de nos problèmes. Il a fallu un électrochoc, c’est-à-dire le changement de coach pour que la chance nous sourit un peu. Pourtant, il y a eu beaucoup de travail pendant 1 an et demi, ensuite forcément c’est plus facile de taper sur la tête d’un seul homme plutôt que sur celle de 20 personnes. Après la décision je ne sais pas de quelle manière elle a été prise au sein du club, mais en tout cas le coach n’a pas été lâché ou quoi que ce soit, ça c’est clair.

Toi tu n’as rien à lui reproché ? Dans sa gestion il a toujours été réglo ?
Peut-être qu’il a manqué un peu d’objectivité et de méchanceté, il était peut-être un peu trop gentil. Je pense que c’est ça qui a fait pencher la balance en sa défaveur un moment donné.

Pour toi ce limogeage a été logique ?
A partir du moment où un club qui envisage de remonter et se trouve dans les dernières positions du classement (c’est arrivé à Lens, mais aussi à Arles-Avignon où l’entraineur a été licencié le weekend dernier) cela semblait logique qu’il y ait un changement. Après le club à licencié le coach parce que l’on ne pouvait virer le majeur parti des joueurs.

Depuis Éric Sikora a pris le relais, qu’est-ce qui a changé dans la vie du groupe ?
Il connait mieux les joueurs et les joueurs le connaissent mieux. Je pense que certains joueurs se lâchent beaucoup plus, tente énormément. De plus, l’électrochoc du changement de coach a fait qu’en plus on a enchaîné avec une belle série donc la confiance est revenue et la chance a changé de côté.

Au final Jean-Louis Garcia ou Éric Sikora ?
Moi je ne peux que dire Sikora, car je l’ai déjà côtoyé, chez les -19 il était associé à Éric Assadourian et cette année-là nous gagnons le championnat en ne perdant aucun match, je suis resté sur cette image. Cette année il prône le jeu, le jeu, c’est une tactique qui me convient donc avantage à Sikora.

Lens a entamé une belle remontée est actuellement 6ème au classement, quel est l’objectif actuel du club ?
L’objectif est clair pour tout le monde, il faut avant tout atteindre la barrière des 42, 45 points synonymes de maintien. Ensuite plus cet objectif sera atteint tôt dans la saison, plus nous pourrons savoir si nous pouvons jouer la montée ou non. Mais il faut d’abord allez accrocher ces 45 points qui nous permettraient de jouer plus « relax » et donc sans pression.

Sur toutes les équipes que tu as pu rencontrer ou voir jouer jusque présent laquelle t’a fait la meilleure impression ?
Je dirais Nantes et Monaco, ces deux équipes ont démontré qu’elles avaient du métier et de l’expérience. La ligue 2 est un championnat ou tout le monde peut battre tout le monde et ces deux équipes par leur expérience même quand elles ne font pas un bon match arrive à gagner. Elles provoquent la chance et ont des individualités à l’intérieur de leur groupe qui vont leur permettre de faire la différence. Ces deux équipes sont de grosse prétendante à la montée.

Comment vois-tu ton avenir à Lens ?
À moyen terme je me vois jouer à Lens, mais avec le club en ligue 1, pour pouvoir réellement faire mes premières armes avec Lens. C’est l’objectif le plus concret que j’ai actuellement. Après si ce n’est pas avec Lens j’espère que ce sera avec un autre club. Mais j’aimerais quand même pouvoir rendre à Lens, tout ce que Lens m’a déjà donné.

Tu es international Français dans la catégorie des -20 ans, tu as participé au Festival international Espoirs de Toulon, quel souvenir cette expérience t’a laissé ?
Le tournois de Toulon est un tournoi d’équipe espoir, nous nous y sommes présentés avec une équipe de moins de 20 ans. On s’est d’ailleurs bien débrouillé (4ème place), mais en tout cas j’ai pris ça comme une récompense de la fin de saison que j’ai fait avec Lens où j’ai enchaîné les matchs. Après c’est du bonus. Moi je pense que pour progresser il faut jouer, donc cela passe par ce genre de tournois, ça fait des matchs en plus pour pouvoir progresser encore surtout à un tel niveau. Donc pour moi ce n’est que du bonus.

Pour toi qu’est-ce que ça représente une sélection en équipe nationale ?
C’est une fierté de pouvoir représenter l’élite de sa catégorie. Ça reste un honneur parce que l’on porte le maillot de notre pays, mais il est vrai aussi que c’est gratifiant de sentir que l’on fait partie d’un petit groupe qui représente l’élite de notre génération.

Il y a quelques semaines la sortie de certains membres de l’équipe de France espoir en boite de nuit quelques jours avant le match retour du barrage de l’euro espoir a fait polémique, qu’en as-tu pensés toi ?
Je connais un peu la mentalité des joueurs de foot, je trouve ça dommage qu’ils l’aient fait pendant une période si importante. Je ne sais pas comment ils ont abordé cette double confrontation, ils avaient eu tout le temps pour le faire lorsqu’ils étaient dans leur club. Mais pourquoi avoir choisi ce moment-là ? C’est vraiment là-dessus que je n’ai pas compris, ils avaient pris une belle avance en gagnant le premier match à domicile et ils sortent entre les deux matchs, c’est un manque de professionnalisme.

Ça te choque ?
Non, car connaissant les personnages (les joueurs de foot en général) je ne trouve pas ça, étonnant, mais je suis déçu pour le reste du groupe c’est un manque de respect vis-à-vis d’eux.

Quel est le club que tu supportes ?
Je supporte bien évidemment Lens, mais je reste attentif aux résultats du Stade Brestois, car c’est vraiment le club qui étant jeune allant les voir jouer m’a donné envie de jouer au football à un niveau professionnel. Et comme Brest reste ma ville natale, j’espère peut-être un jour allez rejouer là-bas.

Quel est ton joueur préféré ?
J’ai toujours aimé le jeu à Yoann Gourcuff.

Yoan Gourcuff ! Comment tu analyses son début de carrière qui fut très encourageante et que depuis 2010 le fait qu’il soit beaucoup moins bon et qu’il enchaîne les blessures ?
Il n’a pas été épargné par les blessures… Il est revenu le weekend dernier il a joué encore cette semaine et il a fait deux bons matchs. Mais malheureusement, j’ai aussi été dans cette situation à 16 ans où j’ai subi une rupture des ligaments croisés. Il faut toujours un long moment pour revenir. Après il est arrivé dans un groupe de Lyon déjà assez étoffé

Que penses-tu du changement d’horaire à 18h45 des de ligue 2 du vendredi soir ?
Personnellement en tant que joueur ça ne me dérange pas plus que ça. Après je me mets dans la peau de certain supporter c’est que c’est difficile pour eux par rapport au travail, aux enfants, etc… Mais ce que les gens ne savent peut-être pas c’est qu’avec le nouveau diffuseur (BeInSport) qui a racheté les droits télés ligue 1, ligue 2, il y a de l’argent derrière qui permettent aux clubs de vivre. Et à cause de la crise, certains clubs de ligue 2 ne s’en sortent que grâce à ça.


Que penses-tu des investisseurs Qataris au PSG ? Penses-tu que les sommes injectés sont choquants ?
Oui c’est clair que c’est choquant, mais en même temps je trouve ça bien. La seule chose que je pourrais leur rapprocher c’est qu’ils mettent de l’argent, mais ils ne le mettent pas dans le Championnat de France. J’aurais préféré qu’ils recrutent dans les clubs Français, pour que l’argent circule dans les clubs, parce que malheureusement tous les clubs en ont besoin. Cet argent part dans les pays étrangers je trouve ça dommage. Maintenant pour le spectacle cela fait du bien au championnat de France d’avoir des grands joueurs.

Est-ce que le footballeur professionnel lambda à cause de l’argent est au-dessus des réalités ?
C’est propre à chacun, pour ma part je sais d’où je viens, je reste très terre-à-terre. Je suis entouré par ma famille qui m’empêche de « prendre le cigare ». Après certains joueurs non plus aucune notion des réalités et ils sont dans ce qu’ils pensent être leur réalité. Ensuite c’est propre à chacun, cela dépend de son éducation, de la personne…

Dernière question, Platini ou Zidane ?
Zidane sans hésitation, il est plus de ma génération. Je suis plus à même de juger des qualités de Zidane que de celle de Platini. Pour moi c’est le meilleur joueur du monde et je ne suis pas convaincu qu’il y en aura des meilleurs. C’est un joueur complet qui est capable de tout.

Et bien merci d’avoir bien voulu répondre à nos questions Alexandre nous te souhaitons une bonne continuation ainsi qu’une bonne saison avec Lens.

Top and the Flop (épisode 10)


Dehors il fait froid, c’est la crise et tu n’as même plus les moyens de te payer l’équipe, pas de soucie, ton Top and the Flop et là comme chaque lundi après chaque journées de championnat pour te faire revivre en cinq minutes les moments forts du week-end à travers les tops, les flops et quelques bonus.

Montpellier réagit
On les pensaient retomber dans leurs travers post-titre après une défaite (1-2) en toute fin de match face aux Grecques de l’Olympiacos, mais c’est de la plus belle des manières que les Montpelliérains ont réagit trois jours plus tard face à L’OGC Nice. Trois buts lors de la deuxième mi-temps signée Camara (54ème), Utaka (64ème) et pour conclure le festival, un but du malheureux Civelli (87ème) contre son camp. Les niçois auront beau sauver l’honneur en toute fin de match grâce à Cvitanichà la 92 ème sur pénalty, samedi soir les Héraultais on enfin renouer avec la victoire à la Mosson et pour eux, ça n’a pas de prix.

Test réussi pour Nantes.
Voilà longtemps que les canaris avaient oublié ce que c’était d’être en haut d’un tableau quand bien même de ligue 2. Bien dans l’ombre des supposées grosses écuries de ligue 2 les Nantais avancent sans faire de bruit, mais bien décidé à retrouver l’élite à la fin de la saison. Opposé ce week-end à l’ogre monégasque, les canaris n’on pas mis longtemps à faire leur nid dans le camp Princier, deux buts du Serbe Djordjevic, le temps pour eux de grimper à la deuxième place du classement en attendant peut être, le printemps pour s’envoler vers la ligue 1.

Le Barça est toujours là.
Gardiola parti, beaucoup ne donnait pas cher du club Catalan cette saison. Mais après neuf journées de championnat et autant de matchs sans défaite, force est de constater que ce Barça là est dans les temps de passage d’un champion en puissance. Et puisque rien n’arrête la boulimie de victoires et de buts Blaugrana, Messi et ses potes sont allés donner une leçon de football aux malheureux joueurs du Rayo Vallecano.
Score final 5-0 et une balade qui dure depuis bientôt quatre saisons….

Un millésime qui tourne au vinaigre.
En début de saison, la plupart des observateurs s’accordaient pour dire que le château Gillot 2012/2013 avait fière allure, vif avec Trémoulinas et Gouffran, charpenté avec Planus et Henrique , une pointe de Folie avec Obraniak, tout était réunie pour délecter le public Bordelais.
Oui, mais voilà ça c’était en début de saison et même si c’est loin d’être la crise dans la Bordelais, le château Gillot ne cesse de décevoir. Un nul face aux Portugais du Maritimo (1-1), une défaite dimanche (1-3)face à Bastia qui met fin une invincibilité de seize matchs, les girondins doivent vite se ressaisir, s’ils ne veulent pas se retrouver très vite avec une méchante gueule de bois.

Monsieur Clattenburg voit rouge.
Mark Clattenburg, ce nom ne vous dit surement rien. Mais pourtant vous le connaissez! C’était l’arbitre de Chelsea-Manchester United hier. Et on peut dire qu’il était loin d’être en grande forme. 2 expulsions assez sévères côté Blues avec Torres et Ivanovic et le 3ème but non valable de Hernandez. D’habitude on relative sur les mauvaises décisions arbitrales, chez Football Anatomy nous n’avons pas pour habitude de critiquer l’arbitrage cela fait partie du jeu. Mais nous apprenons via le club de Chelsea qu’une plainte a été déposé à l’encontre de Mark Clattenburg pour avoir adopté «un langage inapproprié» voir à «caractère raciste» vis-à-vis de certains de ses joueurs. Une affaire qui n’a pas fini de faire du bruit du côté de l’outre-Manche.

Valencia rame
Début de championnat compliqué pour Valencia avec des résultats mitigé. Dû en grande partie à un mauvais bilan à l’extérieur avec 4 défaites en 5 matchs. La dernière s’est passée hier sur le terrain du Bétis Séville. Difficile donc de prétendre au haut du tableau quand l’équipe voyage aussi mal. Les coéquipiers de Abdil Rami devraient s’inspirer notamment de leurs matchs en Champions League pour remédier à ce problème (victoire mardi dernier 3-0 sur le terrain du BATE Borisov).

Ton bonus est là tout chaud en dessous de cette phrase, il t’attend!

Top and Flop (Episode 1)


C’est la rentrée !!!
Football Anatomy revient avec une nouvelle rubrique « Top and the Flop » .
Dès aujourd’hui et chaque lundi, on vous sort le top 3 de ce qu’on a aimés dans le week-end footballistique, mais aussi ce que l’on veut surtout oublier, tout ça passé au mixer version F.A avec en plus le bonus.

Top

Les deux buts de Zlatan
C’est maintenant un classique, lorsque le Suédois débarque dans un club, son péché mignon à lui c’est de scorer.
Cette fois, c’est plutôt deux fois qu’une, le premier, d’un magnifique amorti de la poitrine au-dessus de la tête de Bourillon enchaîné d’une frappe « aléatoire », mais efficace, le deuxième sur penalty.

– Le retour de Reims en Ligue 1
Depuis le temps que le football Français attendait ça, c’est fait, le Stade de Reims est de retour parmi l’élite, 33 ans après.
Un monument qui a tout de même raté son grand retour un s’inclinant 1 à 0 face à Marseille, mais l’essentiel est ailleurs.

– La victoire de Bastia
Alors certes l’opposition face à Sochaux ne faisait pas rêver, mais quand t’as frôlé le CFA, trois saisons plus tôt que t’es est passé du National à la Ligue 1 en deux saisons, que pour le premier match de la saison t’es obligé de changer au dernier moment d’avion, que ton bus se perd sur la route du stade et qu’en plus tu gagnes 3-2 à l’extérieur forcément….

Flop

– L’expulsion d’Alex Dupont
Le nouveau coach d’Ajaccio a vécu une drôle de soirée.
Un but du Brésilien Eduardo dès la onzième minute, l’expulsion de Mostepha a la 51 éme, s’en suis des contestions du coach Corse qui finira le match dans les tribunes.
Mais comme tout fini bien, victoire d’Ajaccio sur la pelouse de Nice 1-0.

– La Ligue 2 à l’heure de l’apéro
18h45, vous le savez c’est la nouvelle heure du coup d’envoi des matchs de Ligue 2 décidés conjointement par la LFP et son diffuseur BeInSport.
Conclusion, une pétition nationale, une affluence moindre et une grève des ultras membres du collectif « sos Ligue 2 ».

– Maxwell contre son camp.
Les supporters parisiens s’attendaient à voir des buts, ils ont été servis et ceux,dès la 5ème minute.
Monnet–Paquet qui centre fort Maxwell qui est masqué par Sakho, et il n’en fallait pas plus pour qui le malheureux pousse le ballon au fond des filets.

Le bonus…
Alors, voilà un bonus qui va faire débat, l’ancien Marseillais Brandao serait selon France football sûr le point de signer à Saint-Étienne.
Ça va faire rire certains, plaisir à d’autres, sur que ça va chambrer. Dans tous les cas , ça va faire jaser devant les machines à café.

LFP, quand l’ambition est freinée par la réalité.


Nous sommes quelques heures avant le véritable début du championnat de France de ligue 1 et chacun dans son coin tire une conclusion sur les décisions et évènements décidé et organisé par les instances dirigeants qui se sont passés durant la trêve. Pour ma part, certaines décisions m’ont plutôt choqué et d’autres m’ont semblé ridicules. Aujourd’hui, je vais vous parler du lot de casserole au cul, que tire la ligue de football professionnel et de ce cher président Frédéric Thiriez. Décrié depuis tant d’années, mais toujours en place…

Un club Français champion d’europe ?

Tel était l’objectif du président de la LFP en 2007 quand il présenta son projet FootPro 2012. Champion d’europe qu’il disait aujourd’hui nos clubs sont plus proches de la léthargie lors d’un match de coupe d’europe que de réelles performances sur le terrain. Pour preuve ce cher président voulait gagner une place au coefficient UEFA et au final nous en perdons 2 (l’Allemagne et l’Italie nous sont passées devant). Mais ensuite nous devons nous demander quel pouvoir Frédéric Thiriez à réellement sur ses objectifs ?

La LFP a-t-elle un pouvoir ?

Et bien elle n’en a aucun, son président est plus une forme de gourou spirituel seulement capable de faire gober n’importe quoi au français lambda…
Restons objectif, son pouvoir ne concerne seulement que l’aspect financier sur les droits télé et faire chier les clubs avec des règles stupides pour avoir l’argent des droits télé.
Exemple la ligue a instauré la licence club qui est basée sur 10 000 points découpés de la façon suivante :
1. Les infrastructures du stade – la zone joueurs et la zone spectateurs (3500 points)
2. Les infrastructures du stade – la zone médias (1500 points)
3. La sécurité (2000 points)
4. Les centres de formation agréés (2000 points)
5. La structuration salariée (1000 points)

Si vous ne totalisez pas un minimum de 5000 points, vous avez un malus sur les droits télés que vous touchez. Vous vous dites ça ne peut que améliorer l’état des stades, en effet, mais quand il y a des trucs stupides qui comptent dans le barème, comme installer le wifi dans le stade ou des sièges style siège baquet sur les bancs de touches on se dit qu’on atteint les sommets de la crétinerie. Depuis quand du wifi et des sièges plus confortables pour des remplaçants donnent de meilleurs résultats.
La ligue veut bien faire, mais handicape les clubs qui au lieu d’investir sur certains joueurs pour améliorer leurs effectifs et donc le niveau général du championnat ne peuvent pas, car ils ont des dépenses à faire pour ne pas perdre d’argent, cocasse non ?

Des décisions plus que critiquables

La LFP prend des décisions qui en matière de gestion ou de logique n’ont aucun sens exemple avec le Trophée des Champions qui cette année se déroulait à New York pour faire la promotion de la ligue 1 à l’étranger. Mais pour attirer du monde à l’étranger il faudrait déjà que la ligue 1 soit un championnat fort, or pour le moment il ne l’est pas, la lfp brûle les étapes. Surtout quand on voit le résultat sur une capacité de 25 000 personnes seulement 15 000 personnes ont assisté à Montpellier-Lyon autant dire un pari raté. 15000 personnes c’est l’affluence moyenne d’un club de L1, si le match avait été joué à Lyon ou Montpellier le stade aurait été plein. La ligue montre une fois de plus qu’elle prend des décisions illogiques et ce contrefeu des supporters.
Comme avec les nouveaux horaires de la L2 à cause des droits télés 18h45 le vendredi vous trouvez que c’est un horaire correct pour que le Français moyen puisse aller au stade ? La France à la meilleure 2e division d’Europe attirant quand même pas mal de monde, mais quand quelque chose marche en France il faut y toucher et la rendre moins attrayante ou efficace. Car là nous allons assister tout simplement à une désertion des stades de L2.

Mais plus important encore la LFP s’est tout simplement prostituée devant la chaîne à notre grand copain Biétry en acceptant l’inacceptable ! Mais qui est le grand fautif dans l’affaire des droits télés ? Et bien c’est la LFP ! Qui a mis en jeu les lots avec des jours de match bien défini ? La LFP ! Je soupçonne d’ailleurs la LFP d’être de mèche depuis le début avec BeInSport pour rendre la L1 plus « attractive » en essayant quelque peu d’étouffer la L2. Il fallait franchement être con pour penser qu’avec un match de L1 à 21h Beinsport ne décalerait pas la L2 plus tôt. D’ailleurs pour le moment je tape seulement sur BeinSport mais France Télévision c’est la même chose. Ils ont placé le match Caen-Lens à 18h45 mardi soir dernier ce qui montre que les autres chaînes emboitent le pas.

Mais dans tout cela qui est encore le perdant dans l’histoire ? Les supporters et les clubs au budget modeste et puis rappelons qu’au bureau de la ligue si tu n’y ai pas ton club sera souvent sujet à des injustices. Prenons un exemple simple : râler auprès des arbitres, Deschamps le fait à chaque match et pourtant jamais d’expulsion et donc de suspension. Prenons le cas de Kombuaré ou d’autres entraineurs qui ne possédaient pas de représentants à la LFP et bien dès que le ton montait une expulsion et une suspension de 4 matchs.

Conclusion

Bref que peut-on en conclure et bien qu’a la LFP on oscille entre incompétence et justice à deux vitesses. Il est clair que la LFP avantage nettement le fait de vouloir faire de l’argent au dépend des vraies valeurs du foot (droits télé, licence club, trophée des champions). Et pour la justice à deux vitesses, on ne me dira pas que quand des dirigeants de clubs qui sont à la ligue mangent ensemble, que des affinités ne se crée pas.  Au final à la LFP les décisions se transforment en petit dîner entre amis.

Le classement des clubs de ligue 2 sur facebook.


( Cliquez pour agrandir )

Bonjour à tous , voici la seconde édition du classement des clubs de Ligue 2 sur Facebook. Ce classement avait été réalisé l’année dernière ( Voir ici ) . Et il est donc réalisé pour la deuxième année. C’est à nouveau Lens qui termine premier de ce classement. ( + 8000 fans en un an ). Les clubs de Ligue 1 , relégué en L2 , sont également présent dans le haut de tableau.  A noter la belle progression de Tours ( + 15 000 fans en un an ). On peut aussi noter la belle performances du club Nîmois qui se classe 10 ème pour un club promu. Comme l’année passée , c’est Sedan qui ferme la marche, avec une page fan , pas animé  !

On peut voir que les clubs de Ligue 2 , on engagé pour la plupart des Community Manager ( Personnes qui gèrent une entreprise sur les réseaux sociaux ). De plus en plus de fans donc pour nos clubs de Ligue 2 ! Des fans qui seront malheureusement privé d’aller voir et de supporter leur équipe la saison prochaine, à cause des nouveaux horaires. (18h45 …). Un chiffre qui ne trompe pas, sur 15 000 abonnées à Lens la saison passée, seulement 3 800 se sont ré-abonnés !