Archives du blog

Faut-il supprimer l’Europa League ?


europa-league-parier

La League Europa ou Europa league (ex coupe de l’UEFA) si souvent considérée comme une coupe sans intérêt dans notre pays. Reste tout de même une coupe Europe avec un beau palmarès sur lequel figure des prestigieux clubs tel que le FC Porto, la Juventus, l’Inter,  le Real Madrid, Naples et j’en passe. Mais selon certains cette coupe n’a pas lieu d’exister. Rappelons que ce sont les mêmes qui sont supporter du Real Madrid et de Barcelone en même temps. Et donc à travers cet article je vais vous rappeler les différentes utilités de cette coupe.

Nous sommes d’accord une coupe d’Europe peu importe laquelle, est prestigieuse dans un palmarès. Mais quand chaque année en Champion’s League les mêmes clubs (6 ou 7) rivalises pour la victoire finale, il est bien difficile pour un club au budget plus « modeste » de pouvoir lutter et de réaliser une bonne performance dans cette compétition. C’est donc  dans ce contexte que l’existence de la League Europa se justifie, cette coupe permet à nombres de bon clubs d’exister sur la scène européenne. Prenons l’exemple des deux finalistes de l’édition précédente, l’Athlético Madrid et l’Athletic Bilbao. Deux bons clubs de Liga Espagnol mais qui en Ligue des champions l’an passé n’aurait que difficilement passé le stade des 8ème ou  quart de finale.  Deuxième exemple de club encore plus modeste qui est Braga en 2011, ils avaient réussi à se hisser elle aussi jusqu’en finale avec seulement 17 millions d’euros de budget à sa disposition. Mais cette coupe permet aussi de révéler des équipes de championnat mineur dont le coefficient UEFA ne permet que difficilement l’accès à la Champion’s League ou sinon à travers de multiple tour préliminaire.  Dans la dernière édition de la League Europa des clubs comme le Legia Varsovie (Pologne), Red Bull Salzbourg (Autriche) ou Wisła Cracovie (Pologne) ont réussi à se hisser jusqu’en 16ème de finale. Certains vont m’opposer à tort l’argument du niveau très faible des clubs qui y participent et donc d’une coupe dénué d’intérêt. Pour simple argument le Red Bull Salzbourg était dans la poule du PSG l’an dernier et n’avait pas absolument pas démérité sa présence à l’étape supérieure de cette compétition.

europa 2

Si on devait établir un niveau de hiérarchie entre les différentes compétitions auquel peut participer un club l’ordre serait le suivant : Championnat, Europa League,  Champion’s League. En suivant cet ordre une équipe sera en phase de progression, un parcourt en Europa League est un très bon moyen d’aguerrir de jeune joueur, de les faire progresser plus rapidement, pour tous les autres d’engranger une expérience européenne et pour l’ensemble de forger un véritable groupe. Mais aussi d’ajouter peut-être une ligne à leur palmarès. Cette compétition est un excellent tremplin pour progresser et ainsi atteindre les hautes sphères européennes c’est l’instar de Porto en 2003 qui remporta la coupe de l’UEFA à l’époque sous la houlette de José Mourinho et qui sous la même houlette l’année suivante remporte la Champion’s League. Pareil pour le Chakhtar Donetsk qui remporte la compétition en 2009 et qui les années suivantes réalise de bons parcours en Champion’s League. Mais actuellement l’élément de progression le plus frappant dans cette compétition est sans doute le Colombien Ramadel Falcao qui possède en deux participations 2 victoires. Une avec Porto en 2011 et une avec l’Athletico Madrid cette année, ce joueur d’édition en édition progresse, ce façonne, prend de l’expérience. Et en l’espace de 2 saisons et demie est devenu un phénomène mondial et un attaquant bon dans tous les domaines. L’Europa League a fait naitre des équipes, a éclos d’entraineurs phénoménaux ou pleins d’avenir (Mourinho, Diego Simeone,…) et joueur qui maintenant sont de l’élite du football mondial.

fc_porto_v_u_leiria_liga_zon_sagres_j18_2011_2012

 Mais après avoir détaillé son utilité, il faut expliquer pourquoi la France est le seul pays à se poser cette question. En France l’Europa League n’est considérée que comme une sous coupe Europe qui ne vaut même pas la peine d’être joué. Je prends pour exemple les équipes de ligue 1 qui chaque année aligne l’équipe B en poule et se font sortir piteusement comme Toulouse, Rennes, Montpellier, Bordeaux (hormis cette saison). Quel est l’intérêt de battre pour se qualifier en coupe Europe toute la saison et laisser filer derrière pour pouvoir ce requalifié l’année d’après ? Cette mentalité est inutile et dénuée de toute logique, car en plus de faire baisser le coefficient UEFA Français (contrairement au club Portugais, Allemand, Espagnol qui joue à fond cette compétition et qui font grimper leur coefficient)  tu ne touches presque pas d’argent à part si tu essaies de jouer les phases finales ce qui est l’objectif principal des clubs Français qui joue là Champion’s League donc autant jouer l’Europa League. Mais paradoxalement plus les clubs Français délaisserons cette compétition pour espérer jouer les places qualificatives à la ligue des champions et ce feront fessé l’année d’après plus le coefficient UEFA baissera et donc par conséquent le nombre de places qualificatives pour la ligue des champions aussi. Ce qui aura pour conséquence un nombre encore plus important de places en Europa League distribuée. Le plus drôle dans tout ça c’est qu’aucune équipe Française mise à part le PSG n’aurait le niveau pour gagner une Champion’s League. Alors que pour une League Europa le challenge n’en serait que d’autant plus jouable. Si toutes ses équipes avaient joué auparavant cette compétition à fond à l’heure d’aujourd’hui des équipes comme Lille ou Rennes aurait pu réaliser de bon voir d’excellent parcours. Mais non l’Europa League ce n’est pas assez prestigieux pour le football Français qui préfère passer pour des peintres en Champion’s League à ce prendre des fessés (cf Marseille, Lille, Montpellier…). Je rappellerais tout simplement que la League Europa n’a jamais été remportée par un club Français. Espérons que cette au moins Lyon et Bordeaux nous gratifie d’un beau parcourt dans cette compétition puisqu’ils ont indiqué qu’il la jouerait à fond.

Au final, la League Europa est une compétition de rang qui vaut le coup d’être joué par les clubs qui n’ont pas les moyens de rivaliser en Champion’s League. Il est donc hors de question de supprimer cette coupe d’europe. Supprimé la League Europa est d’ailleurs une idée complètement saugrenue et bien Française. Qui devrait d’abord regarder l’état du football Français en coupe Europe plutôt que de proposer de telles énormités.

Publicités

Les plus belles épopées françaises en C3


Ça y est, les deux clubs français qui ont réussi à se qualifier pour les phases de poule de l’Europa League sont entrées en lice. Avec une belle victoire 3 – 1 contre Salzbourg, à domicile pour le PSG. Pour le Stade Rennais, le premier match de la compétition a été plus délicat puisque les Bretons se sont inclinés 2-1 sur le terrain de l’Udinese.

Du côté parisien, on ne cache pas les ambitions du club pour cette compétition. Cela ferait évidemment grand plaisir aux investisseurs qataris et aux supporters si l’équipe parvenait à remporter ce trophée.

Mais si le PSG a remporté son premier match, le parcours est encore long jusqu’à la finale et un éventuel titre de champion d’Europe. Alors, pour inspirer les joueurs parisiens et leurs homologues rennais, voici un retour sur les plus belles épopées des clubs français en C3 (Coupe UEFA et Ligue Europa).

1977/1978 : Sporting Club de Bastia

Bastia est la première équipe française a avoir réussi à accomplir un magnifique parcours en coupe UEFA. C’était lors de la saison 1977/1978. Bon, il faut aussi préciser que cette compétition n’existait pas avant 1971.

L’équipe corse est très solide en coupe d’Europe et affiche une motivation impressionnante. Deux des qualités essentielles si on veut aller loin dans la compétition.

Ils éliminent le Benfica Lisbonne en 32e de finale. En s’imposant d’abord 3-2, à l’aller, sur son terrain. Pourtant les Portugais ouvrent le score sur pénalty, à la 40e, par Jordao. Mais les Corses s”imposent finalement grâce à un triplé de Felix.

Et au retour, les Bastiais réalisent l’exploit en battant les Portugais sur leur terrain 2-1. La victoire s’est dessinée en fin de match avec des buts à la 86e et à la 88e.

Pour le tour suivant, les 16e, le tirage au sort oppose les Anglais de Newcastle au SC Bastia. Le match aller a lieu en Corse. Après un début de rencontre difficile qui voit les Britanniques ouvrir le score, les joueurs de l’île de beauté parviennent finalement à s’imposer par 2 buts à 1.

Lors du match retour, les Corses neutralisent rapidement leurs adversaires et s’imposent 3 à 1. Une belle victoire à l’extérieur qui permet aux joueurs de faire le plein de confiance. Cap sur les huitièmes !

Et c’est le Torino qui se dresse désormais face au SC Bastia. Les Corses commencent par recevoir. Ils vont parvenir à gagner à domicile mais avec pas mal de difficulté. Leurs adversaires sont coriaces. Ils ouvrent le score. Mais c’est finalement Bastia qui s’impose 2-1.

Au retour, les joueurs corses se montrent héroïques. Alors qu’ils sont menés 2 à 1, ils se mobilisent et, grâce à un doublé de Krimau, ils parviennent à gagner 3-2 sur la pelouse turinoise.

Après six victoire d’affilé, les Corses se présentent en quart de finale avec le plein de confiance. Et ce sont les Allemands de l’Est du Carl Zeiss Iena qui vont en faire les frais. Bastia s’impose par 7 buts à 2 lors du match aller !

Pour le match retour, les Corses ont certainement déjà la tête en demie, puisqu’ils s’inclinent 4-2, en Allemagne. Mais malgré tout, cela suffit pour passer au tour suivant.

Et les prochains adversaires de Bastia ne sont autres que les Grasshopers de Zurich. Le match aller a lieu en Suisse et ce sont les joueurs de Zurich qui gagnent 3-2. On se dit alors que les Bastiais sont peut-être tombé sur un os et vont avoir du mal à aller plus loin dans la compétition.

Mais c’est sans compter sur le courage corse. En effet, au retour, le SC Bastia reçoit et aligne une défense en acier. Pour finalement s’imposer 1-0, ce qui suffit à se qualifier pour la finale grâce aux buts marqués à l’extérieur.

En finale, c’est l’équipe du PSV Eindhoven qui est opposée aux Corses. Le match aller a lieu à Bastia. Les deux formations se quittent sur un 0-0. Tout se joue alors au match retour.

Mais, malheureusement, les Néerlandais ne dont qu’une bouchée des Bastiais. Ils s’imposent 3-0 et viennent brutalement stopper le parcours jusqu’alors exemplaire de l’équipe française.

Une magnifique épopée mise en image par le Vintage Football Club avec de très belles photographies d’époque.

1980/1981 : FC Sochaux Montbelliard

La saison 1980/1981 est celle de l’éclosion du FC Sochaux sur la scène européenne. Le club vit cette année là une magnifique épopée en Coupe UEFA qui va conduire ses joueurs jusqu’en demi-finale. Pourtant le public et les médias, peu intéressés par le club, vont mettre longtemps à reconnaître le parcours des Sochaliens à sa juste valeur.

Au premier tour, les Doubistes sont opposés au Servette Genève. Sochaux s’imposent 2-0 à l’aller, sur son terrain. Ils s’inclinent 2-1 lors du match retour, mais cela suffit pour se qualifier pour le tour suivant.

En seizièmes de finale, Sochaux est opposé à Boavista. Au match aller, les Portugais posent des problèmes aux jaunes et noirs et parviennent à arracher un beau nul 2-2. Les chances des sochaliens paraissent alors faibles mais ils parviennent à s’imposer 1-0 au retour, à Porto. Ce qui les expédie en huitièmes de finale.

Leur adversaire suivant est l’Eintracht Francfort. Le match aller se joue en Allemagne, toujours dans l’indifférence quasi-totale des médias français. Tout le monde pense que le parcours des sochaliens va s’arrêter là. Surtout qu’à l’aller, Francfort s’impose 4-2.

Mais, grâce à un doublé de Revelli, Sochaux s’impose 2-0 lors du match retour et se qualifie grâce aux buts marqués à l’extérieur. On commence alors à s’intéresser aux performances européennes des Lionceaux, en France.

Les voici donc en quart de finale avec poure adversaire, les Grasshopers de Zurich. A l’aller, les joueurs de Sochaux obtiennent courageusement un beau 0-0 à l’extérieur. Ils gardent donc espoir pour une qualification en demie. Ce qu’ils obtiennent grâce à une victoire 2-1 à domicile au cours du match retour.

Les Doubistes passent alors en demi-finale. Mais c’est malheureusement là que leur parcours va s’arrêter. L’équipe de l’AZ Alkmaar les élimine après deux matchs très serrés : 1-1 à l’aller à Sochaux et 3-2 au retour, en Hollande.

Pour un récapitulatif tout en nostalgie et en image de cette épopée, vous pouvez vous rendre sur sur Footnostalgie qui lui consacre un beau reportage.

1995/1996 : FC Girondins de Bordeaux

Lors de la saison 1995/1996, une nouvelle compétition voit le jour. Il s’agit de la Coupe Intertoto. Elle permet à des clubs qui n’ont pas pu se qualifier directement d’obtenir un ticket pour la coupe UEFA.

C’est le cas du FC Girondins de Bordeaux, qui, bien qu’ayant terminé septième du championnat de France de D1 en 1994/1995, parvient à se qualifier pour l’UEFA en remportant l’Intertoto.

Ce qui va permettre au club de vivre une véritable épopée. Elle débute face aux Allemands de Karlsruhe. Une équipe très rude qui impose un défi physique impressionnant aux Girondins. Beaucoup de fautes et un premier pétage de plomb de Zidane n’empêchent pourtant pas l’équipe de Bordeaux de se qualifier.

Le FCGB obtient le nul 2-2 outre-Rhin puis s’impose 2-0 lors du match retour, au Parc Lescure. En 32e de finale, le tirage au sort oppose l’équipe macédonienne du Vardar Skopje aux Bordelais. Une victoire 2-0 des Marines et Blancs à l’aller sur le terrain du Vardar et un nul 1-1 au retour, à domicile, expédient Bordeaux en 16 èmes.

Bordeaux rencontre le Rotor Volvograd, un adversaire largement à la portée des joueurs au scapulaire. Ils s’imposent d’ailleurs 2-1 à Lescure et 1-0, au retour en Russie. Direction donc les huitièmes de finale pour cette équipe qui compte dans ses rangs, entre autres, Zidane, Lizarazu et Dugarry.

Au tour suivant, les Girondins tombent sur un os : le Real Betis Séville. Une belle équipe qui a terminé troisième du dernier championnat d’Espagne. Mais les Bordelais ne se laissent pas impressionner et l’emportent 2-0, à Lescure, à l’aller.

Les Espagnols promettent l’enfer aux Girondins pour le match retour. Mais ils vont rapidement être refroidis par Zidane qui inscrit un des plus beaux buts de sa carrière : Sur un dégagement de Huard relayé par une tête girondine, il reprend du gauche de 40 mètres et lobe le gardien espagnol.

Les Sévillans s’imposent finalement 2-1 mais c’est Bordeaux qui se qualifie pour les quarts de finale.

Et c’est là que les choses commencent à se compliquer. En effet, les Girondins se voient opposés au AC Milan, certainement l’une des meilleures équipes du monde à l’époque.

Et les Bordelais le constate rapidement en s’inclinant 2-0 à l’aller à San Siro. Avec notamment un coup franc magnifique de Roberto Baggio. On se dit alors que les Milanais vont être les fossoyeurs du parcours du FCGB en coupe UEFA.

Mais c’est sans compter sur le courage et le talent des Bordelais. En effet, lors du match retour, ils sont poussés par un public chauffé à blanc et réussissent l’exploit de s’imposer 3-0 grâce à un doublé de Dugarry et une claquette décisive de Huard sur une tête de George Weah. Un souvenir qui fait certainement vibrer encore de nombreux supporters de Bordeaux.

Les Girondins arrivent en demi-finale avec le plein de confiance. Et c’est le Slavia de Prague qui va en faire les frais. Bordeaux s’impose 1-0, à l’aller en république Tchèque et, remporte le match retour sur le même score.

Les voilà donc en finale face à l’ogre du Bayern Munich. Une équipe qui compte dans ses rangs Jean-Pierre Papin et qui, malheureusement, ne va faire qu’une bouchée de Bordeaux.

Les Allemands l’emportent 2-0 à l’aller à Munich et parviennent à s’imposer 3-1 au retour, à Lescure. Une fin douloureuse pour une épopée magnifique des Girondins qui aura permis de ravir les supporters alors que la saison du club est beaucoup plus délicate en championnat de France.

1998/1999 et 2003/2004 : Olympique de Marseille

La dernière équipe française a avoir réalisé une belle épopée en C3 est l’Olympique de Marseille. Elle en a même accompli deux en cinq ans : en 1998/1999 et 2003/2004, en atteignant la finale lors de ces deux éditions.

En 1998/1999, l’OM est d’abord opposé aux Tchèques du Sigma Olomouc. Ils obtiennent le nul 2-2, à l’extérieur à l’aller, avant de s’imposer 4-0, lors du match retour. En seizièmes, les Bucco-Rhodaniens jouent contre le Werder de Brème. Ils parviennent à obtenir un beau nul 1-1 à l’aller en Allemagne puis il remportent courageusement le match retour 3-2.

Les voilà donc en 8 èmes de finale face à l’AS Monaco. Et le duel entre les deux équipes françaises tournent à l’avantage des Marseillais qui font le nul 2-2 dans l’enceinte monégasque et s’imposent 1-0 lors du match retour au Vélodrome.

Ce qui les envoie en quart de finale face au Celta Vigo. Les Marseillais reçoivent à l’aller et s’imposent 2-1. Lors du match retour, en Espagne, ils parviennent à préserver le nul 0-0 et se font leur place en demi-finale.

Ils rencontrent alors le FC Bologne. Après un triste nul 0-0, à l’aller à Marseille, le match retour est décisif. Et ce sont les joueurs de l’OM qui parviennent à tirer leur épingle du jeu en obtenant le nul 1-1. Ce qui leur permet de se qualifier pour la finale, grâce à leur but inscrit à l’extérieur.

Malheureusement, l’OM explosera en finale face au Parme AC. Et ce sont les toréadors Chiesa et Crespo qui planteront deux banderilles aux Marseillais qui s’inclineront finalement 3-0.

En 2003/2004, l’olympique de Marseille va remettre ça et nous gratifier d’une magnifique épopée en C3 qui les conduira une nouvelle fois jusqu’en finale.

Ils éliminent d’abord les Ukrainiens du Dniepr Dniepropetrovsk en gagnant 1-0 à l’aller au Vélodrome en obtenant le nul 0-0 au retour. Lors des huitièmes de finale, ils retrouvent Liverpool. Les Marseillais parviennent à faire un nul 1-1 à Anfield et s’imposent ensuite 2-1 sur leur terrain au match retour.

Les voilà donc en quart face à l’Inter de Milan. Equipe que les Olympiens éliminent en s’imposant 1-0 lors du match aller et du match retour. En demi, ils sont opposés à Newcastle; Les Marseillais et les Anglais se séparent sur un nul 0-0 à l’aller. Mais l’OM s’impose 2-0 au retour, ce qui les propulse directement en finale de cette C3.

Mais bon, leur adversaire pour cette finale n’est autre que le FC Valence, une des équipes les plus en forme du moment en Europe. Et ce sont les Espagnols qui remportent la rencontre 2-0.

Suite à ces deux beaux parcours de l’OM aucun autre club français n’a réussi à faire un beau parcours en coupe UEFA ou en Ligue Europa.

Toutes les équipes françaises qui sont parvenues à atteindre la finale de la C3 n’ont jamais réussi à s’imposer. Il n’y a donc, jusqu’à présent, aucun club hexagonal inscrit au palmarès de cette compétition.

On espère que les Parisiens et les Rennais sauront s’inspirer de leurs prédécesseurs présentés ci-dessus et ne joueront pas les petits bras dans cette C3 cette année. Le Paris Saint-Germain dispose d’un effectif de qualité, capable de réaliser de grandes choses sur la scène européenne.

Affaire à suivre…

Football Anatomy Bet – 4 ème journée de Ligue 1.



Bonjour à tous, aujourd’hui retrouvez les pronos des deux Pierre. ( Srcoronas & ReplaySport ) pour la journée 4 de Ligue 1. Nos pronos sont bien sur 100% gagnants et disponibles dans la limite des stocks. Pour plus d’informations appelez le numéro vert qui s’affiche en bas de votre écran.

Evian-Dijon :

Replaysport :N La Ligue 1 a ses charmes, ce match s’annonce très actif oui oui , je mise sur un match nul !

SrCoronas : 1. Je pense qu’Evian TG aura à cœur d’offrir une victoire à ses supporters. Mais le match s’annonce quand même serré.

Lorient – Nancy :

Replaysport :1.Le Duel des synthétiques tournera en faveur des Bretons pour moi.

SrCoronas : N. Moins chauvin que mon collègue, je vois les deux équipes « synthétiques » se neutraliser. Je sens même venir un 0-0 tout pourri…

Nice-Brest :

Replaysport :1.Je ne vois pas les Brestois venir l’emporter à Nice. Au Stade du Ray, les Niçois devraient rester maîtres et prendre les trois points de la victoire.
SrCoronas : 2. Nice fait un début de championnat plutôt nul et je les sens bien continuer sur leur lancée.

Valenciennes-Bordeaux :

ReplaySport: 2.Bordeaux va lancer sa saison à l’extérieur et ce sera à Valenciennes. Non je n’annonce pas un triplé de Modeste pour ce match, mais son équipe l’emportera !

SrCoronas : 2. Bordeaux est plus ou moins obligé de l’emporter. Et, contrairement à ReplaySport, je table sur le triplé de Modeste !

Auxerre-Ajaccio :

ReplaySport: N .Chaque journée en Ligue 1, il y a un bon vieux 0-0. Ce match sera celui où il y aura un match nul dans tous les sens !

SrCoronas : 1. Parce que j’aime bien l’équipe d’Auxerre et que ça me ferait plaisir de les voir engranger les trois points.

Lyon-Montpellier :

ReplaySport: 1. De retour de Russie avec 20 Millions en poche, je vois les Lyonnais l’emporter à Gerland devant leur public.

SrCoronas : N. La fébrilité des Lyonnais en fin de rencontre risque de leur porter préjudice face à des Montpelliérains tout feu tout flamme. Encore un but de Giroud ?

Toulouse-Paris :

ReplaySport: 1 .Toulouse a bien débuté sa saison, les Parisiens sans doute fatigués de leur rencontre de jeudi vont avoir le tournis au Stadium. Les Toulousains devraient continuer leur bonne série.

SrCoronas : 2. Parce que je n’aime pas la manière de jouer du TFC (Rivalité inter-garronaise certainement)

Sochaux-Saint Etienne :

ReplaySport: 2 .Sochaux a coulé jeudi en Europa League, c’est déjà la crise, la venue de Saint Etienne, costaud en ce début de saison, ne risque pas d’arranger les choses. Encore une défaite pour les Sochaliens ?

SrCoronas : N. Je ne pense pas que Sochaux soit en mesure de l’emporter après leur déroute en Ligue Europa. Mais je ne pense pas non plus que la chance de l’ASSE va se poursuivre très longtemps.

Rennes – Caen :

ReplaySport: 1. La déconvenue de Montpellier déjà oubliée, les Rennais repartent de l’avant. Ils devront affronter le Tube de l’été. Mais tous les tubes de l’été ont une fin, déjà la fin pour le Hit Caen 2011 ?

SrCoronas :  N . Je partage l’avis de mon éminent collègue. Mais je crains que les Rennais, fatigués par leur qualif en Ligue Europa, craquent en fin de rencontre et se fassent rejoindre par les séduisants Caennais.

Lille-Marseille :

ReplaySport: 1. Le choc de cette journée, Le Champion 2011 contre son dauphin. Marseille a mal commencé le championnat, je vois Lille se lancer à domicile face à un Marseille en difficulté.

SrCoronas : 1. L’équipe de l’OM est encore trop faible pour espérer prendre des points chez le champion lillois qui se doit de l’emporter à domicile pour définitivement lancer sa saison.