Archives du blog

PSG : Le mur Sirigu


Salvatore Sirigu, l'ange gardien du PSG

Salvatore Sirigu. Jamais un gardien du Paris Saint-Germain n’aura aussi bien porté son prénom. Pourtant quand le portier italien signe le 28 juillet 2011 celui-ci était inconnu du public français et nombreux pensaient qu’il se cantonnerait à un rôle de simple doublure de Nicolas Douchez dont la signature au Paris Saint-Germain était encore toute récente. Orphelin de ses deux portiers de la saison précédente (Apoula Edel et Grégory Coupet), Sirigu a été recruté dans l’urgence en raison de la légère blessure de Nicolas Douchez alors qu’il n’était pas le premier choix. Effectivement, des gardiens de buts tels que Sébastien Frey ou Julio Sergio entre autres ont été sondés. Mais quelques mois plus tard, le gardien transalpin, n°3 dans la hiérarchie de Cesare Prandelli à l’époque, a su s’imposer aux yeux de ses entraineurs, de ses supporters mais aussi des observateurs et des médias qui n’ont pas toujours été tendres avec lui.

Lire la suite

Top and the Flop (épisode 4)


Le rattrapage du Lundi est de retour.
Tout ce qu’il ne fallait pas rater du weekend servit sur un plateau, c’est dans «  Top and the Flop » de Football Anatomy, et c’est maintenant.

L’OM, le tube de l’été
On les avait quittés en pleine crise malgré une coupe de la ligue, un nouvel entraîneur et les revoilà premier du championnat, avec quatre victoires en quatre matchs. Du jamais vu dans la cité Marseillaise depuis quatre-vingts ans. En espérant pour eux que ce ne soit pas juste un phénomène boys band qui ne durera qu’un mois…

Papy fait de la résistance
Beaucoup le croyaient en préretraite du côté de la Bretagne, Ludovic Giuly, trente-six ans et frais comme un merlu.
A désormais un but, d’être le joueur de ligue 1 en activité le plus prolifique (record 86 buts pour le Parisien Luyindula), l’ancien se paye en plus le luxe de porter le brassard, la classe pour un mec qui a toujours eu une mentalité exemplaire et sans jamais prendre le melon.

Ça Barton à L’OM.
Les mecs un peu barrés à Football Anatomy on adore, mais quand en plus c’est le plus « bad boy » de la planète qui débarque dans le championnat de France… À la rédaction nous parions déjà sur un coup de genou de Barton dans l’héritage Ibrahimovitch (dit Ibrakadabra), ce dernier répondra par un brock kick lors du prochain classico! Ok c’est pas très classe mais c’est plus stimulant que les matchs d’équipes entrainer par Pablo Correa (qui vient de se faire licencier bizarrement)

Au revoir Hugo.
Lloris parti pour cirer le banc de Tottenham, c’est Remi Vercoutre qui devient le titulaire de L’Olympique Lyonnais.
On ne veut pas être méchant, mais il y a tout de même un monde entre les deux gardiens, et l’équipe dirigeante risque de très vite se rendre compte qu’ils ont perdu là, l’une de leurs plus belles pépites.

La forteresse est tombée.
C’était devenu une habitude depuis bientôt trois saisons, 43 matchs plus précisément, prendre un point sur le terrain du SC Bastia  était le maximum  auquel pouvait espérer une équipe visiteuse. Les Stéphanois ont trouvés ce weekend la clef de Furiani et d’une bien belle manière en allant si imposer 3-0. Mais le plus drôle dans tout ça c’est tout de même Frédéric Hantz qui nous déclare qu’il n’y a pas de contexte corse!  Lisez ici ce témoignage qui prouve le contraire.

Jallet capitaine abandonné.
Sur le papier le début de saison du latéral droit Parisien Christophe Jallet est parfait, capitaine du PSG et sélectionner en équipe de France. Mais sur le terrain le rendement du capitaine Parisien n’est pas aussi optimum que l’on pourrait le penser. Avec l’arriver récente de Van Der Weil, capitaine Jallet pourrais bien perdre sa place sur le navire.


Cette semaine nous vous proposons tout d’abord une technique de mur sur coup franc tout particulier baptisé par le joueur du Lechia Gdańsk, Abdou Razack Traoré.

Et pour finir ce Top and the Flop les plus beau du week-end en vidéo proposé par une chaîne youtube très célèbre TVGOLO!

Le football rend-il con ?


« Animo sana in corpore sano » (« Un esprit sain dans un corps sain ») est un véritable crédo sportif. Si bien que certains ont même choisi d’en faire une marque spécialisée dans l’équipement des athlètes (Asics). En revanche, si un simple coup d’œil permet de s’assurer de la sanité du corps des footballeurs, un tel verdict est souvent plus difficile à prononcer pour ce qui est de leur esprit.

Le footballeur professionnel est rarement réputé pour sa malice, son intelligence ou sa culture générale. En témoignent certaines sorties médiatiques dont le sens, la syntaxe et la grammaire feront certainement souffrir plus d’un sage de l’Académie Française. Mais ce déficit de réflexion ou ce manque d’aptitude personnelle dont paraissent souffrir de nombreux footballeurs professionnels se matérialise aussi par certaines mésaventures.

Blessures stupides

On le sait, la condition physique d’un sportif de haut niveau est primordiale. Les athlètes doivent donc, à tout prix, faire en sorte de se préserver des blessures. Dans le cadre professionnel, ceci s’effectue grâce à la préparation et aux entrainements. Mais une fois, rentré chez lui, le footeux semble avoir plus de mal à éviter certaines « conneries » qui lui vallent parfois de se blesser gravement.

Le dernier exemple en date est celui de Rémy Vercoutre. La doublure d’Hugo Lloris, à l’Olympique Lyonnais souffre d’une rupture du tendon du pied droit survenue lors d’un accident domestique. On n’en sait pas beaucoup plus sur les circonstances de ce malheureux événement. Selon Bernard Lacombe, le portier aurait fait une chute chez lui, en mettant « le pied sur quelque chose de pointu… »

L’archétype de la blessure dite « stupide » qui n’est pas sans rappeler la mésaventure de son prédécesseur à Lyon, Grégory Coupet. En octobre 2006, l’ancien gardien international s’était mutilé le poignet en voulant installer des étagères chez lui. Il avait finalement écopé de 7 points de suture et avait manqué un derby capital face à l’ASSE.

Mais, Lyonnais rassurez-vous, ce type d’accidents cons n’est pas l’apanage des gardiens de l’OL. Non, les corps de nombreux autres footballeurs professionnels ont eux aussi fait les frais du manque de sanité de leur esprit. On se souvient, bien sur, de Santiago Canizares, ancien gardien du FC Valence qui, en 2002, alors qu’il était sélectionné avec l’équipe d’Espagne pour participer à la Coupe du Monde s’était coupé le tendon du pied en voulant rattraper une bouteille de parfum qu’il avait déséquilibrée en sortant de sa douche. Le goal n’a donc pas pu participer au mondial et s’est vu détrôné définitivement par Iker Casillas qui ne lui a, par la suite, jamais laissé une chance de récupérer sa place.

Mais la palme de la blessure la plus idiote de l’histoire du football moderne revient sans conteste à Steve Marlet. En 2004, l’attaquant est appelé par Jacques Santini pour jouer avec les Bleus lors de l’Euro. Trop heureux de sa sélection, le joueur ne se sépare plus de son accréditation qui lui permet de pénétrer dans l’hôtel qui héberge l’équipe de France et dans les vestiaires. Sur le bord du terrain, il s’amuse comme un gamin avec le cordon élastique de son pass. Malheureusement, un mouvement trop brusque propulse le carton vers le visage de Steve Marlet et le coin du document vient heurter son œil. La cornée est déchirée… Résultat : Steve Marlet ne prendra part à aucune des rencontres des Bleus à l’Euro 2004 qu’il vivra intégralement sur le banc des remplaçants.

Un sport qui rend con ?

Alors face à de telles mésaventures, on peut légitimement se poser la question : le football rend-il con ? A moins qu’il soit nécessaire, à la base, d’être con, pour se tourner vers ce sport comme peuvent le laisser penser le comportement et les chants de certains supporters.

Mais on peut également supposer que c’est la pratique du foot qui rend certains footballeurs plus cons qu’ils ne le sont déjà. Pour les professionnels, ceci peut s’expliquer par leur mode de vie. Ils intègrent un centre de formation, souvent très jeunes, et petit à petit, toute leur existence finit par tourner autour du ballon. Si bien que, finalement, à force d’être assistés, ils en deviennent inadaptés à certaines situations quotidiennes qui nous paraissent banales mais qui se transforment en réels dangers pour leur intégrité physique.

De plus, un chercheur hollandais, Erik Matser a démontré, en 1999, qu’un footballeur, même amateur, qui multiplie le jeu de tête a de grandes chances de développer des problèmes de concentration et de mémoire. A en croire les conclusions de ces recherches, il apparaît évident que le foot rend con.

Et, pour finir de vous convaincre, il suffit d’évoquer les récentes péripéties de Mario Balotelli à Manchester ou le mythique accident de la route de Mathieu Valbuena. Le 24 décembre 2010, le joueur de l’Olympique de Marseille, alors en vacances dans sa famille à Bordeaux, décide de fêter Noël avant l’heure en s’offrant une Lamborghini. Alors, pour faire joujou avec sa nouvelle acquisition, « Petit vélo » prend le parti d’aller faire un tour sur la Rocade. Il appuie sur le champignon pour voir un peu ce que son bolide a dans le ventre. Mais il perd le contrôle de son véhicule et le bousille littéralement en venant percuter un rail de sécurité. Heureusement personne n’est blessé dans l’accident mais la bêtise de Valbuena aurait pu être beaucoup plus dramatique.