Archives du blog

Top 10 des pires pseudos et surnoms de footballeurs brésiliens


Au Brésil, les gens ont quasiment toujours deux noms de famille : celui du père précédé de celui de la mère. Alors si vous ajoutez à cela, un prénom composé, vous obtenez un nom à rallonge du type Rui Jorge de Sousas Dias Macedo Oliveira ou Luis Nazario de Lima. Autant dire que le temps que vous le prononciez, la personne que vous cherchez à interpeller peut contrôler le ballon, accélérer sur deux touches de balle, enchaîner sur un petit pont puis décrocher une frappe en pleine lucarne.

C’est pourquoi, dans le pays de la samba et de la chirurgie esthétique, il est très courant d’appeler les gens par leurs prénoms. Ce n’est pas forcément une marque de familiarité. Mais les footballeurs – toujours à l’avant-garde – ont trouvé mieux : les surnoms.

Inspirés par une passion, une caractéristique physique ou une obscure anecdote issue d’expériences adolescentes, ils font le bonheur des commentateurs et nourrissent l’imaginaire des spectateurs. Mais parfois, ils sont tout simplement ridicules. C’est pourquoi Football Anatomy vous propose un Top 10 des pires surnoms de footballeurs brésiliens.

10 – Néné : de son vrai nom Anderson Luis de Carvalho, le milieu offensif du PSG explique lui-même, dans les pages de France Football, que ce pseudo « signifie « bébé », en portugais. Enfants, j’étais le plus petit de tous, et je pleurais lorsque je prenais des coups sur le terrain. C’est comme ça que j’ai hérité de ce surnom, que j’ai choisi de garder. » Et voilà comment on fait pour balancer soi-même qu’on était une victime étant jeune….

9 – Dodo : on reste dans les surnoms à deux syllabes répétitives. Un surnom (soporifique ?) qui a été utilisé part plusieurs footballeurs brésiliens. Le plus connu restant certainement Ricardo Lucas, attaquant qui a fait les beaux jours de Fluminense, Palmeiras, Santos ou Sao Paulo. Mais, n’en disons pas plus sous peine de vous endormir.

8 – Kaka : une nouvelle fois une syllabe répétée deux fois mais là, on passe un palier. Son vrai nom est Ricardo Izecson Santos Leite. Il paraît que même ses parents ne parviennent toujours pas à le prononcer correctement… Alors, pour expliquer l’origine de ce surnom, nous essaierons d’éviter les blagues scatos même si cela s’annonce délicat ! en fait, ce pseudo lui viendrait de son frère cadet qui (comme ses parents…) ne parvenait pas à prononcer son prénom. Mais tout se serait bien passé pour Kaka s’il n’avait pas choisi de venir jouer en Europe. Car si au Brésil, on parle de « coco » pour désigner notre « caca », l’attaquant découvrira en débarquant au Milan AC ce que son nom évoque pour les supporters européens. Si bien qu’il a inspiré cette phrase à Luciano Moggi : « Kaka ? Avec un nom pareil, nous n’aurions jamais pu le faire signer à la Juve ». Et du coup, c’est la vieile dame qui se retrouve dans la merde.

7 – Vagner Love : allez, avec lui, on passe la seconde ! Certainement un des pseudos les plus poétiques du foot brésilien. Le véritable nom de l’avant-centre du CSKA Moscou est Vagner Silva Nascimento. D’après So Foot, ce surnom lui viendrait d’un événement survenu lors de la Copa Sao Paulo. Son entraîneur l’aurait surpris un jour sortant de la chambre d’une fille. Suite à quoi le joueur fût écarté de l’équipe. Après avoir galéré pas mal d’années pour retrouver un club digne de ce nom, un journaliste lui suggère d’adopter Love comme surnom. Aussitôt dit aussitôt fait. L’intéressé est aujourd’hui très fier de ce pseudo et a même décidé d’appeler son fils « Lovinho ». Rien à ajouter…. Ah si ! Il existe un groupe de musique qui s’appelle Wagner Love, pour ceux que ça intéresse.

6 – Eduardo Rathino : « Edouard le petit rat », en version française. Pas vraiment grand chose à dire de plus à propos de ce surnom qui met une grosse leçon à Edward aux mains d’argent. Le vrai nom de ce défenseur qui, semble-t-il appartient au TFC est en fait Eduardo Correia Piller Filho. Mais attention, ce n’est pas parce qu’il est petit qu’il ne mord pas !

5 – Allan Delon : Pas vraiment un pseudo ou un surnom puisque son nom complet est Allan Delon Santos Dantas. Allan Delon est donc son prénom. Et rien que pour ça, il mérite de figurer à la cinquième place de ce classement ! Un temps annoncé à l’OM, cet attaquant brésilien de 32 ans a finalement effectué toute sa carrière en Amérique du Sud. Principalement au Brésil et au Honduras. Il paraît que ses parents étaient fans de l’acteur français qui parle à la troisième personne et ont décidé de prénommer leur fils ainsi.

4 – Michel Platini : non, non, il n’y a pas d’erreur. On parle bien d’un footballeur brésilien. Là encore, on n’est pas vraiment en présence d’un pseudo puisque le véritable nom de cet attaquant brésilien est Michel Platini Ferreira Mesquita. Son père était un grand admirateur de la star du football français et a donc décidé de donner ce nom-là à son fils. Bon, c’est clair que par rapport à Allan Delon, y’a au moins un rapport avec le football. C’est pour ça, qu’il est mieux classé ! Mais bon, c’est con pour lui : il échoue quand même au pied du podium.

3 – Claudio Pitbull : on attaque le podium avec ce pseudo canin. Il aurait mérité d’être encore mieux classé compte tenu de son caractère plutôt insolite ; Mais bon, il faut faire des choix et puis, troisième c’est pas si mal ! De son véritable nom Claudio Méjolaro. On connaissait la race de chien et le (presque) rappeur. Mais il paraît que le pseudonyme du joueur brésilien lui vient de son attitude agressive sur le terrain. La légende dit qu’il aurait tendance à mordre les chevilles de ses adversaires… La question qui se pose alors c’est : est-ce qu’une muselière est fournie lors de ses transferts ?

2 – Hulk : après être passé par les championnats brésiliens et japonais, l’attaquant s’est révelé cette année, au FC porto. Il ajoute, en une année trois lignes à son palmarès et expose aux yeux du monde son maillot floqué de son pseudo de super-héros tout vert. Son véritable nom fait beaucoup moins rêver : Givanildo Vieira de Souza. C’est à cause de ses impressionnantes capacités physiques qui lui a été attribué comme pseudonyme le nom du cousin méchant du géant vert.

1 – And the winner is…. Creedence Clearwater ! Creedence Clearwater Couto. La seule explication avancée pour ce surnom est le goût des parents du joueur pour le célèbre groupe de rock sudiste Creedence Clearwater Revival. Mais, pour que dure la légende de Creedence Clearwater Couto, Football Anatomy n’en dira pas plus à son sujet. Notre champion des pires pseudonymes de footballeurs brésiliens mérite ce mystère.

Ce classement est évident établi selon des critères totalement subjectifs. Beaucoup d’autres joueur auraient pu y figurer . Car les surnoms et même, parfois – et là c’est encore plus malheureux, les véritables noms de certains footballeurs sont absolument ridicules. On attend avec impatience toutes vos suggestions ! Allez, pour lancer le mouvement, nous en proposons déjà deux : Johnny Moustache, joueur des Seychelles et Argelico Fucks dont le transfert au Benfica Lisbonne a inspiré un titre mythique au site d’Eurosport.

Enfin, et nous en resterons là, sachez qu’une application sur Internet vous permet de trouver votre propre surnom de footballeur brésilien : pour le tester, cliquez ici

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 697 autres abonnés