Archives du blog

Que sont-ils devenus ? Equipe de France U19 championne d’Europe 2005


France U19 championne d'europe 2005

Après avoir étudié le cas de l’équipe de France U17 championne du monde en 2001 , de l’équipe de France espoir vice-championne du monde Espoir 2002 et de l’équipe de France U17 championne d’Europe 2004 , place aujourd’hui à la génération 86, championne d’Europe en 2005 en Irlande du Nord après avoir sorti l’Allemagne en demi et vaincu les Anglais en finale !

Certains noms de cette génération vous diront certainement quelque chose, en revanche d’autres vous seront inconnu…

Commençons par le gratin si on peut le qualifier de tel. Lloris, Kaboul, Cabaye, Diaby et Gourcuff sont les cinq joueurs à avoir connu les joies d’une sélectionne en équipe A. Ces joueurs évoluent tous dans des clubs disputant régulièrement la coupe d’Europe malgré cela des joueurs comme Diaby, Gourcuff et Kaboul très souvent blessé ont du mal à évoluer à leur meilleur niveau. Cabaye et Lloris sont les deux à être régulièrement appelé en sélection et cumulent plus de 100 sélections à eux deux !

Lire la suite

Publicités

Le calvaire et la libération.


On ne donnait pas cher des chances françaises au lendemain la triste défaite contre le Japon. Face aux Bleus, ceux que l’on a coutume de considérer comme la plus grande équipe du monde : la Roja, subtil mélange entre l’effectif de deux des meilleures équipes du monde. Les statistiques n’étaient pas en faveur des Français qui restait de plus sur une défaite peu glorieuse en quart de l’Euro. En connaissance de cause, Deschamps avait fait son choix : mettre en place une équipe défensive, rigoureuse, combative mais qui attendrait le miracle pour s’imposer. Résultat, il n’aura pas fallu trente minutes aux Espagnols pour ouvrir la marque après avoir confisqué le ballon à des Bleus bien tendres.

Errements défensifs et volonté de perdre la balle.

Il faut en parler de ce but, l’analyser, le décrypter. Parce que tout porte à croire que l’ouverture du score n’aurait pas dû arriver si tôt, car en face l’Espagne est avant tout une équipe dangereuse dans le jeu mais beaucoup moins sur coup de pied arrêté. Le danger paraissait unique : Sergio Ramos. Alors évidemment, on met au marquage le robuste Sakho, capable de le bousculer dans les airs. Oui, sans doute, mais à condition qu’il arrive à temps sur le ballon, et qu’il ne se fasse pas manger comme un Bleuet par un écran de Busquets. Le poteau nous sauve sur la tête de Ramos, pour mieux nous faire voir combien notre défense n’est pas rentrée dans son match. Tout le monde se regarde, personne n’y va vraiment et on oublie totalement le marquage. Il faudra que Lloris hurle pour que Sakho se rappelle de l’existence du défenseur espagnol, seul à quelques mètres du but. Trop tard.

Puisque j’en suis à accabler la défense sur cette première période, il faut voir que l’ensemble de l’équipe n’a pas pris la mesure de l’évènement sur cette mi-temps au moins. Les espagnols ont beaucoup utilisés l’aile gauche, preuve que Menez est bien incapable de se sacrifier pour défendre. Et lorsqu’il tombe sur un Jordi Alba intenable, l’équipe prend l’eau et surtout Debuchy. Ce dernier n’a pas cessé de se faire déborder, complètement dépassé par les offensives répétées du jeune latéral barcelonais. Et Koscielny a couvert, inlassablement et bien maladroitement. Jusqu’à cette faute qui paraissait inévitable. Penalty. Là le match parait plié tant l’équipe est incapable de produire du jeu et tant Fabregas semble sûr de lui. Mais Lloris était là. Il prouve qu’il est un grand gardien, bien loin de sa prestation japonaise. Il a rassuré, et puis il a été décisif. Les grands joueurs dans les grands matchs, voila de quel monde il est.

Puis la mi-temps est venu calmer notre agacement grandissant. Là c’est le moment où on rumine sur notre sélection de bras cassés. Sur un milieu de terrain inexistant, avec un Gonalons ridicule dans la transmission du ballon, et un Cabaye que je ne saurais trop juger puisqu’il a été tout bonnement invisible sur la période. Je pense à ce moment que l’on battait un record de transmissions ratés, rien ne passait. Là on s’affole presque pour l’avenir du football français car rien ne va, les Bleuets et les Bleus, même combat. Puis le discours de Deschamps change la donne et le visage des Bleus.

A mort le 4-3-3, place au 4-2-3-1.

Après quelques minutes d’observations, le second acte prend son envol. Le sélectionneur français se risque (enfin) à faire bouger son collectif. Gonalons, bien décevant ce soir, cède sa place à Valbuena. Clairement, ce joueur n’est pas un génie, mais il a le sens du jeu et affiche une réelle motivation. Ca nous change ! Et là, le bloc français remonte, trouve les espaces, et commence à jouer au football. Ribery s’enflamme, montre enfin un visage qui ressemble un peu plus à celui que l’on peut voir lorsqu’il joue outre-Rhin. Il dynamise le jeu, et offre beaucoup de ballons à Benzema. Et ce dernier n’en fait pas grand chose, malheureusement.

Là c’est le moment où je me demande qui a bien pu l’appeler Benzegoal un jour, et qu’est ce qui fait qu’un joueur si brillant à Madrid est incapable d’être un vrai attaquant avec nous ? Alors on va me dire, oui, mais il pèse sur l’attaque à défaut de marquer. Sauf que justement, il est le seul en position de le marquer, et il faudrait qu’il s’attèle du coup un peu plus à cette tâche. Parce que quand on décide de le faire jouer avec un attaquant à ses côtés, il est incapable de lui faire une passe. Là, seul en pointe, il est incapable de marquer. A quoi sert-il ? Sans doute est-il un véritable leader technique, mais on attend plus de lui, il doit se montrer à la hauteur y compris sous le maillot bleu. Au moins, il s’est montré volontaire et généreux dans l’effort. C’est moindre mal.

L’aile gauche française s’est montré très satisfaisante. D’abord, parce qu’Evra a enfin tenu son rang à la fois défensivement et sur ses montées, et puis parce que Ribery a mis le feu. Sans arrêt. Un fait de jeu qui est passé relativement inaperçu, c’est la sortie d’Arbeloa qui jusque là avait contenu Kaizer Franck. Juanfran a souffert, énormément, jusqu’à nous offrir le ballon de contre à la dernière minute. Ce fait de jeu a libéré notre attaque. Deschamps rééquilibrait son effectif en sortant Menez, jamais dans son match hier, pour offrir du temps de jeu à Moussa Sissoko. L’équipe a pris une toute autre dimension. Il a bien mieux contenu Jordi Alba, et l’équipe a récupéré les ballons beaucoup plus haut. Les espagnols étaient étonnamment fébrile dans le jeu, ils ne créaient plus grand chose et se montraient maladroits un peu partout.

Là les Bleus se sont mis à pousser. A l’image de Blaise Matuidi, impressionnant dans la récupération. Les actions s’enchainent. Menez est trop court, Benzema rate un but à sa portée, Sissoko dévisse. Et puis on se dit qu’on retiendra une équipe un peu mieux mais que le score en restera là. Que les Français n’auront pas su profiter de la suffisance des joueurs de la Roja. Trois minutes d’arrêts de jeu, corner à la 93ème. L’arbitre va siffler, l’EdF s’incline donc avec mérite. Mais non, il laisse le contre se poursuivre. Juanfran, un peu audacieux sur le coup, se fait reprendre par Evra, Sissoko chevauche le terrain et met sur orbite Ribery. Le Munichois fait le bon geste, et centre sur un Olivier Giroud qui s’est démarqué. A la réception, il est seul, le coup est parfait. Juste dans le tempo. Imparable. La France égalisé sur le gong, et s’offre un point somme toute plus que mérité

Et si on commençait par la seconde période ?

Alors oui, le bilan voudrait que l’on retienne surtout la seconde période. Celle d’un maillot bleu porté avec talent et audace, celle d’une combativité retrouvée, celle d’une Espagne à court de souffle et moins dominatrice. Mais pour cela il faudra que les Bleus gomment les difficultés de la première mi-temps. Qu’ils soient capables d’aller plus vite, plus tôt et qu’ils n’arrivent plus face à l’Espagne avec la tête basse et l’envie d’un 0-0. Il faut les provoquer, aller les presser, être assez rugueux et vif. La première mi-temps est un stéréotype de l’équipe venu pour le nul, bien ordonné, mécanique. Mais sans aucune passion. Ca transpire la vidéo, les calculs savants et les préjugés sur des joueurs soient disant imbattables. Oublions la première période. Commençons par la deuxième. Celle de l’émancipation, du plaisir, du jeu. Celle de potentiels qui s’animent, qui compensent leur déficit technique par une envie débordante. Ne gardons que le principal. L’équipe de France a joué au football, et plutôt bien même. L’équipe dispose de joueurs indéniablement talentueux, pour certains encore très jeunes. Pour tout cela hier, le football français a redoré son blason. Au moins un peu.

Top and the Flop (épisode 4)


Le rattrapage du Lundi est de retour.
Tout ce qu’il ne fallait pas rater du weekend servit sur un plateau, c’est dans «  Top and the Flop » de Football Anatomy, et c’est maintenant.

L’OM, le tube de l’été
On les avait quittés en pleine crise malgré une coupe de la ligue, un nouvel entraîneur et les revoilà premier du championnat, avec quatre victoires en quatre matchs. Du jamais vu dans la cité Marseillaise depuis quatre-vingts ans. En espérant pour eux que ce ne soit pas juste un phénomène boys band qui ne durera qu’un mois…

Papy fait de la résistance
Beaucoup le croyaient en préretraite du côté de la Bretagne, Ludovic Giuly, trente-six ans et frais comme un merlu.
A désormais un but, d’être le joueur de ligue 1 en activité le plus prolifique (record 86 buts pour le Parisien Luyindula), l’ancien se paye en plus le luxe de porter le brassard, la classe pour un mec qui a toujours eu une mentalité exemplaire et sans jamais prendre le melon.

Ça Barton à L’OM.
Les mecs un peu barrés à Football Anatomy on adore, mais quand en plus c’est le plus « bad boy » de la planète qui débarque dans le championnat de France… À la rédaction nous parions déjà sur un coup de genou de Barton dans l’héritage Ibrahimovitch (dit Ibrakadabra), ce dernier répondra par un brock kick lors du prochain classico! Ok c’est pas très classe mais c’est plus stimulant que les matchs d’équipes entrainer par Pablo Correa (qui vient de se faire licencier bizarrement)

Au revoir Hugo.
Lloris parti pour cirer le banc de Tottenham, c’est Remi Vercoutre qui devient le titulaire de L’Olympique Lyonnais.
On ne veut pas être méchant, mais il y a tout de même un monde entre les deux gardiens, et l’équipe dirigeante risque de très vite se rendre compte qu’ils ont perdu là, l’une de leurs plus belles pépites.

La forteresse est tombée.
C’était devenu une habitude depuis bientôt trois saisons, 43 matchs plus précisément, prendre un point sur le terrain du SC Bastia  était le maximum  auquel pouvait espérer une équipe visiteuse. Les Stéphanois ont trouvés ce weekend la clef de Furiani et d’une bien belle manière en allant si imposer 3-0. Mais le plus drôle dans tout ça c’est tout de même Frédéric Hantz qui nous déclare qu’il n’y a pas de contexte corse!  Lisez ici ce témoignage qui prouve le contraire.

Jallet capitaine abandonné.
Sur le papier le début de saison du latéral droit Parisien Christophe Jallet est parfait, capitaine du PSG et sélectionner en équipe de France. Mais sur le terrain le rendement du capitaine Parisien n’est pas aussi optimum que l’on pourrait le penser. Avec l’arriver récente de Van Der Weil, capitaine Jallet pourrais bien perdre sa place sur le navire.


Cette semaine nous vous proposons tout d’abord une technique de mur sur coup franc tout particulier baptisé par le joueur du Lechia Gdańsk, Abdou Razack Traoré.

Et pour finir ce Top and the Flop les plus beau du week-end en vidéo proposé par une chaîne youtube très célèbre TVGOLO!

La France à 100 jours de l’euro


Hier soir nous étions à 100 jours de l’euro et l’équipe de France devait jouer contre une des équipes favorites de la compétition l’Allemagne ! Un test pour l’équipe de France qui se cherche désespérément, même amputé de 5 joueurs majeurs la national mannschaft n’en restait pas moins efficace et intimidant. Et c’est avec un peu de chance et de réalisme que l’équipe de France a gagné 2-1 hier soir à Brême. Donc que vaut l’équipe de France à maintenant 99 jours de l’euro ?

Capitaine abandonnée ?

Tout d’abord, petite interrogation rapide. Quelle fut ma surprise hier soir quand j’ai constaté que Hugo Lloris était capitaine ! Je n’ai rien contre Lloris ! Mais il me semble qu’un capitaine est censé être un mec avec du charisme et j’ai eu beau cherché où Lloris avait du charisme et un mental de leader et bien mesdames, messieurs je cherche encore ! Laurent Blanc ne semble pas trouver de leader mental dans cette équipe et dans certaines situations délicates, sous la pression dans un match ceci pourrait vite devenir handicapant.

Le fond de jeu

Et bien actuellement le fond de jeu de cette équipe reste pauvre, car faisons une comparaison. A chaque fois que l’équipe de France a réalisé ses meilleures prestations, c’était contre de grandes équipes (Brésil, Angleterre…) mais  c’est aussi lors de ces confrontations qu’à chaque fois que l’équipe de France évoluait en contre ! Car il faut bien le dire, cette équipe est incapable, où il lui est difficile de produire un jeu efficace contre des équipes qui l’attendent au tournant (ou à 10 derrière). Des joueurs comme Nasri à certains moments de la rencontre ont pris l’intention du jeu, ce qui est tellement rare qu’il faut le souligner. Il y a donc un problème éternel pour créer du jeu  dans cette équipe et même dans le football français en général, c’est l’intelligence de jeu, on y revient toujours, mais c’est ici qu’est le problème des Zidane et Platini tu n’en trouves pas à tous les coins de rue donc si chacun n’a l’intelligence nécessaire pour développer du jeu il devient très compliqué de rivaliser au plan international, dans un domaine où les Espagnols ou les Allemands excelle. Attention nous avons pas mal de joueurs de niveau international, mais malheureusement peu son capable de prendre le rôle de meneur dans le jeu ou de créer des actions favorables. Et donc d’éviter de subir facilement le jeu de l’adversaire en gardant le pied sur le ballon. Lorsque les Allemand dominaient hier soir à quelques moments du match les offensives allemandes ont facilement semé la panique dans la défense française qui peut remercier son gardien Hugo Lloris d’avoir sauvé la baraque à plusieurs reprises. Mieux vaut garder le pied sur le ballon plutôt que de se faire surprendre lorsque l’équipe adverse accélère et que les joueurs sur le terrain n’ai pas la faculté de contrer c’est offensive.

Analyse ligne par ligne

Le Gardien

Lloris a été très bon et a réalisé plusieurs grosses parades hier soir, c’est un des tauliers de l’équipe et le titulaire indiscutable pour l’euro. Seul point noir son rôle de capitaine évoqué en début d’article qui ne lui va pas du tout.

La défense

Hier soir composé de Debuchy, Rami, Mexes et Abidal a semblé plutôt solide malgré quelques absences au marquage de Klose qui aurait pu coûter beaucoup plus cher à l’équipe de France. On peut aussi noter les relances parfois brouillonnes qui entraînent tout de suite une accumulation d’occasion pour l’adversaire qui pourrait se résoudre très vite si l’équipe possédait un véritable 6 en sentinelle devant la défense pour déblayer le terrain et empêcher les transmissions de balle trop facile. Notons aussi une chose intéressante tout d’abord un excellent match de Mathieu Debuchy qui pour moi hier soir s’est assuré une place à l’euro et qui de plus est l’homme du match défensivement impeccable et offensivement très précis. Mais ceux qui tactiquement est aussi intéressant de constater c’est que quand Debuchy montait, la défense centrale n’était plus constituée de 2 joueurs, mais 3 joueurs Rami, Mexes, Abidal qui assurent une véritable assise défensive en cas de contre défavorable ou l’avortement d’une action.

Bref, la défense a tenu toutes ses promesses hier soir, elle m’a en partie convaincue surtout dans le fait de savoir qu’ils auront l’occasion de travailler beaucoup plus ensemble avant l’euro et ainsi de développer les automatismes. Donc pour moi la défense d’hier soir doit-être la défense française titulaire à l’euro avec les mêmes dispositions tactiques qui offrent des possibilités de contre rapide et efficace comme sur le but de Giroud qui peuvent faire très mal à un adversaire.

Le milieu

Beaucoup de choses à dire sur le milieu de terrain français composé de 5 joueurs hier, M’villa et Bodmer dans le rôle de milieu relayeur et les 3 milieux offensifs de gauche à droite Ribéry, Nasri et Valbuena. Tout d’abord, analysons les 2 milieux relayeur, M’villa a tout simplement été transparent hier soir à part sur une action défensive où il sauve une balle de but. Mais mis à part ça il n’a pas été dans le coup offensivement et défensivement à sa place il faudrait un véritable numéro 6 avec des techniques qui lui permettent d’être devant la défense sur les actions de l’équipe adverse et d’être lui aussi dans le coup sur les actions offensives (chose réalisée en fin de match avec le duo Malouda-Diarra mais comme Diarra n’est pas en état de grâce et Malouda pas un milieu relayeur l’effet escompté par ce changement tactique n’a été qu’anecdotique mise à part sur le but ou la contribution offensive de Malouda a permis de doubler la mise). Un mec du calibre de Mavuba écarté de l’équipe de France à tort et pourrait devenir une véritable pièce maitresse de l’équipe s’il était intégré dans l’effectif tricolore il a une assise défensive et une capacité technique qu’il manque actuellement dans l’effectif de l’edf. Au niveau de Cabaye rien à dire à part qu’il fait le travail qu’on lui demandait et était dans le coup très souvent sur les actions offensives. Donc pour moi à l’euro une paire Mavuba-Cabaye ne serait vraiment pas à exclure.

Au niveau des milieux offensifs il y a quand même de quoi dire, Ribéry aura eu beau se prendre une béquille à la 3ème minute, il a été incapable de faire la différence face à Boateng et a perdu pas mal de ballon en voulant jouer sa carte personnelle. Pour moi Ribéry n’a plus rien à faire en équipe de France depuis la coupe du monde 2010, il n’apporte plus rien et ne sert que dans le rôle de boulet de service. Il a été remplacé par Ménez à la mi-temps qui lui aussi a été complètement inutile au jeu collectif français et est un bouffeur de ballon invétéré. Le cas Nasri lui pose plus de questions, complètement éteint durant une bonne partie du match Nasri à certains moments a su prendre les clés du camion, l’intention du jeu et exploité de bons ballons. Il est malheureusement trop inconstant, ce poste de numéro 10 reste donc pour moi à pourvoir, car ni Martin ou Nasri ne convainc réellement à ce poste. Valbuena quant à lui a réalisé un bon match, offensivement intéressant il a su donner les ballons qu’il fallait et n’a eu que très peu de déchet technique. Il serait aussi attrayant de tester Amalfitano toute une rencontre à sa poste, car sa rentrée a plutôt été convaincante il a apporté de la percussion sur son coter, créant des actions intéressantes.

L’attaque

Composé seulement d’Olivier Giroud qui fêtait sa première titularisation sous maillot bleu, il n’a eu que peu de ballon à exploiter et la seule occasion franche qu’il a eu devant la cage allemande il la mise au fond. Giroud est actuellement le Joker numéro 1 de Karim Benzema, même s’il est dommage de se priver du registre de jeu d’un attaquant en forme comme lui. Mais Benzema très en vue au Real cette saison reste l’attaquant numéro 1 de cette formation française. Giroud a été remplacé par Luis Saha à la 75ème minute qui sans un hors-jeu aurait triplé la mise pour l’équipe de France. Il est donc intéressant de constater que nous avons 3, 4 attaquants actuellement en forme et qu’il ne leur faut pas 40 occasions pour marquer.

Conclusion à 100 jours de l’euro

Bonne performance des bleues face à une Allemagne bis, test concluant pour les Français. Des hommes comme Debuchy ont marqué pas mal de points. L’Edf a été réaliste, mais aussi chanceuse face à certaines offensives allemandes qui ne marquent qu’un seul but alors que l’addition aurait pu être beaucoup plus salée ! Et l’EDF risque de voir ce genre de situation se reproduire sans un vrai milieu défensif qui renforce l’entre jeux et l’avant-garde de la défense française. Une construction offensive efficace composée de contre, mais à revoir, car trop irrégulière. Les Français ont eu du mal à conserver le ballon sur certains temps de jeu ce qui permet à l’adversaire de se créer des occasions intéressantes, il serait donc judicieux de mettre un peu plus le pied sur le ballon afin de se créer plus d’occasions. Cela reste une prestation intéressante et encourageante pour Laurent Blanc en vue de l’euro, de plus Laurent Blanc peut dire aujourd’hui à mon avis qu’il possède sa défense type pour l’euro. Avec ça on a peut-être une chance de passer le premier tour !