Archives du blog

Offrez à Lens-Bordeaux un horaire décent


horaire

Chez Football Anatomy nous défendons le football populaire. Et une fois de plus les instances du football Français et les diffuseurs nous donnent l’occasion de monter au créneau défendre la passion des supporters trop souvent ignorés. Suite à la programmation de France 2 du quart de finale de coupe de France, Lens-Bordeaux, le mercredi 17 avril à 17h, des supporters Lensois tentent de faire entendre leurs voix en protestant contre cet horaire. Comme notre confère du Moustache Football Club nous nous joignons à ce mouvement et à ses revendications.

Lire la suite

Publicités

Fair-Play financier : la crise guette les clubs professionnels français


A l’heure où la notion de « fair-play financier », chère à Michel Platini, est au centre de toutes les attentions et constitue une expression tellement à la mode qu’elle en brûle les lèvres de tous les commentateurs et journalistes sportifs spécialisés sur le football, la Ligue de Football Professionnel (LFP) dévoile des chiffres inquiétants.

Au cours de la saison 2011-2012, les comptes des clubs professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2 ont poursuivi leur dégradation. Ainsi, selon la LFP, le déficit net cumulé des 40 clubs qui évoluent parmi l’élite du championnat a atteint 107 millions d’euros la saison dernière. A titre de comparaison, il était de 65 millions d’euros en 2010-2011.

Alors que, dans un même temps, leur chiffre d’affaires enregistre une hausse de 8,5% et s’établit à 1,349 milliard d’euros.

Inquiétudes pour la Ligue 2

La Ligue, par l’intermédiaire de son conseil d’administration qui a étudié de près les comptes annuels des équipes, ajoute que 25 clubs sont « dans le rouge » en France. Parmi eux, 9 sont en Ligue 1 et 16 en Ligue 2.

Dans le détail, la Ligue 1 affiche une perte cumulée de 60 millions d’euros, contre 46 millions d’euros en 2010-2011, pour un chiffre d’affaires de 1,135 milliard d’euros. Du côté de la Ligue 2, le résultat net est déficitaire de 47 millions d’euros. Il l’était de seulement 19 millions d’euros la saison précédente.

Pour autant, si, à la vue de ces chiffres, la situation de la Ligue 1 ne semble pas confortable, c’est bien celle de la Ligue 2 qui inquiète vraiment les instances professionnelles. En effet, les équipes de la division inférieure auront certainement beaucoup plus de mal que leurs homologues de première division à générer de nouvelles recettes. Ces clubs n’ont, par exemple, pas la possibilité de modifier leur modèle économique à l’instar de ceux de Ligue 1 qui construisent de nouveaux stades.

Et, en se penchant un peu plus sur la situation de la Ligue 1, on constate bien que tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne en la matière.

Cure d’austérité vs budget illimité

Ainsi, si le budget du Paris-Saint Germain (PSG) semble illimité à l’heure actuelle, permettant au club de dépenser sans compter, grâce aux apports en provenance du Qatar, d’autres pensionnaires de Ligue 1 ont recours à une gestion beaucoup plus rigoureuse de leurs dépenses.

C’est le cas notamment de l’Olympique Lyonnais (OL) qui, depuis deux ans, a dû se séparer de quelques uns de ses meilleurs éléments. Parmi les noms qui ont fait la gloire de l’OL et ont notamment permis aux Rhodaniens de conquérir leur 7 titres consécutifs de champion de France, très peu figurent encore au sein de l’effectif lyonnais.

Mais malgré tout, cette politique d’austérité comme la qualifieraient les journalistes politiques, n’a pas forcément engendré des conséquences désastreuses sur le plan sportif puisque les ouailles de Rémi Garde sont bien installées sur la plus haute marche du podium de la Ligue 1 actuellement.

Mais, la direction d’OL Groupe espère que ses effets sur ses finances seront plus visibles. En effet, pour l’exercice 2011-2012, il fait état d’une perte de 28 millions d’euros, à peu près la même qu’en 2010-2011. Grâce à la compression de la masse salariale évoquée précédemment, le groupe espère renouer avec l’équilibre d’exploitation en 2013-2014.

Des informations qui démontrent que les ténors du championnat de France ne sont pas à l’abri des difficultés financières et que l’ombre de la banqueroute plane même sur les clubs de l’Hexagone. Mais, malgré tout, par rapport au centaines de millions d’euros de dettes cumulés par les équipes anglaises et espagnoles, la LFP précise que l’endettement du football professionnel français « demeure très raisonnable ».

Alors, faute de résultats vraiment excitants au niveau européen, les formations françaises peuvent au moins se féliciter de figurer en tête du classement des gestionnaires du football. Et rien que ça, c’est déjà pas mal !

LFP, quand l’ambition est freinée par la réalité.


Nous sommes quelques heures avant le véritable début du championnat de France de ligue 1 et chacun dans son coin tire une conclusion sur les décisions et évènements décidé et organisé par les instances dirigeants qui se sont passés durant la trêve. Pour ma part, certaines décisions m’ont plutôt choqué et d’autres m’ont semblé ridicules. Aujourd’hui, je vais vous parler du lot de casserole au cul, que tire la ligue de football professionnel et de ce cher président Frédéric Thiriez. Décrié depuis tant d’années, mais toujours en place…

Un club Français champion d’europe ?

Tel était l’objectif du président de la LFP en 2007 quand il présenta son projet FootPro 2012. Champion d’europe qu’il disait aujourd’hui nos clubs sont plus proches de la léthargie lors d’un match de coupe d’europe que de réelles performances sur le terrain. Pour preuve ce cher président voulait gagner une place au coefficient UEFA et au final nous en perdons 2 (l’Allemagne et l’Italie nous sont passées devant). Mais ensuite nous devons nous demander quel pouvoir Frédéric Thiriez à réellement sur ses objectifs ?

La LFP a-t-elle un pouvoir ?

Et bien elle n’en a aucun, son président est plus une forme de gourou spirituel seulement capable de faire gober n’importe quoi au français lambda…
Restons objectif, son pouvoir ne concerne seulement que l’aspect financier sur les droits télé et faire chier les clubs avec des règles stupides pour avoir l’argent des droits télé.
Exemple la ligue a instauré la licence club qui est basée sur 10 000 points découpés de la façon suivante :
1. Les infrastructures du stade – la zone joueurs et la zone spectateurs (3500 points)
2. Les infrastructures du stade – la zone médias (1500 points)
3. La sécurité (2000 points)
4. Les centres de formation agréés (2000 points)
5. La structuration salariée (1000 points)

Si vous ne totalisez pas un minimum de 5000 points, vous avez un malus sur les droits télés que vous touchez. Vous vous dites ça ne peut que améliorer l’état des stades, en effet, mais quand il y a des trucs stupides qui comptent dans le barème, comme installer le wifi dans le stade ou des sièges style siège baquet sur les bancs de touches on se dit qu’on atteint les sommets de la crétinerie. Depuis quand du wifi et des sièges plus confortables pour des remplaçants donnent de meilleurs résultats.
La ligue veut bien faire, mais handicape les clubs qui au lieu d’investir sur certains joueurs pour améliorer leurs effectifs et donc le niveau général du championnat ne peuvent pas, car ils ont des dépenses à faire pour ne pas perdre d’argent, cocasse non ?

Des décisions plus que critiquables

La LFP prend des décisions qui en matière de gestion ou de logique n’ont aucun sens exemple avec le Trophée des Champions qui cette année se déroulait à New York pour faire la promotion de la ligue 1 à l’étranger. Mais pour attirer du monde à l’étranger il faudrait déjà que la ligue 1 soit un championnat fort, or pour le moment il ne l’est pas, la lfp brûle les étapes. Surtout quand on voit le résultat sur une capacité de 25 000 personnes seulement 15 000 personnes ont assisté à Montpellier-Lyon autant dire un pari raté. 15000 personnes c’est l’affluence moyenne d’un club de L1, si le match avait été joué à Lyon ou Montpellier le stade aurait été plein. La ligue montre une fois de plus qu’elle prend des décisions illogiques et ce contrefeu des supporters.
Comme avec les nouveaux horaires de la L2 à cause des droits télés 18h45 le vendredi vous trouvez que c’est un horaire correct pour que le Français moyen puisse aller au stade ? La France à la meilleure 2e division d’Europe attirant quand même pas mal de monde, mais quand quelque chose marche en France il faut y toucher et la rendre moins attrayante ou efficace. Car là nous allons assister tout simplement à une désertion des stades de L2.

Mais plus important encore la LFP s’est tout simplement prostituée devant la chaîne à notre grand copain Biétry en acceptant l’inacceptable ! Mais qui est le grand fautif dans l’affaire des droits télés ? Et bien c’est la LFP ! Qui a mis en jeu les lots avec des jours de match bien défini ? La LFP ! Je soupçonne d’ailleurs la LFP d’être de mèche depuis le début avec BeInSport pour rendre la L1 plus « attractive » en essayant quelque peu d’étouffer la L2. Il fallait franchement être con pour penser qu’avec un match de L1 à 21h Beinsport ne décalerait pas la L2 plus tôt. D’ailleurs pour le moment je tape seulement sur BeinSport mais France Télévision c’est la même chose. Ils ont placé le match Caen-Lens à 18h45 mardi soir dernier ce qui montre que les autres chaînes emboitent le pas.

Mais dans tout cela qui est encore le perdant dans l’histoire ? Les supporters et les clubs au budget modeste et puis rappelons qu’au bureau de la ligue si tu n’y ai pas ton club sera souvent sujet à des injustices. Prenons un exemple simple : râler auprès des arbitres, Deschamps le fait à chaque match et pourtant jamais d’expulsion et donc de suspension. Prenons le cas de Kombuaré ou d’autres entraineurs qui ne possédaient pas de représentants à la LFP et bien dès que le ton montait une expulsion et une suspension de 4 matchs.

Conclusion

Bref que peut-on en conclure et bien qu’a la LFP on oscille entre incompétence et justice à deux vitesses. Il est clair que la LFP avantage nettement le fait de vouloir faire de l’argent au dépend des vraies valeurs du foot (droits télé, licence club, trophée des champions). Et pour la justice à deux vitesses, on ne me dira pas que quand des dirigeants de clubs qui sont à la ligue mangent ensemble, que des affinités ne se crée pas.  Au final à la LFP les décisions se transforment en petit dîner entre amis.

Quel avenir pour la Ligue 1 et le foot français


Comme vous le savez, la Ligue 1 est en train de changer. Peut être pas au niveau du jeu, mais de ce qu’il l’entoure. Nous allons prendre plusieurs cas et étudier l’avenir du football français à travers ses changements. Tout d’abord la L1 est considéré comme le 5ème championnat européen. C’est le classement des indices UEFA qui l’indique, même si la France pourrait chuter d’une place ou deux à l’avenir, si les mauvaises performances en coupe d’Europe continuent. La Ligue 1 change et prend l’exemple des pays voisins, que ce soit dans la diffusion de ses matchs ou la direction de ses clubs.

Des nouveaux investisseurs pour une nouvelle façon de penser ?

Tout le monde le sait : Paris a été racheté cet été par les Qataris et depuis Paris est devenu très médiatique bien que le club était jusqu’alors habitué a joué des rôles secondaires dans la course au titre. Cette année les investisseurs venus du pays du pétrole ont mis leur ambition sur la table et investissent dans un nouveau marché : le foot français. Pourquoi nous ? Le seul championnat a encore être pas totalement sous la patte des Qataris, qui sont déjà présent dans le championnat espagnol après avoir la totalité de Malaga et avoir investi dans le Barca, au niveau du sponsoring. Mais aussi en Angleterre, à Manchester City, même si c’est une personne qui vient des Emirats-Arabes-Unis, les investisseurs étrangers sont très présents dans les autres championnats. Alors qu’en France, non ! Une nouvelle façon de penser pour la France. Peut être que, dans quelques mois, Marseille cèdera des parts à un riche fortuné. Un jour Jean Michel Aulas qui aura fait le tour avec son affaire, se retirera peut être ? A court et moyen terme, beaucoup d’investisseurs devraient débarquer en France. Des fortunes qui devraient être mieux gérées que dans les autres pays où de nombreux clubs ont d’énormes dettes. En France, le système est mieux géré, on salut la DNCG, même si la saison prochaine, il y aura la création d’une DNCG européenne.

Les droits TV, changement totale !

Les droits TV vont bouleverser la saison prochaine, des nouvelles grilles horaires, les matchs seront éclatés sur tout le week end, du vendredi au dimanche soir, ce qui ravit le président de la LFP bien sur ! Nous avions déjà évoqué ce sujet des Droits TV dans un article cet été (https://footballanatomy.wordpress.com/2011/06/03/69/ ). On peut noter l’arrivée d’Al Jazeera, une chaine Qatari. Eh oui encore eux ! Hier une autre nouvelle est tombée, cette même chaine Qatari, diffusera la saison prochaine la Ligues des Champions en France. Au revoir Canal + ! Et oui puisqu’il reste un lot à distribuer, mais qui devrait sans doute revenir à la chaine TF1. Des habitudes qui vont donc changer. Canal perd ici un gros coup mais se rachètera certainement ailleurs. Le football français prend donc exemple sur ses voisins anglais, espagnols, italiens et allemand, en diffusant du foot tout le monde pendant le week end. Un Evian-Nancy le dimanche midi ça va vous plaire !

Et les supporters ?

Les supporters ils font quoi eux ? La LFP et la FFF tentent de faire oublier et de dissoudre le maximum de groupe de supporters considérés comme dangereux. En vue de l’Euro 2016 bien sur. Certains tentent de résister, mais d’autres ne disent rien. Et dans quelques années l’âme de nos stades n’existera plus. Malheureusement sur 1 000 supporters, il y aura peut être un «  con », et on met tout le monde dans le même paquet ! Que faire contre cette répression ? En Suède des supporters ont protesté à leur manière. Je vous laisse visionner cette vidéo qui montre une belle action pour montrer qu’ils sont là et luttent !

Avis aux supporters !

Conclusion

Le foot français vit un changement jour après jour, qui s’est accéléré depuis cette saison. Inspiré des modèles des grands championnats, des grands clubs, la France veut vendre son championnat, essayer de vendre son spectacle ! Mais y a-t-il assez de contenus pour venter les mérites de la Ligue 1. Certes les Qataris arrivent pour faire de notre championnat un championnat encore plus reconnu en Europe. C’est un pari à quitte ou double. Une réponse sera possible dans quelques années. Les mentalités changent, les tribunes changent, le foot se modernise, nous perdons des valeurs, tout ça en se dirigeant vers l’Euro 2016. Aujourd’hui nous ne savons pas si ses changements seront payants. Des avantages existent mais il y a toujours un mais !

Ligue 1, Un avenir économique ?


       Alors que le football français est en pleine crise financière (chute des droits TV, dette de 114M € en ligue 1 en 2010/11) on peut commencer à s’inquiéter de l’avenir économique de la ligue 1.

Quels peuvent être les impacts de ces crises ? Peut-on espérer un impact des clubs à budget  « Qatari » ? Qui seront les perdants, les gagnants , comment la ligue va t’elle pouvoir retomber  financièrement sur ses pieds ?

Nous allons, pour cela, essayer d’expliquer les impacts de cette crise et d’analyser les propositions actuellement avancées par  l’UEFA et la FFF.

La crise Française

La crise du football français a débuté en 2008 et s’est largement accentuée entre 2009 et 2011 comme on peut le voir sur ce diagramme (fig 1)

Figure 1

 

(ndlr: produit hors mutation : revenu excluant les revenues de transferts; résultats net: bénéfice des clubs de ligue 1 et ligue 2)

Alors que les revenus attribués aux clubs étaient en augmentation, ces derniers, au contraire, ont été incapables de finir leur saison avec un bénéfice net ces deux dernières années.

En ce qui concerne le marché des transferts, il est facile de se rendre compte que les clubs français sont obligés de se servir de la vente de joueurs pour pouvoir rester économiquement stables (exemple: vente de Varane du RC Lens au Real Madrid, où le budget de vente de 10M€ est entièrement utilisé pour rattraper le manque financier due à la relégation, ou encore les ventes de l’AS Monaco toujours en déficit entre 96 et 141M€)

Qui plus est, ces problèmes financiers accentuent fortement les écarts entre les clubs, étant donné que pendant que les clubs endettés vendent pour se stabiliser, les clubs a situation stable continue à fortement acheter. (fig 2)

Figure 2

 

       C’est pour ces raisons qu’apparaît une forte augmentation de capitaux propres au sein des clubs afin de pérenniser ces derniers. L’exemple le plus probant étant bien sur celui du PSG et des Qataris, et c’est malheureusement ce genre d’exemple qui risque d’entraîner petit a petit le championnat français à devenir un business championship où les capitaux ne seront  plus gérés et contrôlés par la DNCG (direction nationale de contrôle de gestion)

Un projet Business pour solution?

       Alors que la DNCG demande à réformer le fonctionnement  de  la Ligue1, les présidents de clubs, tout d’abord contre cette idée, passent à l’offensive en proposant un championnat tourné vers un « big four » à l’anglaise (bien que bien moins perceptible ces deux dernières années) et un championnat à l’Allemande:

       En effet ils souhaitent transformer  la ligue comme suit :

       16 équipe dont 2 relégables et match barrage entre les 3 à 16emes.

       Format sûrement le plus rentable actuellement en Europe mais aussi le plus élitiste et enfonçant la ligue2 dans les plus profonds méandres…

       Alors que la ligue 2 n’a jamais été plus passionnante que ces deux dernières années avec du jeu, de l’engagement et un équilibre entre les clubs (14points séparant  le premier du dernier, 9points entre le premier relégué et le premier promu au bout de 13journées (tiers du championnat), cette proposition rendrait cette compétition vide d’intérêt et offrirait beaucoup moins de chance à des clubs comme Arles-Avignon de pouvoir vivre une ligue 1.

En ce qui concerne le big four a la française, les présidents proposent de favoriser  les clubs possédants de grands stades.

 (plus généralement les stades pouvant accueillir les matchs de l’équipe nationale:  Lyon, Marseille et Paris en priorité puis Lille. Rennes, Lens, Bordeaux et Saint-Étienne)

Elle consisterait à partager 60% des droits TV aux trois premiers clubs  pour que ceux-ci puissent se concentrer sur la C1 afin d’augmenter les revenus actuels et l’engouement à leur match, et les 40% restants en priorité aux 5 autres clubs pour que ceux-ci puissent devenir des outsiders et ainsi donc laisser une certaine animosité à la Ligue 1…

Ce qui donnerait sûrement un partage de cette forme(fig3):

Figure 3

 

Autant dire que la lutte pour la relégation deviendrait quasiment  plus intéressante à surveiller car moins financière et plus engageante.

La question qui tombe maintenant est de savoir si l’on souhaite un championnat français rentable mais vide de sens ou un championnat disputé (ou voir l’OM/PSG/OL relégué est encore possible) mais qui ne rapporte pas de sous ?

La FFF et l’UEFA n’ayant pas d’autre projet sous la main actuellement étudieraient donc actuellement cette possibilité… et  les rapports annuels de la DNCG ne pourront qu’ajouter  une pression à ces deux fédérations pour trouver  au plus vite  une solution.

Bilan

Le bilan économique français devient alarmant et aucune solution qui conviendrait à tous n’a encore été proposée. Nous risquons de trouver dans les années à venir une Ligue 1 capitaliste afin de la rentabiliser, et ainsi pouvoir ré attirer la convoitise des medias, au détriment d’une ligue 2 attirant de  plus en plus de spectateurs, passionné de foot de qualité (facilité d’accès grâce au projet Cfoot).


Ligue 1 : le point sur les rencontres de la cinquième journée


Après deux semaines de trêve pour cause d’affrontements internationaux entre sélections, la Ligue 1 fait son grand retour samedi 10 septembre 2011.

Et cette cinquième journée de championnat s’annonce d’ores et déjà passionnante. Avec plusieurs rencontres à suivre de près et pas mal de chamboulements en vue. En tête du classement plus particulièrement.

Sept matchs se dérouleront samedi 10 septembre 2011 et trois autres le lendemain. Faisons un point sur les forces en présence et les enjeux de chacune de ces oppositions.

Saint Etienne – Lille :

Une rencontre qui promet d’être très intéressante. En effet, les deux clubs affichent le même nombre de points : 7. Lille est septième avec 2 victoires, 1 match nul et 1 défaite et les Verts sont huitième avec exactement le même parcours. Les deux équipes ont également un goalaverage identique. C’est don le nombre de buts marqués (6 pour Lille et 4 pour l’ASSE) qui les départage.

Si leur parcours est identique, les deux formations ne sont certainement pas dans le même état d’esprit. Après des débuts poussifs avec un nul à Nancy et une défaite à domicile face à Montpellier, le champion de France 2011 reste sur deux victoires consécutives à Caen et, surtout, contre Marseille. Les Lillois auront donc à coeur de faire un bon résultat dans le Chaudron pour continuer sur leur lancée et remonter dans le classement.

En revanche, du côté stéphanois, la dynamique est inverse. L’ASSE a perdu à Sochaux lors de la quatrième journée. Un résultat qui faisait suite à un nul 0 à 0 à Marseille. L’équipe marque un peu le pas après ses deux victoires lors des deux premières journées.

Les Verts devront donc surfer sur leur bon résultat en Coupe de la Ligue (victoire 3-1 contre Bordeaux) et proposer du jeu pour surprendre le LOSC. En cas de victoire, les deux équipes peuvent prétendre – au moins mathématiquement – à la première place du championnat.

Dijon – Lyon :

Après une défaite 5-1 à domicile face à Rennes lors de la première journée, on a peut être un peu vite enterré les Dijonnais. On voyait en eux, les successeurs d’Arles-Avignon.

Mais les promus se sont bien ressaisis et reste sur une série de trois victoires (2 en championnat et une en Coupe de la Ligue). Ce match face aux Lyonnais apparaît donc comme un bon moyen de confirmer la bonne forme actuelle du club.

Mais ça va pas être facile. Car, en face, l’OL arrive en forme et avec pas mal de confiance. En effet, l’équipe pointe actuellement à la deuxième place du classement et reste sur une victoire 2-1 face au leader, Montpellier.

Les joueurs de Rémi Garde viendront donc en Bourgogne pour prendre les trois points et compter sur un faux pas des Héraultais pour espérer leur ravir la première place.

Bordeaux – Evian TG :

Une rencontre très importante pour deux équipes à cinq points. Le début de saison des Girondins est loin d’être idyllique. Après une défaite surprise lors de la première journée contre des Stéphanois plutôt chanceux, les Marine et Blanc ont réussi à enchaîner deux nuls et une victoire capitale à Valenciennes, dans les toutes dernières minutes.

Les points sont là mais le jeu se fait encore attendre. De plus, les protégés de Gillot auront à coeur de s’imposer à Chaban-Delmas et offrir à leurs supporters une première victoire à domicile.

Pour leurs adversaires, la situation est tout aussi délicate. Il reste sur deux défaites consécutives : face à Dijon en championnat et à Lens en Coupe de la Ligue. Il s’agira pour eux, samedi soir, de créer la surprise pour rompre cette dynamique et engranger des points en vue du maintien.

Une rencontre à suivre qui promet d’être très disputée.

Sochaux – Lorient :

Voilà un match qui a tout pour ravir tous les amateurs de beau football. Ces deux équipes ont réalisé une très belle saison 2010/2011. Elles ont proposé du beau jeu tout au long de l’année et leurs retrouvailles, samedi soir, espérons-le, risquent de produire des étincelles.

Au classement, les deux clubs comptent sept points. Sochaux est devant, à la sixième place, grâce à un goalaverage de +1. Lorient pointe à la neuvième position avec une différence de but de 0.

Pour Lorient, il s’agira samedi de confirmer après les victoires, en championnat contre Nancy et en Coupe de la Ligue face au voisin, Guingamp. Et pour Sochaux, une victoire serait la bienvenue pour continuer sur la lancée entamée il y a deux semaines avec une victoire 2-1 contre Saint Etienne. UN succès permettrait aux Doubistes de reléguer un peu plus leur élimination de la Ligue Europa au rang des mauvais souvenirs.

Ces deux équipes peuvent mathématiquement prétendre à la première place à la suite de cette cinquième journée.

Caen – Toulouse :

Toulouse est la bonne surprise de ce début de championnat. L’équipe pointe à la troisième place avec sept points. Ils peuvent donc éventuellement devenir leader en battant les Caennais et en comptant sur des contre performances de Lyon et Montpellier.

Mais il leur faudra, pour cela, faire mieux que ce qu’ils ont proposé face au PSG (Défaite 3-1 au Stadium) et à Nice (Défaite 2-1 au Stadium, en Coupe de la Ligue). Le TFC reste donc sur une mauvaise dynamique qu’il espère renverser samedi soir.

Quant aux Caennais, après une première saison en Ligue 1 encourageante, ils semblent bien décider à continuer leur chemin et à s’imposer dans l’élite. Ils font un début de championnat moyen mais ont eu le malheur de rencontrer Lille et Rennes coup sur coup. Deux défaites à la clé. Ce qui est dommage car les Normands avec réussi à remporter leur deux premières rencontres.

AC Ajaccio – Valenciennes :

Les Valenciennois sont revanchards. Ils estiment avoir été lésés à plusieurs reprises par les arbitres au cours des quatre premières journées. On se souvient du coup de gueule de Pujol après la défaite à domicile face au FCGB.

Dernier du classement avec seulement un point au compteur, les Nordistes doivent l’emporter en Corse samedi s’ils veulent recoller avec le peloton. Mais les Ajacciens devraient leur opposer pas mal de résistance.

En effet, les joueurs Corses, tout juste promus, ne comptent, eux, que deux points. Ils seront certainement très motivés face à leur public et feront tout pour remporter leur première victoire en Ligue 1.

Marseille – Rennes :

Certainement l’affiche la plus prometteuse de cette quatrième journée. Rennes confirme sa bonne saison 2010/2011 et pointe à la cinquième place avec sept points. Une victoire à Marseille pourrait donc permettre aux Bretons de monter sur la première place.

Mais les Marseillais ne l’entendent pas de cette oreille. Leur début de championnat est plus que laborieux et ils pointent à une triste seizième place avec seulement trois points au compteur. Aucune victoire jusqu’à présent, cette année.

C’est donc le moment ou jamais pour les Olympiens d’enfin s’imposer. Une victoire à domicile ferait du bien à tout le monde : aux supporters, aux joueurs et aux dirigeants. Encore faut-il que les joueurs de l’OM soient capable de hisser leur niveau de jeu.

Cette rencontre qui se jouera en décalé, à 21 heures, risque d’être disputée. Si une des deux équipes marque en début de match, on pourrait assister à un festival de buts.

Montpellier – Nice

Montpellier continue lui aussi sur la lancée de sa belle saison 2010/2011. Le club est actuellement leader avec neuf points. En revanche, il reste sur une défaite 2 – 1 face à son dauphin, l’Olympique Lyonnais.

Il faudra donc que les Montpellierrains fassent preuve de caractère pour renouer avec la victoire dimanche après-midi.

Face à eux, les Niçois n’ont que deux points dans la besace. Mais ils restent sur une belle victoire à Toulouse en Coupe de la Ligue et devraient donc tenter de surfer sur cette dynamique.

Nancy – Auxerre :

Revanche du match de Coupe de la Ligue remporté par l’AJA, à Nancy, 2 à 1. La saison s’annonce d’ores et déjà très longue pour les Lorrains qui ne comptent qu’un seul point marqué lors de la première journée face à Lille. Après s’être fait sortir par les Bourguignons, ils tenteront de renverser la tendance et de s’imposer enfin à Marcel Piquot.

Pour les Auxerrois, le situation est moins délicate. Le club reste sur une belle victoire 4-1 face à Ajaccio, en championnat. Il pointe actuellement à la douzième place avec cinq points. Une victoire dimanche après-midi permettrait aux Bourguignons de se donner un peu d’air pour la suite.

Paris SG – Brest :

Paris semble commencer à trouver son jeu et reste sur une série de quatre victoires en Ligue Europa, championnat et Coupe de la Ligue. L’équipe est actuellement quatrième Ligue 1 et se doit de confirmer face à des Bretons, légèrement poussifs en ce début de saison.

Avec quatre matchs nuls en quatre rencontres, les Brestois sont un peu lents à l’allumage cette année. Ils pourraient donc se réveiller et créer la surprise dimanche soir à Paris. Mais leur tâche s’annonce vraiment compliquée car Paris semble vraiment supérieur.

De plus, le club de la capitale à la possibilité de prendre la tête en cas de victoire face à Brest et de faux-pas de Montpellier, Toulouse et Lyon. Un « Paris Breste » qui aura certainement bon goût !

Les Droits TV , un vrai chantier !


 Bonjour à tous, la bataille pour obtenir les droits de la ligue 1 pour 2012-2016 va bientôt commencer, à l’heure où Canal essaye de mettre le moins d’argent possible, à l’heure où la LFP voudrait plus de sous et va lancer sa chaine en Juillet, consacré au foot français, où on pourra dès la première année voir des matchs de Ligues 2. A l’heure où Orange Sport va mal, à l’heure où ESPN la chaine américaine pourrait racheter la chaine Orange Sport, nous vous proposons une analyse des droits TV. Un vrai casse-tête ! Les Droits TV sont essentiel pour la vie des clubs, c’est eux qui touchent la plupart de l’argent que mettent en jeu les diffuseurs.

L’éclatement des matchs !

 Comme vous pouvez le voir sur ce calendrier du week end, on constate que la LFP propose des matchs un peu partout, un match le vendredi soir à 21,  le retour du match à 17h le samedi soir, 4 matchs à 19h le samedi comme actuellement, un match en «  prime » à 21h. Attention accrocher vous maintenant, il reste 3 matchs pour le dimanche, un à 14h, et pour ceux qui veulent regarder Texas Ranger devant leur poulet-frites ? Comme actuellement un match à 17h et aussi un match à 21h. Chapeau l’éclatement, la LFP pense à médiatiser plus son championnat mais est ce que les diffuseurs souhaiteront investir dans un aussi grand chantier qui pourrait s’avérer comme un grand bide, la LFP souhaite s’inspirer des modèles étrangers. Mais est ce que la Ligue 1 attire aujourd’hui ? Non ! La LFP n’a même pas pensé aux supporters, en mettant des matchs dispersés tout le week end, difficile de s’organiser, de s’abonner pour un supporter.  On est tombé bien bas !

Les magasines sur la Ligue 1, en veux tu, en voilà !

On va en manger du foot je vous dis, la LFP propose 9 packs de magasines sur la ligue 1, certains seront facultatifs, cela dépendra du nombre de diffuseur, plus il y en aura, plus on aura du magasine sportif.  Il faudra s’accrocher le dimanche avec peut être 5 magasines au programme ! Dur de quitter le canapé pendant le week end en regardant cette passionnante Ligue 1 alors ? Mesdames faites attention à votre mari pendant les weeks end !

Trop de diffuseurs ? Ou pas assez ?

 Les rumeurs évoquent certains nouveaux diffuseurs, mais est ce qu’ils seront présent au final ? On sait sans doute que Canal + continuera, après ? Le vide ou le boom ? De nouvelles chaînes pourraient voir le jour, avec Cfoot en Juillet qui essayera surement d’obtenir un match. Si ESPN rachetait Orange Sport on pourrait également en voir une autre arrivée, mais sinon ?  Et autrement est que des chaînes de la TNT risqueraient d’obtenir des droits TV ? TF1 ou France 2 prendrait-il de prendre un match le dimanche ? Ou encore une chaine comme BFM TV, pourrait peut être prendre un magasine sur la Ligue 1, avec les commentateurs de RMC. Mais à l’heure actuelle, rien n’est sur, Canal + restera sans doute le maitre de la Ligue 1. Et la LFP rêvera pendant quelques temps, avant de voir l’échec de son projet, même si les sous sont là, puisque la LFP s’est déjà assuré de toucher 600 millions en fixant des prix de base sur chaque lot. Ce qui leur sert de pouvoir reverser un minimum à chaque club. Et oui les droits TV vont en majorité aux clubs.

Et le spectacle ?

En faisant ce planning la LFP a-t-elle pensé un moment au spectacle ? La base des droits tv, sans spectacle pas de diffuseurs, pas de sous normalement. En éclatant les matchs, la lfp risque de voir des Dijon-Evian le dimanche à 14h, sans oublier le magnifique Ajaccio-Nice le vendredi soir à 21h , car les corses sont habitués à jouer le vendredi et oui la ligue 2 ! Ce planning va peut être tué le spectacle, déjà qu’il y en a pas beaucoup mais si ont diffuse de la ligue 1 tous les jours du week-end à n’importe quel heure, où va-t-on. Pourquoi ne pas revenir, au bon vieux schéma, 1 match à 17h le samedi , 8 à 21h et 1 match à 21h le dimanche, rappeler vous de la bonne époque de la ligue 1, c’est ça qu’on veut revoir ! Pauvre Ligue 1 !

Conclusion

 Pour finir cette analyse, passons par une petite conclusion, les droits tv peuvent avoir un aspect positif mais également négatif. C’est une équation difficile, car plus d’argent pour les droits TV cela donne plus d’argent aux clubs, plus de grands joueurs alors ?  Mais si on chamboule tout le programme en mettant des matchs éclatés, les premières victimes sont les supporters qui ne peuvent pas forcément se rendre au match, mais ensuite se sera également les clubs qui seront victime de baisse d’affluence , il faudrait trouver un juste milieu pour parvenir à ce que la Ligue 1 reste un championnat à sa juste valeur et ne pas le surestimé ! Si la LFP veut voir un jour des Droits TV comme en Angleterre, il faudrait d’abord qu’il y ait un beau spectacle, ensuite l’argent viendrait tout seul, c’est donc aux joueurs de jouer. Le droit TV étant un enjeu important pour l’avenir de notre championnat.