Archives du blog

Top and the Flop (épisode 17)


19-top-and-flop

Qu’est-ce qu’il y a, t’es ronchon ? Il fait froid dehors ? Tu as du mal à récupérer de ta soirée du week-end ? Bref’, tu n’avais pas envie d’aller au boulot aujourd’hui.
Allez détends-toi, prends ta tisane et grâce à Football Anatomy tu auras une raison d’aller te la raconter demain devant tes collègues autour de la machine à café.

20-top
OGC Nice, la remontée fantastique

Mené rapidement deux buts à zéro à domicile, l’OGC Nice ne s’est pas laissé abattre et a su revenir dans la rencontre grâce à son meneur de jeu Valentin Eysseric très en forme sur ce match, notamment sur le but de l’égalisation mais aussi grâce à son buteur argentin Dario Citanich auteur de deux buts dont un sublime lob sur Bertrand Laquait. Ainsi, « Cvitanice » porte son total à dix réalisations en Ligue 1 pour quinze apparitions et en profite pour monter sur la troisième marche du podium au classement des buteurs. Mais si l’ancien attaquant de Boca et l’ancien monégasque se sont illustrés, un autre fait est venu éclipsé sa performance. En effet dans ce match très largement dominé par les niçois, ces derniers ne doivent leur victoire qu’au petit Neal Maupay, 16 ans et quatre mois, qui marque son premier but dans le championnat de France et rentre dans l’histoire comme le deuxième plus jeune meilleur buteur de Ligue 1. En tout cas, l’OGC Nice reste dans la continuité de son premier trimestre (Voir article : Nice : le bilan, après un trimestre de Claude Puel).

La vieille dame réalise la bonne opération
Après la défaite de l’Inter Milan sur le terrain de la Lazio Rome, la Juventus Turin avait l’occasion de creuser l’écart sur son dauphin. Et les bianconeri se sont pas privés de le faire ce dimanche à 15h – les clubs de Ligue 1 peuvent en prendre de la graine – avec une large victoire face à l’Atalanta Bergame. Trente minutes auront suffit au club entraîné par Antonio Conte pour plier la rencontre : une ouverture du score rapide de Mirko Vucinic (2ème minute), un bijou sur coup-franc de la part du mestro Andrea Pirlo et une frappe lointaine de Claudio Marchisio. Fort d’une belle victoire, les tifosi de la Juventus ont regardé le SSC Napoli raté l’occasion de prendre la deuxième place de Serie A et ainsi rester au contact de la Juventus. Rapidement mené au score, les joueurs du SSC Napoli ont cru avoir fait le plus dur en ayant pris l’avantage à la 70ème minute par l’intermédiaire d’ Edinson « El Matador » Cavani. Mais les napolitains vont craquer en fin de match en concédant deux buts en l’espace de trois minutes (Napoli 2-3 Bologna). La Juventus, qui n’en demandait pas tant, possède sept points d’avance sur son dauphin l’Inter Milan.

Le FC Nantes, quoi de neuf ?
Après le faux pas à domicile de la part de l’AS Monaco face au Nîmes Olympique, le FC Nantes était co-leader de Ligue 2 ex-aequo avec le club azuréen et avait donc un bon coup à jouer dans ce choc de la 18ème journée face au 3ème le SM Caen. Les canaris emmené par un grand Lucas Deaux n’ont pas tremblé. Rapidement mené au score, le FC Nantes a su trouver les ressources pour s’imposer devant son public en prenant l’avantage juste avant la mi-temps par l’intermédiaire de ses défenseurs Issa Cissokho et Gabrien Cichero. Ainsi le FC Nantes récolte le fruit de ses performances affichés depuis quelques semaines en affichant une série d’invincibilité de neuf matchs consécutifs en Ligue 2.

21-flop
Le Real Madrid et Mourinho abdiquent
Seize. C’est le nombre de points qui sépare le Real Madrid au leader de la Liga c’est-à-dire le FC Barcelone, son rival. À vingt-deux journées de la fin, José Mourinho semble avoir mis une croix sur la course victoire finale en championnat: « Le titre me parait impossible ». Le Real Madrid et son entraineur portugais souffrent cette saison : 2ème de sa poule en Champion’s League, 3ème en Liga. Le match d’aujourd’hui face à l’Espanyol Barcelone n’en a été que le reflet. Après avoir été surpris à la demi-heure de jeu par Sergio Garcia, le Real Madrid a su réagir juste avant la mi-temps puis au retour des vestiaires par l’intermédiaire de son côté gauche lusitain Ronaldo-Coentrao. Malheureusement pour les Merengue, un cafouillage en fin de match a permis à Juan Albin et son équipe d’arracher le point du match nul à Santiago Bernabeu. Un bien triste week-end pour le Real Madrid,, ce n’est pas de cette manière qu’ils vont réussir à faire taire les rumeurs de transferts qui circulent depuis quelques semaines.

Rémi Garde a été Jean Fernandizé
Loué pour sa philosophie de jeu portée sur l’offensive, l’Olympique Lyonnais est malheureusement apparu sur la pelouse du Parc des Princes telle une victime face à son bourreau. En effet, privé de plusieurs de ses titulaires habituels (Dabo, Grenier, Gourcuff, Lacazette) c’est avec un 5-3-2 inédit que Rémi Garde s’est présenté face au 4-4-2 de Carlo Ancelotti, surement le contrecoup du match de mercredi face à Jean Fernandez. Véritables aveux de faiblesse, le changement tactique n’est si ubuesque aux premiers abords. L’Olympique Lyonnais n’est pas et ne sera pas la seule équipe à venir avec son bunker du côté de la Porte d’Auteuil. Mais éloigner Michel Bastos de la zone de vérité et mettre Anthony Reveillère – diminué et toujours incertain à une petite heure du coup d’envoi – seul sur son côté droit ne s’est pas avéré judicieux. Si l’Olympique Lyonnais a bien su faire circuler le ballon en début de rencontre avec un poteau de Lisandro Lopez à la clé, petit à petit le Paris SG a pris l’ascendant jusqu’à avoir un contrôle quasi parfait de la rencontre face à des Lyonnais amorphes après l’ouverture du score de l’ancien Stéphanois Blaise Matuidi. Et c’est le moins que l’on puisse dire avec six occasions du côté parisien contre une seule côté Lyonnais (le poteau de Lisandro Lopez). Au final, l’Olympique Lyonnais perd sa place de leader sans avoir donné l’impression de se battre. Regrets…

Le blues de Chelsea
Défait lors du Community Shield, humilié lors de la Supercoupe d’Europe, distancé en championnat, éliminé de la Champion’s League, l’équipe de Roman Abramovitch poursuit son calvaire. Ce dimanche, au Nissan Stadium, c’est face à un Chelsea apathique que les Corinthians remportent leur deuxième Coupe du monde des Clubs sur le score d’un but à zéro (Guerrero 69e). Jamais, ou presque, les coéquipiers de Fernando Torres ne se sont montrés à leur avantage offensivement et défensivement les blues ont multiplié les erreurs et les approximations. L’unique but du match résume presque à lui seul les difficultés défensives de Chelsea. La situation de Rafael Benitez, déjà en mauvaise posture, se complique de plus en plus après cette contre-performance.

22-bonus
Et maintenant, pendant 3 minutes de légèreté.
http://www.dailymotion.com/video/xvn7nz_2012-12-02_sport?&syndication=117181#from=embediframe

Publicités

Top and the Flop (épisode 11)


Encore un week-end avec son lot de victoires, de défaites et de surprises. Un week-end où les classements se sont chamboulés, où des outsiders que l’on n’attendait pas ont pointé leur nez et où des gros sont tombés.

Tout ça, c’était ce week-end et on te le résume dans ton « Top and the Flop ».

Lyon montre les dents.
En début de saison, l’olympique Lyonnais ne faisait plus peur à grand monde, les anciens poussaient vers la sortie (Cris,Lloris..), les jeunes ambitieux quittant le navire (Pied, Grenier), on imaginait plus les Gones courir après une place européenne que lorgner sur le titre.
Mais ce dimanche après un match passionnant face à Bastia où l’OL s’imposa 5-2, un score qui parait lourd, mais où les Bastiais ont vendu chèrement leur peau, les hommes de Remi Garde revenus à seulement un point du leader ne peuvent maintenant plus se cacher et doivent afficher leurs ambitions.

Saint-Étienne prince du Parc.
C’était un match qui avait tout d’un sommet une équipe de Saint-Étienne solide qui venait pour casser la série d’invincibilitée Parisienne au Parc.
Mais les Parisiens trop sûrs d’eux après leur victoire face à l’OM, inconstant et souvent nonchalant n’ont pas pris les verts au sérieux. Aubameyang qui revenait de blessure, rentra en seconde période pour dynamiser le côté gauche de l’attaque verte, un pari gagnant, car le Gabonais inscrit deux buts le premier bien malgré lui un centre tir contré par Sahko qui finira dans les filets, le second lors d’un face à face avec Sirigu. La réduction du score par Hoarau (eh oui !!) ne changera rien, c’est bien Sainté qui avait le plus envie de gagner ce samedi.

L’Inter redistribue les cartes.
On pensait la Juve imbattable, qui plus est chez elle. Invaincue en série A depuis 49 matchs, la vielle dame devait bien rendre les armes un jour où l’autre, mais personne ne l’imaginait pas tomber d’aussi haut dans un match à tels enjeux. Malgré une ouverture du score supersonique après seulement 27 secondes de jeu, les Bianconeri n’ont pu que subir les attaques Milanaise lors de la seconde période, une vague Nerazzurri qui déferla, encore et encore pour repartir avec une belle victoire 3-1, et trois points de plus qui permettent à l’inter de n’être qu’à un point de cette même Juventus.

Pour Sochaux, c’est chaud…
Après leur match reporté, pour cause de neige on pensait, que les Sochaliens allaient revenir requinqués, bien dans leur têtes et plus motivé que jamais pour ne pas s’enfoncer vers la zone rouge. Eh bien non c’est le même Sochaux, celui qui a oublié son bleu de chauffe dans les ateliers Peugeot qui était sur la pelouse pour subir sa huitième défaite de la saison (3-1) alors d’accord c’était Valenciennes en face une équipe portée vers l’avant à qui tout réussi cette année, mais le problème des lionceaux est bien que plus rien ne leur réussit …

L’Atlético, fin de série.
Ils avaient jusqu’alors suivi la cadence infernale imposée par le Barça dans la course à la ligua, on les regardait jouer leur jeu porté vers l’attaque, euh pardon Falcao, mais ce week-end l’Atlético Madrid et resté muet face au FC Valence. Une défaite 2-0 , d’autant plus gênante que leur voisin du Real reviennent sur eux comme un boulet de canon…

Comme un air de déjà vu.
Mon premier est une claque monumentale reçu la saison dernière ( victoire de Manchester 8-2)
Mon second est leur ancien buteur passé chez l’ennemie et qui leur a mis un but aujourd’hui (Robin Van Persie)
Mon troisième est un grand méchant joueur, oouuuhhhh !!!!, qui a priori n’aiment pas jouer contre des enfants et leurs faits savoir en leur mettant un but (Patrice Evra)
Mon tout forme une défaite 2-1 qui vous place à la sixième place du classement.
Bravo Arsenal !!!!!

Et pour finir en beauté, vous avez le droit comme chaque semaine au récapitulatif des plus beau de la semaine passée.

Top and the Flop (épisode 9)



La trêve internationale nous avait presque fait oublier ce petit bonheur, celui du week-end de championnat où la température grimpe soudainement, où parfois plus rien n’a d’importance sinon le résultat de son équipe préférer, celle dont on affiche ses couleurs fièrement.

Football Anatomy revient avec son « Top and the Flop » des quatre coins des terrains et te sert toute cette ferveur dans son condensé du lundi.

Let’s go !!

Jeu, set et match…
Christian Gourcuff avait prévenu ses joueurs avant de se déplacer au stade du Hainaut, il avait raison. Auteur d’un début de match honorable malgré deux buts pris rapidement les merlus ne pensaient sûrement pas tomber sur une équipe de Valencienne aussi joueuse.

Deux expulsions plus tard, dont une discutable, mais bon passons, les Bretons sont repartis du nord avec une méchante gueule de bois, un score fleuve 6 buts à 1, qui permet à V.A de soigner sont goal-average, mais surtout d’être la première attaque de ligue 1.

Toulouse Tout shuss
On continue avec les volées en plus particulièrement celle que Toulouse a infligée à Evian. Sans Ben Yedder privé d’équipe première après sa virer nocturne avec les espoirs, le TFC est allé ce balader sur les contreforts alpins. Victoire 4-0, avec le doublé d’un revenant qui a troqué ses dreads pour une coupe profilée, en l’occurrence Emmanuel Rivière, qui se paye le luxe de planter ses deux buts en 5 minutes.

La relève attendra
Quand la Juventus décide de faire comprendre à tout le monde quelle n’est pas encore prête à céder son trône, elle le fait savoir et de la plus belle des manières. Aux Napolitains venus dans l’idée de faire cesser l’invincibilité de la vieille dame, l’équipe turinoise lui répondit par deux buts en trois minutes signés Caceres et Pogba. Efficace pour laisser son principal rival à 3 points et bien faire comprendre aux autres qu’il faudra encore compter sur elle pour le « scudetto ».

Jourdren fait banquette
À Montpellier comme ailleurs, on a beau avoir été le gardien titulaire de l’équipe championne de France, on ne peut pas critiquer les choix tactiques de son entraineur.
Pour cet écart après la défaite 3-2 face à Evian, Geoffrey Jourdren a donc redécouvert ce que c’était de cirer le banc et à dû laisser sa place a Laurent Pionnier.
Un changement qui n’a pas changé grand-chose, le club héraultais s’inclinant 2 buts à 1 face à Rennes.

Les tensions gâchent la fête.
Saurait dut être la fête du football corse, l’opposition entre Ajaccio et Bastia pour la première fois parmi l’élite depuis 2005, oui, mais voilà la fête fut malheureusement gâchée.
Des échauffourées dès la veille du match dans les rues d’Ajaccio nécessitant l’intervention des CRS, un match nul 0-0, une bagarre générale entre joueurs où deux cartons rouges serons sortie, Cavalli pour l’ACA et Angoula pour le Sporting, saupoudrer de plusieurs incidents dans les tribunes, quel dommage….

L’OM le tube de l’été qui tourne mal.
Après avoir un parcours sans faute au bout de six journées avec 6 victoires. L’OM tel le tube de l’été ce démode progressivement. Ses trois derniers résultats le prouvent. Une correction à Valenciennes, un nul contre Paris et hier soir une défaite contre la lanterne rouge Troyes (franchement qui ne l’avait pas vu venir???). Espérons au moins pour eux que cette série ne soit pas signe d’une descente aux enfers que certains chanteurs connaissent  en suivant la ligne blanche.


Cette semaine je vous propose un but signé Alvaro Recoba l’ancien joueur de l’Inter!

Et pour finir comme d’habitude votre top but de la semaine passé!

Top and the Flop (Episode 5)


Aujourd’hui c’est lundi! Et le lundi c’est le jour de ton « Top and the Flop« , tout ce qu’il ne fallait pas rater du weekend servit sur un plateau et c’est maintenant!

Joue-la comme Alain Traoré
On connaissait la qualité de frappe du Lorientais Alain Traoré mais ce que Burkinabè nous a fait hier c’est tout d’abord un très beau premier but avec un tir en feuille morte et le 2ème un remake de Roberto Carlos sur coup franc lors de France-Brésil en 1997. Traoré est habitué des débuts de saison en fanfare espérons pour lui qu’il ne quitte pas tout de suite la fête.

La Juve enchaîne
3ème victoires d’affilé pour les Bianconeri, cette semaine la victime des champions d’Italie 2012 ce nomme le Genoa. Genoa qui avait pourtant ouvert le score par Ciro Immobile (joueur qui avait réussi une excellente saison avec Pescara en série B la saison dernière). Mais Vicinic, Asamoah et Giaccherini en ont décidé autrement. Début de saison de bon augure avant d’entamer la Champions League et tout ceci sans ce bon vieux tonton Moggi.

Ici c’est Henry !
On dit souvent que la MLS c’est un championnat pour passer une retraite dorée en trottinant sur le terrain. Et bien Thierry Henry qui possèdent le plus haut salaire de MLS au passage en ai à son 15ème but en 20 matchs un beau ratio pour l’ex-international Français. Et quand en plus il marque un but que l’on ne voit qu’en district (but en tirant le corner) avec la baraka qu’il a en ce moment on ne devrait pas tarder à le voir dans une pub pour du poker.

Un réveil difficile
5 matchs, 3 défaites pour le champion de France en titre Montpellier. La dernière en date était ce week-end à Reims. Une fois de plus quand un club moyen réalise une superbe saison, il s’écroule la saison d’après. Mais d’habitude ce genre de club ne crée pas l’illusion jusque-là fin de saison à la différence de Montpellier. Réveil difficile cette saison pour les Héraultais et la réception des Gunners mardi soir va s’apparenter à un seau d’eau plutôt qu’à un bol de café noir.

Un Rennes capricieux
4 défaites pour une victoire, c’est le bilan de Rennes depuis le début de saison. Sur le papier une équipe talentueuse, mais sur le terrain une équipe trop imprécise. Antonetti réclame de la chance pour son équipe. Mais si la série de défaites persiste, Antonetti risque bien de voir passer la sienne.

Un petit tour et Cheikh s’en va
Vous voulez l’archétype du footballeur débile du week-end ne chercher plus Cheikh Diarra est là. Le joueur de Rennes n’a pas trouvé mieux à faire que de se faire expulser 6 minutes après son entré en jeu pour une semelle dans la cuisse de Alain Traoré. Un Diarra de plus en mode bourrin…


Cette semaine je vous propose 2 démonstrations de coup de pied arrêté. Nous commençons avec celui de Alain Traoré.

Et pour finir le but de notre Thierry Henry national sur corner avec les New-York Red Bulls.
http://www.dailymotion.com/video/xtn3zf_l-incroyable-corner-direct-de-thierry-henry_sport#from=embediframe