Archives du blog

Que sont-ils devenus ? Equipe de France U19 championne d’Europe 2005


France U19 championne d'europe 2005

Après avoir étudié le cas de l’équipe de France U17 championne du monde en 2001 , de l’équipe de France espoir vice-championne du monde Espoir 2002 et de l’équipe de France U17 championne d’Europe 2004 , place aujourd’hui à la génération 86, championne d’Europe en 2005 en Irlande du Nord après avoir sorti l’Allemagne en demi et vaincu les Anglais en finale !

Certains noms de cette génération vous diront certainement quelque chose, en revanche d’autres vous seront inconnu…

Commençons par le gratin si on peut le qualifier de tel. Lloris, Kaboul, Cabaye, Diaby et Gourcuff sont les cinq joueurs à avoir connu les joies d’une sélectionne en équipe A. Ces joueurs évoluent tous dans des clubs disputant régulièrement la coupe d’Europe malgré cela des joueurs comme Diaby, Gourcuff et Kaboul très souvent blessé ont du mal à évoluer à leur meilleur niveau. Cabaye et Lloris sont les deux à être régulièrement appelé en sélection et cumulent plus de 100 sélections à eux deux !

Lire la suite

Interview de Alexandre Coeff [Lens]


Bonjour à tous ! Aujourd’hui nous avons le plaisir de vous proposer une interview de Alexandre Coeff joueur du RC Lens et international Français des moins de 20 ans !

Bonjour Alexandre, peux-tu revenir sur ton parcours de footballeur jusqu’à aujourd’hui ?
J’ai démarré tout jeune dans des clubs de banlieue de Brest, où j’ai joué dans trois petits clubs, avant de pouvoir signer au Stade Brestois et en même temps en préformation à Ploufragan (pôle Espoir). Là où j’ai joué deux saisons, par la suite Brest m’a laissé partir pour aller à Lens qui m’avait repéré et c’est là-bas où j’ai effectué toute ma formation.

Tu es passé par un centre de formation, on sait que ce n’est pas forcément une étape facile à vivre pour les jeunes joueurs, comment as-tu vécu cette expérience?
Les premiers mois ont été assez difficiles, même si auparavant j’étais déjà en centre de préformation et je rentrais chez moi le weekend j’étais déjà un peu habitué. Mais les 2 premiers mois sont assez difficiles, ensuite grâce à l’école et les entraînements le temps passe un peu plus vite.

Jusqu’à présent tu as connu différent encadrement, staff, entraineur, qui t’a laissé un très bon souvenir ou a pu te pousser pour t’aider à devenir ce que tu es aujourd’hui ?
Le premier coach qui m’a donné m’a chance en Ligue 1 c’est László Bölöni. J’en garde à la fois un souvenir positif et négatif parce que cette année-là on descend de ligue 1 en ligue 2, mais il m’a permis de me remettre pas mal en question. Il a été le premier à cibler mes points faibles sur lesquels je devais travailler pour franchir un cap et devenir professionnel.

De saison en saison, tu joues beaucoup plus (13 matchs cette saison dont 11 titulaires), comment évalues-tu ton début de saison ?
J’essaie de prendre mes marques à un poste qui n’est pas le mien à la base (défenseur central), le club envisage de me faire jouer à ce poste toute la saison. Je pense que jusqu’à présent tout c’est plutôt bien passé personnellement. J’ai essayé de m’accrocher et de montrer ce que je savais faire à l’ensemble du staff qui me fait confiance jusqu’à présent. Même si les résultats n’ont pas été vraiment présents en début de saison, j’essaie toujours dans un souci de progression de donner le maximum aux matchs et aux entraînements.

Il y a quelques semaines ton ex-entraineur Jean-Louis Garcia a été licencié par la direction du club. Y’avait-il des tensions avec lui au sein du groupe ?
Très sincèrement entre nous ça se passait très bien, honnêtement il ne manquait plus que les résultats. Beaucoup de travail avait été fourni par l’équipe, tous les joueurs étaient concernés, nous savions très bien que le poste du coach et même de certains joueurs étaient menacé. Mais on a vraiment manqué de chance, je ne vais pas dire que c’était la seule cause de nos problèmes. Il a fallu un électrochoc, c’est-à-dire le changement de coach pour que la chance nous sourit un peu. Pourtant, il y a eu beaucoup de travail pendant 1 an et demi, ensuite forcément c’est plus facile de taper sur la tête d’un seul homme plutôt que sur celle de 20 personnes. Après la décision je ne sais pas de quelle manière elle a été prise au sein du club, mais en tout cas le coach n’a pas été lâché ou quoi que ce soit, ça c’est clair.

Toi tu n’as rien à lui reproché ? Dans sa gestion il a toujours été réglo ?
Peut-être qu’il a manqué un peu d’objectivité et de méchanceté, il était peut-être un peu trop gentil. Je pense que c’est ça qui a fait pencher la balance en sa défaveur un moment donné.

Pour toi ce limogeage a été logique ?
A partir du moment où un club qui envisage de remonter et se trouve dans les dernières positions du classement (c’est arrivé à Lens, mais aussi à Arles-Avignon où l’entraineur a été licencié le weekend dernier) cela semblait logique qu’il y ait un changement. Après le club à licencié le coach parce que l’on ne pouvait virer le majeur parti des joueurs.

Depuis Éric Sikora a pris le relais, qu’est-ce qui a changé dans la vie du groupe ?
Il connait mieux les joueurs et les joueurs le connaissent mieux. Je pense que certains joueurs se lâchent beaucoup plus, tente énormément. De plus, l’électrochoc du changement de coach a fait qu’en plus on a enchaîné avec une belle série donc la confiance est revenue et la chance a changé de côté.

Au final Jean-Louis Garcia ou Éric Sikora ?
Moi je ne peux que dire Sikora, car je l’ai déjà côtoyé, chez les -19 il était associé à Éric Assadourian et cette année-là nous gagnons le championnat en ne perdant aucun match, je suis resté sur cette image. Cette année il prône le jeu, le jeu, c’est une tactique qui me convient donc avantage à Sikora.

Lens a entamé une belle remontée est actuellement 6ème au classement, quel est l’objectif actuel du club ?
L’objectif est clair pour tout le monde, il faut avant tout atteindre la barrière des 42, 45 points synonymes de maintien. Ensuite plus cet objectif sera atteint tôt dans la saison, plus nous pourrons savoir si nous pouvons jouer la montée ou non. Mais il faut d’abord allez accrocher ces 45 points qui nous permettraient de jouer plus « relax » et donc sans pression.

Sur toutes les équipes que tu as pu rencontrer ou voir jouer jusque présent laquelle t’a fait la meilleure impression ?
Je dirais Nantes et Monaco, ces deux équipes ont démontré qu’elles avaient du métier et de l’expérience. La ligue 2 est un championnat ou tout le monde peut battre tout le monde et ces deux équipes par leur expérience même quand elles ne font pas un bon match arrive à gagner. Elles provoquent la chance et ont des individualités à l’intérieur de leur groupe qui vont leur permettre de faire la différence. Ces deux équipes sont de grosse prétendante à la montée.

Comment vois-tu ton avenir à Lens ?
À moyen terme je me vois jouer à Lens, mais avec le club en ligue 1, pour pouvoir réellement faire mes premières armes avec Lens. C’est l’objectif le plus concret que j’ai actuellement. Après si ce n’est pas avec Lens j’espère que ce sera avec un autre club. Mais j’aimerais quand même pouvoir rendre à Lens, tout ce que Lens m’a déjà donné.

Tu es international Français dans la catégorie des -20 ans, tu as participé au Festival international Espoirs de Toulon, quel souvenir cette expérience t’a laissé ?
Le tournois de Toulon est un tournoi d’équipe espoir, nous nous y sommes présentés avec une équipe de moins de 20 ans. On s’est d’ailleurs bien débrouillé (4ème place), mais en tout cas j’ai pris ça comme une récompense de la fin de saison que j’ai fait avec Lens où j’ai enchaîné les matchs. Après c’est du bonus. Moi je pense que pour progresser il faut jouer, donc cela passe par ce genre de tournois, ça fait des matchs en plus pour pouvoir progresser encore surtout à un tel niveau. Donc pour moi ce n’est que du bonus.

Pour toi qu’est-ce que ça représente une sélection en équipe nationale ?
C’est une fierté de pouvoir représenter l’élite de sa catégorie. Ça reste un honneur parce que l’on porte le maillot de notre pays, mais il est vrai aussi que c’est gratifiant de sentir que l’on fait partie d’un petit groupe qui représente l’élite de notre génération.

Il y a quelques semaines la sortie de certains membres de l’équipe de France espoir en boite de nuit quelques jours avant le match retour du barrage de l’euro espoir a fait polémique, qu’en as-tu pensés toi ?
Je connais un peu la mentalité des joueurs de foot, je trouve ça dommage qu’ils l’aient fait pendant une période si importante. Je ne sais pas comment ils ont abordé cette double confrontation, ils avaient eu tout le temps pour le faire lorsqu’ils étaient dans leur club. Mais pourquoi avoir choisi ce moment-là ? C’est vraiment là-dessus que je n’ai pas compris, ils avaient pris une belle avance en gagnant le premier match à domicile et ils sortent entre les deux matchs, c’est un manque de professionnalisme.

Ça te choque ?
Non, car connaissant les personnages (les joueurs de foot en général) je ne trouve pas ça, étonnant, mais je suis déçu pour le reste du groupe c’est un manque de respect vis-à-vis d’eux.

Quel est le club que tu supportes ?
Je supporte bien évidemment Lens, mais je reste attentif aux résultats du Stade Brestois, car c’est vraiment le club qui étant jeune allant les voir jouer m’a donné envie de jouer au football à un niveau professionnel. Et comme Brest reste ma ville natale, j’espère peut-être un jour allez rejouer là-bas.

Quel est ton joueur préféré ?
J’ai toujours aimé le jeu à Yoann Gourcuff.

Yoan Gourcuff ! Comment tu analyses son début de carrière qui fut très encourageante et que depuis 2010 le fait qu’il soit beaucoup moins bon et qu’il enchaîne les blessures ?
Il n’a pas été épargné par les blessures… Il est revenu le weekend dernier il a joué encore cette semaine et il a fait deux bons matchs. Mais malheureusement, j’ai aussi été dans cette situation à 16 ans où j’ai subi une rupture des ligaments croisés. Il faut toujours un long moment pour revenir. Après il est arrivé dans un groupe de Lyon déjà assez étoffé

Que penses-tu du changement d’horaire à 18h45 des de ligue 2 du vendredi soir ?
Personnellement en tant que joueur ça ne me dérange pas plus que ça. Après je me mets dans la peau de certain supporter c’est que c’est difficile pour eux par rapport au travail, aux enfants, etc… Mais ce que les gens ne savent peut-être pas c’est qu’avec le nouveau diffuseur (BeInSport) qui a racheté les droits télés ligue 1, ligue 2, il y a de l’argent derrière qui permettent aux clubs de vivre. Et à cause de la crise, certains clubs de ligue 2 ne s’en sortent que grâce à ça.


Que penses-tu des investisseurs Qataris au PSG ? Penses-tu que les sommes injectés sont choquants ?
Oui c’est clair que c’est choquant, mais en même temps je trouve ça bien. La seule chose que je pourrais leur rapprocher c’est qu’ils mettent de l’argent, mais ils ne le mettent pas dans le Championnat de France. J’aurais préféré qu’ils recrutent dans les clubs Français, pour que l’argent circule dans les clubs, parce que malheureusement tous les clubs en ont besoin. Cet argent part dans les pays étrangers je trouve ça dommage. Maintenant pour le spectacle cela fait du bien au championnat de France d’avoir des grands joueurs.

Est-ce que le footballeur professionnel lambda à cause de l’argent est au-dessus des réalités ?
C’est propre à chacun, pour ma part je sais d’où je viens, je reste très terre-à-terre. Je suis entouré par ma famille qui m’empêche de « prendre le cigare ». Après certains joueurs non plus aucune notion des réalités et ils sont dans ce qu’ils pensent être leur réalité. Ensuite c’est propre à chacun, cela dépend de son éducation, de la personne…

Dernière question, Platini ou Zidane ?
Zidane sans hésitation, il est plus de ma génération. Je suis plus à même de juger des qualités de Zidane que de celle de Platini. Pour moi c’est le meilleur joueur du monde et je ne suis pas convaincu qu’il y en aura des meilleurs. C’est un joueur complet qui est capable de tout.

Et bien merci d’avoir bien voulu répondre à nos questions Alexandre nous te souhaitons une bonne continuation ainsi qu’une bonne saison avec Lens.

Top and Flop (Episode 2)


Retour de « Top and the Flop », le rattrapage du Lundi à la sauce F.A, pour tous ceux qui on préférer faire un barbeuc, allez bronzer sur les plages, ou tous simplement bosser.
Allez c’est parti !!!

TOP

-L’inauguration du grand Stade de Lille.
La classe, la très grande classe. Le nouveau stade multifonction du LOSC est un pur bijou de technologie.
50 000 places pour ce nouvel écrin, l’un des plus beaux d’Europe, nous à Football Anatomy on adore, veut bien y faire un tour si on nous y invite.

-Joris Delle
Le jeune gardien en provenance de Metz est arrivé cet été à Nice avec le statut de « numéro 1 bis » dixit Claude Puel.
Samedi soir, face à Valencienne, le gardien nous a sorti une très grosse prestation, présent sur tous les ballons et rappelant aux supporters Niçois leur ancien chouchou un certain Hugo Lloris.

-David contre Goliath
Décidément, les Merlus aiment les gros poissons. Après être allé chercher le nul sur la pelouse du PSG la semaine dernière, ce week-end, c’est le champion de France qui est tombée dans leurs filets.
Mené 1-0 jusqu’à la 90 dixième minutes, les Lorientais ont renversé la tendance en deux minutes, rageant pour les Montpelliérains.

FLOP

-Le genou de Gourcuff
Le Lyonnais avait bien débuté, une préparation estivale de qualité, un but pour le premier match de la saison face à Rennes, tout était réuni pour un joli début de saison.
Mais comme le sort s’acharne sur lui, un banal contact avec Benjamin Nivet lui vaut une torsion du genou et trois semaines d’arrêt minimum, maudit, on vous dit…

-La défaite du Stade de Reims
Une ouverture du score dès les premières minutes pouvaient laisser penser à une belle soirée en terre Corse pour les Rémois.
Quatre-vingt-dix minutes plus tard ; le scénario est totalement inversé, Bastia a marqué deux buts dont celui de la victoire, au-delà du temps additionnel, et Reims termine le match à neuf contre onze, cauchemardesque pour eux .

-The Reds hell
Première journée de Premier League le week-end dernier et la saison de Liverpool s’annonce aussi galère que la précédente pour un club avec autant de prestige que Liverpool, avec pour commencer une défaite 3-0 de West Bromwich Albion et l’expulsion de Daniel Agger à la 58ème n’a pas aidé. Affaire a suivre…

LE BONUS…

À quelques centimètres prêts c’était le ciseau d’Anthony Modeste qu’on vous montrait, malheureusement pour lui ce fût à côté, mais celui de Michel Bastos n’est pas mal non plus, allez régaler vous…
(http://www.youtube.com/watch?v=o66UjtTlGPI&feature=player_embedded)

Le cas Gourcuff


Gourcuff ! Yoann Gourcuff ! Entre Messi des girondins à une époque et Casper le gentil fantôme à Lyon, que vaut vraiment Yoann Gourcuff aujourd’hui ? Et bien  je vais tenter de vous donner une réponse ! Mais pour le moment l’olympique Lyonnais peut contacter Julien Courbet parce qu’une arnaque à 22 millions ça ne se trouve pas tous les jours !

Une montée en puissance

Tout d’abord formé au Stade Rennais au début des années 2000, il se fit remarquer en 2003 notamment par l’Ajax Amsterdam, Arsenal et Liverpool en marquant un magnifique coup franc en finale de la Coupe Gambardella. Suivie ensuite de 3 saisons professionnelles à Rennes comptant 86 matchs avec quelques coups d’éclat en championnat (voir vidéo ci-dessous).

Part au Milan AC à l’été 2006 repéré par le « Cavaliere » malgré des sollicitations Paris Saint-Germain, Lyon et Arsenal. La presse italienne va rapidement s’intéresser à lui et comme d’habitude va connement le comparer et le considérer comme le « nouveau Zidane » (je dis connement, car des comparaisons à la mort moi le nœud il y a en a tous les jours. La plus part du temps fausse et de plus il est impossible de comparer un joueur à un autre surtout quand le principal intéressé  a  joué  2 saisons pleines de ligue 1). Malgré de bonnes performances il se voit barré par les Kaka, Seedorf and co, au bout de 2 saisons montrant quand même des qualités techniques intrinsèques et une vision de jeu plutôt bonne le Milan décide de le prêter aux Girondins de Bordeaux ou la…

L’explosion

Yoann Gourcuff arrive en prêt à l’été 2008 en Gironde avec une option d’achat s’élevant à 15 millions d’euros, ayant pour tâche de remplacer un autre Johan en l’occurrence Johan Micoud.
Pendant 1 saison et demi notamment durant la saison 2008/2009 Gourcuff sort des prestations tout simplement magistrales et fut un des grands artisans du titre cette année-là avec des gestes de hautes volées (prestations rentabilisé par la levée de l’option d’achat et donc le transfert définitif de Gourcuff aux girondins) … Parallèlement, il est aussi l’auteur de bonne prestation en équipe de France fraichement appelé par Raymond Domenech .

Son style de jeu plutôt complet, sa vision de jeu, sa technique lui ont permis pendant 1 saison et demi d’être un des meneurs de jeu français le plus efficace d’Europe, que ce soit en tant que créateur, tireur de coup de coup franc ou finisseur, Yoann Gourcuff écrasa tout sur son passage.

La chute

À partir de janvier 2010, les Girondins de Bordeaux tournent de moins en moins bien malgré une accession au quart de finale de Champions League. Et la chute des Girondins s’associe aussi à la baisse de forme de son meneur de jeu. Moins efficace, plus de frustration,  un collectif qui s’effrite Gourcuff perd confiance et sa fin de saison ressemble à celle des Girondins c’est-à-dire un long chemin de croix.
Tout de même sélectionner pour disputer la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud avec l’équipe de France, le niveau de forme de Gourcuff ne cesse de se dégrader et les performances pitoyables de l’équipe de France ne font rien pour arranger les choses. De plus, l’histoire de chambrage avec Ribéry lui fait perdre le peu de confiance qu’il lui restait. Mentalement on le sent très entamé ne réussissant plus à ce sublimer, il n’est tout simplement plus dans le coup…
Voulant changer d’air Gourcuff fait part au dirigeant bordelais au mercato 2010 de son envie de départ et c’est pour 22 millions d’euros et quelques bonus que l’Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas l’acquiert et le présente comme une star devant 15 000 spectateurs à Gerland.
Malgré un changement de club Gourcuff n’arrive toujours pas à donner satisfaction. Le jeune homme a  tout simplement perdu son football, ne livre que des prestations en demi-teinte et ne s’assurant même plus une place de titulaire. Au vu de l’investissement l’Olympique Lyonnais voit pour le moment son pari complètement raté.

Les raisons de cette chute

Et bien comme nous avons pu le constater au-dessus Gourcuff n’arrive pas à ce sublimer depuis 2 ans dans une équipe qui va mal, mais surtout depuis que les médias en ont fait le « nouveau Zidane » mais aussi sans doute à cause de la pression au vu de l’intérêt qu’il représente. Alors, on peut se poser la question, au final n’était-il seulement pas en sur régime ? À cette question on ne peut qu’apporter une réponse négative. Car le jeune homme a  du talent et il ne la pas montrer qu’à Bordeaux, mais aussi à Rennes et au Milan AC.
J’ai associé tout à l’heure son niveau déclinant à une perte de confiance, mais peut-être c’est ici que repose tout le problème ! Le mental ! Yoann Gourcuff a peut-être du talent, mais n’arrive plus mentalement à ce sublimer et redevenir ce qu’il était avant, c’est peut-être la pression qui le bloque ou peut-être qu’il n’est  pas fait pour jouer au plus haut niveau mondial malgré son talent. Le foot est une histoire de talent, mais de plus en plus une histoire de mental  et l’un ne peut pas aller sans l’autre. Si on pouvait comparer son cas à un autre sportif on pourrait le comparer à Richard Gasquet le joueur de tennis. Un talent hors norme écrasant tout chez les jeunes, mais n’ayant pas les ressources mentales nécessaire pour s’imposer en tant que figure mondiale du tennis.

Conslusion

En conclusion, Gourcuff n’est pas une arnaque ce joueur a du talent, mais malheureusement il lui manque un mental. Un mental de guerrier qui pourrait faire chez lui toute la différence. Il n’est pas fait pour le plus haut niveau, mais plutôt pour un club de bon niveau avec une ambiance familiale qui le pousse a donner le meilleur de lui-même sans trop de pression. Ce joueur à besoin d’être chouchouté, etc.… Mais actuellement pour ceux qui se poseraient encore la question va-t-il apporter quelque  chose à l’Olympique Lyonnais ? À moins d’un suivi psychologique, le climat de l’OL n’est pas fait pour lui. Et dans les prochaines années, on ne devrait voir aucune amélioration avant un transfert dans un club qui est plus adapté à ce style de joueur c’est-à-dire un club avec un contexte familial.