Archives du blog

Top and the Flop (épisode 12)


On aurait pu vous parler de la démonstration du Bayern face aux Lillois, de l’élimination de Montpellier de la champions league, du Zlatan-festival face à Zabreb, de la déroute du Barça à Glasgow, oui, mais non. On se contentera de revenir sur la dernière journée des principaux championnats européens et y a déjà assez à faire.

Retour donc sur les tops et les flops de votre week-end, let’s go !!!!

Valenciennes comme on l’aime.
S’imposer à Furiani n’est jamais partie de plaisir, surtout lorsque vous êtes menés deux buts à un à la 77ème. Mais lorsque la meilleure attaque du championnat décide de passer la seconde, il ne faut pas plus de deux minutes pour planter deux buts et repartir avec les 3 points de la victoire.
Score final 2-3 Bastia : Modeste 39éme sp/ palmieri 63ème VAFC : Kadir 32 et 78ème/ Dossevi 80ème
Et au final et bien Valenciennes continue ça marche en avant et en plus commence à gagner à l’extérieur! Et si le VAFC créait la surprise ?

3 à la suite pour Bordeaux
Il y a 2 semaines après ses deux défaites de suite contre Bastia et Montpellier on pouvait douter de l’envie du groupe Bordelais de jouer au football. Mais depuis dimanche dernier on peut dire que Bordeaux a trouvé son levier de vitesse pour passer la seconde. En une semaine victoire dans le derby de la Garonne contre Toulouse, victoire contre les Portugais du Maritimo et victoire en Bretagne contrent Lorient. Alors certes Bordeaux n’est pas forcément l’équipe la plus séduisante à voir jouer, mais par contre elle est sans doute une des équipes les plus efficaces devant le but. Après tout sur le court terme l’important c’est le résultat peut importe la manière.

Spider Auba
C’est actuellement le Monsieur + des verts. Buteur décisif au Parc des Princes la semaine dernière, l’attaquant Gabonnais a réitéré encore cette semaine contre Troyes. Le Stéphanois qui est en pleine bourre affiche désormais 8 buts à son compteur personnel  à seulement deux petites longueurs du « roi » Ibra, de quoi donner une sacrée motivation à un joueur qui n’en demander surement pas autant.

Oh Toulouseuh
Il y a tout juste deux semaines, les joueurs du TFC avaient l’occasion de monter sur la plus haute marche de la ligue 1. Deux semaines plus tards ses mêmes Toulousains sont 8ème au classement et viennent de perdre 4-1 sur leur pelouse face à une flamboyante équipe d’Ajaccio. Cette équipe de Toulouse montre ses limites. Quand on vous dit que dans le football tout peut, allez très vite…

Arsenal cale, encore…
Il y a de ça quelques années Arsenal se tirait la bourre avec son meilleure ennemie, Manchester United, pour le titre. C’était l’époque du « big four » d’Highbury stadium, du roi Henry, bref c’était avant. En cette fin d’année 2012, Les Gunners ont perdu de leur superbe, luttent pour accrocher une place européenne (ils sont actuellement 8ème) en ne faisant pas mieux qu’un match nul (3-3) face à la modeste équipe de Fulham.

ASNL club fight…
Ok être bon dernier du championnat est dur à digérer pour tout supporter, ok Nancy c’est pris une valise face à Rennes (défaite 1-3), ok leurs joueurs ne donnent peut-être pas tous sur le terrain. Mais rien ne peut justifier le comportement de la cinquantaine de « pseudo supporters » qui pour montrer leur tristesse ont décidé d’en venir aux mains avec les joueurs en voulant envahir le vestiaire. Un acte malheureux, bien loin de l’esprit du football.

Et pour te mettre du baume au coeur en ce début de semaine, voici deux beaux bonus !
On commence avec la célébration de but de Valbuena hier contre Nice.

Et voici comme d’habitude ta petite vidéo résumant les plus beaux buts de la semaine dernière.

Publicités

Top and the Flop (épisode 11)


Encore un week-end avec son lot de victoires, de défaites et de surprises. Un week-end où les classements se sont chamboulés, où des outsiders que l’on n’attendait pas ont pointé leur nez et où des gros sont tombés.

Tout ça, c’était ce week-end et on te le résume dans ton « Top and the Flop ».

Lyon montre les dents.
En début de saison, l’olympique Lyonnais ne faisait plus peur à grand monde, les anciens poussaient vers la sortie (Cris,Lloris..), les jeunes ambitieux quittant le navire (Pied, Grenier), on imaginait plus les Gones courir après une place européenne que lorgner sur le titre.
Mais ce dimanche après un match passionnant face à Bastia où l’OL s’imposa 5-2, un score qui parait lourd, mais où les Bastiais ont vendu chèrement leur peau, les hommes de Remi Garde revenus à seulement un point du leader ne peuvent maintenant plus se cacher et doivent afficher leurs ambitions.

Saint-Étienne prince du Parc.
C’était un match qui avait tout d’un sommet une équipe de Saint-Étienne solide qui venait pour casser la série d’invincibilitée Parisienne au Parc.
Mais les Parisiens trop sûrs d’eux après leur victoire face à l’OM, inconstant et souvent nonchalant n’ont pas pris les verts au sérieux. Aubameyang qui revenait de blessure, rentra en seconde période pour dynamiser le côté gauche de l’attaque verte, un pari gagnant, car le Gabonais inscrit deux buts le premier bien malgré lui un centre tir contré par Sahko qui finira dans les filets, le second lors d’un face à face avec Sirigu. La réduction du score par Hoarau (eh oui !!) ne changera rien, c’est bien Sainté qui avait le plus envie de gagner ce samedi.

L’Inter redistribue les cartes.
On pensait la Juve imbattable, qui plus est chez elle. Invaincue en série A depuis 49 matchs, la vielle dame devait bien rendre les armes un jour où l’autre, mais personne ne l’imaginait pas tomber d’aussi haut dans un match à tels enjeux. Malgré une ouverture du score supersonique après seulement 27 secondes de jeu, les Bianconeri n’ont pu que subir les attaques Milanaise lors de la seconde période, une vague Nerazzurri qui déferla, encore et encore pour repartir avec une belle victoire 3-1, et trois points de plus qui permettent à l’inter de n’être qu’à un point de cette même Juventus.

Pour Sochaux, c’est chaud…
Après leur match reporté, pour cause de neige on pensait, que les Sochaliens allaient revenir requinqués, bien dans leur têtes et plus motivé que jamais pour ne pas s’enfoncer vers la zone rouge. Eh bien non c’est le même Sochaux, celui qui a oublié son bleu de chauffe dans les ateliers Peugeot qui était sur la pelouse pour subir sa huitième défaite de la saison (3-1) alors d’accord c’était Valenciennes en face une équipe portée vers l’avant à qui tout réussi cette année, mais le problème des lionceaux est bien que plus rien ne leur réussit …

L’Atlético, fin de série.
Ils avaient jusqu’alors suivi la cadence infernale imposée par le Barça dans la course à la ligua, on les regardait jouer leur jeu porté vers l’attaque, euh pardon Falcao, mais ce week-end l’Atlético Madrid et resté muet face au FC Valence. Une défaite 2-0 , d’autant plus gênante que leur voisin du Real reviennent sur eux comme un boulet de canon…

Comme un air de déjà vu.
Mon premier est une claque monumentale reçu la saison dernière ( victoire de Manchester 8-2)
Mon second est leur ancien buteur passé chez l’ennemie et qui leur a mis un but aujourd’hui (Robin Van Persie)
Mon troisième est un grand méchant joueur, oouuuhhhh !!!!, qui a priori n’aiment pas jouer contre des enfants et leurs faits savoir en leur mettant un but (Patrice Evra)
Mon tout forme une défaite 2-1 qui vous place à la sixième place du classement.
Bravo Arsenal !!!!!

Et pour finir en beauté, vous avez le droit comme chaque semaine au récapitulatif des plus beau de la semaine passée.

Top and the Flop (épisode 7)



Une nouvelle semaine qui commence et la tête dans le brouillard tu retournes au boulot. F.A te redonne le sourire en t’apportant ton « Top and the Flop » encore tout chaud du week-end avec en plus la bonne odeur des pelouses en cadeau.
Let’s go !!!

Le derby pour Chelsea
Excepter leur victoire en ligue des champions depuis quelques saisons Chelsea ne faisait plus vraiment rêver, un jeu souvent trop frileux, des stars plus vraiment stars et un groupe vieillissant qui traînait des casseroles à la pelle. Mais ça, c’était avant. Cette saison, la team d’Abramovitch première au classement est invaincu après six journées de championnat, joue un foot lécher et est de nouveau attractive.
Dernière équipe à en faire l’expérience, Arsenal, qui n’a rien pu faire contre un Mutu des grands jours et une équipe sure d’elle, score final 2-1 pour les visiteurs.

Gameiro is back
On avait presque oublié les qualités de buteur, le sens du placement, la vista de l’attaquant parisien.
C’est vrai que depuis mars dernier autant dire une éternité, l’ancien Lorientais se faisait muet, multipliant les appels la saison dernière et les matchs sur le banc depuis le début de celle-ci. Mais depuis samedi c’est fini. Un très joli doublé face à Sochaux, les deux seuls buts du match. C’est bon pour la confiance à quelques jours des déplacements à Porto puis à Marseille.

L’année ou jamais
Le Napoli renouerait-il avec son glorieux passé ? Celui de l’époque Maradona, où le club avait été sacré champion d’Italie. Il se pourrait oui, première à égalité de points avec la Juventus, l’équipe napolitaine toujours invaincue cette saison peut s’appuyer sur un groupe de qualité ou même le départ de Lavezzi ne semble déjà qu’un lointain souvenir.
Ce weekend encore Naples et allez chercher la victoire loin de ses terres du côté de la Sampdoria grâce à un but de Cavani sur pénalty.

Lens, descente aux enfers annoncée
Longtemps le RC Lens fut la belle légende du foot Français, un public extraordinaire, un président emblématique, une ambiance dans les tribunes mythique, une équipe qui obtenait de bons résultats jusqu’au titre de champion de France en 1998. Oui, mais toutes les (belles) histoires ont une fin et celle de Lens et dur à digérer. Une équipe qui végète en ligue 2 depuis quelques saisons, qui perd ses supporters un peu plus à chaque match, son président qui est poussé vers la sortie faute de fonds… Où s’arrêtera la chute du RC Lens ?
Le résultat de ce samedi donne une ébauche de réponse, une défaite 4-0 face au FC Nantes et une 17ème place au classement.

La rechute (encore …)
Quand il est présent, il est clairement l’un des meilleurs joueurs à son poste, efficace défensivement, propre dans la relance, il sait même se projeter pour apporter du soutien devant. Mais depuis 6 ans il creuse à lui tout seul le trou de la sécurité sociale. Et oui Abou Diaby l’international Français c’est blessé (élongation à la cuisse) ce weekend avec Arsenal dans le match les opposants à Chelsea. Il est out pour 3 semaines et risque de louper le match contre l’Espagne qui se déroule dans ??? 16 jours!!!

Bielsa El Comandante
Comme vous le savez tous, Marcelo Bielsa est l’entraineur de l’Athletic Bilbao. Auteur d’une fantastique saison l’année dernière avec d’ailleurs une finale d’Europa League au compteur. Le technicien agace cette saison et cela se sent. Physiquement très exigeant et célèbre pour ses coups de sang (avec un brin de folie). La mayonnaise est définitivement en train de tourner avec ce weekend une nouvelle défaite 2-0 sur le terrain de la Real Sociedad. Les Basques sont actuellement 17ème au bout de 6 journées ne comptant que 5 petits points.


Cette semaine dans les bonus, FA te propose le must des buts du week-end et de la semaine dernière!
Et on commence avec un but de Mustafa Durak l’attaquant Marocain de Niort!

Et pour finir le récapitulatif des buts de la semaine passé!

Thierry Henry is back !


Vous en avez probablement entendu parler, Thierry Henry est de retour à Arsenal pour un prêt de deux mois à Arsenal. Et hier lors des 32 èmes de finale de la coupe d’Angleterre, il fêtait son retour. Un retour pas comme les autres. Ici à Arsenal, Monsieur Henry est considéré comme une vraie légende, il a même eu le droit d’avoir une statue devant le stade, quelques jours avant son retour ? Une statue vivante qui joue au foot, si ça ce n’est pas extraordinaire.

Pourquoi Wenger à t-il choisi d’appeler le Français pour deux mois, en attendant la reprise du championnat américain, Arsenal se cherche toujours un leader. Quelqu’un pour motiver les troupes, un homme de vestiaire On sait que l’équipe des Gunners est composé principalement par de jeunes joueurs, talentueux certes mais il manque un brin d’expérience.

A sa signature, beaucoup on dit, il ne fera rien, les retours sont dangereux, il n’apportera rien, etc … Des propos qu’ont a beaucoup entendu, à vrai dire, Wenger a fait un pari risqué, dont on ne connait pas encore le bilan ! Difficile de juger sur un seul match.

Mais parlons de ce match ! France 4 diffusait le retour de Thierry Henry à Arsenal. Opposé à Leeds, les gunners ne proposaient pas un grand jeu. Entre l’égoïsme d’Arshavin, trop souvent personnel et les tirs non cadrés. Il a fallu attendre l’entrée du king comme on l’appelle ici à Arsenal. Un grand moment d’émotion, où beaucoup de téléspectateurs ont du avoir des frissons, et peut être même Thierry Henry ! Un stade qui n’attendait que ça !

Et la suite est encore plus belle, Thierry Henry de retour à Arsenal et qui offre la qualification à son club ! Si ça ce n’est pas beau, au moment où Henry a eu le ballon dans les pieds sur l’action du but, on savait déjà comment il allait la mettre, on savait qu’elle finirait au fond ! Et elle a finit au fond des filets ! Thierry Henry a ensuite laissé exploser sa joie, ce qu’on avait rarement vu. En allant tout de suite sauter dans les bras d’Arsène Wenger.

Retour réussi pour Henry, qui a laissé exploser son immense joie à la fin du match. Un grand moment de Football hier soir, c’est ça qui font que ce sport est beau à regarder. Peut être que vous aussi avez eu quelques frissons entre la rentrée d’Henry et son but. En l’espace d’une vingtaine de minutes, on a oublié ce foot business, on a vu des valeurs ! Des choses qu’on voit rarement sur des terrains de foot ! L’histoire est belle, et le retour d’Henry sous les couleurs des Gunners est réussi, il lui reste un peu plus de 2 mois pour continuer cette belle histoire ! Pour finir cette article je vous laisse apprécier la rentrée, puis le but de Thierry Henry et tout ça en anglais, c’est encore + magique !

 

Carton vert !


2,8 millions de tonnes de dioxyde de carbone… C’est ce qu’a produit, à elle seule, la Coupe du Monde 2010 de football ! C’est, selon un exemple de la revue britannique The Ecologist, l’équivalent de la préparation de 20 cheeseburgers pour chaque habitant du Royaume-Uni. Si le football est l’un des sports les plus lucratifs et les plus suivis au monde, son succès se conquiert au détriment de l’environnement.

Et s’il est un pays dans lequel ce sport revêt une grande importance, c’est bien l’Angleterre. Chaque week-end, plus de 700 000 supporters se pressent dans les stades dans lesquels évoluent les 40 000 clubs du royaume. Les équipes de haut-niveau jouent, bien entendu, sur des pelouses parfaitement entretenues grâce à des dizaines de litres d’eau, de pesticides et autres engrais. Et, puisque les matchs ont souvent lieu le soir, les stades sont tous éclairés par de puissants projecteurs voraces en électricité. En moyenne, une rencontre de Premier League est à l’origine de la production de 820 tonnes de gaz carbonique.

 

Éolienne et toit végétal

C’est fort de ce constat que quelques personnes ont décidé, au Royaume-Uni, de se mobiliser afin de rendre le foot un peu plus vert. C’est le cas, notamment de la fondation Sustainability in Sport de Dale Vince. Le propriétaire du club des Forest Green Rovers est également le fondateur d’Ecoctricity, une société spécialisée dans l’énergie éolienne.

Dale Vince a choisi le jubilé de l’ancien Red Devil, Gary Neville, qui s’est déroulé à Old Trafford au moi de mai 2011, pour lancer sa fondation. L’ex défenseur international est d’ailleurs co-fondateur de Sustainability in Sport. L’organisation vise à rendre tous les sports plus écolo. Au cours de la rencontre, l’intégralité de l’alimentation électrique a été assurée par 52 éoliennes fournies par Ecotricity. Et les compères ne souhaitent pas en rester là. Ils envisagent de travailler avec des entreprises dans le but de récolter des fonds pour financer l’installation de systèmes d’énergie renouvelable dans de nombreux clubs.

« Il est important de réduire les factures en consommant moins d’électricité, estime Pete Smith, chargé de la responsabilité sociale des entreprises à Bristol City. Nous ne pouvons peut-être pas sauver le monde mais nous sommes bien décidés à faire notre part. » Et le club de Bristol associe le geste à la parole car il décide d’installer un système de chauffage du stade par une chaudière à biomasse, alimentée par les eaux de pluie récupérées. Une conviction que partage d’autres équipes de plus grande envergure, comme Chelsea. Le club londonien a inauguré une série d’initiatives visant à « reverdir » ses matchs. Un toit végétal a ainsi été posé sur les bâtiments et les terrains sont arrosés grâce à un système de récupération des eaux de pluie. Quant à Arsenal, le club s’est lancé dans le recyclage du papier, du carton et des cartouches d’imprimantes et l’Emirate Stadium est désormais éclairé par des projecteurs à LED.

Alors, même si on est supporters, qu’on s’en fout et que de toute manière, on s’ra mort dans pas longtemps, on peut quand même se féliciter que ce sport hyper-populaire et outrageusement médiatisé qu’est le foot puisse se mobiliser pour réduire son empreinte-carbonne !