Nice : le bilan, après un trimestre de Claude Puel


Claude Puel (entraineur de l'OGC Nice)

Après trois longues années passées à l’Olympique Lyonnais suivie d’une année sabbatique, Claude Puel a fait un choix qui a du en surprendre plus d’un en signant à l’OGC Nice pour bâtir un nouveau projet. Loin de moi l’envie de revenir sur le bilan du castrais dans le club de Jean-Michel Aulas, sanctuaire sacré où Claude Puel est l’objet de tous les rites vaudous comme s’il était l’incarnation de Lucifer sur la planète Terre. Non rien de tout ça, cet article a pour but de revenir sur les premiers mois de Claude Puel à Nice et de la mise en place du projet.

Après sa victoire au Stade de Gerland à l’issu de la 38ème journée de Ligue 1 2011/2012 (Lyon 3-4 Nice), l’OGC Nice termine la saison à la treizième place avec quarante-deux points soit quatre petits points de plus que le premier relégable c’est-à-dire le Stade Malherbe de Caen.
Malgré un bon intérim de René Marsiglia (moyenne de 1,24 points/match) qui avait remplacé Eric Roy en novembre 2011, Jean-Pierre Rivère (président de l’OGC Nice) a décidé de ne pas renouveler le contrat de l’ancien arrière gauche et capitaine de l’OGC Nice du début des années 90. Le président niçois croit au potentiel niçois et a besoin d’un homme compétant et capable de mener à bien ce projet, pour reprendre ses mots : « On a un gros chantier. On a un gros potentiel à Nice. Les infrastructures arrivent, le grand stade c’est juin 2013, précise le président niçois. On a besoin de plus de rigueur, de professionnalisme. On a besoin de structurer ce club. Il faut des fondations, des gens capables, il faut aller chercher les bonnes personnes.»
Qui pour mener à bien ce projet ? Libre de tout contrat depuis un an, lui aussi a joué en côte d’Azur, lui aussi était arrière gauche dans les années 90 et lui aussi était capitaine de son équipe mais de l’éternel rival à l’AS Monaco : c’est officiel, Claude Puel est nommé entraineur de l’OGC Nice le 23 mai 2012.
Choix surprenant quand on regarde le palmarès de Claude Puel (Champion de France, Demi-finaliste de la Ligue des champions mais aussi joueur emblématique du voisin monégasque) mais pas tant que ça quand on connait le bonhomme. En effet, Claude Puel est un entraineur qui exerce son métier avec le plus grand professionnalisme possible. C’est un amoureux du football qui aime les défis, être le bâtisseur et le meneur d’un projet ambitieux ne lui fait pas peur surtout quand lui montre qu’on lui fait confiance comme cela à pu être le cas au Lille OSC. C’est pour ces raisons qu’il a accepté la proposition de Jean-Pierre Rivère. Et sa première mission fut la gestion (délicate) du mercato.

Claude Puel : « je suis satisfait de ce marché ».

Nice - Mercato d'été 2012

Tableau des transferts de l’OGC Nice (source : LFP.fr)

Lors de ce mercato d’été, Claude Puel s’est attaché à renouveler son effectif malgré le peu de moyens dont il disposait. En effet le Gym accusait un déficit d’environ neuf millions d’euros et le club faisait l’objet d’une mesure d’encadre de se masse salariale et des indemnités de transfert de la part de la DNCG (Direction Nationale de Contrôle et de Gestion). Il a donc fallu la jouer finement et le club a enregistré cet été neuf arrivées (dont un retour de prêt) et treize départs pour une balance positive d’environ 6M€. Cet été l’OGC Nice a perdu notamment trois joueurs cadres : Fabian Monzon (jugé pas assez performant défensivement), Anthony Mounier et Eric Mouloungui. Mais Claude Puel a su être malin en recrutant de nombreux joueurs libres (Joris Delle, Romain Genevois, Timothy Kolodziejczak, Eric Bautheac, Kevin Diaz), en relançant Mahamane Traoré de retour de prêt ou en se faisant prêter Valentin Eysseric. Au final l’OGCN Nice n’a déboursé « que » 3,4M€ pour Dario Cvitanich (en provenance de l’Ajax Amsterdam) et Jérémy Pied (en provenance de l’Olympique Lyonnais).

Globalement, Claude Puel est satisfait de son mercato d’été même s’il aurait surement apprécié de se séparer de David Ospina (car il avait déjà anticipé son remplacement en la personne de Joris Delle) et recruter Clément Grenier de l’Olympique Lyonnais. Même si dans la transaction Pied-Monzon, les supporters niçois se sentent lésés au niveau des indemnités de transfert, Claude Puel a tout de même réussi à remplir l’objectif qui était fixé c’est à dire diminuer la masse salariale tout en renouvelant l’effectif avec des jeunes joueurs à potentiel et pouvant s’inscrire dans le projet niçois avec une balance nettement positive pour combler le déficit.

Nice - Debut de saison difficile

Claude Puel remobilise ses troupes

Un début de saison difficile

Que vous possédiez 100M€ ou 5M€, construire une équipe en renouvelant une grande partie de l’effectif reste toujours une tâche très complexe à effectuer. La première mission de Claude Puel a donc été de créer un collectif, une équipe. Les premiers matchs de l’OGC Nice n’ont pas été mauvais dans le contenu mais l’équipe azuréenne a peiné au début de ce premier trimestre. En effet, si on exclu les cas désespérés de ce premier trimestre (l’AS Nancy et l’ESTAC), le seul club azuréen de l’élite fait parti des équipes qui ont remporté le moins de victoires cette saison (seulement 3 victoires en 13 matchs). Alors certes la dernière très belle victoire niçoise face au Toulouse FC permet au club de pointer à la 11ème place mais on sent que cette équipe peut faire mieux et qu’elle va mieux faire car on entrevoit petit à petit une équipe qui prend forme. En effet, si l’OGC Nice a du mal à remporter des victoires c’est aussi une équipe qui est très difficile à battre : seulement trois défaites. Seules les équipes du trio de tête (respectivement l’Olympique Lyonnais, les Girondins de Bordeaux et le Paris Saint-Germain) font mieux. C’est donc cette capacité de pouvoir arracher ou à conserver le point du match nul (l’OGC Nice est l’équipe qui réalise le plus de matchs nuls, sept au total) qui fait de cette équipe un adversaire coriace pour ses opposants.

De plus si on regarde les statistiques, malgré la réputation de bétonneur qu’on aime bien accorder à Claude Puel, on remarque qu’en terme de possession de balle l’OGC Nice se place comme la 4ème meilleure équipe de L1 avec une moyenne de 53% de possession de balle soit une meilleure moyenne que le Paris SG, l’Olympique de Marseille, l’AS Saint-Etienne, le Valenciennes FC ou le FC Lorient. De plus, l’OGC Nice dispose de la 8ème meilleure attaque de L1. Et ceci, elle le doit en grande partie à l’argentin Dario Cvitanich qui a marqué 5 buts lors de ses 10 titularisations en L1. Avec un but toutes les 154 minutes, il possède un ratio supérieur à des joueurs tels que son compatriote Lisandro Lopez , le turc Mevlüt Erdinç ou encore le bordelais Yoan Gouffran. La réussite de l’OGC Nice va grandement dépendre de l’argentin cette saison et il a les cartes en main pour réussir car il ne risque pas cette fois d’avoir un Luis Suarez dans les pattes pour lui prendre sa place.
Mais si offensivement Claude Puel ne peut pas compter sur Xavier Pantecote, qui n’a plus joué une minute depuis décembre 2011, il peut compter sur l’ancien dijonnais Eric Bautheac qui réalise un bon début de saison (4 buts et 3 passes décisives en Ligue 1) et qui n’hésite pas à centrer pour apporter le danger. Si l’OGC Nice est la 4ème équipe de L1 qui centre le plus avec 311 centres, c’est bien grâce à Eric Bautheac et ses 95 centres (Deuxième meilleur total de L1).

Malheureusement Nice est aussi la 6ème plus mauvaise défense de L1. Cela est en grande partie dû au fait que l’effectif est jeune et a commis trop d’erreurs de concentration en ce début de saison pour permettre à Nice d’être plus haut dans le classement. Si la charnière centrale titulaire reste la même avec Renato Civelli et Nemanja Pejcinovic , les latéraux sont très inexpérimentés avec Kolodziejczak à gauche et Palun ou Genevois à droite.
De plus il y a cette alternance au niveau des gardiens qui peut être perturbante pour la défense, Joris Delle ayant joué les dix premiers matchs de L1 avant de laisser sa place à David Ospina pour les trois derniers.

Une fin de trimestre encourageante

La joie de Valentin Eysseric, buteur en Coupe de la Ligue (OGC Nice 3-1 O.Lyonnais)

Une fin de trimestre encourageante

Concernant la Coupe de la Ligue, l’OGC Nice continu son petit bonhomme de chemin et a réussi à accéder aux ¼ de finale. Tout d’abord après avoir éliminé le Stade Brestois 4 buts à 2 à Francis-Le Blé grâce notamment aux deux premiers buts de Dario Cvitanich sous le maillot rouge et noir. Puis en réalisant un petit exploit en éliminant l’Olympique Lyonnais, ancien club de Claude Puel. La jeune garde composée de Genevois, Mahamane Traoré, Valentin Eysseric, Kévin Diaz, Kolodziejczak et surtout le jeune Maupay en attaque du haut de ses seize ans ont réussi à sortir l’ancien finalise de la compétition sur le score de 3 buts à 1 sur une pelouse détrempée.

Par ailleurs ce match a peut-être été un déclic pour les niçois car depuis cette rencontre l’OGC Nice a enchainé 4 matchs sans défaite (3V, 1N) dont un nul au Vélodrome suivi d’une victoire face à Toulouse.
Après s’être rendu à Sochaux pour le dernier match de L1 en ce mois de novembre, l’OGC Nice qui est actuellement en milieu de tableau aura à cœur de prouver à des équipes comme le Paris Saint-Germain ou le Stade Rennais qu’il est très difficile de se déplacer au Stade du Ray en cette fin d’année 2012.
L’OGC Nice est donc plutôt bien placé en Ligue 1 malgré un début de saison difficile et montre un contenu intéressant. Si beaucoup se sont moqués de Claude Puel car ce dernier souhaite « retrouver la Ligue des Champions », il serait intéressant de se souvenir du travail qu’il a accompli au LOSC jusqu’à les amener en Champion’s League. Si cela ressemble à un doux rêve utopiste, Claude Puel a les capacités de faire de l’OGC Nice un candidat crédible à la course à l’Europa League à moyen terme. De plus, on ne va pas reprocher à un entraineur d’être ambitieux quand la langue de bois est ce qui se pratique de mieux dans le football professionnel à l’heure actuelle. Sans ambition, il est impossible de progresser, pour reprendre une célèbre citation d’Oscar Wilde : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles. ».

Enfin, en cette saison de construction, l’avenir du Gym s’annonce sous de bons auspices avant l’arrivée du nouveau stade. Attention de tout de même car si un nouveau stade arrive avec plein de promesses, il a souvent été livré avec un chat noir pour une certaine quantité de clubs dans ce championnat de France : Grenoble, Le Mans, Le Havre, Amiens ou même le LOSC peuvent en témoigner (Valenciennes semble être une exception). Mais malgré l’incapacité du club à terminer dans la première partie de tableau depuis quatre saisons, le projet se veut rassurant tant dans ses perspectives que dans sa réalisation actuelle. Ainsi, pour conclure, je me livrerais à un petit pronostique en disant que Claude Puel arrivera à placer l’OGC Nice dans les 10ères places cette saison. Mais attention, rien n’est écrit d’avance…

Ligue 1 - Classement à l'issu de la 13ème journée

Ligue 1 – Classement à l’issu de la 13ème journée

Publié le 23 novembre 2012, dans Ligue 1, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :