PSG : Ancelotti suit-il le rythme de Kombouaré ?


Samedi 31 mars 2012, le Paris-Saint Germain a connu sa première défaite de l’ « ère Ancelotti » en Ligue 1. Les Parisiens sont tombés, sans honneur et sans surprise à la vue du niveau de jeu affiché pendant la rencontre, sur la pelouse de l’AS Nancy Lorraine.

L’herbe synthétique de Marcel Picot semble d’ailleurs être devenue un véritable piège pour tous les cadors du championnat ces dernières semaines. En effet, avant de venir à bout du PSG, les Nancéiens y ont battu Lyon lors de la 26e journée (2-0), puis Montpellier lors de la 28e journée (1-0).

Mais au-delà de ces constatations, la défaite parisienne en Lorraine, qui suit deux matchs nuls (2-2 à Caen et 1-1 contre Bordeaux), ne fait absolument pas les affaires du club de la capitale. Cette série noire de 3 rencontres sans victoire en Ligue 1 a notamment permis à Montpellier de reprendre la tête et – surtout – au LOSC (qui, dans un même temps, a enchaîné 3 victoires) de se relancer dans la course au titre en revenant à 4 points des deux co-leaders.

Quand on sait qu’au moment de l’arrivée de Carlo Ancelotti sur le banc l’équipe occupait la tête du classement avec 40 points au compteur et trois longueurs d’avance sur son dauphin héraultais, cette contre-performance est l’occasion de comparer les performances du technicien italien à celles d’Antoine Kombouaré, son prédécesseur au poste. La nomination d’Ancelotti a-t-elle permis au PSG de progresser et d’asseoir sa domination sur la Ligue 1 cette saison ?

Ancelotti ne suit pas le rythme de Kombouaré

Depuis l’arrivée d’Ancelotti, le PSG a disputé 11 rencontres en Ligue 1. Le club s’est imposé 5 fois pour 5 matchs nuls et une défaite. Avec un total de 20 points pris, le coach italien peut se targuer d’une moyenne de 1,82 point par match.

C’est pas mal. Mais est-ce mieux que ce qu’était parvenu à faire Antoine Kombouaré ? Parce qu’il est évidemment légitime de comparer le bilan des deux entraîneurs afin de savoir si le remplacement du premier par le second est justifié.

Eh bien non ! Car avec 40 points pris en 19 journées (12 victoires, 4 nuls et 3 défaites), le Kanak affiche une moyenne bien supérieure de 2,11 points pris par rencontre. De ce point de vue-là, Carlo Ancelotti, malgré le poids de son palmarès et sa réputation, n’est visiblement pas parvenu à maintenir le rythme établi par son prédécesseur.

Une tendance qui se confirme à la vue des performances défensives de joueurs au maillot frappé de la Tour Eiffel. Sous Kombouaré, ils n’ont encaissé que 17 buts en 19 journées. Soit une moyenne de 0,89 par rencontre. Mais sous Ancelotti, malgré le recrutement de grands noms défensifs tels que Maxwel, Alex et Thiago Motta à la récupération, le PSG prend beaucoup plus de buts. La moyenne s’établit à 1,36 par match pour 15 ballons au fond des filets de Sirigu en 11 confrontations.

Heureusement l’équipe parvient à surnager grâce à un rendement offensif en nette progression. Depuis l’installation de l’Italien sur le banc, les Parisiens ont planté 23 fois. Ce qui représente une moyenne de 2,1 buts marqués par match. A titre de comparaison, lors de la première moitié du championnat, ils n’affichaient qu’une moyenne de 1,63 pions par rencontre (31 en 19 journées).

Ancelotti cherche son équipe-type

Depuis que les dirigeants parisiens ont décidé de placer Carlo Ancelotti à la tête de l’équipe, 4 nouveaux joueurs ont intégré l’effectif du PSG : Maxwell, Ronand Le Crom, Alex et Thiago Motta. Mis à part Le Crom pour qui il sera difficile de se frayer une place parmi les titulaires avec Sirigu et Douchez, les 3 autres recrues semblent avoir les faveurs du nouveau coach.

Problème : ce dernier ne semble pas parvenir à mettre en place une tactique efficace. Il en a déjà testé au moins 3 différentes depuis ses débuts au PSG. Et, parfois même, il a dû adapter sa formation en plein milieu d’une rencontre, comme lors du nul arraché de justesse à Caen (2-2).

Si lors de ses premières rencontres, l’entraîneur transalpin a d’abord voulu reproduire son fameux schéma en 4-3-2-1, dit « Arbre de Noël », qui avait fait sa réputation et lui avait permis de remporter les succès qu’on sait au Milan AC, il s’est rapidement rendu compte que cette formation ne conviendrait certainement pas, à terme, au jeu parisien.

Il a, par conséquent décidé de l’adapter quelque peu et de passer à un 4-2-3-1, permettant à des joueurs comme Menez et Néné de prendre les couloirs et à Pastore d’évoluer davantage dans une position de meneur de jeu. Mais, malgré ces ajustements, le coach n’est pas satisfait et décide de revenir à un 4-4-2 plus classique lors du déplacement du PSG à Dijon. Le but étant de tirer la quintessence de ses forces offensifs en associant Hoarau et Gameiro en pointe. Mais, là non plus, ça ne fonctionne pas. Les deux attaquants ont l’air de se marcher dessus et leur rendement n’est pas celui espéré en début de rencontre. Alors Ancelotti décide rapidement de revenir à un 4-2-3-1, plus verrouillé au milieu et moins ambitieux devant.

Certains pourront interpréter ces changements comme un aveu d’impuissance du tacticien italien. D’autres pourront crier au génie de la part d’un savant connaisseur du jeu qui sait s’adapter en permanence suivant le rendement de son effectif et la qualité de l’opposition.

Toujours est-il que, sur le plan comptable, le PSG d’Ancelotti paraît moins solide que celui de Kombouaré. De plus, l’équipe qui, longtemps, n’avait qu’un seul concurrent direct pour le titre va devoir maintenant batailler avec des Lillois qui reviennent en flèche et semblent prêts à finir en trombe pour ne pas abandonner leur titre si facilement.

Publié le 7 avril 2012, dans Ligue 1, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :