Equipe de France : Blanc toujours à la peine


En septembre dernier, le franchissement, par Laurent Blanc, du cap des 15 matchs à la tête de l’Équipe de France était l’occasion de faire un premier bilan d’étape. A l’époque, nous avions comparé les statistiques du Président avec celles de son prédécesseur, Raymond Domenech. Il en ressortait que Blanc avait de la peine à faire mieux que l’homme aux sourcils bien fournis.

Quatre rencontres plus tard, les Bleus terminent l’année 2011 après des performances peu convaincantes, en amical, face aux USA et à la Belgique. Une dizaine de jours après, les réactions à chaud ayant toutes été déversées, c’est l’occasion d’un second bilan d’étape.

4 matchs, une qualif à l’Euro et beaucoup de questions

Alors, que retenir de ces quatre dernières rencontres de l’équipe de France en 2011 ? Les Bleus y ont obtenu deux victoires et deux matchs nuls. Ils restent ainsi invaincus depuis 17 matchs et les deux défaites inaugurales de l’ère Blanc. Mais les deux succès, engrangés face à l’Albanie pour le compte des qualifications à l’Euro 2012 et face aux États-Unis, en amical, ont bien pale figure…

La victoire 3-0 sur l’Albanie est évidemment en trompe-l’œil. Les coéquipiers de Loric Cana sont arrivés dans l’Hexagone avec pour unique intention celle de défendre. Et, en plus, ils l’ont mal fait puisque les Bleus sont parvenus à ouvrir le score très rapidement. Alors, évidemment, si les inscriptions du tableau d’affichage peuvent paraître flatteuses à première vue, elles le deviennent beaucoup moins dès qu’on considère le niveau de l’adversaire.

Quant à la seconde victoire, contre les USA, elle s’avère plutôt chanceuse. Le match amical du 11 novembre pour célébrer l’amitié franco-américaine à l’occasion de l’anniversaire de l’armistice de la guerre 14-18 n’a pas du réconcilier grand monde avec le jeu pratiqué par l’équipe de Laurent Blanc. Une rencontre insipide, sans rythme avec des Américains impuissants, ne comptant que sur la fougue d’Altidore et des Français amorphes, incapables de bousculer leurs adversaires avant l’entrée en jeu de Rémy et Martin. Une victoire très peu convaincante précédant un non-match qui a du désespérer bon nombre d’amateurs trois jours plus tard contre la Belgique. Comme l’a si bien résumé le sage Franck Ribery, « on n’a pas gagné et on n’a pas perdu »… Mais par contre, qu’est-ce qu’on s’est fait chier ! De quoi laisser beaucoup de questions en suspend et de très nombreuses incertitudes pour la suite

Et la suite, c’est l’Euro 2012. Car, oui, malgré une campagne de qualification plutôt laborieuse, les Bleus sont parvenus à obtenir leur ticket pour l’Ukraine et la Pologne. C’était l’objectif initial de Blanc au moment de sa prise de fonction. Mais pour le spectacle, le beau jeu et des victoires convaincantes, on repassera… Y’a qu’à voir de quelle manière l’équipe a obtenu le point de la qualif contre les Bosniens. Une égalisation sur pénalty alors que les coéquipiers de Dzeko se montraient dominateurs. Et si le buteur de Manchester City avait su se montrer aussi efficace qu’en club, son équipe aurait pu mener facilement 3-0 à la mi-temps.

Les objectifs principaux sont donc remplis mais il ne faut pas en attendre plus. Pas de cerise sur le gâteau cette fois. Et puis, surtout, pas de quoi frimer étant donné qu’on sort difficilement en tête d’un groupe contenant le Luxembourg, l’Albanie, la Roumanie, la Bosnie et le Belarus… En plus, pour le tirage au sort de l’Euro, les Bleus sont dans le chapeau 4, alors c’est bien difficile de donner cher de leur peau quand on sait qu’ils sont susceptibles de devoir affronter des nations comme l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Portugal dès la phase de poule… Une chose est sûre, il va falloir cravacher dur pour être prêt pour l’été prochain et ne pas encore une fois sortir la tête basse et la queue entre les jambes dès le premier tour d’une compétition internationale.

Le bilan en chiffres

On l’a dit, les Bleus de Blanc sont restés invaincus lors de ces quatre rencontres. Avec deux nuls et deux victoires, ils obtiennent 8 points. Soit une moyenne de 2 points par match. Un score en très légère baisse par rapport au premier bilan d’étape. En effet, l’ancien défenseur international affichait, à l’époque, une moyenne de 2,07 points par match avec 31 points obtenus en 15 rencontres.

Au cours de ces quatre derniers rendez-vous de l’année 2011, les Bleus ont inscrit 5 buts et n’en ont encaissé qu’un seul (une superbe frappe enroulée de Dzeko). Ils plafonnent donc à une moyenne de 1,25 buts par match. Ce qui constitue une diminution en comparaison des 15 premières rencontres (1,4 buts par match) qui, déjà, n’étaient pas exceptionnelles en terme de performances offensives.

Heureusement, si l’attaque semble défaillante, la défense rassure. Blanc paraît avoir trouvé un certain équilibre dans ce secteur de jeu. Les Bleus affichent ainsi un bon score de 0,25 buts encaissés par match lors de ces 4 rencontres. Une moyenne en baisse puisqu’elle s’élevait à 0,53 pour le premier bilan d’étape.

Face à l’Albanie, la Bosnie, les USA et la Belgique, Laurent Blanc a sélectionné 25 joueurs. Parmi eux, 5 ont connu leur première expérience sous le maillot bleu. Il s’agit d’Olivier Giroud, de Laurent Koscielny, de Jérémy Mathieu, de Maxime Gonalons et de Mathieu Debuchy. 20 % des joueurs qui ont participé à ces quatre rencontres y ont donc obtenu leur première sélection. Un score qui confirme que l’ancien arrière central de Manchester United a tendance à faire confiance aux jeunes. Mais ces chiffres tendent également à souligner que Blanc a du mal à se trouver une équipe-type et qu’il est forcé de composer et de s’adapter à chaque fois en fonction des blessures et des méformes de chacun.

Alors, pour encore y croire en vue de l’Euro, il faut certainement devenir un fervent adepte de la méthode Coué. Concentrons-nous donc sur les points positifs. Et, ils sont au nombre de deux : une défense qui commence à se stabiliser et qui deviendra définitive avec le retour de Philippe Mexès. Ce qui permettra au natif d’Alès d’aligner Rami et Mexès au centre, Abidal à gauche et Réveillère ou Debuchy à droite. Et puis, second point de satisfaction : la bonne forme de Loïc Rémy, en attaque, qui peut devenir le parfait complément pour l’avant-centre indiscutable qu’est désormais Karim Benzema. En espérant que ces quelques cadres qui commencent à émerger de cet effectif inexpérimenté parviendront à inspirer les jeunes prodiges encore irréguliers comme Martin, Nasri, Gameiro et M’Vila. Avec tous ces joueurs en grande forme à l’Euro, les Bleus peuvent peut-être espérer faire bonne figure. Dans le cas contraire, il faudra certainement jouer trois matchs puis reprendre l’avion pour voir la suite de la compétition à la maison.

Publié le 25 novembre 2011, dans Sélections, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :