Carton vert !


2,8 millions de tonnes de dioxyde de carbone… C’est ce qu’a produit, à elle seule, la Coupe du Monde 2010 de football ! C’est, selon un exemple de la revue britannique The Ecologist, l’équivalent de la préparation de 20 cheeseburgers pour chaque habitant du Royaume-Uni. Si le football est l’un des sports les plus lucratifs et les plus suivis au monde, son succès se conquiert au détriment de l’environnement.

Et s’il est un pays dans lequel ce sport revêt une grande importance, c’est bien l’Angleterre. Chaque week-end, plus de 700 000 supporters se pressent dans les stades dans lesquels évoluent les 40 000 clubs du royaume. Les équipes de haut-niveau jouent, bien entendu, sur des pelouses parfaitement entretenues grâce à des dizaines de litres d’eau, de pesticides et autres engrais. Et, puisque les matchs ont souvent lieu le soir, les stades sont tous éclairés par de puissants projecteurs voraces en électricité. En moyenne, une rencontre de Premier League est à l’origine de la production de 820 tonnes de gaz carbonique.

 

Éolienne et toit végétal

C’est fort de ce constat que quelques personnes ont décidé, au Royaume-Uni, de se mobiliser afin de rendre le foot un peu plus vert. C’est le cas, notamment de la fondation Sustainability in Sport de Dale Vince. Le propriétaire du club des Forest Green Rovers est également le fondateur d’Ecoctricity, une société spécialisée dans l’énergie éolienne.

Dale Vince a choisi le jubilé de l’ancien Red Devil, Gary Neville, qui s’est déroulé à Old Trafford au moi de mai 2011, pour lancer sa fondation. L’ex défenseur international est d’ailleurs co-fondateur de Sustainability in Sport. L’organisation vise à rendre tous les sports plus écolo. Au cours de la rencontre, l’intégralité de l’alimentation électrique a été assurée par 52 éoliennes fournies par Ecotricity. Et les compères ne souhaitent pas en rester là. Ils envisagent de travailler avec des entreprises dans le but de récolter des fonds pour financer l’installation de systèmes d’énergie renouvelable dans de nombreux clubs.

« Il est important de réduire les factures en consommant moins d’électricité, estime Pete Smith, chargé de la responsabilité sociale des entreprises à Bristol City. Nous ne pouvons peut-être pas sauver le monde mais nous sommes bien décidés à faire notre part. » Et le club de Bristol associe le geste à la parole car il décide d’installer un système de chauffage du stade par une chaudière à biomasse, alimentée par les eaux de pluie récupérées. Une conviction que partage d’autres équipes de plus grande envergure, comme Chelsea. Le club londonien a inauguré une série d’initiatives visant à « reverdir » ses matchs. Un toit végétal a ainsi été posé sur les bâtiments et les terrains sont arrosés grâce à un système de récupération des eaux de pluie. Quant à Arsenal, le club s’est lancé dans le recyclage du papier, du carton et des cartouches d’imprimantes et l’Emirate Stadium est désormais éclairé par des projecteurs à LED.

Alors, même si on est supporters, qu’on s’en fout et que de toute manière, on s’ra mort dans pas longtemps, on peut quand même se féliciter que ce sport hyper-populaire et outrageusement médiatisé qu’est le foot puisse se mobiliser pour réduire son empreinte-carbonne !

 

Publié le 18 novembre 2011, dans Divers, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Effectivement, très bonne initiative outre manche, reste à espérer que nos dirigeants (politiques et les instances du foot) suivront la meme démarche !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :