La Liga n’a plus d’intérêt


L’Espagne : pays du flamenco, des castagnettes, de la paella, des sympathiques jeunes émigrées d’Amérique Latine cohabitant dans d’accueillantes auberges… Et, depuis 2008, pays dont le championnat professionnel de football est le plus chiant d’Europe occidentale.

En effet, depuis la nomination de Pep Guardiola en tant qu’entraîneur du FC Barcelone, la Liga semble avoir perdu tout intérêt et se résumer, désormais, à un duel systématique entre deux clubs : Barcelone et Madrid. La Catalogne face au pouvoir central castillan. Une dynamique qui s’est encore davantage renforcée avec l’arrivée de Jose Mourhino sur le banc des Merengue.

Haro sur les titres

Pour s’en convaincre, un simple coup d’œil sur le palmarès de la Liga lors des dix dernières saisons suffit. Au cours de la dernière décennie, Barcelone a remporté cinq titres et Madrid trois. Faîtes le compte, il n’en reste plus que deux pour les dix-huit autres équipes qui composent le championnat. Et c’est le FC Valence qui les a gagnés tous les deux. Autant dire que l’alternance n’est pas le fort du football espagnol. Même lors d’une élection présidentielle, les résultats sont davantage partagés…

Mais ce qui marque le plus c’est que le dernier titre brigué par Valence remonte à la saison 2003/2004. Ce qui équivaut à dire que, depuis 2004, Barcelone et Madrid règnent en despotes sur la Liga sans qu’aucun autre club ne parvienne à contester leur suprématie. Avec un petit avantage pour les Catalans qui restent sur une série de trois succès en championnat depuis l’arrivée de Guardiola en 2008/2009.

De plus, depuis l’exercice 2001/2002, Madrid et Barcelone ont terminé aux deux premières places à 6 reprises. Une configuration qui se retrouve systématiquement lors des trois dernières saisons.

Au regard de son palmarès lors des dix dernières années, le football de l’autre côté des Pyrénées semble suivre son homologue écossais sur le chemin de la mort du suspense. En effet, depuis 1986, la Scottish Premier League est systématiquement remportée par les Glasgow Rangers ou par le Celtic Glasgow. Et, coïncidence, on retrouve ici aussi cet antagonisme idéologique qui dépasse les frontières du sport : l’opposition entre catholiques et protestants.

Monopole du spectacle

Pour en revenir à la Liga, le panorama dressé ci-dessus n’est évidemment pas réjouissant. Et, même si certains « amateurs » et « observateurs » du ballon rond se pâment de bonheur devant le jeu proposé par Barcelone et par Madrid, il n’en reste pas moins vrai que ces deux formations ont bel et bien tué la Liga !

Une analyse un peu plus fine de la répartition des points et des buts inscrits au cours des dix dernières saisons du championnat d’Espagne permet de saisir le problème dans toute son ampleur.

L’écart entre le nombre de points obtenus par le champion et par la lanterne rouge en est un indicateur accablant. Il n’a de cesse d’augmenter depuis la saison 2001/2002 mais il n’a jamais été aussi important que lors des trois derniers exercices. En 2001/2002, le champion, Valence comptabilisait 75 points et le dernier, Saragosse, 37 points. Soit un écart de 38 points. Lors de la saison 2010/2011, Barcelone en comptait 96 alors que la lanterne rouge, Almeria, n’en avait marqué que 30. Soit un écart de 66 points ! Ce qui veut dire qu’entre 2001 et 2011, l’écart entre le champion d’Espagne et le dernier du classement a augmenté de 42,42%.

Impressionnant, n’est-ce pas ? Mais ça ne s’arrête pas là. Pour la période entre 2001/2002 et 2007/2008 – dernière saison avant la nomination de Guardiola au Barça – la moyenne de cet écart s’élève à 50,86 points. Alors qu’entre 2008/2009 et 2010/2011, elle est de 61,67 points. Soit une moyenne de 10,81 points supplémentaires.

Pour faire une comparaison – que certains ne manqueront pas de trouver douteuse – la répartition des points au sein de la Liga devient de plus en plus analogue à la répartition des richesses dans le monde : de moins en moins de personnes se partagent de plus en plus d’argent.

Et il n’y pas que sur les points que Madrid et Barcelone exercent leur monopole. Les deux clubs ne cessent d’augmenter leur total de buts inscrits et offrent désormais une voie royale au concours de « qui a la plus grosse » entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. Entre 2001/2002 et 2007/2008, les Merengue et les Blaugrana ont comptabilisé en moyenne 14,89% des réalisations de la Liga. Mais depuis 2008/2009, cette part a grimpé de 3,57 points et s’élève à 18,46%.

Et la dynamique ne semble pas en route pour s’inverser. Bien au contraire ! Avec des scores tels que les victoires du Real 7-1 sur Osasuna lors de la 12e journée et 6-2 sur le Rayo Vallecano lors de la 6e journée ainsi que les deux 5-0 infligés par Barcelone à l’Atletico Madrid au cours de la 6e journée et à Majorque au cours de la 11e journée, tous les ingrédients sont là pour que le trust des deux clubs sur le spectacle se renforce.

Alors, même si le nul concédé par Barcelone à Bilbao lors de la 12e journée de cette saison marque une « petite révolution en Espagne », permettant à Madrid de compter trois points d’avance sur ses rivaux catalans, on continue, malgré tout, de s’éloigner à grands pas d’un retournement de situation qui verrait un troisième larron conquérir le titre de champion d’Espagne. Et si cela devait, par miracle, se produire cette année, il faudrait miser sur Valence ou Levante, les deux seules équipes – mise à part Barcelone – à compter moins de dix points de retard sur le leader madrilène.

Publié le 10 novembre 2011, dans Liga, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :