La Ligue 1 plus spectaculaire cette saison


On ne saurait dire si c’est grâce à l’arrivée des investisseurs qatariens à la tête du PSG qui a entrainé la nomination de Leonardo en tant que directeur sportif et le recrutement quatre étoiles du club qui s’en est suivi ou à la signature de vieilles gloires comme Poulsen, Govou ou Cole en Ligue 1, mais on a, en ce début de saison, comme l’impression de s’éclater un peu plus en suivant le championnat de France.

C’est vrai. Chaque semaine, on voit du beau jeu, des rencontres disputées jusqu’à la dernière minute, des gestes techniques… Comme si la grande mue parisienne avait incité tout le reste des clubs français à hisser leur niveau cette saison.

Mais est-ce que tout cela n’est-il pas qu’une impression ? De la poudre aux yeux ? Est-ce que de grands noms, des centaines de millions d’euros dépensés et la perspective de voir le championnat de France combler son retard sur ses voisins espagnols, anglais et allemands nous feraient perdre notre sens critique ?

Un début de L1 « sur les chapeaux de roue »

Eh bien, non ! Rassurez-vous, ce n’est pas qu’une simple illusion d’optique. Le championnat de France – du moins celui de Ligue 1 – a bel et bien débuté « sur les chapeaux de roue ». En tout cas, par rapport aux statistiques de la saison dernière.

Avec 233 ballons au fond des filets lors des neuf premières journées de la saison 2011/2012 de Ligue 1, la moyenne de buts par match est plus élevée que l’année dernière. Elle est de 2,59 contre 2,34 en 2010/2011. On marque donc, en moyenne, 0,25 buts de plus par rencontre cette année.

Bon c’est vrai que, dit comme ça, c’est pas très parlant. Mais sachant qu’il y a dix matchs par journée de championnat, on a, au final, 2,5 buts de plus chaque week-end.

Qui dit plus de buts dit forcément plus de spectacles pour les spectateurs. Et ces derniers sont plus souvent comblés cette saison puisqu’on compte déjà 24 rencontres durant lesquelles plus de trois buts ont été inscrits. Ce qui équivaut à 26,67 % des matchs disputés jusqu’à présents. Pour toute la saison précédente, cette moyenne est de 20,79 %.

Alors, oui, cette année, les joueurs de Ligue 1 semblent décider à faire taire la marionnette d’Aimé Jacquet aux Guignols et à nous offrir un peu plus de spectacle. Une tendance qui se confirme en comptant le nombre de rencontres avec plus de quatre buts. Il y en a eu 8 lors des neuf premières journées. Soit 8,89 % des matchs contre seulement 7,11 % la saison dernière.

Mais plus de matchs spectaculaires ne veut pas forcément dire moins de matchs chiants. Et pourtant, c’est bien le cas cette saison. Nous n’avons assisté, jusqu’alors, à seulement cinq matchs nuls et vierges. Ce qui représente 5,56 % des rencontres, soit presque deux fois moins que l’année passée (10,26%).

De plus, lorsqu’on observe les résultats sur une saison entière, on peut constater que la moyenne des matchs avec plus de 3 ou 4 buts par journée a tendance à augmenter en fin d’exercice. La Ligue 1 est donc bel et bien partie pour nous réveiller cette saison !

Encore des progrès à faire

Le championnat de France semble débuter sur une très bonne dynamique cette saison. Avec plus de buts et davantage de spectacle chaque week-end. Mais cela suffit-il pour autant à faire entrer notre championnat dans la cour des grands ?

Pas encore car, en comparaison des moyennes de buts inscrits lors de chaque rencontre dans les quatre grands championnats européens, la Ligue 1 fait encore figure de mauvais élève.

C’est pour le moment la Bundesliga qui offre le plus de buts à ses spectateurs. On en compte, en moyenne, 2,9 par match. Le championnat allemand est talonné de près par la Premier League qui, grâce aux performances offensives de quelques clubs comme Manchester United, Manchester City et Chelsea affiche une moyenne de 2,84 buts par rencontres.

La Liga espagnole parvient, elle, à surnager, grâce au Barça et au Real avec 2,6 buts par match. Il n’y a, pour le moment, que la Serie A que la Ligue 1 parvient à surpasser en terme de moyenne de buts. Le championnat italien plafonnant, cette saison, à 2,56 buts par matchs. Mais bon, le football transalpin n’est pas connu pour être le plus spectaculaire et le plus prolifique d’Europe.

Et la Ligue 2 ?

La dynamique ascendante du championnat français de première division ne semble pas avoir encore contaminée la Ligue 2. En effet, celle-ci affiche des statistiques de buts plus basses en ce début de saison que lors de la saison précédente.

Les attaquants de L2 plantent, en moyenne, 2,13 buts par match contre 2,34 en 2010/2011. Le nombre de matchs prolifiques est également en chute libre : on a assisté jusqu’à présent à 17 rencontres durant lesquelles plus de trois buts ont été inscrit. Ce qui correspond à 17 % des matchs contre un taux de 26,67 % l’année dernière.

Une différence encore plus importante pour les oppositions avec plus de quatre buts : 3 % cette saison contre 8,89 % en 2010/2011. Et le nombre de 0-0 est lui aussi en nette augmentation : 12 % en ce début de saison pour 9,74 % lors de l’exercice précédent. Des résultats en Ligue 2 qui peuvent s’expliquer, en partie, par le caractère exceptionnelle de la saison dernière. En effet, 891 buts avaient été inscrits. Soit le total le plus important depuis la saison 2006-2007.

 


Publié le 11 octobre 2011, dans Ligue 1, et tagué , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :